Main Menu

Tuesday, February 25th, 2020

 

Une centaine de femmes mutualistes africaines à Abidjan en mars

Publié le 26.02.2020 à 01h18 par APA

Plus d’une centaine de femmes de 12 pays africains et européens est attendue à Abidjan en mars pour la deuxième édition de Journée internationale de la femme mutualiste autour du thème, « présence des femmes aux postes de décisions dans les mutuelles de santé: un atout pour le développement mutualiste africain».Selon Jean-Marie Milleliri, Directeur exécutif du Programme d’appui aux stratégies sociales (Pass), Cette journée sera l’occasion de promouvoir et de mettre en valeur l’engagement des femmes dans le secteur de la mutualité. La Journée ambitionne également de permettre aux femmes d’occuper davantage toute leur place dans la construction d’une société plus solidaire.

La première édition de cette Journée tenue le 6 mars 2019 à Abidjan autour du  thème, «les freins, défis et enjeux de l’implication des femmes dans la gouvernance des systèmes solidaires » a été un succès avec la participation de plus de cent femmes mutualistes, venues de 12 pays d’Europe et d’Afrique.

Cette rencontre a été l’occasion de jeter les premières bases d’une réflexion sur les réalisations à mettre en œuvre pour favoriser l’implication des femmes dans la mutualité, notamment aux postes de décision.

La 2ème édition de la Journée internationale de la femme mutualiste (Jifm) s’est fixée comme objectif structurant de valider un ensemble d’outils et d’activités qui permettront au plan local de développer de nouvelles synergies.


Examens scolaires ivoiriens: clôture des inscriptions du BAC et du BEPC vendredi

Publié le 26.02.2020 à 01h18 par APA

La clôture des inscriptions aux examens scolaires du Baccalauréat, du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) et au Test d’orientation en classe de seconde pour la session 2020 en Côte d’Ivoire est fixée au 28 février 2020, indique une note de la Direction des examens et concours.« La clôture définitive des inscriptions aux examens scolaires du Baccalauréat, du BEPC et au Test d’orientation en classe de seconde pour la session 2020 en Côte d’Ivoire est fixée au vendredi 28 février 2020, à minuit, délai de rigueur », mentionne la note.

Selon la note, les dates initiales d’ouverture et de fermeture des inscriptions à ces examens étaient respectivement le 14 octobre et le 13 décembre 2019. Mais, au terme de cette échéance, certains candidats préinscrits dans différentes Directions régionales ou départements n’avaient toujours pas achevé leur inscription.

De ce fait, la ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, a instruit la Direction des examens et concours à l’effet de maintenir « ouverte la plate-forme AGCE dédiée à l’inscription à ces deux examens jusqu’à ce mardi, soit plus de deux mois supplémentaires ».

La consigne étant de permettre exceptionnellement à tous les retardataires, élèves en classe de troisième et terminale, parents d’élèves et administrations scolaires, d’achever la validation de toutes les préinscriptions déjà effectuées, ajoute le texte.

 « La stabilité observée au niveau des effectifs des DREN/DDEN ces dernières semaines indique (…) ont achevé la validation des candidatures d’élèves en situation de classe. Par conséquent, à la date du vendredi 28 février 2020, à minuit, la plate-forme AGCE sera définitivement fermée », poursuit la note.

Quant aux inscriptions à l’examen du Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE), elles se poursuivent sur la plate-forme AGCEPE en vue de permettre la validation des élèves de CM2 dont l’immatriculation est en cours, mentionne la Direction des examens et concours. 


La police ivoirienne fait son autocritique pour préparer la «délicate période électorale»

Publié le 26.02.2020 à 00h36 par APA

La police nationale ivoirienne a entamé, mardi, à Yamoussoukro, la capitale politique et administrative du pays, la troisième édition de son séminaire-bilan pour définir des stratégies efficaces en vue de relever en 2020 les défis de la sécurisation de la «délicate période électorale» ainsi que la « prévention et la répression du terrorisme ».Ce séminaire de réflexion vise à définir des stratégies efficaces de prévention et de répression du terrorisme, de gestion de la carrière des personnels de la police nationale, de détermination des politiques de formation des fonctionnaires de police et de sécurisation des élections qui seront marquées par la présidentielle prévue en octobre prochain.  

Dans son allocution d’ouverture, le Représentant résident adjoint du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) Jonas MFouatié, a souligné que cette troisième édition-bilan de la police nationale constitue un « exercice exemplaire de bonne gouvernance ». 

