Main Menu

Editor

 

Présidentielle ivoirienne: ouverture des candidatures du 16 juillet au 1er septembre 2020

Publié le 09.07.2020 à 03h18 par APA

La Commission électorale indépendante (CEI), chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire, a annoncé mercredi l’ouverture des candidatures pour l’élection présidentielle d’octobre 2020, sur la période du 16 juillet au 1er septembre 2020.Ce chronogramme électoral, devant être proposé au gouvernement avant d’être entériné, a été dévoilé mercredi par le président de la CEI, Coulibaly-Kuibiert, à l’issue d’une rencontre entre des partis de l’opposition, son institution et le PNUD. 

« Nous avons proposé aux partis politiques le délai de 45 jours (pour le dépôt des dossiers de candidatures), au lieu de un mois, et ces 45 jours vont commencer à partir du 16 juillet », a fait savoir le président de la CEI. 

Interrogé en marge de la rencontre, M. Kouakou Kra, vice-président du Front populaire ivoirien  (FPI, opposition), le parti de Laurent Gbagbo, a expliqué que ces 45 jours devraient permettre d’aller sur le terrain pour recueillir le parrainage électoral. 

Le parrainage est une nouvelle donne dans le code électoral ivoirien. Cette période devrait permettre aux candidats, selon le président de a CEI, de satisfaire cette condition, qui est un élément du dossier de candidature.

Pour être candidat, il faut que le candidat recueille 1% de l’électoral local dans 50% de toutes les régions et districts de Côte d’Ivoire, soit 17 régions  (un quota de 1% étant requis par région ) pour faire des collectes, devant être déposées à la CEI et au Conseil constitutionnel pour validation. 

Conformément au chronogramme, un mois était proposé aux partis politiques pour déposer. Les dossiers de candidature y compris le parrainage, ordre du jour de cette réunion conduite par le Programme des Nations Unis en Côte d’Ivoire.

L’ordre du jour, n’étant pas approuvé par la Plate-forme EDS, une organisation politique proche de Laurent Gbagbo, a boudé les échanges, avec la présidente de l’URD, Danièle Boni-Claverie, et le porte-parole du Pdci, Ndri Narcisse. Ils ont quitté la salle de réunion. 

Ces partis de l’opposition ont regretté que le PNUD ne réagissent pas sur leurs griefs, entre autres, la composition actuelle de la CEI, qu’ ils réfutent. Pour ces partis et groupements de l’opposition, la CEI est inféodée de membres proches du pouvoir, consacrant son déséquilibre. 


Sénégal : la fédération de football siffle la fin de la saison sans décerner de titres

Publié le 09.07.2020 à 03h18 par APA

La Fédération sénégalaise de football (FSF) a décidé mercredi de mettre de mettre « un terme définitif » aux compétitions de la saison 2019-2020 suspendues à mi-parcours à cause de la Covid-19.Réuni mercredi à son siège, le Comité exécutif de la FSF a également décidé de ne pas décerner de titres et de geler les promotions et relégations à tous les échelons du football national. Cela tient compte « du ratio insuffisant de matchs disputés » pour ladite saison, précise le communiqué parvenu à APA.

La FSF désigne par ailleurs les deux équipes les mieux placées de la Ligue 1 à la dernière journée de la phase aller pour représenter le Sénégal respectivement à la Ligue des champions africaine et à la Coupe CAF. Il s’agit de Teungueth FC et Jaraaf, deux clubs dakarois.

En outre, le démarrage de la nouvelle saison 2020-2021 est fixé au 30 octobre 2020. En sa prélude, la FSF va subventionner plusieurs entités pour un montant d’un peu plus d’un milliard FCFA. 

Ainsi, les 14 clubs de Ligue 1 recevront chacun 15 millions là où ceux de Ligue 2 vont empocher 10 millions individuellement. Pour les 24 équipes de National 1 et 32 de National 2, elles auront sept et trois millions respectivement.

