Main Menu

Wednesday, January 1st, 2020

 

Enhance changes to boost war on crime

EDITORIALBy EDITORIAL
More by this Author

The disbanding of the dreaded Flying Squad in the Directorate of Criminal Investigations is a firm signal that this vital section of the National Police Service intends to do things differently.

Flying Squad sub-units across the country have done a commendable job in fighting crime, but some of their officers’ methods and tactics have not always been above board.

The salient message from the Director of Criminal Investigations George Kinoti is definitely about the need to clean up the sullied image of the detectives, who have often left the people wondering whether they were real police officers or crooks in uniform.

There have been numerous cases of rogue officers committing crimes, thus tainting the image of the entire police service.

Brute force is not always a guarantee that crime will be eliminated. Inspector-General of Police Hillary Mutyambai has made it clear that his mission is not just to streamline operations to ease policing, but also a crackdown on the rogue officers.

MODERN SKILLS

Advertisement

A remarkable effort has been the reduction of roadblocks on the highways, many of which did little to enforce the law, but were more of cash cows for some crooked senior traffic police officers and their juniors.

DCI Kinoti has, by disbanding the Flying Squad and scaling down the Special Crimes Prevention Unit, clearly targeted the errant officers who have been taking advantage of their deployment to these specialised units to commit crimes and extort bribes.

In the place of the Flying Squad is the Sting Squad Headquarters, which will be based at the DCI head office on Kiambu Road, Nairobi, out of the realisation that it’s possible to have a rapid deployment squad operating directly under the DCI’s supervision.

As criminals become more sophisticated, using new ways to wreak havoc on the population, the most appropriate response should be to equip police officers with modern skills, competencies and tools to counter this new challenge.

It’s a pity that it has taken so long for the authorities to realise the duplication of duties between some specialised security units.

EFFICIENCY

This was like the police service was shooting itself in the foot and hampering its own efforts to confront and defeat criminals.

Recognising the vital role the public must play in policing, DCI Kinoti has declared that henceforth, the people should be on the lookout for officers who might come to them masquerading as Flying Squad personnel as the chapter on the unit has been closed.

There is much work for the investigative unit of the police service and others to do.

The changes must be quickly enforced to enhance efficiency in the fight against crime in all its forms and manifestations as Kenyans look up to the police for security.


Freely debate political reform

EDITORIALBy EDITORIAL
More by this Author

Freedom of expression is a good indicator of the country’s democratic growth.

Not so long ago, Kenyans who dared to speak out against injustices were quickly seized and detained.

The State was impervious to reason, based on unfounded fears about the people being a threat to it. Ironically, it hounded the very people whose rights it was established to guarantee.

Today, debate is raging on what changes in governance are needed to make the system more inclusive.

At the centre of the new discussion is the Building Bridges Initiative (BBI) report that arose from the March 9, 2018 ‘Handshake’ between then-political arch-rivals President Kenyatta and ODM leader Raila Odinga.

It is the document Kenyans from all walks of life need to discuss and fine-tune to chart a new course for the nation.

Advertisement

SECOND LIBERATION

Unlike in the past, the two leaders cannot impose their ideas on the people.

And it can only get better as nobody has pressure to endorse the proposals. Kenyans have no reason to look over their shoulder as they debate it.

This confirms a reasonable level of democratisation in which the people enjoy their freedoms.

Indeed, Kenyans are enjoying the fruits of what is generally referred to as the struggle for the “Second Liberation”.

Fortunately, a good number of the politicians who were deeply involved in that struggle, including Mr Odinga, are still active in politics and can make further contributions to the BBI report.

SACRIFICES

Former Cabinet minister Charles Rubia, who died recently, his colleague, Kenneth Matiba, who died in 2018, and scores of other Kenyans suffered incarceration in the 1990s for merely speaking out against dictatorship.

They paid a heavy price for exercising their freedom of speech. This sad chapter in our political development must forever remain consigned to the dustbin of history.


Contrary to popular belief, debt could make Kenya more secure

Kenya raised its debt ceiling to Sh9 trillion just as yields on the Eurobonds it had floated abroad started declining.