Cet exercice d’auto-questionnement est un cadre d’évaluation et d’échanges sur les défis, expériences et leçons apprises, un cadre d’identification de solutions innovantes  pour faire face aux défis de maintien de l’ordre  public et de la sécurité des biens et des personnes qui sont les missions fondamentales d’une police professionnelle.

Les forces de sécurité dont la police doivent se préparer  à continuer à faire face aux risques de la criminalité transfrontalière, de terrorisme liés à l’extrémisme violent dans le sahel.

« La police nationale ivoirienne doit également se préparer à faire face aux défis liés au maintien de l’ordre public lors de la délicate période électorale dans le respect des libertés publiques, et des droits civils et politiques universellement reconnus comme droit pour les citoyens ivoiriens », a conclu Jonas MFouatié.

Le Général Vagondo Diomandé, ministre de la Sécurité et de la protection civile représenté par son directeur de cabinet, Benjamin Effoli a indiqué à son tour que « les défis sécuritaires sont de plus en plus imports ».

« La criminalité se réinvente dans les villes en utilisant des moyens sophistiqués. Le grand banditisme défie les frontières, l’immigration clandestine devient un fléau mondial et le terrorisme engouasse tous les citoyens du monde », a-t-il fait observer.

« C’est dans ce contexte que notre pays prépare une échéance électorale majeure » a poursuivi M. Effoli, invitant à ne pas perdre de vue « l’immensité de la tâche qui nous attend ».

L’organisation de ce séminaire autour du thème, « police nationale, je m’engage pour la cohésion et la paix sociale», bénéficie de l’appui financier du projet d’appui au renforcement des capacités de la police nationale, financé par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et mis en œuvre par le PNUD.


Les personnes handicapées de Côte d’Ivoire réclament un observatoire à Ouattara

Publié le 26.02.2020 à 00h36 par APA

Les personnes handicapées de Côte d’Ivoire ont «demandé solennellement» mardi au président ivoirien Alassane Ouattara de mettre en place un observatoire national des personnes handicapées, une institution qui permettra selon eux, de promouvoir les droits des personnes en situation de handicap dans le pays.« Au  nom de toutes les personnes handicapées de Côte d’Ivoire, de leurs parents et amis, nous demandons solennellement au Président de la République, Alassane Ouattara et à son Gouvernement de bien vouloir mettre en œuvre ce projet de haute portée sociale qui nous tient tant à cœur», a plaidé  Raphaël Dogo, le président de la Fédération des associations des personnes handicapées de Côte d’Ivoire ( FAHCI) dans une conférence de presse en présence de Joël N’Guessan le président du Fonds de développement de la formation professionnelle (FDFP).Selon lui, la création de cet observatoire permettra de garantir, promouvoir et surtout de contrôler tous les droits de l’homme de toutes les personnes handicapées, tels que prévus par les textes législatifs et réglementaires applicables en  Côte d’Ivoire. Par ailleurs, a-t-il ajouté, ce projet vise à faciliter le suivi et l’orientation des politiques publiques en faveur de la protection et de la promotion des personnes en situation de handicap, ainsi que d’accompagner les interventions menées au niveau national.Auparavant, M. Dogbo a présenté le dispositif législatif et réglementaire ivoirien en faveur des personnes handicapées estimant que ces textes sont « méconnus et peu suivis» dans le pays. « La Côte d’Ivoire trône dans le peloton de tête des pays africains en matière de lois et textes en faveur de la promotion et de la protection des personnes en situation de handicap. Et c’est tout à l’honneur du Président de la République, Alassane Ouattara, du Gouvernement et des législateurs ivoiriens», a-t-il salué souhaitant cependant plus d’actions en faveur des personnes handicapées.Selon le recensement général de la population et de l’habitat de 2014, 453.000 personnes handicapées ont été dénombrées en Côte d’Ivoire.Une étude réalisée en 2006 dans le cadre de l’enquête « Niveau de vie des ménages » en Côte d’Ivoire,  a montré que sur 153 443 handicapés actifs, environ 49% étaient sans emploi, soit un taux de plus de 3 fois supérieur à la moyenne nationale (13%). Cette étude a également montré que les handicapés actifs sont en général issus de couches sociales très modestes.


