Main Menu

Saturday, January 18th, 2020

 

Les avocats de Trump présentent leur défense contre la destitution

Publié le 19.01.2020 à 01h50 par AFP

Les avocats de Donald Trump ont présenté samedi leur ligne de défense à trois jours de l’ouverture des débats au procès en destitution du président des Etats-Unis, une procédure qu’ils jugent inconstitutionnelle et « dangereuse ».

C’est la première fois depuis que l’équipe de défense a été annoncée vendredi par la Maison Blanche qu’elle présentait ses arguments, calqués sur ceux avancés depuis septembre par Donald Trump et les républicains.

Dans une première « réponse » écrite à l’acte d’accusation dressé par la Chambre des représentants avec les seules voix démocrates, les avocats de Donald Trump estiment qu’il s’agit d’ »une dangereuse attaque contre le droit des Américains à choisir librement leur président ».

« C’est une tentative effrontée et illégale de renverser les résultats de l’élection de 2016 et d’interférer avec l’élection de 2020, à quelques mois de celle-ci », ajoutent les avocats, Jay Sekulow et Pat Cipollone.

Le milliardaire républicain est formellement accusé d’avoir abusé de son pouvoir en réclamant de l’Ukraine qu’elle enquête sur son adversaire politique Joe Biden, bien placé pour l’affronter lors de la présidentielle de novembre. Selon l’acte d’accusation, il a fait pression sur le président ukrainien Volodymyr Zelensky en conditionnant une invitation à la Maison Blanche et une aide militaire cruciale à Kiev à l’annonce de ces enquêtes.

Ensuite, il est accusé d’avoir fait entrave à l’enquête menée par la Chambre des représentants, en refusant toute coopération gouvernementale.

« L’acte d’accusation est constitutionnellement irrecevable » et « ne comporte aucun crime ou violation de la loi », affirment les deux juristes.

La réponse des avocats de Donald Trump aborde également le fond du dossier. Ils estiment ainsi que le président Trump avait finalement rencontré son homologue ukrainien en septembre à l’ONU, et que l’aide militaire avait été débloquée – même si, entre-temps, un lanceur d’alerte à l’intérieur de l’administration avait déclenché l’affaire.

– « Preuves écrasantes » –

Il n’y a donc eu aucun donnant-donnant imposé à Kiev par l’ex-homme d’affaires new-yorkais, considèrent-ils.

Pat Cipollone, avocat de la Maison Blanche, dirigera l’équipe de défense, a annoncé vendredi la présidence. Il sera secondé par Jay Sekulow, avocat personnel de Donald Trump.

Mais le camp présidentiel a également annoncé l’arrivée dans cette équipe de l’ex-procureur Kenneth Starr, acteur central de l’affaire Lewinsky et du procès en destitution de l’ancien président Bill Clinton, et du constitutionnaliste Alan Dershowitz, qui fut l’un des avocats d’O.J. Simpson.

Dans le même temps, les démocrates de la Chambre des représentants ont eux aussi soumis samedi au Sénat leur argumentaire avant l’ouverture mardi des débats au procès du président américain.

Ils y reprennent les principaux éléments de l’acte d’accusation qu’ils ont voté à la fin de l’année dernière. Et ils estiment que la conduite de Donald Trump aurait été « le pire cauchemar » des concepteurs de la Constitution américaine.

Ils y appellent le Sénat à « éliminer la menace que le président fait peser pour la Sécurité nationale de l’Amérique ».

« Le dossier contre le président des Etats-Unis est simple, les faits sont incontestables, et les preuves écrasantes », écrivent les élus démocrates qui mèneront l’accusation devant le Sénat contre Donald Trump.

Le procès contre Donald Trump s’est formellement ouvert jeudi avec la prestation de serment des sénateurs qui ont juré d’être impartiaux. Il entrera dans le vif du sujet mardi, avec une première confrontation des arguments.

Donald Trump est le troisième président de l’Histoire des Etats-Unis à subir l’affront d’un procès en destitution.


Incorporation veil no longer a safe refuge for rogue directors

Nakumatt, arguably the largest retail store that has ever operated in Kenya, had its fate sealed on January 7 this year, after being placed under receivership in January 2018. A meeting of the creditors of the beleaguered giant, called by Mr Peter Kahi, the court-appointed administrator, unanimously voted to dissolve the chain of supermarkets.