Trois millions seront aussi remis aux 10 clubs de première division du football féminin, tandis que deux millions sont prévus pour chacune des 10 équipes de l’échelon inférieur. 

Ces subventions « supplémentaires », inscrites dans le « plan de relance post Covid-19 » de la FSF, seront effectives après réception de l’appui de la FIFA pour 870 millions, la CAF pour 290 millions et l’Etat du Sénégal (non précisé). 


Guillaume Soro exprime une « grande tristesse » après le décès de Gon Coulibaly

Publié le 09.07.2020 à 02h18 par APA

L’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, a exprimé mercredi une « grande tristesse » après le décès du Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, avec qui il a partagé une longue fraternité », dans un post sur son compte Twitter.« J’apprends ce soir le décès du Premier ministre de la Côte d’Ivoire, Amadou Gon Coulibaly avec qui j’ai partagé une longue fraternité. Même si ces temps-ci je n’ai pas eu l’opportunité de lui parler », a dit M. Guillaume Soro, actuellement hors de son pays.  

A cet instant de deuil et de « grande tristesse pour ma famille et moi, nos pensées vont à l’endroit de son épouse et de ses enfants », ajoute-t-il, présentant ses condoléances à tous ceux qui sont affligés par cette situation. 

Pour le président de Générations et peuples solidaires (GPS), un mouvement citoyen, Guillaume Soro,  estime que « ces moments douloureux doivent nous amener à méditer la condition humaine et le jeu politicien n’a pas droit de cité en cette circonstance ».  

Évacué à Paris début mai 2020 à Paris, M. Amadou Gon Coulibaly a regagné jeudi Abidjan où il a été accueilli par le président Alassane Ouattara, son épouse et plusieurs membres du gouvernement. Le « Lion », comme l’on le surnomme, est décédé après un Conseil des ministres. 

En mars dernier, Amadou Gon Coulibaly (61 ans) avait été désigné candidat du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le parti d’Alassane Ouattara pour l’élection présidentielle d’octobre prochain.


African Guarantee Fund : l’Ivoirien Félix Bikpo promu PCA, le Camerounais Jules Ngankam nommé DG par intérim

Publié le 09.07.2020 à 02h18 par APA

African Guarantee Fund (AGF), une institution financière panafricaine, vient d’opérer une transition dans sa direction avec Félix Bikpo comme Président du Conseil d’administration et le Camerounais Jules Ngankam nommé directeur général par intérim.« M. Felix Bikpo, directeur général du groupe depuis sa création, devient Président du Conseil d’Administration et le directeur général adjoint, M. Jules Ngankam, est nommé directeur général par intérim », annonce l’institution dans une note.

Ce changement intervient après un mandat de neuf ans de M. Felix Bikpo à la tête de l’African Guarantee Fund (AGF). Directeur général du Groupe depuis sa création, il a décidé de se retirer de son poste.

Selon le texte annonçant cette transition de postes, il lui a été proposé de rejoindre le Conseil d’Administration où, conformément aux recommandations des actionnaires, M. Bikpo a été nommé Président du Conseil d’administration à compter du 1er Juillet 2020.

« Ma plus grande satisfaction est que le secteur financier ait pris conscience du rôle des PME comme moteur de la croissance économique ; grâce à nos produits de garantie, nous avons directement facilité l’octroi d’un volume important de financement aux PME avec pour effet un grand impact économique et social sur le continent », s’est félicité M. Bikpo.

« Par ailleurs, l’obtention de la notation AA- par Fitch Ratings en 2017, renouvelé à deux reprises, démontre du positionnement de AGF comme leader sur le marché de la garantie en Afrique, et de son expertise dans le domaine du financement des PME. Je suis fier de la contribution apportée, surtout en faveur de la prochaine génération », a-t-il poursuivi.  

Donnant un aperçu de son bilan, M. Félix Bikpo a déclaré que « depuis notre création, plus de 21 000 PME de divers secteurs d’activités ont bénéficié de financement, autrefois inaccessible, grâce au financement de AGF avec les PFI ».

