Main Menu

Sunday, March 8th, 2020

 

oPt: Children in Gaza Strip continue to face barriers to accessing healthcare

7,909 referrals issued to access health facilities outside the Palestinian MoH
2,437 Gaza
5,472 West Bank

70% of Gaza patient permit applications approved 51% of Gaza companion permit applications approved

86% of West Bank patient permit applications approved
81% of companion permit applications approved

2 Gaza patients called for security interview
2 denied

Part l Referrals

January Referrals by the Ministry of Health In January, the Palestinian Ministry of Health approved 7,909 referrals. 71% (5,472) of referrals were for West Bank patients, including 1,006 referrals for patients from East Jerusalem, while 29% (2,437) of referrals were for Gaza patients. Female patient referrals comprised 47% of the total. There was a 29% increase in referrals to Israeli hospitals from the West Bank compared to the second half of 2019, from a monthly average of 355 referrals to 457 for January. Meanwhile, there was a 54% reduction in referrals from the Gaza Strip to Israeli hospitals, from an average of 94 referrals in the second half of 2019 to 61 referrals in January. Referrals from the West Bank and Gaza Strip to Israeli hospitals continue to be significantly lower than the average monthly referrals for 2018, which were 1,185 and 389 respectively. Referrals from Gaza to Egypt, requiring access through Rafah, comprised 16% (384) of the total; an increase from the monthly average of 245 in the first half of 2019. Two-thirds (66%) of Gaza referrals required Israeli-issued permits. In the West Bank, 53% of referrals were to facilities in East Jerusalem or Israel, the majority of which require Israeli-issued permits to access health care.
Chart 1 shows the number of referral documents issued to patients by the Palestinian MoH from May 2019 to January 2020.


Journée mondiale des femmes: l’Espagne défile contre le « patriarcavirus »

Publié le 08.03.2020 à 22h51 par AFP

Battant du tambour ou portant des masques chirurgicaux contre le « patriarcavirus », des centaines de milliers de manifestantes ont déferlé dans les rues d’Espagne dimanche pour la journée internationale des droits des Femmes.

« Le machisme tue plus que le coronavirus », pouvait-on lire sur l’une des pancartes qui émergeaient de la marée violette, couleur du féminisme, qui a traversé Madrid en fin de journée.

Quelque 120.000 personnes ont marché, crié, chanté ou dansé dans les rues de la capitale pour réclamer l’égalité et la sécurité pour les femmes du monde entier, selon les chiffres de la préfecture de Madrid, soit nettement moins que les 350.000 recensées l’an dernier.

« Cette année je devais venir avec deux collègues de travail. Mais en fin de compte, elle ne sont pas venues à cause du coronavirus. Elles ont des proches fragiles, c’est pour éviter de possibles contaminations », a déploré comme de nombreuses autres manifestantes la madrilène Beatriz Casado Gomez, 59 ans, venue avec ses deux filles.

– « Machismovirus » –

Mais plutôt que d’avoir peur du nouveau coronavirus, de nombreuses manifestantes ont récupéré et détourné l’épidémie mondiale avec d’autres slogans tels que « Y en a marre de satisfaire le machismovirus ».

« Patriarcavirus », pouvait-on lire aussi sur le masque sanitaire d’une manifestante, alors que le hashtag #patriarcavirus » est devenu viral sur Twitter après sa diffusion par un collectif féministe de Madrid cette semaine.

Le chant « Un violeur sur ton chemin », devenu un hymne féministe viral après son succès au Chili fin 2019, a lui aussi été entonné et chorégraphié plusieurs fois dans la journée aux quatre coins du pays.

Étudiante mexicaine de 21 ans à Madrid, Lily Quintero, a confié en défilant dans le cortège de la capitale qu’elle avait le 8 mars en tête avant d’arriver en Espagne: « J’avais lu sur les manifestations féministes ici à Madrid, surtout le 8 mars. Alors quand j’ai choisi de venir en échange universitaire, je savais que ce serait une opportunité ».

– L’Espagne comme référence –

En Espagne, le 8 mars est devenu un rendez-vous incontournable pour les féministes depuis 2018 lorsque une grève massive avait été suivie et des centaines de milliers de personnes avaient défilé dans les rues.