The total amount owed to various parties is in excess of Sh38 billion, of which Sh4 billion is attributable to commercial paper holders, Sh18 billion to creditors and the rest to commercial banks. The largest amount is attributable to Diamond Trust Bank, which is owed approximately Sh3.6 billion.

Following the dissolution, commercial paper holders will receive nothing. The other harsh reality is that unsecured creditors may not receive a single penny even after the liquidation process is complete.

For starters, Nakumatt didn’t own many assets since most of its establishments were leased. The sale of its branches has yielded slightly over Sh400 million, which will be shared among secured creditors. The bulk of the stocks they kept were on consignment- meaning they only provided shelf space and would remit amounts to the creditors once goods were sold on agreed terms with the suppliers. Going by the level debts, Nakumatt let down a large number of suppliers.

As is normally the case in company liquidations, any residual amounts raised from the sale of the identifiable assets will be utilised in settling any administration and liquidation expenses and the rest utilised in settling secured creditors’ amounts. I doubt the proceeds will be sufficient enough to even settle a fraction of the secured amount.

What has come into sharp focus is the issue of corporate governance. A report by Mr Kahi indicates former Chief Executive Officer Atul Shah and his son Ankoor Shah are among family members who obtained interest-free loans to the tune of approximately Sh1 billion. Mr Shah is also accused of writing off stocks worth Sh18 billion in 2018 in a bid to massage the financials! These irresponsible actions then beg the question: Should such actions by directors be left unpunished?

It is increasingly clear that more attention needs to be taken by relevant watchdogs to curb acts of fraud committed by company executives.

We have already seen the multi-agency teams fighting graft in the public sector in our country taking this approach.

John Orapa, Nairobi. The author is a member of the Institute of Certified Public Accountants of Kenya


Graft war needs jail power

EDITORIALBy EDITORIAL
More by this Author

The trouble with the war on corruption is that it has been blowing hot and cold every now and then. This can be said of Director of Public Prosecutions (DPP) Noordin Haji and his predecessors, too. We have seen dramatic arrests of high-profile suspects, with excitement in the air that the monster of corruption will this time be slayed.

However, this quickly fizzles out.

True, Mr Haji’s tenure in this critical office has seen him take on the high and mighty. This has given the prosecutions office some good media coverage, but with the convictions not coming as fast, there is bound to be some public scepticism. The most decisive moment in the renewed war on graft will be reached when a few of the well-connected looters of public coffers will be made to swap their comfortable beds for the dreary conditions in the prisons.

President Uhuru Kenyatta has several times in the recent past accused the Judiciary of not being supportive enough in the fight against corruption. His frustration is understandable. Some of the most crooked public officials easily get away because they have access to some of the best lawyers. And, of course, they are innocent until proven guilty, but the obstacles that hamper the hearing and determination of their cases, undermine the anti-graft campaign.

For its part, the Judiciary has made it clear that the suspects cannot be convicted if the prosecution does not provide impeccable evidence. It is, of course, within the right of those accused to get the best lawyers if they can afford it. Indeed, the mere fact that the suspects are taken through due process is the best confirmation that our judicial system actually works.

To regain public confidence in the judicial process, the DPP and his team must strive to provide the evidence to convict the suspects. Instead of rushing to arrest suspects and appear in court with half-baked evidence, it would make plenty of sense to take their time and collect all the proof of that wrongdoing.

Advertisement

The day the corrupt officials who have continued to loot the county and national governments dry are convicted, everyone will begin to believe that it is possible and even the people having evidence of the mega scandals will be encouraged to come forward and help nail the crooks. The anti-graft campaign must be stepped up.


Let critics have their say, as BBI group has its way

EDITORIALBy EDITORIAL
More by this Author

The muscle and spectacle exhibited at the two meetings held so far to popularise the Building Bridges Initiative have left no doubt about the political direction the country is being herded to. Saturday’s meeting in Kakamega, following closely after the Kisii one the previous week, were about showmanship, bravado and raw power. Little has been discussed about BBI and hardly have the citizens been accorded a chance to give their views.

Paradoxically, as the BBI caucus got underway at Bukhungu Stadium in Kakamega town, the police cordoned off Nabongo Stadium in Mumias, a few kilometres away, and teargassed and hounded western leaders who had planned a parallel rally. The irony was striking. BBI is about unifying Kenyans but is increasingly becoming divisive and acrimonious; achieving exactly the opposite. Which is the point of discussion here. Proponents of BBI and critics should all be listened to. Critics should be allowed to express their views and articulate reasons for their disagreement. Stifling criticism is the surest way to dictatorship.