« Au cours de ces neuf années d’activités, AGF a émis plus d’un milliard de garantie de risque, mettant ainsi à disposition plus de 2 milliards de dollars de financement au bénéfice de PME dans 40 pays africains », a-t-il encore expliqué.

M. Jules Ngankam, l’actuel directeur général adjoint du groupe, a été porté par le Conseil d’Administration au poste de Directeur Général par intérim à compter du 1er juillet 2020. Il a rejoint l’institution en 2013 en tant que directeur financier.

Nommé directeur général Adjoint par le Conseil d’Administration en avril 2017, Jules Ngankam  possède plus de 15 ans d’expérience dans le domaine des services bancaires et financiers au sein d’institutions financières de premier plan.

Avant de rejoindre le groupe, M. Ngankam a travaillé pendant huit ans chez Barclays Capital, la banque d’investissement du Groupe Barclays PLC, où il a occupé différents postes, en tant que gérant de portefeuille de produits dérivés et vice-président au sein de l’équipe de gestion de la trésorerie du groupe.

M. Ngankam est diplômé en statistiques et économie de l’ENSAE Paris et en management de l’ESSEC Business School de Paris. Il est également titulaire d’un master en mathématiques appliquées de l’Université de Paris Dauphine.

« Je suis heureux de participer à réduire les obstacles auxquels font face les PME et à soutenir les institutions financières à surmonter les défis qu’elles rencontrent en finançant ces dernières. AGF demeure déterminé à continuer de fournir un service de qualité à ses partenaires, surtout pendant cette période difficile », a déclaré M. Ngankam. 


Le décès d’Amadou Gon Coulibaly est une «perte nationale», selon Affi N’Guessan)

Publié le 09.07.2020 à 01h18 par APA

Le décès du premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly est une « perte nationale», a estimé mercredi Pascal Affi N’Guessan, le président statutaire du Front Populaire ivoirien ( FPI, opposition) dans une adresse de condoléances diffusée sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne ( RTI, service public).« C’est une grande disparition pour notre pays. C’est la République qui est en deuil et  je voudrais au nom du FPI et en mon nom personnel, présenter mes sincères condoléances au chef de l’Etat, aux membres du gouvernement, à la famille du premier ministre et  à tous les ivoiriens parce qu’en définitive, c’est une perte nationale», a déclaré M. Affi. 

« C’est une disparition qui nous concerne tous et nous devons nous mobiliser pour lui rendre hommage », a ajouté M. Affi assurant de l’entière disponibilité de son parti à « prendre toute sa part dans l’hommage mérité que toute la Côte d’Ivoire va rendre à ce digne fils qui nous quitte, disons l’arme à la main». 

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly est décédé mercredi à Abidjan à l’âge de 61 ans, six jours après son retour de Paris, où il a subi une intervention chirurgicale au niveau du cœur. 

En mars dernier, il avait été désigné candidat du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le parti d’Alassane Ouattara pour l’élection présidentielle d’octobre prochain.


La crise sanitaire nuira aux exportations du Maroc de phosphate naturel et ses produits dérivés (BAD)

Publié le 09.07.2020 à 01h18 par APA

La crise sanitaire, qui affecte les principaux partenaires commerciaux du Royaume, nuira aux exportations, notamment à celles de phosphate naturel et ses produits dérivés qui ont représenté la moitié des exportations et un dixième du PIB en 2018-2019, selon le dernier rapport sur les perspectives économiques en Afrique 2020, publié par la Banque africaine de développement (BAD).Elle nuira aussi aux importations de biens d’équipement pour les secteurs internationaux du Maroc, à savoir les industries de l’automobile, de l’aéronautique et de l’électronique, relève le rapport, ajoutant que les mesures de confinement ont également affecté le tourisme, les hôtels, les restaurants et le transport, tandis que le PIB agricole était déjà entravé par des précipitations inférieures à la moyenne.

