Main Menu

April, 2020

 

Maroc : Une femme tue ses trois enfants et tente de se donner la mort

Publié le 01.05.2020 à 01h18 par APA

Un terrible drame a secoué la ville de Casablanca en ce mois sacré du Ramadan. Une femme a commis le forfait de tuer ses trois enfants en coupant les artères de leurs poignets à l’aide d’un objet contondant avant de tenter de se donner la mort en assénant avec le même objet des coups au niveau du poignet et du ventre. Et pour cause des différends familiaux.En effet, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué que les techniciens de la scène du crime et les officiers de la police judiciaire du District de police de Hay Hassani à Casablanca ont entamé, jeudi après-midi, les procédures d’examen des corps de trois frères, âgés respectivement de 9, 7 et 3 ans, retrouvés au domicile familial avec les artères de leurs poignets tranchés avec un objet contondant.

Les techniciens de la scène du crime et les officiers de la police judiciaire ont également examiné la mère des trois victimes, trouvée inconsciente avec des blessures au niveau du poignet et du ventre, infligées par le même objet tranchant, a précisé la DGSN dans un communiqué, soulignant que la mère a laissé un message écrit qui fait référence à sa volonté de se donner la mort pour des différends familiaux.

Des médicaments susceptibles d’avoir été utilisés pour droguer les enfants victimes avant leur assassinat ont été saisis sur la scène de crime, a poursuivi la même source, notant que la mère blessée a été placée sous surveillance médicale à l’hôpital, alors qu’une enquête préliminaire a été ouverte par le service préfectoral de la police judiciaire sous la supervision du parquet compétent.

L’enquête se poursuit avec le mari pour déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire, ajoute le communiqué, ajoutant que le message écrit ainsi que des contenues numériques échangés par la mère avec sa famille avant la commission de ces actes criminels ont été soumis à l’expertise technique et informatique, et ce pour s’assurer de l’éventualité d’un crime de meurtre accompagné de tentative de suicide.


Rehabilitation of Liwonde barrage reduces power outages in Malawi, as water levels in Lake Malawi rise

Rehabilitating Malawi dam Liwonde Dam

Malawi can now see the benefits and wise leadership of Professor Arthur Peter Mutharika who approved the rehabilitation of Liwonde barrage which controls fluctuation of water in Lake Malawi. Blackouts have been minimized in Malawi due to the completion of maintenance works at Liwonde Barrage.

Water level in Lake Malawi has risen to about 1 meter higher than was the case same time last year – the highest point in nearly a decade. This is according to data collected from the country’s three main water level monitoring stations at Chilumba in Karonga, Nkhata – Bay and Monkey Bay in Mangochi district.

“On 20th April, the level was at 474.82 metres. That is 0.65 metres higher than was the case same time last year,” confirmed Simeon Shumba, Publicist in the Ministry of Irrigation and Water Development.

This increase in water level means that there will be an increase in Agricultural activities in the lower Shire and coupled with a good investment it will lead to high Agricultural production.

Greenbelt initiative which is a vision of the late President Ngwazi Professor Bingu wa Mutharika and now being implemented by the incumbent President Professor Arthur Peter Mutharika will now begin through:

1. Mangochi-Malombe Project **specifically earmarked for Legumes farming.

2. Mwananjobvu Project in Chikwawa and Nsanje **for the farming of cotton, maize, millet and livestock production.

3. Nchalo-GBI Project* in Chikwawa for the growing of sugarcane.

Malawi depends on Hydro Electric Power and in the past decades ESCOM/ENGENCO has struggled to generate enough electricity for the country due to low water levels in Shire river. With increased water levels in Lake Malawi blackouts will be a thing of the past.

Together taking Malawi forward under the wise and dynamics leadership of Professor Arthur Peter Mutharika, the fruits of this visionary leader are easily laid bare.

Let us give Professor Arthur Peter Mutharika time to develop this nation. A dry port at Liwonde is in the offing which will open up Malawi to the whole world.

Apart from the dry port Professor Arthur Peter Mutharika wants to transform Mangochi into a tourist’s destination in Africa by constructing an International Airport and a 5-star hotel and a financier for these two projects has already been identified.

No one can deny that Peter Mutharika is delivering beyond expectations.