A political system that perpetuates a single narrative and demands blind loyalty is perilous. We have walked that path before and are acutely conscious of the ramifications. During its heyday in the 1980s and early 1990s, the Kanu administration forced total and unquestioning obeisance. Police and the Provincial Administration were used to intimidate critics and force acceptance of the system. There are signs of a return to that era of intolerance and high-handedness.

Precisely, the reason why Kenyans fought so hard for constitutional change was to create a new order and end an oppressive system. At this point in time, with a robust Constitution with expansive provisions on bill of rights, we do not expect such imperiousness. If there is anything that BBI should achieve is to provide a platform for bettering the Constitution, not dividing people and providing visa to political office.

Real gaps and challenges ought to be isolated and subjected to public debate and remedied.

Yet the fear is that the whole process is being hijacked to achieve political interests. Which argument is lent credence by the fact that since that momentous day in March 2018 when President Uhuru Kenyatta and Opposition leader Raila Odinga entered a truce and shook hands to end incessant political rivalry, the public has never been told the real intention and designs around the peace pact.

Advertisement

On the contrary, the citizens have been rendered mere watchers of the events unfolding in the political domain. Chances are high that the proposed constitutional changes would be pushed through the throats of the masses, which is a sure recipe for chaos.

Campaigns to popularise BBI should be objective and inclusive. What we are witnessing is crass politicking and mass deception and risks to backfire.


Grande-Bretagne : Harry et Meghan renoncent au titre d’altesse royale

Publié le 18.01.2020 à 22h50 par AFP

Le prince Harry et son épouse Meghan vont renoncer à leur titre d’altesse royale et cesseront de recevoir des fonds publics après leur décision de se mettre en retrait de la famille royale, a annoncé samedi dans un communiqué le palais de Buckingham, mettant fin à 10 jours de crise.

« Le duc et la duchesse de Sussex n’utiliseront plus leur titre d’altesse royale étant donné qu’ils ne sont plus des membres actifs de la famille royale », précise le palais. « Ils ne rempliront plus d’obligations royales » et « ne peuvent plus formellement représenter la reine », ajoute le texte. Ils garderont toutefois leur titre de duc et duchesse de Sussex.

Après des mois de malaise et de tension avec les médias et en particulier les impitoyables tabloïds, et avaient annoncé le 8 janvier leur décision choc de renoncer à leur rôle de premier plan au sein de la famille royale pour prendre leur indépendance financière et s’installer une partie de l’année en Amérique du Nord, où Meghan a ses attaches.

Dans une déclaration personnelle, la reine s’est félicitée qu’ »une solution constructive pour mon petit-fils et sa famille » ait été trouvée « après plusieurs mois de discussions ». « Harry, Meghan et Archie resteront des membres très chers de ma famille », souligne-t-elle.

– Soutien de la reine –

Reconnaissant « les défis » auxquels ils ont dû faire face, soumis « à une observation intense » de leurs faits et gestes, la reine affirme soutenir « leur souhait d’une vie plus indépendante ».

Cette annonce intervient quelques jours après un conseil de famille lors duquel Elizabeth II avait consenti à laisser son petit-fils et son épouse voler vers leur « nouvelle vie ».

Elle avait alors demandé que les décisions finales aboutissent « dans les jours qui viennent » pour définir le statut inédit réclamé par le couple, qui veut garder un pied dans la monarchie (et certains avantages) tout en obtenant le droit de vivre de son travail.

Les décisions du palais doivent prendre effet au printemps 2020.

Pour leur part, Harry et Meghan se sont engagés à rembourser certaines dépenses publiques dont ils ont bénéficié, notamment les sommes employées pour rénover le Frogmore Cottage à Windsor, leur lieu de résidence au Royaume-Uni, soit plus de 2 millions de livres, qui avaient été critiquées dans les médias.

Meghan se trouve actuellement au Canada, dans la région de Vancouver, où elle est retournée après y avoir passé des vacances à Noël avec Harry et leur fils Archie. Le couple avait décidé de prendre des vacances prolongées après s’être ouverts dans un documentaire de leurs difficultés face à l’exposition médiatique.

Ancienne actrice, l’américaine de 38 ans a habité sept ans à Toronto, où elle participait au tournage de la série « Suits ». C’est aussi dans cette ville que le couple s’était affiché ouvertement pour la première fois en public en 2017.

