Main Menu

Le réflexe tribal est très développé en Côte d’Ivoire, selon un universitaire

Le réflexe tribal et le repli identitaire sont très développés en Côte d’Ivoire avec un discours politique teinté de violence, a dénoncé samedi à Abidjan, Aboa Alain Laurent, professeur titulaire de sociolinguistique à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan. « Chez nous en Côte d’Ivoire, le sentiment de repli identitaire  et le réflexe tribal sont très développés. Le discours politique qu’on tient est teinté de violence et on est très allergique à la contradiction», a regretté Pr Aboa dans un panel  inaugural de l’Assemblée générale élective de la Plateforme panafricaine des femmes et des jeunes pour la paix, la démocratie et  la bonne gouvernance ( 2PFJ) autour du thème: «la préservation contre les discours d’incitation à la haine par les acteurs politiques : quelle contribution des femmes et des jeunes ?».

 Analysant la cristallisation des discours politiques en Côte d’Ivoire à quelques mois de l’élection présidentielle, Pr Aboa a estimé que la Côte d’Ivoire est dans « une zone de turbulence» depuis le coup d’État militaire de décembre 1999. De son avis, le discours de haine est très facile à émettre, mais difficile à contrôler.

 « Le discours de haine n’est pas l’apanage des hommes politiques. Mais en Côte d’Ivoire, les politiques sont plus responsables que les autres» a-t-il soutenu, estimant qu’en Côte d’Ivoire  si les politiques se réconcilient, les populations se réconcilieront.

 « Pour changer ce cycle infernal de violence en Côte d’Ivoire, il faut changer de paradigme. Il faut que les hommes politiques acceptent de s’asseoir et de se parler», a entre autres, proposé l’universitaire.

Par ailleurs, il a appelé les jeunes et les femmes « à se former et à prendre conscience de leur importance » dans le débat politique. « Dans toutes les communautés (en Côte d’Ivoire), le radicalisme et l’extrémisme sont en train de s’installer », s’est inquiétée, à son tour, Nathalie Kouakou, une défenseure des droits de femmes.

A l’issue de cette assemblée générale élective de la plateforme panafricaine des femmes et des jeunes pour la paix, la démocratie et la bonne gouvernance (2PFJ), M. Gogbeu Jean-Luc du Parlement des jeunes du fleuve Mano, a été élu président de cette organisation en remplacement de Mme Salimata Porquet.

The post Le réflexe tribal est très développé en Côte d’Ivoire, selon un universitaire appeared first on Journal de Bangui.