Cette année, l’édition a été marquée par un appel national des organisations féministes à « une révolte féministe » et « sans frontière », comprenant notamment des appels à un féminisme plus inclusif vis-à-vis des personnes transgenres.

« Avec un pénis ou avec un vagin, les femmes sont combatives ! », pouvait-on entendre chanté en tête de cortège. Un appel à la solidarité vis-à-vis des femmes migrantes à la frontières greco-turques a également été diffusé nationalement.

Des dizaines de manifestations ont eu lieu dans tout le pays, et notamment dans les grandes villes comme Barcelone et Séville, où elles ont mobilisé chaque fois des dizaines de milliers de personnes.

Considérée comme pionnière depuis l’adoption de la loi de 2004 sur les violences de genre, l’Espagne compte un puissant mouvement féministe et dispose par ailleurs d’un observatoire public de ces crimes et délits qui a comptabilisé 1.047 féminicides dans le pays depuis 2003, dont certains noms dépassaient de la foule dimanche à Madrid.


Coronavirus: premier décès en Afrique, un touriste allemand succombe en Egypte

Publié le 08.03.2020 à 20h52 par AFP

L’Egypte a annoncé dimanche le premier décès en Afrique lié au nouveau coronavirus dans le sud-est du pays, tandis qu’un bateau de croisière sur lequel 45 cas avaient été détectés était évacué à Louxor dans le sud.

« Un ressortissant allemand âgé de 60 ans (…) admis à l’hôpital public de Hourghada le 6 mars » et testé positif au nouveau coronavirus le lendemain est mort dimanche, a indiqué Khaled Megahed, porte-parole du ministère de la Santé dans un communiqué.

Arrivé d’Allemagne il y a une semaine, le touriste « avait refusé d’être placé dans une unité d’isolement » avant que son état se détériore samedi avec « une pneumonie aigüe », a souligné le ministère.

Son cas ne faisait pas partie des 48 enregistrés au total en Egypte, parmi lesquels figurent 45 personnes contaminées sur un bateau de croisière dont les passagers et membres de l’équipage ont été débarqués dimanche à Louxor, selon un correspondant de l’AFP.

Samedi, la ministre égyptienne de la Santé Hala Zayed avait annoncé que 33 touristes avaient été contaminés par le virus, ainsi que 12 membres d’équipage, à bord du bateau « A-Sara ».

Ces 45 cas à Louxor sont « asymptomatiques », a-t-elle toutefois précisé dimanche à Louxor, où le bateau a été mis à quai.

Parmi les membres d’équipage, 11 se sont révélés négatifs samedi après de nouveaux tests.

Ils ont néanmoins été placés en quarantaine dans un hôpital ainsi que les 34 autres cas, toujours positifs, selon Mme Zayed.

Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly avait indiqué samedi que des tests avaient été conduits sur la totalité des 171 passagers, dont 101 touristes étrangers et 70 membres d’équipage égyptiens.

Il n’avait pas précisé les nationalités représentées.

« Tous les étrangers dont les tests se sont avérés négatifs peuvent quitter le territoire dans les 24h qui suivent leurs résultats », a assuré Mme Zayed dimanche.

– Impact sur le tourisme –

S’agissant de l’état du secteur touristique, poids lourd de l’économie, le ministre du Tourisme et des Antiquités Khaled el-Enany, qui accompagnait Mme Zayed, s’est voulu rassurant.

« Vous avez vu les chiffres par vous-mêmes, les cars, les files d’attente: la situation du tourisme est très stable à Louxor », a affirmé le ministre.

Samedi, Mme Zayed avait annoncé que des mesures de protection avaient été mises en place en Egypte, dont une augmentation du nombre de laboratoires de référence pour faire face au virus.

Les personnes en provenance de pays où des cas positifs ont été relevés ont été testés à leur arrivée en Egypte, a-t-elle ajouté.

En plus des personnes infectées sur le bateau, les autorités égyptiennes avaient aussi annoncé ces dernières semaines la découverte de trois infections au nouveau coronavirus, la première concernant un citoyen chinois « guéri », selon Mme Zayed, la deuxième concernant un ingénieur pétrolier canadien, et la troisième étant un Egyptien rentré de Serbie via la France.

