Main Menu

Friday, February 14th, 2020

 

Database of businesses linked to Israeli settlements ‘important initial step’ towards accountability: rights expert

GENEVA (14 February 2020) – An independent expert appointed by the Human Rights Council applauded the release of a database on business enterprises involved in certain activities relating to Israeli settlements in East Jerusalem and the West Bank “as an important initial step towards accountability and the end to impunity”.

Michael Lynk, the Special Rapporteur for the situation of human rights in the Palestinian territory occupied since 1967, said: “While the release of the database will not, by itself, bring an end to the illegal settlements and their serious impact upon human rights, it does signal that sustained defiance by an occupying power will not go unanswered.”

The expert said that the 240 Israeli settlements in the occupied Palestinian territory have been repeatedly determined to be a ‘flagrant violation under international law’ by the international community.

“The Israeli settlements are a significant source of human rights violations against the protected Palestinian population in the occupied territory,” said Lynk. “Because of the settlements, thousands of hectares of Palestinian land have been expropriated, thousands of Palestinian homes and properties have been destroyed, hundreds of thousands of Palestinians have been displaced, natural resources are confiscated, freedom of movement is curtailed, and the land base for a genuine Palestinian state and a viable economy is undermined.

“These Israeli settlements are supported by the economic activity of scores of Israeli and foreign companies,” Lynk said. “Without these investments, wineries, factories, corporate supply and purchase agreements, banking operations and support services, many of the settlements would not be financially and operationally sustainable. And without the settlements, the five-decade-long Israeli occupation would lose its colonial raison d’être.”

Hundreds of millions of dollars (US) of goods produced by Israeli settlements are exported to international markets each year. “The international community has rightly condemned the illegal status and harmful impact of the Israeli settlements,” the Special Rapporteur said. “But by engaging in trade and commerce with the settlements, the international community sustains their viability and undercuts its own pronouncements.”

Lynk noted that the database was developed and released within the broader context of the United Nations’ efforts to promote strong business practices with respect to human rights. In 2011, the Human Rights Council adopted the UN Guiding Principles on Business and Human Rights to address human rights abuses committed during business operations. Among other features, the Guiding Principles recognize that businesses have the responsibility to respect human rights wherever they operate, and states have the duty to protect against human rights abuses by all actors in society, including businesses.

The Special Rapporteur called for the database to become a living tool, with sufficient resources to be updated annually. To this end, he urged the Human Rights Council to renew the resolution supporting further work on the database. As well, he welcomed the recommendation in the High Commissioner’s report that an expert committee should be established to report to the Human Rights Council with recommendations on its updating. In welcoming this recommendation, the Special Rapporteur urged the Human Rights Council to explore whether the database has captured all meaningful business enterprise activity in the occupied Palestinian territory which sustains the Israeli settlement project.

Finally, the Special Rapporteur called upon the member states of the United Nations to enact domestic legislation that would ban the importation of goods produced in illegal settlements domiciled in any occupied territory. “Given the designation of civilian settlements in occupied territory as a war crime under the 1998 Rome Statute, it is imperative that states accept their international legal responsibilities and end all trade with these sources of human rights violations.”

ENDS

Mr. Michael Lynk was designated by the UN Human Rights Council in 2016 as the Special Rapporteur on the situation of human rights in the Palestinian Territory occupied since 1967. The mandate was originally established in 1993 by the then UN Commission on Human Rights. Professor Lynk is Associate Professor of Law at Western University in London, Ontario, where he teaches labour law, constitutional law and human rights law. Before becoming an academic, he practiced labour law and refugee law for a decade in Ottawa and Toronto. He also worked for the United Nations on human rights and refugee issues in Jerusalem.

The Special Rapporteurs are part of what is known as the Special Procedures of the Human Rights Council. Special Procedures, the largest body of independent experts in the UN Human Rights system, is the general name of the Council’s independent fact-finding and monitoring mechanisms that address either specific country situations or thematic issues in all parts of the world. Special Procedures experts work on a voluntary basis; they are not UN staff and do not receive a salary for their work. They are independent from any government or organization and serve in their individual capacity.

UN Human Rights, Country Page: Occupied Palestinian Territory and Israel

For media inquiries related to other UN independent experts please contact
Renato De Souza, UN Human Rights – Media Unit (+41 22 9289855.
rrosariodesouza@ohchr.org )

Follow news related to the UN’s independent human rights experts on Twitter @UN_SPExperts.

Concerned about the world we live in?

Then STAND UP for someone’s rights today.