Dans ce contexte, il est probable que le Maroc entre en récession en 2020, prévoit la BAD qui souligne que si la pandémie ralentit dans la première moitié de l’année 2020, les prévisions de croissance devraient être de 7 points de pourcentage en deçà de ce qui était prévu initialement. Cependant, si la pandémie se poursuit jusqu’en décembre, la croissance devrait baisser de 8,3 points de pourcentage.

Selon la BAD, le déficit budgétaire devrait augmenter de 3 % à 3,4 % par rapport à ce qui était prévu avant la pandémie. Quant au déficit du compte courant, il devrait atteindre 3,9 % en raison de la diminution des dépenses de voyages, des transferts envoyés par les Marocains résidant à l’étranger, et des investissements directs étrangers, mais il sera atténué par la baisse des prix du pétrole, constate le rapport de la BAD.

Dans l’hypothèse d’un retour de l’activité à la normale en 2021, la croissance du PIB devrait revenir à 4 %. Les déficits du budget et du compte courant devraient s’améliorer, et atteindre respectivement de 4,8 % à 5,3 %, et de 4,2 % à 5,3 % du PIB, est-il noté.


Côte d’Ivoire: aucune pénalité n’a été appliquée sur les factures dont la date limite a été reportée

Publié le 09.07.2020 à 01h18 par APA

La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) a indiqué mercredi dans un communiqué transmis à APA qu’aucune pénalité n’a été appliquée sur les factures d’électricité dont la date limite avait été reportée par l’Etat en raison de la Covid-19 contrairement à certaines allégations sur les réseaux sociaux.« Depuis quelques semaines, nous constatons des publications sur les réseaux sociaux faisant état d’application de pénalités sur les factures dont la date limite avait été reportée par l’Etat de Côte d’Ivoire.  Aucune pénalité n’a été appliquée sur les factures dont la date limite a été reportée par l’Etat », a démenti  la CIE.

Selon cette compagnie, la date limite des factures concernées  fixées respectivement au 15 juillet et 17 Août 2020 n’étant pas encore arrivées à expiration, il est matériellement impossible d’y appliquer des pénalités.  

Les cas de pénalités observés  sont ceux portant sur des impayés antérieurs à la période de mars et avril 2020, a précisé la compagnie ajoutant  également que  les cas de pénalités observés portent sur des factures de clients abonnés au tarif professionnel et non concernés par la mesure de report de date limite.

« La CIE voudrait donc rassurer l’ensemble de ses abonnés et leur confirmer que les allégations circulant sur les réseaux sociaux sont sans fondement. Elle veille à l’application effective des mesures arrêtées par le Gouvernement », a conclu le communiqué.

En mars dernier, le gouvernement ivoirien a annoncé la prise en charge des factures d’électricité des pauvres en raison de la pandémie à Covid-19. Par ailleurs, l’exécutif ivoirien a décalé pour l’ensemble des abonnés les dates limites de paiement des factures d’électricité et d’eau d’avril à juillet 2020 et de mai à août 2020.


Le Maroc rouvre le 14 juillet ses frontières aériennes et maritimes pour les Marocains et les résidents étrangers

Publié le 09.07.2020 à 01h18 par APA

Le gouvernement marocain a annoncé, mercredi, l’ouverture à partir du 14 juillet à minuit des frontières aériennes et maritimes pour les citoyens Marocains et les résidents étrangers au Maroc, ainsi que leurs familles, indique un communiqué de l’exécutif.Les compagnies aériennes nationales programmeront autant de vols que nécessaires pour la réussite de l’opération, a indiqué la même source, précisant que les passagers seront tenus de présenter, avant l’embarquement, un test PCR de moins de 48H, ainsi qu’un test sérologique.

Le communiqué a relevé également que des bateaux ferrys seront programmés à cet effet, exclusivement à partir des ports de Sète (en France) et de Gêne (en Italie), à l’exclusion de tout autre port, ajoutant que les voyageurs de ces ferrys seront tenus de fournir un test PCR de moins de 48 h et de se conformer aux mesures d’hygiène strictes préconisées.

