Main Menu

Le parrainage en vedette dans la presse sénégalaise

Les journaux sénégalais, reçus mercredi à APA, traitent essentiellement de la suppression du parrainage pour les prochaines élections locales.Vox Populi annonce que « le parrainage (est) supprimé » puisque « les acteurs politiques des différents pôles (pouvoir, opposition, non-aligné) et la société civile, réunis hier (mardi) au sein de la Commission politique du dialogue national », ont acté cette décision.

Le Quotidien précise que « pour la présidentielle et les Législatives, les choses restent en suspens ». Dans les colonnes de ce journal, Cheikh Sarr, l’un des plénipotentiaires de la majorité déclare : « Pour savoir si lors de la prochaine présidentielle il y aura le parrainage, il faut attendre l’évaluation du processus électoral ».

De son côté, rappelle Sud Quotidien, le parrainage est « l’une des réformes introduites dans le Code électoral à la veille de la présidentielle du 26 février 2019 ». Poursuivant, ce journal note qu’il « faisait partie des principaux facteurs bloquants de la tenue des locales du fait des difficultés liées à son application sur le terrain » pour ce type de scrutin.

Citéé par EnQuête, Sagar Traoré, la chargée des élections et relations internationales de l’AJ-PADS (And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme), soutient que dans le cadre des travaux de la Commission politique du dialogue national « seuls quatre ou cinq points sont pour le moment en suspens. (Il s’agit) du statut de l’opposition et de son chef, des organes de gestion des élections, du rôle et de la place de la justice dans le processus électoral et de la rationalisation du calendrier républicain ».

Le Soleil renseigne que « la Commission cellulaire du dialogue politique valide aujourd’hui son rapport d’étape en vue de soumettre au chef de l’Etat, le 31 août au plus tard, un rapport spécial ». Selon le quotidien national, « elle dispose encore de trois mois pour finaliser et déposer sur la table du président de la République le rapport définitif en raison du décret de prolongation du dialogue national ».

Sur un tout autre sujet, L’Observateur dévoile « les secrets de vie du douanier qui a tué sa fille » dimanche dernier aux Mamelles (Dakar). A en croire une source de ce journal, le Colonel Mouhamadou Sall, chef des Sections d’écritures du Môle 2 du Port autonome de Dakar, aurait été victime de son professionalisme : « C’est l’un des inspecteurs les plus sérieux et rigoureux de sa génération » dans un service qui, avec le Môle 8, pèse 80 % des recettes douanières du Sénégal.

Au cours de son interrogatoire, rapporte L’Observateur, il « n’aurait pas arrêté d’invoquer les forces obscures » en disant notamment : « Même si je vous explique, vous n’allez pas comprendre ».  Ce quotidien se fait aussi l’écho d’une autre hypoyhèse qui expliquerait le drame. Celle d’ « une pratique religieuse excessive » du colonel actuellement interné au service psychiatrique du Centre Hospitalier et Universitaire de Fann, à Dakar.

Dans Libération, le chef des Sections d’écritures du Môle 2 affirme avoir « une nouvelle mission » consistant à « sauver l’humanité ». Et le premier acte « consistait à sacrifier sa fille (dont) le sang (serait) prophétique ».

Enfin, EnQuête remarque que « la violence a investi la sphère familiale. Depuis des mois, des scènes atroces de meurtres, violences domestiques et conjugales sont notées sur tout le territoire national. Une nouvelle parenthèse de folie collective ».

Pour sa part, L’AS s’intéresse aux conséquences du nouveau coronavirus dans le secteur de l’hôtellerie. Et Doudou Gnagna Diop, le président de l’Organisation nationale pour l’intégration du tourisme sénégalais (Onits), tire la sonnette d’alarme car « des entreprises sont au bord de la faillite ».

The post Le parrainage en vedette dans la presse sénégalaise appeared first on Journal de Bangui.