#Standup4humanrights


Rabat capitale africaine de la culture

Publié le 14.02.2020 à 22h18 par APA

La capitale du Maroc, Rabat a été désignée comme nouvelle capitale africaine pour la période 2020/2021 après le désistement de la ville de Marrakech, annonce le comité d’organisation des Capitales africaines de la culture dans un communiqué.Selon le communiqué, le comité avait délibéré le 4 février sur les mérites de la candidature de Rabat et sur les conditions que cette ville devait remplir pour être le miroir de la culture africaine pour la période 2020/2021.

« Après avoir examiné les atouts de la ville au regard du cahier des charges de la célébration des capitales africaines de la culture, le comité a accueilli favorablement la candidature de Rabat, et décidé de désigner Rabat comme capitale africaine de la culture en 2020/2021 », li-on dans le communiqué signé par le secrétaire général des Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique), Jean Pierre Elong Mbassi.

Ainsi, une équipe a été mise en place, dont les membres de la direction des Capitales africaines de la culture, pour travailler sur la programmation générale des différents événements et activités. Cette équipe présentera en mars prochain les résultats de ses travaux et consultations au public lors d’une conférence prévue à Rabat.

Le comité rappelle que le programme des capitales africaines de la culture comprend une multitude d’activités Il s’agit des événements labellisés en cohérence avec la philosophie des Capitales africaines de la culture, notamment pour leur contribution à la mise à l’honneur de la créativité africaine.

Figurent aussi les programmes pluriannuels contribuant à structurer, organiser, professionnaliser et mettre en réseau les artistes et acteurs culturels du continent africain pour qu’ils participent à faire des arts et de la culture le quatrième pilier du développement durable des villes et territoires, et un moteur essentiel de la reconstruction de l’estime de soi et du rayonnement international de la culture africaine, poursuit le communiqué.

Le programme prévoit aussi des événements et activités créés spécifiquement pour la ville hôte de la célébration des Capitales africaines de la culture.


Tunisie: le nouveau gouvernement sera annoncé samedi (présidence)

Publié le 14.02.2020 à 21h50 par AFP

Le chef du gouvernement tunisien désigné Elyes Fakhfakh a reporté d’un jour l’annonce de la composition de son gouvernement attendue initialement vendredi, afin de « poursuivre les consultations », selon la présidence tunisienne.

M. Fakhfakh, ancien ministre tunisien des Finances, a été désigné le 20 janvier par le président Kais Saied pour former un gouvernement après le rejet le 10 janvier par le Parlement d’un premier cabinet formé sous la houlette du parti d’inspiration islamiste Ennahdha.

Il disposait d’un mois pour constituer une équipe susceptible de convaincre un Parlement morcelé.

« Pour mener à bien le processus de formation du gouvernement dans les meilleures conditions, il a été décidé de reporter l’annonce de sa composition à samedi 17H00 GMT afin de poursuivre les consultations et l’examen de certaines questions liées au futur gouvernement », a dit la présidence dans un communiqué, sans préciser lesquelles.

Le communiqué a été publié à l’issue d’une rencontre vendredi soir entre MM. Fakhfakh et Saied, auquel le Premier ministre devait initialement remettre la liste de son cabinet avant de l’annoncer à la presse.

Vendredi, Ennahdha (54 des 217 sièges au Parlement) a critiqué lors d’une conférence de presse les noms évoqués par M. Fakhfakh, affirmant qu’il « n’a aucune chance de succès et de continuité ».

Il l’a appelé à former un gouvernement d’unité nationale comprenant tous les partis représentés au Parlement.

En cas d’échec, M. Fakhfakh –dont le gouvernement a besoin d’une majorité de 109 voix– M. Saied pourra dissoudre l’Assemblée et convoquer des élections législatives anticipées.

Le gouvernement sortant gère actuellement les affaires courantes.

Elyes Fakhfakh, 47 ans, a été nommé ministre du Tourisme fin 2011 avant d’être ministre des Finances de décembre 2012 jusqu’à janvier 2014. Il a été candidat à la présidentielle en 2019, mais n’a convaincu que 0,34% des électeurs au premier tour.


Bernie Sanders dénonce les attaques homophobes visant Pete Buttigieg

Publié le 14.02.2020 à 21h50 par AFP

Le sénateur Bernie Sanders a dénoncé vendredi les attaques homophobes « scandaleuses » visant son rival démocrate Pete Buttigieg prononcées par un célèbre animateur de radio proche de Donald Trump.