De nombreuses rumeurs circulent au sujet de l’apparition de nouveaux cas non-déclarés de Covid-19 en Egypte, dont Le Caire se défend.

Fin février, plusieurs pays, dont la France et le Canada, ont notamment annoncé des contaminations parmi des personnes qui avaient séjourné en Egypte.

Et dimanche, le ministre israélien de l’Intérieur Aryeh Deri a annoncé l’interdiction d’entrée en Israël de toute personne ayant séjourné en Egypte au cours des deux dernières semaines, à l’exception des citoyens israéliens et des résidents. Les personnes concernées « seront interdites d’entrée en Israël par voie aérienne, maritime ou terrestre ».


Coronavirus : les derniers développements dans le monde

Publié le 08.03.2020 à 20h52 par AFP

Nouveaux bilans et faits marquants: les derniers développements liés à l’épidémie du nouveau coronavirus dans le monde.

– Près de 3.800 morts –

Dans le monde, 109.032 cas d’infection sont recensés dans 99 pays et territoires, causant la mort de 3.792 personnes, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles dimanche à 17h00 GMT.

La Chine, où le virus est apparu, dénombre 80.695 cas, dont 3.097 décès.

L’Italie devient le pays le plus touché après la Chine, avec 7.375 cas connus, dont 366 décès. Suivent la Corée du Sud (7.313 cas, 48 décès), l’Iran (6.566 cas, 194 décès) et la France (1.126 cas, 19 décès).

La Bulgarie, le Bangladesh, la Moldavie et le Paraguay annoncent le diagnostic de premiers cas.

Premiers décès en Amérique latine (un mort en Argentine) et en Afrique (un mort en Egypte).

– 15 millions d’Italiens en quarantaine –

Le gouvernement italien ordonne la mise en quarantaine d’un quart de la population, vivant dans le Nord, et la fermeture des cinémas, théâtres, discothèques et musées dans tout le pays.

La quarantaine concerne la Lombardie, une partie de la Vénétie (région de Venise) et de l’Emilie-Romagne (région de Bologne), notamment les villes de Parme et Rimini, ainsi que l’est du Piémont. Les mesures s’appliqueront au moins jusqu’au 3 avril.

Les autorités annoncent l’achat de 22 millions de masques de protection.

– Annulations et huis-clos –

Le Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn, du 20 au 22 mars, se tiendra sans public.

Au Japon, le Tournoi de printemps de sumo se tient également à huis-clos.

Les Mondiaux féminins de hockey sur glace (31 mars-10 avril au Canada), sont annulés.

En Grèce, toutes les rencontres sportives professionnelles se disputeront à huis-clos pendant quinze jours.

Berlin appelle à annuler toutes les manifestations de plus d’un millier de personnes et prépare des mesures de soutien économique.

Le pape François récite sa première prière dominicale par vidéo.

– Restrictions d’entrée –

Le Salvador interdit l’entrée aux personnes arrivant d’Allemagne et de France, comme c’était déjà le cas pour les voyageurs en provenance de Chine, Corée du Sud, Italie et Iran.

L’Arabie saoudite annonce le bouclage « temporaire » de la région de Qatif (est), à majorité chiite.

A Moscou, quiconque ne respecterait pas les mesures de quarantaine risque jusqu’à cinq ans de prison.

– Paquebot refoulé –

La Thaïlande puis la Malaisie refusent de laisser un navire de croisière transportant 2.000 personnes, dont des dizaines d’Italiens, entrer dans leurs ports.

En Egypte, les passagers et membres d’équipage d’un bateau de croisière sont débarqués à Louxor (sud), après 45 cas décelés à bord.

Aux Etats-Unis, le Grand Princess, confiné au large de San Francisco et à bord duquel 21 cas ont été détectés, est autorisé à accoster lundi à Oakland (nord de la Californie).

– Etat d’urgence à New York –

Le gouverneur de l’Etat de New York instaure l’état d’urgence pour lutter contre le nouveau coronavirus, qui continue à s’y répandre.


