Main Menu

Libération du domaine public à Fidrossè-plage: Crainte d’insécurité pour les usagers

 Les occupants illégaux de la zone Fidjrossè-plage, dans le 12e arrondissement de Cotonou, sont sommés de libérer les espaces publics. Ce mardi 10 juillet, sous la houlette du préfet du Littoral, Modeste Toboula, une opération de déguerpissement a permis de nettoyer les emprises de la voie destinées aux travaux d’aménagement. Mais les usagers craignent pour leur sécurité.

L’opération de libération des espaces publics illégalement occupés s’est poursuivie dans la zone de Fidjrossè-plage, ce mardi 10 juillet. Rien n’a résisté aux bulldozers commis pour la tâche. Des habitations et autres hangars servant de buvettes ont été simplement détruits sous le regard impuissant des propriétaires. Les paillotes réalisées qui servent de lieux de festivités aux usagers de la plage ont été également démolies. En l’espace de quelques heures, toute la plage de Fidjrossè a été dégagée, en attendant le ramassage des gravats. Les propriétaires de bars, et restaurants installés à quelques encablures de la mer le long de la Route des pêches en construction contiennent à peine leur colère. Ils sont très peinés de ramasser les chaises et tables, quelques instants après le passage des engins lourds déployés sur les lieux. Des lamentations et des cris de désolation se font entendre. 

Si pour certains usagers, l’acte est à saluer, pour d’autres par contre, il y a lieu de s’inquiéter. Selon les témoignages, les actes d’insécurité sont à craindre dans ces lieux déguerpis. « Dites aux autorités d’amener les forces de sécurité ici », a lâché une voix anonyme dans la foule de gens venus assister aux déguerpissements. Selon dame Angèle N., la recrudescence des actes d’insécurité autrefois fréquents fait peur et il y a lieu de penser à la sécurité des habitants du quartier ainsi qu’à celle des usagers de la plage. Elle a expliqué que des jeunes gens viennent opérer à ces endroits, menaçant la quiétude. Elle a par ailleurs confié que ce sont des gens qui viennent souvent par groupes, munis de machette. Pour tromper la vigilance des usagers, poursuit-elle, ils se mettent à jouer. Parfois, c’est la vente de portable qui est organisée à la plage, aux dires de dame Angèle.
« Mon problème c’est de libérer le site pour les travaux d’aménagement », avait indiqué le préfet du département du Littoral Modeste Toboula, la veille de l’opération. Le domaine public doit être respecté au regard de la loi, a expliqué le préfet avant de confier que : « Pour le projet Route des pêches, nous sommes prêts ». D’autres endroits seront libérés les jours à venir pour la mise en œuvre du projet Asphaltage, selon nos recoupements.