Harry a de son côté présidé jeudi le tirage au sort de la Coupe du monde de rugby à XIII à Londres.

– Comme Lady Di –

La perte de ce titre rappelle le sort de sa mère Lady Diana, qui avait elle aussi perdu son statut d’altesse royale après avoir divorcé du prince Charles en 1996. Et tout comme son fils souhaite à présent le faire, elle avait gardé le patronage de plusieurs associations caritatives.

Pourtant, l’histoire du couple avait commencé comme un conte de fées, les tabloïds saluant l’arrivée de Meghan comme un souffle d’air frais pour la famille royale. Ils n’avaient pas tardé à se retourner contre elle avec des articles au vitriol, l’affublant du sobriquet de « duchesse capricieuse » (Duchess Difficult).

Face aux critiques, Harry, 35 ans, sixième dans l’ordre de succession au trône britannique, a déposé début octobre une série de plaintes, contre le Daily Mail et The Sun, les accusant de violer sa vie privée. Il avait alors dit craindre que « l’histoire se répète »: « J’ai perdu ma mère et maintenant je vois ma femme devenir la victime des mêmes forces puissantes ».

Poursuivie par des paparazzi à moto, Lady Di a été tuée le 31 août 1997 dans un accident de voiture à Paris.


Meghan Markle, une actrice américaine dont le conte de fées a tourné court

Publié le 18.01.2020 à 22h50 par AFP

Un peu plus de deux ans après son entrée fracassante dans la famille royale britannique, où elle avait initialement été perçue comme une bouffée d’air frais, le conte de fées a tourné court pour l’ex-actrice américaine Meghan Markle.

Samedi soir, le palais de Buckingham a annoncé que le prince Harry, sixième dans l’ordre de succession au trône, et son épouse Meghan renonçaient à leur titre d’altesse royale, conséquence de leur décision de ne plus jouer un rôle de premier plan au sein de la famille Windsor et de partager leur vie entre l’Amérique du Nord et le Royaume-Uni.

La mère de Meghan, Doria Ragland, réside en Californie où Meghan a grandi. Et le Canada est particulièrement cher aux époux: Meghan a habité plusieurs années à Toronto, où elle travaillait et s’est affichée pour la première fois ouvertement avec le petit-fils de la reine Elizabeth II en 2017.

C’est aussi dans ce pays qu’ils ont fêté Noël, loin de la souveraine, avec leur fils Archie, né le 6 mai 2019, près d’un an après leur mariage fastueux, diffusé par les télévisions du monde entier.

Mais en épousant Harry, Meghan s’était aussi unie aux traditions séculaires de la famille royale, qui rythment avec plus ou moins d’autorité la vie de ses membres. Sans parler de l’attention permanente et sans bienveillance des tabloïds britanniques. Un mode de vie bien éloigné de son passé de star de la télévision.

Agée de 38 ans, la métisse aux longs cheveux de jais s’est fait connaître avec le rôle de Rachel Zane dans la série juridique américaine Suits, tout en faisant aussi parler d’elle en dehors de l’écran. Elle a défendu la cause des femmes auprès des Nations unies et a été ambassadrice de l’ONG canadienne « World Vision Canada », qui œuvre pour les enfants des pays en développement.

– « Vulnérable » –

Pour le chroniqueur royal Andrew Morton, auteur de la biographie « Meghan: a Holywood Princess », elle est « très équilibrée », « éloquente » et « réfléchie ». Il raconte dans son livre la fascination de Meghan pour la mère du prince Harry, Diana. « Pas seulement pour son style mais pour son engagement humanitaire, elle la voyait comme un modèle », ont confié à l’auteur des amis de la famille.

La pression s’est révélée trop forte. Meghan et Harry s’étaient ouverts dans un documentaire, en octobre, de leurs difficultés face à l’exposition médiatique, après avoir lancé une offensive judiciaire contre les tabloïds, accusés de faire leurs choux gras de la relation conflictuelle de l’Américaine avec son père.

Meghan avait raconté les larmes aux yeux avoir passé une année « difficile », alors qu’elle était rendue « vulnérable » par sa grossesse et la naissance de son fils. « Pas grand monde n’a demandé comment j’allais », avait-elle relevé.

Rachel Meghan Markle est née le 4 août 1981 de l’union de Thomas Markle, éclairagiste à succès à la télévision américaine, et Doria Ragland, assistante sociale et professeure de yoga. Du côté de sa mère, elle compte parmi ses ancêtres des esclaves qui travaillaient dans les plantations de coton en Géorgie.