Un contrôle PCR pourrait éventuellement être effectué pendant le voyage, selon la même source.

Les Marocains résidents à l’étranger ainsi que les étrangers résidant au Maroc pourront quitter le Royaume, à l’issue de leur séjour, par les mêmes moyens aérien et maritime, conclut le communiqué.


Le Pdci, ex-allié du pouvoir, se dit profondément affligé suite au décès de Gon Coulibaly

Publié le 09.07.2020 à 00h18 par APA

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-allié du pouvoir), s’est dit mercredi profondément affligé à la suite du décès du Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, dans un message de condoléances signé de son président Henri Konan Bédié.« C’est avec une grande consternation que je viens d’apprendre le décès, survenu ce mercredi 08 juillet 2020, de Amadou Gon Coulibaly, Premier Ministre, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Chef du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire », a déclaré M. Bédié. « Son décès, inattendu ce jour, nous afflige profondément », ajoute le texte. 

De retour de Paris le 2 juillet 2020, après deux mois de soins pour des problèmes cardiaques, M. Amadou Gon Coulibaly a repris le travail, le 6 juillet, soit quatre jours après son arrivée. 

Pour le Pdci, la Côte d’Ivoire perd un « grand serviteur de l’état, (car le défunt chef du gouvernement) reste un exemple de loyauté et de fidélité dans le respect de ses convictions politiques ». Proche collaborateur de Alassane Ouattara, il a passé 30 ans à ses côtés. 

« Je voudrais adresser mes sincères condoléances et ma compassion à son épouse, à ses enfants, et à sa famille (ainsi qu’au) au président Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire qui perd un fidèle et loyal collaborateur », écrit M. Bédié.

M. Amadou Gon Coulibaly était désigné comme candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), le parti au pouvoir en Côte d’Ivoire pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. 


Covid-19 : « il faut protéger les travailleurs et les emplois à travers le monde » (Ramaphosa)

Publié le 08.07.2020 à 23h18 par APA

La communauté internationale devrait protéger les travailleurs contre la montée du chômage à travers une protection sociale universelle, a déclaré mercredi le président sud-africain Cyril Ramaphosa.Il s’exprimait mercredi en visioconférence au sommet mondial de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la Covid-19 et le monde du travail.

 M. Ramaphosa, qui est également le président de l’Union africaine, a déclaré : « nous devons investir dans le renforcement des capacités, le développement des compétences, l’apprentissage, l’intégration sur le lieu de travail et la promotion de l’égalité des sexes ». 

Et d’ajouter : « alors que nous nous efforçons de nous remettre de cette pandémie de coronavirus, continuons à être guidés par l’esprit de solidarité pour faire en sorte de placer les personnes et leur bien-être au centre de tous nos efforts ».

 « Plus important encore, toutes nos réponses à cette pandémie ne devraient laisser personne derrière », a-t-il déclaré, ajoutant que la pandémie avait donné « un élan supplémentaire à l’objectif de rendre les lieux de travail plus agiles, plus adaptables et plus sûrs ».

 « Alors que nous nous tournons collectivement vers l’avenir, nous avons une tâche immense à accomplir pour reconstruire nos vies et nos économies brisées », poursuit-il.

 « À bien des égards, cette pandémie nous a imposé un changement de nature transformationnelle, un changement qui, autrement, aurait été progressif et lent ».

 M. Ramaphosa a souligné l’importance de transformer les cadres politiques nationaux pour soutenir la création d’emplois décents et durables.

 « Le monde entier est au milieu d’une crise mondiale sans précédent. Mais en son sein se trouvent les germes de la possibilité d’apporter une plus grande sécurité économique, l’égalité des chances et la justice sociale à ceux qui travaillent, à ceux qui ont perdu leur emploi et à ceux qui cherchent du travail ».