Main Menu

Vives réactions après l’exécution d’un condamné à mort au Botswana

Publié le 04.12.2019 à 17h18 par APA

Le Botswana a essuyé de sévères critiques des groupes de la société civile et des diplomates étrangers pour sa décision de continuer à appliquer la peine de mort.Cela fait suite à l’annonce récente par les autorités pénitentiaires du pays que le condamné à mort, Mooketsi Kgosibodiba a été exécuté.

Le groupe local de défense des droits de l’homme, DITSHWANELO a déclaré avoir noté « avec inquiétude et une grande déception » l’exécution de Kgosibodiba.

« DITSHWANELO reste opposé à la peine de mort et condamne son utilisation comme moyen de punition. Nous réaffirmons que notre gouvernement devrait prendre l’initiative de condamner et non pas d’utiliser lui-même la force », a déclaré la directrice de l’organisation, Alice Mogwe.

La délégation de l’Union européenne au Botswana et les chefs de mission de l’Australien et du Canada ont déclaré, après l’exécution de Kgosibodiba, « qu’ils réaffirment leur ferme opposition à la peine capitale en toutes circonstances ».

« Nous continuons d’appeler le Botswana à lancer un débat public sur le recours à la peine de mort, comme le gouvernement du Botswana l’a déjà accepté lors de l’Examen périodique universel du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en janvier 2018 », ont-ils déclaré dans un communiqué.

Les diplomates ont déclaré que leurs pays « sont prêts à partager notre expérience du processus d’abolition de la peine de mort ».