Ses parents se sont séparés quand elle avait deux ans. Meghan n’a plus de liens depuis des années avec son demi-frère et sa demi-sœur, plus âgés.

Elle a fréquenté une école catholique pour filles. A 11 ans, elle écrit une lettre au groupe américain de produits ménagers et cosmétiques Procter and Gamble pour lui demander de modifier une publicité qu’elle trouve sexiste et réussit à le convaincre.

Elle étudie le théâtre et les relations internationales, effectue un stage de six semaines en tant qu’attachée de presse à l’ambassade américaine en Argentine. Pour son chef à Buenos Aires, « elle avait tout ce qu’il faut pour être une diplomate de talent ».

De retour à Los Angeles, en 2004, elle tombe amoureuse de Trevor Engelson, un producteur de films. Ils se marient en Jamaïque en 2011. Peu après, elle décroche le rôle de Rachel Zane. Le tournage, à Toronto, contraint le couple à entretenir une relation à distance. Leur mariage s’effondre en 2013.

C’est en juillet 2016 qu’elle rencontre Harry, à Londres, à travers une amie commune. Le prince l’emmène en safari au Botswana et leur histoire d’amour décolle rapidement.


Kenya Morans sink South Sudan in Nyayo thriller

KBF chairman Paul Otula had earlier ordered that the gates be locked.


L’Afrique en croisade contre les faux médicaments

Publié le 18.01.2020 à 20h18 par APA

Trois chefs d’Etat africains et autant de ministres de la Santé ont signé, samedi à Lomé (Togo), une Déclaration politique qui les engage dans la lutte impulsée par la Fondation Brazzaville contre le trafic de médicaments. »Ce jour est important à plus d’un titre. Il l’est car, pour la première fois, nous Africains, nous nous emparons du problème des faux médicaments et de leur trafic. Un fléau dont notre continent est la première victime. L’Afrique doit prendre en main son destin et s’engager dans la lutte contre ce trafic mortifère », a dit Faure Gnassingbé, le président de la République du Togo.Ce dernier a paraphé la Déclaration politique en compagnie de ses homologues sénégalais Macky Sall et ougandais Yoweri Museveni, mais aussi des ministres de la Santé du Niger, du Congo et du Ghana.L’objectif, pour les six Etats signataires, est de « renforcer et coordonner la lutte contre le trafic de médicaments, et autres produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés ».« Nous avons décidé de mettre en place les structures et les législations nécessaires pour endiguer ce trafic et en criminaliser les différentes formes. Notre initiative réveillera la conscience des nations et convaincra la communauté internationale de nous suivre », a souhaité M. Gnassingbé.C’est avec le slogan « Les faux médicaments ne soignent pas. Ils tuent » que Macky Sall a amorcé son discours. Le président du Sénégal a soutenu que les produits médicaux illicites sont « des tueurs silencieux qui causent un sérieux problème de santé publique ».D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la valeur estimée du marché illégal des médicaments falsifiés ou de qualité inférieure est de 200 milliards de dollars, soit 10 à 15 % du marché pharmaceutique mondial.L’Afrique paie un lourd tribut puisque « ce taux s’éleverait jusqu’à 60 % dans certaines régions du continent ». La conséquence est que, chaque année, 122. 000 enfants de moins de cinq ans meurent sur ce continent.De son côté, Omar Hilale, le Directeur du Conseil d’administration du Fonds international des Nations Unies pour le secours d’urgence à l’enfance (Unicef), a indiqué que ce trafic est considéré « comme l’une des trois activités illégales les plus dangereuses et les plus lucratives au monde, au même titre que le trafic de stupéfiants et celui des armes. Selon la Fondation internationale de l’industrie du médicament, 1 dollar investi dans les médicaments frauduleux (en) rapporte 500 ».Pour Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la vulnérabilité de l’Afrique peut notamment s’expliquer par « la difficulté de l’accès aux médicaments à un moindre coût et l’absence de capacités techniques pour sécuriser les chaînes d’approvisionnement ».Afin de juguler cette activité illégale, Jean-Yves Ollivier, le président de la Fondation Brazaville a annoncé le lancement, dès lundi prochain, d’un site Internet où seront recueillies des propositions de réponses. Concluant son propos, M. Ollivier a promis que la bataille contre les trafiquants de médicaments sera gagnée « avec le cœur ».Les différentes parties prenantes ont prévu, dans les prochains mois, de signer un accord cadre et de dresser une feuille de route qui seront un rempart contre la propagation du phénomène.