Les femmes tchadiennes expriment leurs talents à travers une Foire

Publié le 08.03.2020 à 20h18 par APA

A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme cumulée à la semaine nationale de la femme tchadienne (Senafet), les tchadiennes ont exprimé leurs talents de créativité à travers une foire où chacune d’elle a prouvé qu’elle était est une battante avec des initiatives nouvelles.Dans la cour de la Maison de la femme de N’Djamena, une centaine de participantes venues de différents groupements féminins, expose dans les stands dressés pour l’occasion lors de la semaine nationale de la femme sous le thème « Genre, Enjeux et Perspectives ». 

Dans des stands tous en couleur, on vend des colliers, habits, pagnes, confitures à base des produits naturels locaux, pommades ou savons à base de beurre de karité, sirops, céramique, entre autres. Dans une ambiance festive, de petits restaurants sont montés pour satisfaire les visiteurs en repas et boisson. 

Pendant que les unes s’occupent des clients devant leurs stands, d’autres suivent attentivement, une émission de la radio « la voix de la femme » sur les droits des femmes diffusée sur des haut-parleurs. Profitant de l’occasion, une équipe dinfirmiers propose le dépistage volontaire du VIH Sida pour les visiteurs. 

Madame Priscille Amina Longo, directrice générale de la Maison de la Femme ne peut s’empêcher d’afficher son enthousiasme. D’un côté il y a le pavillon pour les entreprises, et de l’autre, celui des artisans. Ils sont occupés par des organisations féminines de transformation de produits locaux, dit-elle. 

« Les gens viennent les découvrir. Cela permet aussi aux partenaires de découvrir les bonnes choses que font les femmes. Le pavillon des entreprises permet de découvrir celles qui font la promotion de la femme. Ce sont plus de 78 participantes qui exposent à la foire. Un bon brassage de femmes venant de tous les horizons », salue la directrice générale. 

La foire attire beaucoup de monde. Une occasion pour y organiser des conférences sur des thèmes liés à l’implication des femmes dans le développement. En plus de cette activité exposant les talents des femmes tchadiennes, il est prévu d’autres manifestations sportives et culturelles selon la directrice. 


Une Journée des droits des femmes dans l’ombre du coronavirus

Publié le 08.03.2020 à 19h52 par AFP

Du Pakistan à la Belgique en passant par l’Asie centrale, des milliers de femmes et d’hommes ont manifesté dimanche à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, même si de nombreux rassemblements avaient été annulés en raison de l’épidémie de coronavirus.

– PAKISTAN

Des milliers de femmes ont défié la société ultra-patriarcale du Pakistan dans plusieurs villes, aux cris de « Donnez-moi ce qui est à moi » et « Nous voulons la liberté ».

A Islamabad, des conservateurs leur ont lancé des bâtons et des pierres, blessant certaines et forçant d’autres à se mettre à l’abri jusqu’à ce que la police intervienne.

– PHILIPPINES

A Manille, des centaines de femmes et d’hommes ont brûlé une effigie du président philippin Rodrigo Duterte, accusé de misogynie.

– Soudan

Les femmes avaient été à l’avant-garde de la contestation qui a abouti à la chute de Omar el-Béchir. Onze mois plus tard, des dizaines de militantes soudanaises ont exprimé leur déception devant le ministère de la Justice à Khartoum.

– Kirghiszstan

La police kirghize a arrêté des dizaines de manifestantes — officiellement pour les protéger — après que des hommes masqués les eurent attaquées, selon un correspondant de l’AFP. Les assaillants ont arraché leurs pancartes et leur ont lancé des œufs avant de prendre la fuite.

– Italie

Dans un pays paralysé par l’épidémie de coronavirus, le président Sergio Mattarella a dans un message vidéo « rendu hommage aux femmes, et elles sont nombreuses, qui travaillent dans les hôpitaux .. dans les « zones rouges » (en quarantaine) pour lutter contre la propagation du virus ».

– Belgique

Environ 6.300 personnes ont manifesté à Bruxelles dimanche. Une des associations participantes, le Collecti.e.f 8 mars, a appelé les femmes de Belgique à arrêter toute forme de travail les 8 et 9 mars, sous le slogan « On s’arrête toutes, on arrête tout, on s’arrête partout », afin de dénoncer les inégalités et la discrimination.