The post Rehabilitation of Liwonde barrage reduces power outages in Malawi, as water levels in Lake Malawi rise appeared first on The Maravi Post.


Côte d’Ivoire : le personnel soignant doté de matériel de protection pour « gagner la guerre» contre le Covid-19

Côte d’Ivoire : le personnel soignant doté de matériel de protection pour « gagner la guerre» contre le Covid-19 – Journal de BanguiCôte d’Ivoire : le personnel soignant doté de matériel de protection pour « gagner la guerre» contre le Covid-19 – Journal de Bangui


End of Mighty DPP is nigh…As UDF poised to bounce back into power

President Peter Mutharika and Atupele Muluzi

Nenenji Mlangeni

BLANTYRE-(MaraviPost)-The Democratic Progressive Party (DPP) will no longer exist after the 2nd July 2020 Presidential Elections as the leadership mantle returns to the United Democratic Front (UDF) through President Peter Muthalika’s eminent appointment of Atupele Muluzi as his Running Mate.

An impeccable source within the UDF strategy team has confirmed that Bakili Muluzi has confided in the UDF Veterans whom he invited to his BCA Hills residence, for an update of his political shenanigans around a return to power of the UDF through his son Atupele Muluzi.

Dr Muluzi sponsored the UDF veterans to start making the demands that Atupele Muluzi be appointed Running Mate to APM in the forthcoming elections and that failing which there will be an exodus of UDF followers to the MCP-UTM Alliance to exert pressure on Peter Mutharika to pick Atupele Muluzi as his running-mate.

Dr Muluzi, who has been around in politics and goes about boasting of being the political engineer, said in the meeting that “ufulu ukubwelera kwa omwe anabeledwa.

I have been working tirelessly waiting for the day that we will reclaim that which was stolen from us by Bingu Wa Mutharika.

Peter Mutharika is an invertebrate without a backbone and he has always executed the plans I have advised him to do.

This time around, he will simply see the tide and give Atupele the position. Have no doubts about it,” said a source privy to the meeting.

According to the source, Bakili’s plan is to take advantage of the lack of succession in the DPP to ensure that his ‘operation take over’ successfully comes to pass.

“The DPP has never had a succession plan at any time, and does not have one now. This is the reason why the hood of the party’s old guards is always quick to scheme the removal of anyone with ambition to succeed Mutharika. Look at Dr Saulos Chilima, Dr George Chaponda, Dr Thom Mpinganjira and soon- to- be- gotten- rid- of Kondwani Nankhumwa. These are examples of a lack of succession plan which Bakili Muluzi is taking advantage of,” said the source.

The source added that it is the general sentiments within the UDF that the DPP is at its weakest point because of the current bitter inside squabbling and non-stop shadow boxing over its leadership, and it is the time Bakili wants the UDF to go for the kill. The UDF also wants DPP to make good on its alliance agreement appointing its members to positions at embassies and in parastatals forthwith.

According to a Chancellor Collage based political analyst, DPP is a political party on the verge of collapse and the only sensible thing to do is to give back power to the rightful owners – the UDF.

“Dr Muluzi has played smart with Peter Mutharika, pretending to be pleading for mercy in his 1.7 billion kwacha abuse of funds case, when in real sense he was subtly plotting to snatch back power from DPP through his son Atupele via a phoney DPP-UDF working coalition,” said the analyst.

The scheme is simple: to put pressure on Peter Mutharika to announce that Atupele Muluzi will be his running mate before the 6-7 May 2020 Nominations Paper Presentation to avoid any last minute surprises like it happened with Chimulilenji in 2019.

DPP will present its papers on the 7th May 2020 and the agreement within the DPP through its political gurus including Francis Mphepo was to tag along UDF and ditch them at the last minute and pick Everton Chimulilenji as a running mate again.

“We will be the last party to present nomination papers as such Atupele Muluzi will have no option but to support our coalition as he will have no time to present papers to contest the 2 July 2020 elections” said a DPP strategist who has strong links to Madam Gertrude Mutharika, a close business associate and confidante to Norman Paulos Chisale.

It is an open secret that Peter Mutharika who is advanced in age and is not fully fit, will not be active administratively to run matters of the state after the 2020 elections. The UDF grand plan is in motion and will surely yield benefits as Peter Mutharika is only looking forward to a restful retirement.