Figure de la sphère conservatrice américaine, Rush Limbaugh s’est moqué mercredi de l’ancien maire de South Bend (Indiana), « ce type gay de 37 ans qui embrasse son mari sur scène ». M. Buttigieg a en fait 38 ans.

Ces propos ont pris un relief particulier car ils sont intervenus quelques jours après un hommage appuyé rendu par Donald Trump à l’animateur.

Lors de son discours sur l’état de l’Union devant le Congrès réuni au grand complet, le président américain lui a décerné la « médaille de liberté », plus haute décoration civile des Etats-Unis, et l’a remercié pour « des décennies de dévouement à notre pays ».

« En tant que candidats, nous avons des désaccords, mais des attaques personnelles comme celles-ci sont inacceptables », a réagi Bernie Sanders.

« Les commentaires homophobes de Rush Limbaugh concernant Pete Buttigieg sont scandaleux et offensants. Ensemble, nous mettrons fin aux divisions et à la haine semées par Donald Trump », a-t-il ajouté.

Interrogé jeudi sur le fait de savoir s’il pensait que les Américains pourraient élire un président homosexuel, le président américain a répondu: « Je pense que oui ».

« Je pense que certains ne le feraient pas. Mais je ne ferais pas partie de ce groupe pour être honnête », a-t-il ajouté dans l’émission de radio de Geraldo Rivera.

Pete Buttigieg n’a lui pas directement répondu aux attaques de l’animateur conservateur.

« Je suis fier de mon mariage, je suis fier de mon mari », a-t-il simplement déclaré jeudi soir lors d’une rencontre avec des électeurs à Las Vegas.


La Saint-Valentin de plus en plus dans les mœurs sénégalaises

Publié le 14.02.2020 à 21h18 par APA

De nombreux Dakarois, filant le parfait amour, ont fait leurs emplettes en prélude de la Saint-Valentin : la fête des amoureux dans plusieurs pays.Le 14 février, pour moult couples, est une date importante dans le calendrier grégorien. C’est l’occasion de renouveler son amour et surtout de s’offrir des cadeaux pour le grand bonheur des commerçants. Certains d’entre eux en mettent plein la vue : fleurs, gadgets, accessoires, parfums, nuisettes hyper sexy et autres objets de séduction. Tout est fait pour pousser à l’achat.

Devant la grande porte de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), Ndèye Saly, 24 ans, flashe sur une chemise. Cette étudiante en Marketing et Communication négocie le prix du vêtement avec un marchand ambulant. Pour la demoiselle, il est hors de question qu’elle n’offre pas « un cadeau » à son petit ami.

Mariée, Fatou Diouf s’attend à ce que son conjoint lui réserve une belle surprise. Mais cette vendeuse de petit déjeuner à Gueule Tapée, un quartier de Dakar, ne compte pas mettre la main à la poche pour rendre la pareille à son mari : « C’est lui qui doit m’offrir un cadeau. Il est l’homme dans le couple. Je préfère que ça soit de l’argent car les temps sont durs », dit-elle avec un sourire narquois.

Sous le couvert de l’anonymat, une mannequin soutient que « les déclarations d’amour sont importantes mais un IPhone ou des chaussures de marque seraient encore mieux » pour la Saint-Valentin devenue, par la force des choses, une fête commerciale.

Surfant sur cette vague, des télévisions sénégalaises diffusent, dans la soirée, des émissions spéciales. Pour le sociologue Aboubacar Camara, « les sociétés modernes ont déformé l’esprit de cette fête. Maintenant, elle n’est que commerciale ».

La Saint-Valentin, d’origine anglo-saxonne, a étendu ses tentacules sur la planète entière. De l’Afrique à l’Amérique, en passant par l’Europe, elle est célébrée. Parfois en grande pompe.


Supercoupe d’Afrique: quatrième titre pour le Zamalek, vainqueur de l’Espérance Tunis

Publié le 14.02.2020 à 20h50 par AFP

Les Egyptiens du Zamalek ont remporté vendredi à Doha la Supercoupe d’Afrique face à l’Espérance Tunis (3-1), une rencontre que des tensions géopolitiques ont bien failli empêcher d’avoir lieu.

Sur le plan sportif, la victoire du Zamalek, titré l’an passé en Coupe de la confédération, s’est dessinée en deuxième mi-temps grâce à un doublé d’Achraf Bencherki (58e, 90e+5). Auparavant, les Egyptiens avaient ouvert le score par Youssef Obama dès la 2e minute, mais ils avaient été rejoints sur un penalty de Raouf Benguit (54e) pour l’Espérance Tunis, vainqueur de la Ligue des champions de la CAF 2019.