Now most Kenyans wonder, ‘should we or should we not ‘tap’ the market again?’

I am no government apologist. I hold no brief in project identification, implementation, pilferage and/or inflation of contract prices.

My view is on debt and it is contrarian. It is the complete antithesis of the popular view in the civil society, academia and within some leading economists’ circles.

Consider this: Two people work in downtown Nairobi, each earning Sh20,000. One has never borrowed.

No credit profile; banks do not know him; he survives by meticulously spreading his money throughout the month. The other has been in debt markets since turning 18.

Never defaulted (Kenya was not part of the debt forgiveness for the highly-indebted countries).

PURPOSE OF DEBT

Then something terrible happens. Both are confronted by a major ‘financial event’. A break-in, bereavement, huge medical bill…. Who between them is more financially ‘secure’?

I grew up in Kenya during the 1980s. Every time drought appeared (1984 anyone?), the President would make an international call for help.

Newspapers would flash large aeroplanes landing at JKIA carrying cereals and ships laden with yellow maize that had docked in Mombasa. Before long, yellow ugali would be ‘sitting’ on one side of my small plate!

Over the past few years, debt, in the minds of Kenyans, has been about railways, roads, dams, (real or imagined) and so on.

Not much has been written about how debt could buttress our food security, peace building, general business environment and predictability in investment.

Yet that is the whole purpose of debt (we borrow to smoothen short-term bumps and pay down debt when times are good).

INSULATION

Developed countries have, for decades, used debt to protect their citizens from the vagaries of life.

Japan is a good example – since 1991, when the cold ice of deflation struck. What confounds most commentators about Japan is how not much has changed!

Life goes on normally in Tokyo and other cities. Were it not for the ageing population beginning to put a strain on social care, everyone is well catered for. (When I went to business school almost 20 years ago, many thought it was just a matter of time before Japan exploded!)

If there is a lesson Kenya needs to learn, it is how to protect ordinary people using debt. To some extent, I can see where the government is coming from. Like China, they want to develop at whatever cost.

Poor Kenyans, on the other hand, are saying, “We will be dead by the time this is all done!” They want ‘pork’ (in American political lingo).

Instead of another ‘kachubari bond’, I advise the government to float a proper ‘ugali bond’ — with proceeds going to cereal farming, import substitution and projects exclusively done by Kenyans.

We spend over Sh200 billion yearly on food imports. This bond could repay itself over time. Hungry people are not productive workers — for obvious reasons.


Autriche: la droite de Sebastian Kurz et les Verts scellent leur accord de gouvernement

Publié le 01.01.2020 à 22h50 par AFP

Le conservateur autrichien Sebastian Kurz et les Verts ont scellé mercredi soir un accord de coalition signant le retour à la chancellerie du jeune dirigeant chrétien-démocrate qui a gouverné jusqu’en mai avec l’extrême droite.

« Le parti ÖVP et les Verts se sont entendus sur un programme de gouvernement », a indiqué à l’AFP un responsable de la formation écologiste qui va pour la première fois participer à une coalition gouvernementale. Un responsable du parti conservateur a confirmé cet accord alors qu’une annonce officielle était attendue à l’issue d’une réunion en cours dans la soirée à Vienne.

Trois mois après les législatives du 29 septembre remportées par l’ex-chancelier Kurz, l’Autriche va expérimenter une alliance inédite entre l’ÖVP, poids lourd de la politique nationale, et le parti Die Grünen, qui a enregistré une percée aux dernières élections.

Le pays d’Europe centrale, peuplé de 8,9 millions d’habitants, figurera avec la Suède, la Finlande, la Lituanie et le Luxembourg parmi les Etats membres de l’UE où des écologistes participent au gouvernement, dans un contexte où les appels à agir contre le changement climatique se font de plus en plus pressants.

Le tandem n’a rien d’évident entre le libéral Sebastian Kurz, partisan d’une ligne dure sur l’immigration, et des Verts politiquement ancrés à gauche qui ont été parmi les opposants les plus virulents au dirigeant de 33 ans lorsqu’il s’était allié avec l’extrême droite, en décembre 2017, pour son premier mandat.

