Main Menu

Mali: « Les religieux sont devenus incontournables » (analyste)

Le jeune chercheur malien, Baba Dakono, Secrétaire exécutif de l’Observatoire Citoyen sur la Gouvernance et la Sécurité analyse pour Apa News la situation au Mali, deux semaines après la chute du président Ibrahim Boubacar Keita.Pres de deux semaines après avoir pris le pouvoir, les colonels du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) n’ont toujours pas désigné les organes censés diriger la transition vers un retour à un ordre constitutionnel normal au Mali. Pourquoi?

Plusieurs raisons pourraient expliquer cette situation. D’abord, il convient de rappeler que les évènements du 18 août qui ont abouti plus tard à la démission du président Ibrahim Boubacar Keita ainsi que celle du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée nationale ont créé une situation particulière et non prévue par la constitution du pays. Ces événements sont également intervenus dans un contexte de tensions sociopolitiques qui perduraient depuis des mois dans un environnement malien caractérisé par de multiples fractures et une méfiance entre les divers acteurs (État, politiques et citoyens). Dans un tel contexte, à moins d’assumer un coup de force et d’imposer un pouvoir militaire, il fallait s’attendre à des tiraillements dans la gestion du lendemain de cette rupture dans l’ordre constitutionnel. Ensuite, il y a les pressions de la communauté internationale, au premier plan la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui joue un rôle important dans la gestion de la crise malienne et qui ne partage pas la position des militaires sur la gestion de la transition. Enfin, la question de l’inclusivisité de la gestion de la transition divisent les acteurs. D’une part, les responsables du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5 RFP), principal mouvement de contestation rassemblant des politiques, des religieux, des syndicats, estiment avoir plus de légitimité dans le cadre de la transition. Cette position conduit à un certain tiraillement entre ceux qui se considèrent comme forces du changement, ceux qui sont restés indifférents à la contestation et ceux qui étaient avec le président Ibrahim Boubacar Keita dit IBK avant les événements du 18 août. Les militaires sont ainsi pris dans cet étau de positionnement sans pouvoir trancher. D’autre part, la  question même du rôle que devrait jouer les militaires dans la transition divise les Maliens. Pour une bonne partie de l’opinion, il faut un militaire à la tête de la transition alors qu’une autre partie estime que cette place doit échoir à un civil. Ces quelques éléments, sans être exhaustifs, pourraient expliquer le statu quo sur cette question. 

La situation dans laquelle se trouve le Mali peut-elle affecter la lutte contre les groupes jihadistes actifs dans le nord et le centre pays? Peut-elle avoir un effet sur la présence militaire étrangère, notamment française au Mali?

Pour le moment, cette question semble être d’ailleurs la mieux gérée. Premièrement, à la différence de 2012, quand l’éclatement d’une énième rébellion touareg avait provoqué le coup d’Etat du capitaine Amadou Sanogo, cette fois-ci, il n’y a pas eu de rupture dans la chaîne de commandement au plan interne. Même si des responsables militaires ont été arrêtés, le dispositif de commandement n’a pas été, jusque-là, touché. Les opérations sur le terrain continuent y compris celles qui se poursuivent conjointement dans le cadre de la coopération régionale et internationale. Deuxièmement, les déclarations officielles françaises laissent comprendre qu’il n’y a eu pas de rupture dans la coopération militaire à ce niveau également. D’ailleurs, les autorités françaises ont annoncé dans les jours qui ont suivi les événements du 18 août des succès dans certaines opérations militaires menées au Mali, notamment la « neutralisation » d’un important chef terroriste. A ce stade, le seul élément d’inquiétude pourrait porter sur le rôle des Américains qui apportent un soutien logistique important à l’opération miliaire française Barkhane. 

Les religieux ont été très actifs dans la contestation populaire qui a débouché sur la chute du président Ibrahim Boubacar Keita. Est-ce à dire qu’il sont désormais décidés à investir le champ politique?

Dans tous les cas, ils sont devenus des acteurs incontournables de la vie publique malienne. S’agissant de l’environnement politique, il est caractérisé par une méfiance des citoyens à l’égard des acteurs qui l’animent. Si cette rupture de confiance n’est pas réglée, il sera difficile qu’un acteur puisse échapper au discrédit qui frappe la classe politique et ce, quelles que soient l’histoire et la trajectoire des acteurs. L’investissement de la scène politique par de nouveaux acteurs pourrait être une bonne ou mauvaise perspective suivant le rétablissement ou pas de la confiance des citoyens en la chose politique.

The post Mali: « Les religieux sont devenus incontournables » (analyste) appeared first on Journal de Bangui.