Le Zamalek, à présent quadruple vainqueur de la Supercoupe, devient ainsi le deuxième club le plus titré de la compétition derrière une autre équipe cairote, Al-Ahly (six titres). L’Espérance Tunis, titrée en 1995 pour sa première participation, a depuis enchaîné quatre défaites en 1999, 2012, 2019 et, donc, 2020.

Mais la rencontre a pris une dimension géopolitique: en raison des tensions entre l’Egypte et le Qatar, où se joue la compétition depuis la saison passée, le Zamalek avait dans un premier temps menacé de la boycotter. L’Égypte est l’un des quatre pays à imposer un boycott économique sur le Qatar en raison du soutien de l’émirat à l’Iran et à des groupes islamistes radicaux, ce que Doha nie.

Et son adversaire, l’Espérance Tunis, n’était il y a quelques mois même pas assuré de jouer la compétition: leur titre en Ligue des champions de la CAF, acquis fin mai sur le terrain au terme d’une finale controversée, n’a été validé par le Tribunal arbitral du sport (TAS) qu’en août. Le TAS avait ainsi sanctionné le club marocain du Wydad Casablanca pour avoir quitté la pelouse en guise de protestation contre une panne de l’assistance à l’arbitrage vidéo (VAR), qui aurait pu leur valider un but refusé par l’arbitre.


Mali: le village d’Ogossagou cible d’une nouvelle attaque

Publié le 14.02.2020 à 20h18 par APA

Le village peulh Ogossagou (centre) a été attaqué, vendredi en début d’après-midi, par des hommes armés non encore identifiés.Selon des sources locales recueillies par APA, le bilan est d’une vingtaine de morts et de plusieurs disparus.

Ogossagou a été attaqué le 23 mars 2019 par des hommes armés, faisant 157 morts, selon le bilan officiel.


Alpha Condé «peu convaincant» sur la réforme constitutionnelle (juriste)

Publié le 14.02.2020 à 20h18 par APA

Le chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, n’a pas dissipé les doutes de Me Moussa Sarr, avocat d’affaires, sur l’opportunité d’un changement de Constitution à huit mois de la fin de son second quinquennat.

Alpha Condé a récemment déclaré que le référendum n’a rien à voir avec la Constitution. Qu’en pensez-vous ?

C’est une réponse peu convaincante. A l’examen des faits, on se rend compte que le référendum (prévu le 1er mars 2020) aura des conséquences sur l’élection présidentielle.

Ce serait un projet de modification de la Constitution pour supprimer l’interdiction de briguer un troisième mandat. A partir de ce moment, il ne fait aucun doute que ce scrutin aura un impact sur la présidentielle. Maintenant, il a voulu camoufler cela à en faisant une question incidente.

L’affirmation d’Alpha Condé est contraire à la réalité. C’est vraiment regrettable qu’un chef de l’Etat puisse répondre, avec une telle légèreté, à une question aussi sérieuse. Il s’agit pourtant de l’avenir des Guinéens.

Pour le président guinéen, c’est son parti qui décidera de sa participation ou non à la présidentielle. Comment analysez-vous cette déclaration ?

Dans une démocratie, tout le monde sait qu’il appartient à un parti politique de proposer un candidat pour une élection. Mais en Guinée, au Sénégal voire en Afrique francophone, c’est clair que le président sortant, sauf si le verrou constitutionnel l’en empêche, sera un candidat à sa réélection.

S’il n’avait pas envie d’être un candidat, alors pourquoi vouloir faire sauter le verrou constitutionnel en supprimant l’impossibilité de briguer un troisième mandat. Si Condé avait une volonté de respecter la Constitution, le parti aurait choisi un autre candidat.

Le président guinéen doit tirer sa révérence parce qu’il a épuisé toutes ses cartouches. Mais il s’impose comme le candidat de son parti, le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG).

C’est la raison pour laquelle, ils sont obligés de changer la Constitution. C’est un problème de cohérence et de bon sens. Son argument manque notoirement de pertinence. Il ne convainc personne. Absolument personne.

Une frange de l’opposition prévoit de boycotter les prochaines élections (législatives et référendum). Est-ce une bonne stratégie ?

Le boycott n’a jamais été, dans une démocratie, une bonne stratégie. Quand on fait la politique de la chaise vide, on donne la possibilité au pouvoir en place de perpétrer ses actes antidémocratiques. Ça n’a jamais servi à grand-chose.