Cette union de la droite conservatrice et des nationalistes avait été suivie avec attention par une Europe aux prises avec la montée des populismes. Mais le gouvernement de Sebastian Kurz avec le FPÖ a volé en éclat au bout de 18 mois, lorsque le leader de l’extrême droite et vice-chancelier Heinz-Christian Strache a été mis en cause dans une affaire de corruption.

– « Acrobatie politique » –

Le retentissant scandale de l’Ibizagate est né de la diffusion, en mai dernier, d’une vidéo tournée en caméra cachée dans une villa d’Ibiza (Espagne), montrant notamment M. Strache prêt à négocier des marchés publics avec une femme se faisant passer pour la nièce d’un oligarque russe.

Contraint de saborder sa coalition, M. Kurz avait convoqué des élections anticipées que son parti a largement remportées (37,5%). Face à des sociaux-démocrates en perte de vitesse et une extrême droite devenue peu fréquentable et accusant un recul de 10 points dans les urnes, le chef de la droite a choisi de se tourner vers les écologistes (quatrièmes avec 13,9% des suffrages).

Les deux partis prennent « un pari risqué » compte-tenu de leurs « approches politiques fondamentalement différentes », souligne le quotidien régional Tiroler Zeitung.

Les Verts seront « des partenaires de coalition plus exigeants que les rigolos d’Ibiza », pronostique le puissant tabloïd Kronen Zeitung, estimant que « la perte d’un certain confort est le prix que doit payer Sebastian Kurz pour conserver le pouvoir ».

Pour le chef des conservateurs, c’est « une véritable acrobatie politique » et il « devra marcher sur un fil » pour ne pas perdre la frange de son électorat conquise aux dépens de l’extrême droite, observe le politologue Thomas Hofer.

– « Super ministère » de l’Environnement –

Sebastian Kurz a déjà insisté sur sa volonté de « poursuivre les baisses d’impôts » et la « lutte contre l’immigration illégale ». Le détail des compromis trouvés par les deux partis sera connu lors de la présentation de leur programme commun, prévue jeudi.

La droite dominera largement la nouvelle équipe ministérielle au sein de laquelle les Verts devraient décrocher quatre portefeuilles, dont un « super ministère » de l’Environnement incluant également Transports, Energie et Technologie.

La députée écologiste Leonore Gewessler, ancienne dirigeante de l’une des principales organisations autrichiennes de défense de l’environnement, a d’ores et déjà été annoncée à ce poste.

Le chef de file du parti, Werner Kogler, âgé de 58 ans, sera vice-chancelier.

Parmi les autres attributions des Verts devraient figurer la Justice, les Affaires sociales et la Culture, selon la presse. Le parti de Sebastian Kurz gardera la main sur les ministères de l’Intérieur, des Finances et des Affaires étrangères.

Les Verts devront encore donner leur accord au pacte de gouvernement lors d’un congrès extraordinaire convoqué samedi. L’investiture de la nouvelle équipe pourrait avoir lieu dès lundi.


Clean water for Machinga Likwenu as Minister Msaka launches scores of water points

Honourable Bright Msaka SC
Clean water for Machinga Likwenu as Minister Msaka launches scores of water points

It is indeed a season of plenty for the people of Machinga Likwenu constituency following the commissioning of several water points by their Member of Parliament, Honourable Bright Msaka SC.

The constituency, which has remained underdeveloped since the advent of multiparty democracy in 1994, is for the first time in many years now reaping the fruits of national development thanks to their new legislator.

Msaka, who won the parliamentary seat in the May 2019 tripartite elections with an overwhelming majority, has remained true to his campaign agenda of turning Machinga Likwenu into a better place for all of its citizens.

To ensure that everyone in the constituency has access to clean potable water, the legislator has embarked on a major exercise to drill several water points across the constituency.

As part of that exercise, Honourable Msaka wound up the year 2019 with the commissioning of four boreholes for the people of Kachingwe and Namtapa villages in Chinguni Ward in Traditional Authority Sitola, and Amani and Nazombe villages in Lisanjala Ward in Traditional Authority Mkula.