– France

A Paris, des militantes féministes ont déployé une banderole au pied du Panthéon, proclamant « Aux femmes, la matrie reconnaissante ».

D’autres manifestantes s’étaient déguisées (bleu de travail et fichu rouge) en « Rosie la riveteuse », « icône de toutes les travailleuses invisibles ». A 15h40 – heure théorique où les femmes cessent d’être rémunérées compte tenu des écarts de salaires entre les sexes -, elles ont jeté leurs gants de ménage, manière de protester contre les inégalités de salaire et de répartition des tâches ménagères.

burs/lch/avz/fjb


Hommage d’un groupe du Rhdp à Ouattara après sa décision de renoncer à un 3è mandat

Publié le 08.03.2020 à 19h18 par APA

Le Groupe de réflexion pour la victoire du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, pouvoir) à Cocody dénommé « GRV/RHDP 2020 », rend hommage au chef de l’Etat Alassane Ouattara après sa décision de ne pas briguer un troisième mandat présidentiel, dans une déclaration.
Le Groupe de Réflexion pour la Victoire du RHDP à Cocody (GRV/RHDP 2020) « salue le courage politique d’un homme épris de paix », affirme la présidente du groupe Mme Koné Kady Soukoulé, dans la déclaration transmise à APA dimanche.  

La décision, jeudi, du chef de l’Etat Ivoirien, Alassane Ouattara, de ne pas briguer un troisième mandat continue de susciter des réactions au sein de l’opinion. Le groupe Le GRV/RHDP 2020 estime que « cette date restera à jamais gravée dans la mémoire des hommes et des femmes de ce pays ». 

« Le GRV/RHDP 2020 félicite et rend un hommage appuyé au président Alassane Ouattara pour ses actions qui ont amélioré les conditions de vie des populations et ont permis le rayonnement de  la Côte d’Ivoire sur la scène internationale », souligne le texte.   

Selon ce groupe, « cette annonce tombée telle un couperet a abasourdi les citoyens et citoyennes en général et les militants du RHDP en particulier du fait de son caractère inattendu. Elle a rendu malades les inconditionnels du Président Alassane Ouattara ».

A contrario, cette décision de M. Ouattara a « refroidi  l’ardeur  des combattants anti troisième mandat et galvanise les partisans d’une alternance en faveur d’une nouvelle génération », soutient Mme Mme Koné Kady Soukoulé.    

« Le GRV/RHDP 2020  observe que le président Alassane Ouattara a fait le choix de prendre son destin en mains  après 30 ans  consacrés exclusivement à la Côte d’Ivoire ». Il constate qu’ « en réalité, le visionnaire  Alassane  Ouattara  a décidé de mettre l’intérêt supérieur du pays au dessus des intérêts partisans ».

Le faisant, le chef de l’Etat ivoirien,  par ailleurs chef du Rhdp, le parti au pouvoir, « brise le cercle infernal des crises liées à la succession en Côte d’Ivoire». Il a dit vouloir « assurer les conditions d’une passation de pouvoir d’un président élu démocratiquement à un autre pour la première fois dans l’histoire de notre pays ». 

« Le Groupe félicite le Président Alassane Ouattara qui  traduit dans son comportement le message de feu  Nanan Félix Houphouët-Boigny, Premier Président et père fondateur de la République de Côte d’Ivoire : «  La paix n’est pas un mot c’est un comportement », poursuit le texte.   

Pour le GRV/RHDP 2020 « le président Alassane Ouattara ayant fait le choix de garantir la paix et la sécurité  des Ivoiriens et Ivoiriennes tout au long de ses mandats, s’est engagé  à œuvrer sur  cette voie au moment de son départ de la présidence de la République ». 

Cette décision a toutefois « créé une grande tristesse aux inconditionnels du président Alassane Ouattara et au niveau des citoyens et citoyennes qui le  découvrant chaque jour dans l’œuvre de transformation de notre pays sont inquiets par cette annonce du changement assimilée à une symphonie inachevée », mentionne le groupe.   

Le groupe demande à ces personnes  «  d’attraper leurs cœurs, de se rassurer en se remémorant les paroles fortes du président Alassane Ouattara : « A tous,  je veux dire que notre beau pays, la Côte d’Ivoire est appelée à un grand destin : celui d’être un modèle en Afrique et dans le monde. », poursuit le texte.   