Meanwhile Mulhako wa Alhomwe trustees held an emergency meeting on 29th April 2020 at its Chairman, Leston Mulli’s house in Mapanga, Blantyre where they resolved to oppose and block the appointment of Atupele Muluzi as running-mate to Peter Mutharika in the forthcoming fresh election. The Mulhako grouping clearly sees through Bakili Muluzi’s scheme to return to power through the DPP/UDF Alliance and has vowed to stop Mutharika from sacrificing what they say is their Lhomwe political party at the altar of Mutharika’s personal agreements with Bakili.

The post End of Mighty DPP is nigh…As UDF poised to bounce back into power appeared first on The Maravi Post.


Covid-19: Kenyatta invite les pays africains à coopérer dans la lutte

Publié le 30.04.2020 à 22h18 par APA

Le président Uhuru Kenyatta a appelé mercredi les pays africains à renforcer leur collaboration dans la lutte contre la pandémie de coronavirus, prônant le partage d’informations et la mutualisation des moyens d’intervention.S’exprimant lors d’une réunion virtuelle du Bureau de l’Assemblée de l’Union africaine avec les présidents des communautés économiques régionales (CER), le chef d’Etat kenyan a d’abord exprimé son appréciation du soutien de la communauté internationale à l’Afrique, avant de souligner la nécessité pour le continent de se mobiliser contre cette maladie. Pour lui, l’unité garantira de meilleurs résultats.

« Je veux dire que nous devons être capables de travailler ensemble et de mettre en commun les faibles ressources dont nous disposons et de montrer que nous sommes également capables de nous unir pour vaincre ce virus », a déclaré le président kenyan, notant que le Covid-19 continue de frapper de plein fouet le monde et n’épargne pas les plus riches.

« Nous sommes confrontés à des contraintes financières, matérielles et structurelles. Cependant, nous devons également faire face à la réalité selon laquelle les ressources sont limitées partout et même les pays les plus riches luttent aujourd’hui à la suite de cette pandémie mondiale. Par conséquent, je suis très encouragé par ce que nous faisons pour nous-mêmes sur le continent », a dit Uhuru Kenyatta dans un communiqué publié jeudi à Nairobi. 

Les pays du continent, avec à leur tête l’Afrique du Sud et l’Egypte, ont promis 61 millions de dollars pour lutter contre le Covid-19. Mais Kenyatta a insisté sur la nécessité d’encourager les pays africains à sortir les moyens financiers pour intensifier la riposte continentale.

« Alors que nous menons la lutte contre cette pandémie qui continue de représenter une menace existentielle pour bon nombre de nos pays, je pense également qu’il y a des signes encourageants si nous continuons de maintenir le cap, de rester concentrés, vigilants et, plus important encore, disciplinés », a-t-il ajouté.

En outre, le dirigeant kenyan a dit sa préoccupation au sujet de l’augmentation des infections de manière quotidienne, notant que dix pays en Afrique comptent plus d’un millier de cas et trois ayant franchi la barre des 4000.

Il a ainsi exhorté les pays à intensifier les actions visant à contenir la propagation de cette maladie respiratoire en augmentant les tests et en renforçant les mesures de surveillance.


Lancement de Solidarité Ramadan pour 2000 victimes des crises ivoiriennes

Publié le 30.04.2020 à 22h18 par APA

La ministre ivoirienne de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Pr Mariatou Koné, a lancé jeudi à Abidjan une opération baptisée « Solidarité Ramadan » qui vise à distribuer des kits alimentaires à environ 2000 « victimes vulnérables » des crises survenues en Côte d’Ivoire, a constaté APA sur place.« Aujourd’hui c’est solidarité Ramadan vis-à-vis des victimes des crises survenues en Côte d’Ivoire. Parmi ces victimes, il y a des vulnérables. Donc, nous leur avons fait appel pour leur donner un kit Ramadan. Nous avons appelé des victimes qui sont de confession musulmane mais également ceux qui ne sont pas de cette religion mais qui sont aussi affectés », a expliqué Mme Koné.

Poursuivant elle a précisé que cette opération de Solidarité Ramadan est différente de celle qui se fait actuellement en faveur des familles vulnérables pour les aider à lutter contre le Covid-19.