Plus de 60 000 personnes bénéficient d’un programme de lutte contre la pauvreté, dans le Sud-ouest ivoirien


Coronavirus: Xi Jinping promet aide et matériel à l’Afrique


Une ancienne ministre des Finances du Liberia bientôt adjointe de la dirigeante du FMI


Côte d’Ivoire: le procès en appel d’un président de conseil régional reporté au 24 mars


Cameroun anglophone: l’armée accusée d’une tuerie par HRW, législatives partiellement annulées


Allemagne: les motivations du conducteur qui a foncé dans un cortège de carnaval restent floues

Publié le 25.02.2020 à 22h51 par AFP

Les autorités allemandes s’efforçaient mardi d’établir les motivations d’un homme qui a foncé en voiture dans un cortège de carnaval, blessant plusieurs dizaines de personnes, dans un pays déjà frappé la semaine dernière par un attentat raciste.

La police locale a une nouvelle fois révisé son bilan à la hausse, faisant état désormais de près de 61 blessés, âgés de 2 à 85 ans. Parmi eux figurent 20 enfants, selon le parquet de Francfort (ouest).

Les motifs du conducteur allemand de 29 ans restent une énigme. Une chose est sûre: il n’était pas ivre, a précisé le parquet de Francfort.

Il est à ce stade poursuivi pour « tentatives de meurtres aggravées » et a été placé en détention. Le parquet estime qu’il a « jeté délibérément sa voiture dans la foule dans l’intention de tuer ».

Le parquet n’a toutefois pas exclu que l’homme originaire de Volkmarsen, ville de 7.000 habitants de la région de Hesse où se sont déroulés les faits, ait pu être sous l’influence de drogues.

« Je l’ai vu démarrer, il paraissait drogué et il a dit +Bientôt je serai dans les journaux+ », a affirmé un voisin de l’auteur présumé à la télévision RTL.

Les autorités ne pouvaient toujours pas dire mardi avec certitude s’il a agi intentionnellement ou non. Et elles ont vite arrêté d’évoquer une attaque, avant de pouvoir l’interroger. L’homme s’est lui aussi blessé en fonçant dans la foule avec sa Mercedes gris métallisé.

Le parquet a annoncé avoir arrêté une deuxième personne qui avait filmé les événements, sans préciser si elle était liée ou non au conducteur.

– A plein gaz –

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier s’est déclaré « profondément bouleversé », sur son compte Facebook, et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Selon la police, 35 personnes sont encore hospitalisées, plusieurs dans un état grave.

Des témoins interrogés par le quotidien régional Frankfurter Rundschau ont eu l’impression que le suspect visait particulièrement les enfants après avoir foncé à plein gaz dans la foule et poursuivi sa course sur une trentaine de mètres.

« Ma femme m’a appelé, j’ai couru vers elle tout de suite et j’ai vu ma fille ensanglantée, allongée sur le sol », raconte Sven Hirdler, 33 ans, au journal populaire Bild. La petite Emilia, 4 ans, s’en sort finalement avec des blessures relativement légères.

Le parquet fédéral anti-terroriste ne s’est pas saisi du dossier, signe que les autorités privilégient pour l’heure la piste d’un acte volontaire mais pas d’un attentat.

Le suspect n’était pas connu des autorités comme un extrémiste. Il s’était toutefois fait remarquer dans le passé par des insultes, violation de domicile et harcèlement, selon les médias allemands.

– Défilés autorisés mardi

Ces faits interviennent dans un contexte tendu en Allemagne, en particulier dans cet Etat de Hesse frappé mercredi par un double attentat raciste qui a fait neuf morts à Hanau.

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive concernant la menace islamiste, particulièrement depuis un attentat au camion-bélier revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique qui avait fait 12 morts en décembre 2016 à Berlin.

Mais la menace d’un terrorisme d’extrême droite inquiète désormais tout autant, après le meurtre d’un élu allemand pro-migrants en juin 2019 à Kassel, également en Hesse, puis une attaque visant une synagogue de Halle en octobre 2019, et enfin l’attentat de Hanau.

Les régions catholiques de l’Ouest et du Sud de l’Allemagne en particulier ont célébré ces derniers jours le carnaval, rendez-vous annuel costumé très attendu.

Lundi, la police avait annoncé « par mesure de précaution » l’annulation de tous les défilés dans l’Etat de Hesse. Mardi, le ministère de l’Intérieur du Land a donné son feu vert pour que les défilés encore prévus puissent avoir lieu.