Je n’ai jamais vu un boycott modifier une situation politique en Afrique. Sur la scène politique, tout se gagne par un rapport de force. Mais à quel prix ? En politique, lorsqu’on n’est pas d’accord, il faut créer les conditions d’un rapport de force pour faire reculer la partie adverse.

A mon avis, il faut participer à ces élections, favoriser un rapport de force pour que Condé soit battu lors du référendum ou au pire des cas, s’il s’entête, le faire à la présidentielle.

C’était le cas au Sénégal en 2012 avec le président Abdoulaye Wade. La renonciation au combat politique ou le boycott ne me paraissent pas responsables. Cela ne peut pas régler le problème en Guinée.

Les opposants, la société civile, bref les Guinéens doivent s’organiser pour faire face au régime. Politiquement et non pas par la violence. C’est la meilleure solution. C’est dommage qu’en Afrique, des présidents tripatouillent la Constitution. Ils provoquent une insécurité constitutionnelle qui déstabilise socialement et politiquement leurs pays.


A Abidjan, 30% des revenus des ménages consacrés en moyenne au logement (BAD)

Publié le 14.02.2020 à 20h18 par APA

A Abidjan, la capitale économique ivoirienne, les ménages consacrent en moyenne 30% de leur revenu au logement et plus de 75% d’entre eux sont locataires, selon un rapport de la Banque africaine de développement (BAD) publié vendredi.« En moyenne, les ménages d’Abidjan consacrent 30% de leur revenu au logement et plus de 75% d’entre eux sont locataires », indique le rapport intitulé Diagnostic-pays sur le financement à long terme (LTF) pour la Côte d’Ivoire.

Bien qu’il existe des programmes gouvernementaux de soutien au logement, le financement du logement même à prix modique, constitue un casse-tête pour les ménages, souligne le rapport qui évoque des sources de financement à long terme pour la Côte d’Ivoire.

Le gouvernement met « un point d’honneur sur le secteur du logement dans sa politique sociale » avec pour objectif d’offrir à la majorité des Ivoiriens des logements décents à des coûts abordables, a dit le ministre de l’Economie et des finances, Adama Coulibaly, lors du lancement du rapport.

Malgré les réformes, l’offre de logement demeure « très faible faute de financements adéquats », a fait observer M. Adama Coulibaly, tout en soutenant qu’« il faut penser à de nouveaux types de financements qui soient innovants pour développer le secteur du logement en Côte d’Ivoire ».

Selon le Affordable Housing Institute, le déficit de logement en Côte d’Ivoire est estimé à 600 000 unités avec un besoin annuel estimé à 50 000 unités. Les besoins de logement neufs sont plus prononcés dans les villes avec un besoin annuel de 200 000 unités pour la seule ville d’Abidjan.  

Les prêts au secteur du logement représentent une très faible proportion des prêts bancaires en Côte d’Ivoire. La proportion de prêts au logement, elle, n’a représenté qu’environ 1% de l’ensemble des prêts bancaires entre 2012 et 2016.

En dépit d’une légère amélioration en 2017 (3,1%) et 2018 (2%), l’encours des prêts au secteur est estimé à seulement 0,2% du Produit intérieur brut (PIB). Les facteurs qui limitent la demande de logement sont « le faible niveau des revenus des ménages », note le rapport.

Le ratio prix/revenu élevé a entraîné une baisse du taux d’accession à la propriété immobilière à Abidjan, passant de 18,8% en 2002 à 13,7% en 2015, relève le rapport, qui note que « les logements neufs les plus abordables coûtent 21 739  dollars US (13,16 millions Fcfa)», plaçant la Côte d’Ivoire dans la médiane de ses pairs africains.  

Une analyse ressort que sur « 75 000 demandes de prêts présentées par les autorités ivoiriennes, plus de 60% des ménages peuvent voir leur demande de prêts rejetées par les banquiers et les promoteurs immobiliers ».

L’un des principaux obstacles à la promotion immobilière tient au manque de fonds pour la gestion des terrains nécessaires à l’officialisation de la propriété foncière, à la constitution de réserves foncières et au développement de l’infrastructure urbaine.

La BAD recommande une amélioration de l’efficacité de l’administration des droits de propriété et de l’administration foncière. Ce qui devrait permettre de réduire les coûts de transaction associés à l’enregistrement des droits de propriété foncière.

L’institution financière estime en outre qu’il faut « consacrer davantage de ressources à l’informatisation de l’enregistrement de la propriété foncière, investissement important qui suppose la numérisation d’un important stock de données et l’automatisation des processus pour réduire les délais de traitement et renforcer la sécurité ».


Mexique: manifestation anti-féminicides devant la présidence