L’organisation se félicite de ce que M. Ouattara ait promis de donner le pouvoir à une nouvelle génération, au travers de sa déclaration dans laquelle il dit « je veux donner la possibilité à des Ivoiriens plus jeunes de poursuivre l’œuvre de modernisation de notre pays et de conduire la destinée de notre Nation, avec toute  l’énergie nécessaire. »

M. Ouattara a aussi rassuré d’être aux cotés de la Côte d’Ivoire. Il a dans un message sur l‘état de la Nation devant le Parlement réuni en congrès,  jeudi à Yamoussoukro, fait savoir qu’il  restera disponible pour apporter sa contribution par ses conseils et ses relations.  

Le GRV/RHDP 2020  exhorte par conséquent, les  citoyens et citoyennes  à saisir la perche à eux tendue par M. Ouattara qui est de relever le défi de la passation du pouvoir à la nouvelle génération compétente en se levant comme un seul homme pour acquérir la Carte nationale d’identité et en mobilisant les bases  pour renouveler sa confiance aux Houphouëtistes, poursuit le texte.

Ce challenge lancé par le  Président Alassane Ouattara permettra de savoir si le peuple vote pour une personne, pour un parti ou pour une personne incarnant  un projet de société en congruence avec ses désirs, fait observer le GRV/RHDP 2020.

A travers cette déclaration, le GRV/RHDP 2020 veut en dépit de l’émotion suscité par ce retrait, féliciter et rendre un hommage appuyé à M. Ouattara  pour « ses actions qui ont amélioré les conditions de vie des populations et ont permis le rayonnement de  la Côte d’Ivoire  sur la scène internationale ». 


Les Bourses du Golfe plongent à l’orée d’une guerre des prix du pétrole

Les Bourses du Golfe ont atteint dimanche leur plus bas niveau depuis des années, alors que se dessine une guerre des prix pétroliers après l’échec de négociations entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie sur des réductions de production.

L’Opep et ses alliés, Moscou en tête, n’ont pas réussi à s’entendre vendredi à Vienne sur des coupes supplémentaires dans leur production pour faire face à la baisse de la consommation mondiale d’or noir en raison de l’épidémie du nouveau coronavirus.

La Russie s’est opposée à une nouvelle réduction de 1,5 million de barils par jour destinée à enrayer la chute des cours du brut, qui ont encaissé une baisse brutale à l’annonce de l’échec des négociations.

En réponse, l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, dont dépendent ses recettes, a entamé une guerre des prix en procédant à sa plus grande réduction depuis une vingtaine d’années, selon l’agence Bloomberg, inondant ainsi le marché de barils à bas coût.

Ryad a réduit son prix pour livraison en avril de 6 dollars par baril comparé au mois de mars en Asie, de 7 dollars aux Etats-Unis et de 6 à 8 dollars en Europe occidentale et en région méditerranéenne où la Russie vend une grande partie de sa production.

– « Bain de sang » –

« L’Arabie saoudite répond au rejet de la Russie sur des réductions de production en lançant une guerre des prix », explique à l’AFP Bill Farren-Price, du centre de recherche Petroleum Policy Intelligence.

« Ils vont augmenter les volumes (d’exportations) et chercher à tout prix à gagner des parts de marché. Les prix du pétrole s’effondreront lundi » lorsque les marchés mondiaux s’ouvriront, prédit-il.

Selon Bloomberg, l’Arabie saoudite aurait évoqué la possibilité d’augmenter sa production, actuellement de 9,7 millions de barils par jour, alors qu’elle l’avait drastiquement réduite à partir de 2017 dans le cadre d’un accord de l’Opep et de ses alliés pour soutenir les prix.

« La combinaison d’une production pétrolière plus élevée et d’une demande plus faible due au (nouveau) coronavirus rend (un effondrement des prix) inévitable. On va vers un bain de sang », estime l’expert.

Une guerre des prix du pétrole en 2014 avait déjà fait chuter les cours à moins de 30 dollars le baril, affectant lourdement les économies du Golfe, obligées de recourir à des mesures d’austérité inédites pour combler leur déficit budgétaire.