These boreholes are in addition to more than 20 others that have been commissioned across Chinguni Ward, benefitting
Group Village heads Mlio, Chipamba, Chabwera, Karonjele, Kaudzu, Naungu, Nampwanga and Kwilasha. Several other boreholes have been planted at Machinga District Hospital and a number of mosques in the area.

In Lisanjala Ward, the legislator has, through an own initiative, also planted several water points across the length and breadth of the ward.

The post Clean water for Machinga Likwenu as Minister Msaka launches scores of water points appeared first on The Maravi Post.


All candidates must join Form One, says Magoha

State would follow up on all candidates, even those who have been married off.


Israël: Benjamin Netanyahu souhaite demander l’immunité au Parlement

Publié le 01.01.2020 à 20h50 par AFP

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, inculpé pour corruption dans une série d’affaires et en lice pour les législatives de mars, a dit mercredi vouloir demander officiellement l’immunité au Parlement israélien.

« J’ai l’intention de faire une demande au président de la Knesset », le Parlement israélien, a déclaré mercredi M. Netanyahu, lors d’une conférence de presse à Jérusalem. Ce, « conformément à la loi », a-t-il ajouté, « afin de continuer à vous servir, pour le futur d’Israël. »

« Netanyahu sait qu’il est coupable », a immédiatement réagi Benny Gantz, grand rival du Premier ministre, dans une conférence de presse.

Pour l’ancien général à la tête de la formation centriste Kahol Lavan (« Bleu-Blanc »), cette demande d’immunité constitue une tentative évidente de M. Netanyahu d’échapper à la justice.

Le parti centriste Kahol Lavan fera tout ce qui est en son pouvoir pour « empêcher l’immunité » de M. Netanyahu, a-t-il déclaré, ajoutant: « en Israël, personne n’est au-dessus de la loi. »

Le 21 novembre, le procureur général Avichaï Mandelblit a annoncé l’inculpation de M. Netanyahu pour « corruption », « malversations » et « abus de confiance » dans trois affaires différentes, des allégations que le Premier ministre réfute et qualifie de « chasse aux sorcières ».

Le procureur Mandelblit lui a donné jusqu’au 2 janvier pour présenter une demande d’immunité dans ces affaires.

La loi israélienne stipule que tout ministre poursuivi pénalement doit démissionner, mais cela ne s’applique pas au Premier ministre. S’il peut rester en fonction, Benjamin Netanyahu ne jouit toutefois d’aucune immunité face à la justice, d’où le fait qu’il souhaite la demander à la Knesset.

– « Piège » –

Cette demande doit en premier lieu être évaluée par une commission parlementaire. Or, comme le Parlement a été dissous en vue des élections législatives du 2 mars –les troisièmes en moins d’un an en Israël–, la demande de M. Netanyahu devra attendre l’issue du prochain scrutin avant d’être étudiée.

Au terme des élections anticipées d’avril, puis de septembre, ni Benjamin Netanyahu ni Benny Gantz n’ont réussi à rallier 61 députés, seuil de la majorité parlementaire pour former un gouvernement.

Le président Reuven Rivlin a donc dû confier cette tâche au Parlement lui-même, qui n’y est pas parvenu non plus, précipitant le pays vers une prochaine élection.

En décembre, Benjamin Netanyahu avait annoncé quitter ses fonctions de ministre –de l’Agriculture, de la Diaspora et de la Santé– qu’il cumulait avec la fonction de Premier ministre, tout en restant chef du gouvernement. Il a nommé dimanche l’ultra-orthodoxe Yaakov Litzman au poste de ministre de la Santé.

Mais des juristes ont demandé à la Cour suprême de statuer sur le droit de M. Netanyahu à recevoir du président le mandat de former un gouvernement en dépit des charges qui pèsent contre lui.

Un panel de trois juges de la Cour suprême a commencé mardi à étudier cette question, indiquant que leur décision serait rendue à une date ultérieure, qu’ils n’ont pas précisée.

« Je n’imagine pas un instant que la Cour suprême d’Israël tombe dans ce piège. Dans une démocratie, seul le peuple décide qui peut le diriger et personne d’autre », a déclaré le Premier ministre mardi sur Twitter.

