Main Menu

« Vacances sans grossesses » : Une nouvelle arme contre le phénomène des grossesses précoces

« Nous voudrions lancer ce mercredi 11 juillet l’initiative vacances sans grossesse ». C’est en ces termes que le coordonnateur des Agences du Système des Nations Unies, Siaka Coulibaly, a annoncé leur nouvelle contribution, qui s’entend telle une arme, contre les grossesses précoces devenues un phénomène criant au Bénin. Des centaines de ces cas de grossesses ont été dénombrées, au cours de cette année scolaire, dans presque tous les départements du pays. Le phénomène est tout autant préoccupant dans le milieu de l’artisanat appelant des approches innovantes. « Vacances sans grossesses », est donc la bienvenue notamment pour marquer la présente édition de la Journée mondiale de la population.

La primeur de ses détails est revenue à la commune de Lokossa au cours de la phase officielle des manifestations de cette 29e édition. Aux dires du Dr Siaka Coulibaly, l’initiative onusienne est constituée de campagne d’information et de sensibilisation, de causeries, d’émissions et de jeux radiophoniques, de messages sur les réseaux sociaux sur la sexualité juvénile. Ayant pour cible les adolescents et jeunes, cette initiative va se déployer tout au long des prochaines vacances.  « Notre souhait est de voir les adolescents et jeunes s’approprier cette initiative et y participer massivement pour la réalisation de leur plein potentiel », a souhaité Dr Siaka Coulibaly. Enième action de sensibilisation visant à promouvoir une sexualité responsable et sans danger, « Vacances sans grossesses » ne repose pas sur la prétention d’éradiquer les grossesses précoces mais porte la promesse de freiner le développement de ce phénomène. Son impact pourrait se mesurer, par exemple, au cours de la prochaine année scolaire. Engagées dans la quête de ripostes encore plus efficaces, les Agences du système des Nations Unies ont réitéré également leurs appuis au gouvernement dans la formulation de politiques et programmes fondés sur les droits humains. Saluant ce qui se fait déjà dans le sens de l’amélioration de la qualité de vie, notamment les engagements en faveur de la gratuité de la planification, le coordonnateur des Agences onusiennes prévient que de grands défis attendent encore d’être levés au Bénin. Car, retient-il, « Des indicateurs montrent une faible prévalence contraceptive et d’importants besoins non satisfaits en planification familiale ».

 Désiré C. VIGAN A/R Mono-Couffo