Les cours du pétrole ont déjà dégringolé de plus de 30% depuis le début de l’année sur fond de ralentissement économique dû à la propagation du nouveau coronavirus.

Vendredi, l’échec de la réunion de Vienne a fait s’effondrer le WTI, baril de référence aux Etats-Unis, de plus de 10% à 41,28 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord a lui chuté de plus de 9% à 45,27 à Londres, des niveaux plus vus depuis près de quatre ans.

– Golfe dans le rouge –

Déjà affectée par la propagation de la maladie Covid-19 et la baisse des prix du pétrole, la Bourse saoudienne, classée parmi les plus grandes places internationales en termes de valorisation, a clôturé en baisse de 8,3% dimanche et a atteint son plus bas depuis novembre 2017.

L’action du mastodonte pétrolier Saudi Aramco a dégringolé à 30 riyals, atteignant pour la première fois un prix inférieur à celui de lancement (32 riyals) en décembre lors d’une introduction en grande pompe à Ryad qui avait battu tous les records.

Avec la réduction décidée vendredi, Aramco vend son baril d’Arabian Light à un prix sans précédent: 10,25 dollars en dessous du baril de Brent de la mer du Nord, selon Bloomberg.

Cette chute intervient également sur fond de turbulence politique en Arabie saoudite, où les autorités ont arrêté vendredi trois princes accusés d’avoir comploté pour renverser le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane.

Les six autres Bourses du Golfe ont clôturé dans le rouge, après une journée de ventes d’actions dans la panique en raison des craintes de voir s’effondrer les prix de l’énergie, principale source des recettes publics dans la région.

La Bourse de Dubaï a dévissé de 7,9%, atteignant son niveau de clôture le plus bas en six ans, tandis que la place de l’émirat voisin d’Abou Dhabi a chuté de 5,4%.

Celle du Qatar a enregistré une baisse de 2,9 % et atteint son plus bas niveau depuis la mi-2018.

L’indice principal de la place du Koweït, Premier Index, a dégringolé de 10% tandis que l’indice All-Shares a baissé de 8,3%.

Les marchés financiers, moins importants, de Bahreïn et d’Oman ont chuté respectivement de 3,4% et 2,8%.


Biden et Sanders engrangent les soutiens avant leur premier duel

Publié le 08.03.2020 à 17h50 par AFP

La sénatrice noire Kamala Harris pour l’un, le célèbre militant des droits civiques Jesse Jackson pour l’autre: Joe Biden et Bernie Sanders ont chacun reçu dimanche un soutien de poids à deux jours de leur premier « tête-à-tête » de la primaire démocrate.

Le duel qui s’est dessiné cette semaine après le « Super Tuesday » commence à prendre forme, et les deux septuagénaires voient leurs troupes grossir à l’approche d’un autre gros mardi électoral.

Alors que six nouveaux Etats (Dakota du Nord, Idaho, Michigan, Mississippi, Missouri et Washington) se prononceront dans la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle, Joe Biden, 77 ans, a reçu le ralliement d’une ancienne rivale, Kamala Harris.

La sénatrice de 55 ans, qui espérait devenir la première présidente noire des Etats-Unis, avait fait un début de campagne remarqué, prenant notamment à partie l’ancien vice-président sur la question raciale lors d’un débat télévisé en juin.

Mais le soufflé est vite retombé pour l’ancienne procureure de Californie, qui a jeté l’éponge en décembre faute de fonds suffisants pour financer sa campagne, et laisse désormais derrière elle ses différends avec Joe Biden.

« Je crois vraiment en Joe, que je connais depuis longtemps. Nous avons aujourd’hui besoin d’un dirigeant qui se préoccupe vraiment des gens et peut donc les rassembler. Et je pense que Joe peut y parvenir », affirme-t-elle dans une vidéo publiée dimanche sur son compte Twitter.

Sur le même réseau, l’intéressé l’a remercié au nom de sa famille pour avoir « consacré sa carrière à se battre pour les laissés-pour-compte », souvent aux côtés de son fils Beau Biden, lui-même ancien procureur du Delaware et décédé en 2015.