Kenya eyes up to Sh35bn aid from US to finance projects

KEVIN J. KELLEYBy KEVIN J. KELLEY
More by this Author

The head of a special US development programme is due in Kenya in the coming week to hold initial talks on the country’s potential eligibility for project funding of up to Sh35 billion.

Sean Cairncross, chief executive of the Millennium Development Corporation (MCC), said in a press briefing on Thursday that Kenya is making “excellent progress” toward meeting criteria for inclusion in the programme.

ASSESSMENTS

Successfully completing this initial step would likely result in Kenya being chosen for a “compact” with MCC. Such an arrangement, usually focused on infrastructure development, involves an MCC grant averaging about $350 million (Sh35 billion), Mr Cairncross said.

Established in 2004 during George W Bush’s presidency, the MCC conditions its assistance on countries’ performance in “ruling justly”, following free-market economic policies, and investing in health, education and environment.

Advertisement

Since its inception, the MCC has awarded more than $8 billion (Sh800 billion) to 25 developing countries, 13 of them in Africa. Kenya must make additional progress in controlling corruption before it can be deemed eligible for an MCC compact, Mr Cairncross noted. The country’s standing in that regard is determined by assessments by the World Bank and other “third-party data sources,” the MCC director said.

 Corruption does not have to be eradicated for Kenya to qualify for an MCC compact, Mr Cairncross told reporters. Eligibility for aid is assessed on the basis of a “trend toward dealing with that corruption and a willingness to engage government resources and political will to take those issues on,” he said.

This is not the first MCC threshold programme for which Kenya has been chosen. It entered into an initiative of that type in 2007, which was aimed at reforming public procurement systems, improving health service delivery, and enhancing the monitoring capacity of government and civil-society organisations.

Despite some progress on each of those fronts, Kenya still fell short of the eligibility standards when the first threshold programme concluded in 2010.

“Kenya is an important partner in East Africa,” the MCC said in December, announcing the country’s approval for a second threshold programme.

INVESTMENTS

That move reflects Washington’s aim to counter China’s influence in Kenya through its large-scale infrastructure investments in recent years.


GSU men fall to opponents as Rangers scuttle Bees in league

AGNES MAKHANDIABy AGNES MAKHANDIA
More by this Author

General Service Unit (GSU)went down 36-33 to Boomerang as the Kenya Handball Federation National League resumed on Saturday at the Kaloleni grounds in Nairobi.

Despite the loss, coach Clifford Kiptarus believes the team is on the right track.

GSU have two wins so far and are placed 2oth in the 25-member league with four points from eight matches.

Kiptarus said better things are yet to come from the team whichjoined the league this season.

“We are work in progress. While I would like my team to record positive results, I think I will be going ahead of myself because this is an inexperienced side and we are learning each day. But so far so good,” said the tactician.

“But I’m encouraged by the difference in scores. That shows we are picking up fast. We have brought in new players – Solomon Tenge and Mark Barasa and I must say they are worth additions.”

Advertisement

GSU trailed Boomerang 19-14 going into break with Barasas (15), Raphael Chege (5) and Dunford Mulli (4) emerging top scorers. Robert Osano scored 9 points for Boomerang while Kevin Manono and Randy Ochieng added seven points each.

In an earlier match played at the same venue, pre-match favourites Rangers dug deep to win against newcomers Makueni Bees 40-34.

Both teams had tied 18-18 at the break but it was the experience and individual effort of Musa Munyasi that made the difference.

Munyasia, Billcliff Namwano and Kelvin Talaam combined well in the attacking department, scoring at will in the early stages of second half but the Bees closed in 28-24 and 32-30.

Richard Simiyu, Martin Juma and John Abel were a joy to watch with their superb passes and moves but their efforts were not enough as Rangers carried the day.

Munyasia scored 11 points for Rangers, Taalam nine and Namwano five as Abel netted 9 points, Simiyu nine and Juma six for Bees.

Ranger’s top scorer Munyasia said: “We have lost one match so far in the league having played 11 and we want to maintain the good run. I know it will not be easy but we are putting in an extra effort to see to it that we achieve our goal of challenging for the title.”

“This was our first match in the league and we are encouraged by the difference in the scores. We hope to pick positives as the league gathers momentum,” said Simiyu who was the highest scorers for Bees