Main Menu

La BCEAO salue l’accroissement rapide des recettes budgétaires des Etats

Publié le 04.12.2019 à 17h18 par APA

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) s’est félicitée, mercredi à Dakar, de l’accroissement rapide des recettes budgétaires des Etats de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) au cours des neuf premiers mois de l’année 2019.Selon M. Blohoue Toussaint Damoh, Directeur de la conjoncture économique et des analyses monétaires de la BCEAO, qui rendait compte à la presse de la réunion de son comité de politique monétaire (CPM), l’exécution des opérations financières des Etats membres de l’Union a été marquée durant cette période par « un accroissement plus rapide des recettes budgétaires par rapport aux dépenses de 18,3% contre 12,5% en 2018 ».

A ses yeux, cette évolution a induit une réduction du déficit global qui s’est situé à 2,7% du produit intérieur brut (PIB) contre 3,3% sur la même période de l’année 2018.

« Au regard de ces performances, le CPM encourage les Etats à poursuivre les efforts entrepris pour contenir le déficit budgétaire à 3% du PIB au maximum en 2019 et le maintenir en dessous de ce seuil pour les années à venir, en ligne avec les objectifs communautaires », a soutenu le Directeur de la conjoncture économique et des analyses monétaires de la BCEAO.

Analysant la conjoncture de l’UEMOA, les membres du CPM ont relevé que le dynamisme de l’activité économique observé depuis le début de l’année, s’est renforcé au troisième trimestre 2019. C’est ainsi que le taux d’accroissement du PIB, en termes réels, est ressorti à 6,6% après 6,4% au deuxième trimestre 2019. « Pour l’ensemble de l’année 2019, les projections de la BCEAO situent le taux de croissance économique de l’UEMOA à 6,6% comme en 2018 », a laissé entendre M. Damoh.

A propos de la situation monétaire de l’UEMOA, les membres du CPM ont relevé une légère décélération de la masse monétaire au troisième trimestre 2019 en liaison avec le ralentissement des créances intérieures. Les réserves de change se sont, de leur côté, consolidées sur une base annuelle, assurant ainsi 4,8 mois d’importations de biens et services à fin septembre 2019.

Sur le marché monétaire le taux d’intérêt moyen trimestriel est resté quasi stable à 2,70%.

Au niveau du taux d’inflation, M. Damoh a avancé qu’il est ressorti à moins 1% contre moins 0,7% au deuxième trimestre 2019. Selon lui « cette situation est liée à la poursuite de la baisse des prix des produits alimentaires dans la plupart des pays de l’UEMOA, en particulier les prix des céréales ». A l’horizon de 24 mois, le taux d’inflation est projeté par la BCEAO à 1,6% en ligne avec l’objectif de stabilité des prix qu’elle poursuivit.

« C’est sur la base de ces analyses, avance M. Damoh, que le CPM a décidé de maintenir inchangé le taux d’intérêt minimum de soumission aux appels d’offres d’injection de liquidité à 2,50% et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal à 4,50% ». Il ajoute que le coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques de l’UEMOA demeure fixé à 3,0%.