– « Truqué? » –

Pete Buttigieg, Amy Klobuchar, Beto O’Rourke, Mike Bloomberg… Au nom du « rassemblement » nécessaire pour éviter l’éparpillement des voix, les ralliements à Joe Biden se sont multipliés depuis ses succès en Caroline du Sud et lors du « Super Tuesday ».

Tous ont estimé qu’il était le mieux placé parmi les modérés pour faire barrage à Bernie Sanders, dont les idées très à gauche pour les Etats-Unis font peur au sein de l’establishment démocrate.

L’appareil du parti s’est mis en marche pour mettre hors course le sénateur du Vermont, a encore analysé samedi soir sur Twitter le président républicain Donald Trump.

« Les démocrates ne veulent pas entre parler de Bernie le dingue. Truqué? », a-t-il écrit, se demandant notamment pourquoi Elizabeth Warren ne s’était pas retirée avant le « Super Tuesday », ce qui a coûté des voix à Bernie Sanders.

La sénatrice progressiste, qui a quitté vendredi la course à la Maison Blanche après une série de revers cuisants, n’a encore officiellement apporté son soutien à aucun des deux grands candidats encore en lice.

– Vote noir –

Dans le duel qui l’oppose désormais à Joe Biden, Bernie Sanders, 78 ans, a lui aussi reçu dimanche un soutien significatif: celui de Jesse Jackson, l’une des figures du combat pour les droits civiques.

« Bernie Sanders représente la voie la plus progressiste » pour permettre aux Afro-Américains de rattraper leur retard d’un point de vue économique et social, a expliqué le pasteur, une « prise » de choix pour le socialiste autoproclamé, moins populaire que son rival auprès de l’électorat noir.

Figure très respectée au sein de la communauté afro-américaine, Jesse Jackson a contribué à « changer la politique américaine » et à « transformer le pays aux côtés de Martin Luther King », a salué Bernie Sanders, « très fier » de ce soutien.

Les deux hommes doivent s’afficher ensemble dimanche lors d’un meeting de campagne à Grand Rapids, dans le Michigan, un Etat également convoité par Joe Biden, soutenu localement par la gouverneure Gretchen Whitmer.

« Joe a été là pour le Michigan quand nous étions dos au mur », a confié cette dernière à l’AFP, en référence notamment à ses efforts pour sauver l’industrie automobile de la faillite après la crise financière de 2008, lorsqu’il était vice-président de Barack Obama.

« Je pense que l’élection sera serrée dans le Michigan », a prédit la gouverneure de cet Etat de la « Rust Belt », région industrielle du nord des Etats-Unis.


Cameroun : plusieurs blessés dans une explosion à Bamenda, lors du défilé du 8-Mars

Publié le 08.03.2020 à 17h18 par APA

Dix personnes, au moins, ont été blessées dimanche dans la ville anglophone camerounaise de Bamenda (Nord-Ouest), lors d’une explosion survenue pendant le défilé de la Journée internationale des droits de la femme, a appris APA de sources concordantes jointes au téléphoneLa moitié des personnes touchées, dont deux au moins dans un état jugé préoccupant, sont des hommes en tenue qui assuraient la sécurité de la parade au centre de ladite cité, en proie depuis plus de 3 ans à des violences sécessionnistes.

 Selon les mêmes sources, l’engin explosif, actionné à distance, aurait été placé sur les lieux pendant la nuit précédente par des activistes de l’indépendance des régions d’expression anglaise.

 Quelques heures plus tôt, deux attaques simultanées, toujours attribuées à des séparatistes, sont survenues nuitammentà la brigade de gendarmerie et au commissariat de la ville de Galim (Ouest) frontalière du Nord-Ouest. Ici, ce sont deux agents de la police, deux femmes gendarmes et un civil gardé à vue, qui ont trouvé la mort alors qu’au moins deux autres personnes étaient grièvement blessées.

À en croire un responsable de la sécurité en service dans la ville la vingtaine d’assaillants, lourdement armés, sont arrivés sur des motos après avoir réussi à paralyser la ligne d’approvisionnement en électricité. Ils ont, après leur forfait, repris la direction de la région du Nord-Ouest en emportant plusieurs armes et des munitions.