 Toutefois,  Mme Koné a souligné qu’ en plus des kits alimentaires, les victimes bénéficiaires de Solidarité Ramadan recevront aussi des kits sanitaires contre la maladie à Coronavirus.

En retour,  les bénéficiaires de cette opération ont successivement exprimé leur gratitude au gouvernement ivoirien et à la ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté.

«Nous disons tous nos encouragements à la ministre car elle est vraiment au front social », a estimé Lassina Kanté, le président du Conseil d’administration de la confédération des organisations des victimes de la crise ivoirienne ( COVICI).


NICE Trust urges Malawi electoral body to reopen voter registration for phase one districts

BLANTYRE-(MaraviPost)-National Initiative for Civic Education (NICE) Trust on Thursday, April 30, 2020 requested Malawi Electoral Commission (MEC) to reopen voter registration for phase one in all districts that was nipped in the bud following the anticipated lockdown that the state president announced as one way of curbing the spread of the novel coronavirus.

In a statement singed by NICE Trust Executive Director Ollen Mwalubunju observed the non-existence on community mobilization process by political parties, inadequate time for stakeholders to civic education the communities among others which were caused by the COVID-19 pandemic in the country.

Mwalubunju also unveiled the lack of NB staff at registration centers which made it impossible for potential voters who do not posses National ID’s to register for the upcoming elections and numerous number of new registers which indicate that there will be no significant differences in voting patterns.

NICE has consequently urged all political parties to join forces with all stakeholders to mobilize people to go and register while following the recommendations that were put forward by COVID-19 committee to curb the spread of the novel coronavirus.

NICE has also applauded MEC and all stakeholders accepting the concourt rulling to conduct fresh presidential elections on 2nd July 2020.

The post NICE Trust urges Malawi electoral body to reopen voter registration for phase one districts appeared first on The Maravi Post.


Thieves steal from TDI office in Malawi’s Chitipa

CHITIPA-(MaraviPost)-Malawi Police in Chitipa are hunting for unknown criminals who broken into Tubepoka Development Initiative (TDI) office and stole two motorcycles.

The incident took place on April 29, 2020 at Tubepoka Development Initiative District Office.

It is reported that two Yamaha motorcycles belonging to Tubepoka Development Initiative were kept in the office and as usual, the security guard reported on duty before the employees knocked off.

To the surprise, the following morning two motorcycles were missing and the matter was reported to police who visited the scene and established that there was no physical breaking that took place.

This prompted police to pick the security guard for questions

Meanwhile, police in the district are appealing to the general public to come forth with information that could lead to arrest of the criminals and recovery of the Motorcycles.

The post Thieves steal from TDI office in Malawi’s Chitipa appeared first on The Maravi Post.


Signature d’un «accord de collaboration» entre le FPI et le Pdci à 6 mois de la présidentielle ivoirienne

Publié le 30.04.2020 à 21h18 par APA

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), ex-allié au pouvoir, et une frange du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), dirigée par Assoa Adou, ont signé jeudi à Abidjan un « accord de collaboration », à six mois de la présidentielle, en vue de la réconciliation des Ivoiriens.Le document cadre de l’« accord de collaboration » entre le Pdci et le Fpi, le parti fondé par l’ex-président Laurent Gbagbo, dénommé « Projet de réconciliation des Ivoiriens pour une paix durable », a été présenté au siège du Pdci par Philippe Ezaley, vice-président du Pdci, face à la presse. 

Cet accord cadre est l’aboutissement de longues séances de travail d’un Comité paritaire organisées pour l’élaboration du document cadre consignant leur « engagement commun à œuvrer de concert pour le retour de la paix et de la réconciliation des Ivoiriens qui en expriment, chaque jour, le besoin ».

« La méthode de réconciliation que nous proposons est de type participatif et inclusif », a dit M. Ezaley, indiquant qu’elle permettra de « pardonner dans la vérité et la justice, d’éliminer les séquelles des crises successives, de trouver des solutions originales aux problèmes qui sont à la base des crises ».

Cette réconciliation nationale, soutiendra-t-il, est de construire ensemble une « nouvelle Côte d’Ivoire » sur la base de principes, règles et valeurs partagés avec tous les Ivoiriens et tous les étrangers résidant en Côte d’Ivoire.