Malgré ses démêlés avec la justice, M. Netanyahu, 70 ans, a remporté le 26 décembre les primaires à la direction de son parti, le Likoud, avec plus de 72% d’appuis au premier tour de vote.

Et les premiers sondages dans l’optique du scrutin du 2 mars laissent entrevoir un statu quo chez les électeurs israéliens, a priori encore une fois entre le Likoud et Kahol Lavan.


Sonko arrest a big moment in the fight against graft

The arrests of senior political and businesses figures sends a clear message


Kenya looks set for a challenging future and the world is taking notice

Estimates have suggested that by 2050, the Republic of Kenya will almost double its current population.


Maroc : un plan pour l’Argan

Publié le 01.01.2020 à 20h18 par APA

Par Hicham Alaoui

Dans le cadre du Plan « Maroc Vert », la filière de l’Argan s’est dotée d’un contrat programme (2012-2020) pour le développer le secteur.La réserve de biosphère de l’arganeraie (RBA) au Maroc couvre une superficie d’environ 2,5 millions d’hectares, toutes espèces forestières confondues, et l’arganier y occupe la part la plus importante avec une superficie de 830.000 hectares.

Cette réserve reconnue par l’UNESCO en 1998, se caractérise par sa multifonctionnalité socio-économique et son aspect écologique unique. En effet, l’arganier qui pousse essentiellement au Maroc est un arbre endémique du sud-ouest du pays. Le « triangle d’or » de l’huile d’argan s’étend du nord d’Essaouira au sud de Tiznit, jusqu’à la région située à l’est de Taroudant. Quelques pistes pour partir à la découverte d’un produit hors du commun.

Produire de l’huile d’argan est loin d’être simple : il faut tout d’abord ramasser les fruits de l’arganier, les faire sécher, puis séparer la pulpe et le noyau de la noix, avant de procéder au concassage à la meule de pierre. La pâte obtenue est ensuite malaxée, puis pressée pour en extraire l’huile, qu’il faudra ensuite filtrer.

Dans le cas de l’huile alimentaire, l’amandon est torréfié, ce qui n’est pas le cas de l’huile cosmétique. Ce travail long et pénible est traditionnellement réservé aux femmes de la région.

Cependant, l’écosystème de cette réserve devient de plus en plus fragilisé et sa dégradation est due principalement aux aléas climatiques et pressions anthropiques sur les différentes ressources de l’Arganeraie.

Dans le cadre du Plan « Maroc Vert », la filière de l’Argane s’est dotée d’un contrat programme (2012-2020) relatif au développement de la filière signé entre le gouvernement et l’Interprofession suivant une vision intégrée qui vise le développement des différents maillons de la filière de l’amont à l’aval.

Les objectifs stratégiques de ce contrat-programme, à l’horizon 2020, consistent en la réhabilitation de 200.000 ha de l’arganeraie, la domestication de l’arganier et l’extension de sa culture en conduite moderne sur 5.000 ha, l’augmentation de la production de l’huile d’Argane pour atteindre, en 2020, 10.000 tonnes /an (actuellement estimée à 4.000 tonnes/an) et la mise en place de projets pilier I  et pilier II en vue d’une valorisation et d’une promotion modernes et efficientes des produits de l’arganier.

Ce contrat programme est focalisé sur quatre axes à savoir l’émergence d’un pôle de compétences en recherche et développement intégré dédié à l’arganier, le développement durable de la production et de la qualité selon un modèle intégré en préservant l’Arganeraie et ses ressources naturelles, le développement d’une valorisation forte et pérenne et l’amélioration des conditions cadres de la filière.

En termes du nombre des exportateurs, il est de 129 exportateurs dont 104 sociétés et 24 coopératives. Les données statistiques démontrent que l’huile d’argane est exportée essentiellement en vrac (une part de 96% en volume).

Ainsi, l’Union européenne (UE) est-elle la principale destination des exportations de l’huile d’argan avec une part en volume de 86% en 2017-18. La France a absorbé environ 64% des exportations marocaines en huile d’argan et 74% du volume destiné à l’UE.