Main Menu

Rentrée scolaire 2018-2019: Enseignants et apprenants ont renoué avec les cours à Cotonou

Les classes s’ouvrent de nouveau dans les écoles, après des semaines de vacances. Les cours ont démarré effectivement, hier lundi 17 septembre dans les écoles et collèges de Cotonou, mais on déplore l’absence des apprenants encore attendus dans certains établissements.

Apprenants et enseignants du secteur des enseignements maternel, primaire, secondaire, technique et professionnel ont repris le chemin des classes, ce lundi 17 septembre. Dans l’ensemble à Cotonou, les enseignants étaient dans les classes et assuraient leurs tâches pédagogiques. Ce constat a été fait par le ministre en charge de l’Enseignement maternelle et primaire Salimane Karimou et le préfet du Littoral, Modeste Toboula, au complexe scolaire de Cadjèhoun. Le ministre s’est dit satisfait du constat et a encouragé les enseignants à continuer sur cette lancée. Aux enfants, il a prodigué de sages conseils pour de bons résultats à la fin de l’année.
Au collège d’enseignement général « Les Pylônes » à Agla, l’administration et les enseignants ont pris les dispositions nécessaires pour le démarrage effectif des cours. « Nous avons reçu des instructions fermes du ministre en charge de l’Enseignement secondaire et toutes les dispositions ont été prises pour que les cours démarrent effectivement ce lundi 17 septembre », confie Koffi Saturnin Gbaguidi, directeur du collège d’enseignement général « Les Pylônes ». Il rappelle que le décor a été planté très tôt le matin avec la cérémonie des couleurs au cours de laquelle l’accent a été mis sur les dispositions pratiques à prendre pour le démarrage effectif des cours. « Les collègues sont instruits à ce effet, surtout les agents permanents de l’Etat et les agents contractuels de l’État », précise-t-il. Ce que confirme son collègue du Ceg Sainte Rita Maurille Mondé qui fait savoir que les emplois du temps sont déjà connus par les professeurs et la répartition des apprenants dans les classes a été faite également. Mais ce sont les classes d’examen qui ont surtout démarré les cours puisque les apprenants n’étaient pas en nombre suffisant dans les classes intermédiaires. Un constat que le professeur de mathématiques Eric Alladakan a déploré puisqu’il avait cours dans une classe de Seconde à 8h, mais aucun élève n’y était présent. « Actuellement, je suis en 3e et comme vous le constatez, les élèves sont présents. Nous avons déjà fait les présentations, le contrat didactique, le programme et actuellement, ils lisent la situation de départ du premier chapitre », laisse-t-il entendre.

Confusion

Beaucoup d’établissements s’adonnent encore aux tâches d’inscription et c’est aussi l’une des raisons de l’absence des élèves dans les classes. Pour défaut d’effectifs, certains professeurs s’impatientent encore en attendant que les apprenants retardataires regagnent les rangs. Mais tout porte à croire que la pré-rentrée qui a eu lieu, du 10 au 15 septembre dernier, pour évacuer les tâches liées aux inscriptions et au nettoyage n’a pas été mise à profit par les parents d’élèves dont certains ont choisi ce lundi pour envahir les bureaux des écoles et collèges.
Dans les collèges d’enseignement général tels que Houéyiho, Sainte Rita, Entente et les Pylônes à Agla, l’affluence était remarquable. Les administrations ont vaqué sans répit. Une attitude déplorée par le directeur du Ceg « Les Pylônes » qui estime que cela perturbe l’effectivité du démarrage. Enock Zinsou, parent d’élève venu inscrire sa fille en classe de 6e au Ceg Entente à Agla, constate que le secrétariat est bondé de monde. Ce qui lui rend la tâche difficile. « Il y a beaucoup d’affluence au niveau du secrétariat et cela est dû au fait que les gens ne sont pas sortis tôt pour faire les inscriptions. Il ont attendu le dernier jour pour le faire », confie-t-il. Le directeur du Ceg Sainte Rita Maurille Mondé a lancé un appel aux parents d’élèves, afin qu’ils fassent tout pour que les apprenants regagnent les classes. «Ils doivent savoir que la donne a réellement changé. Il y a eu pré-rentrée et il y a eu rentrée. La rentrée ne peut être confondue à la pré-rentrée », clarifie-t-il?