Le Pdci et le Fpi dénoncent « un contexte marqué par l’absence de volonté politique des tenants du pouvoir Rhdp-unifié à aller à la vraie réconciliation ». Ce faisant, ces deux partis portent témoignage de leur engagement d’agir ensemble, dès maintenant, pour faire la promotion de la réconciliation auprès des Ivoiriens. 

Il s’agira pour les partis signataires, dira-t-il, de dire ensemble aux Ivoiriens leurs attentes relatives au processus de réconciliation, en vue de l’établissement pour l’avenir de principes et de valeurs qui assureront le retour de la paix et de la cohésion pour un « nouveau contrat social ».

Cet accord cadre vise en outre à « mobiliser tous les partis de l’opposition et la société civile pour le processus de réconciliation, appeler le Rhdp-unifié et le gouvernement à s’impliquer de manière effective dans le processus de réconciliation nationale », a-t-il poursuivi.

De ce fait, le Fpi et le Pdci agiront ensemble pour une réconciliation nationale effective et inclusive, à travers le message suivant:  «Adhérer au processus de réconciliation, c’est vouloir la paix, la cohésion , l’unité pour la Côte d’Ivoire », a-t-il souligné. 

Pour ces deux principaux partis de l’opposition ivoirienne, cette action devrait permettre d’éliminer les séquelles de la crise post-électorale par la « libération de tous les prisonniers politiques, le retour du président Laurent Gbagbo, du ministre Charles Blé Goudé, de l’ex-maire du Plateau Noël Akossi Bendjo. »

Ils envisagent en outre d’ « organiser et réussir le retour de tous les exilés, de rendre transparent le processus électoral et de redonner à la Côte d’Ivoire une chance de renouer avec la paix et la cohésion pour le futur ». 

« La réconciliation des Ivoiriens est pour le Pdci et le Fpi, chefs de file des Plateformes Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) et Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS dont le référent politique est Gbagbo), un impératif et un devoir républicains », a déclaré M. Ezaley. 

 Le 29 juillet 2019, à Bruxelles, le président du Pdci Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo, ont échangé au cours d’une rencontre historique. Les deux personnalités ont pris la décision d’œuvrer ensemble pour la promotion de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

Sous l’impulsion de MM. Gbagbo et Henri Konan, le Fpi et le Pdci ont entrepris d’établir ce document cadre de collaboration qui définit les enjeux et les méthodes nécessaires à la réalisation d’une réconciliation et d’une paix durable en Côte d’Ivoire en vue de mettre un terme définitif à la division et à la guerre dans le pays.

La délégation du Fpi, présente au siège du Pdci à Cocody, dans l’Est d’Abidjan, comprenait Hubert Oulaye, Dano Djédjé, Koné  Aboubacar. Elle était conduite par Assoa Adou, secrétaire général de cette frange du Fpi. 


Maroc/Covid-19 : Interpellation de plus de 85.000 individus en violation de l’état d’urgence sanitaire

Publié le 30.04.2020 à 21h18 par APA

Les services sécuritaires marocains ont interpellé 85.778 personnes, dont  4.289 dans les dernières 24 heures, pour violation de l’état d’urgence sanitaire, prorogé d’un mois supplémentaire jusqu’au 20 mai prochain pour juguler la propagation de la pandémie du Covid-19, indique un communiqué de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN).Selon la DGSN, 44.951 individus ont été déférées devant les parquets compétents après la procédure de la garde à vue.

Dans ce cadre, la DGSN assure que ses services continueront d’intensifier les opérations de contrôle au niveau de toutes les villes et de coordonner leurs interventions avec les différentes autorités publiques en vue d’imposer l’application stricte et ferme de l’état d’urgence, à même de garantir la sécurité sanitaire de l’ensemble des citoyens.

Les autorités publiques ont pris des mesures drastiques pour enrayer la propagation du virus. Ainsi, un état d’urgence sanitaire a été décrété depuis le 20 mars et prorogé jusqu’au 20 mai prochain.

Aussi, les autorités publiques ont décrété un couvre-feu nocturne entre 19H00 à 05H00 à compter du 25 avril, qui coincide avec le premier jour du mois du Ramadan, et ce dans le cadre du renforcement des mesures de l’état d’urgence sanitaire.

A ce jour, le Maroc recense 4.423 cas testés positifs, dont 170 décès et 984 patients guéris, selon les données fournies ce jeudi matin par le ministère de la santé.