Main Menu

Enseignement et santé au menu des quotidiens marocains

Le débat sur le mode d’enseignement à l’approche de la rentrée scolaire et universitaire au Maroc, la question de la relève dans le milieu culturel et la légère amélioration de la situation épidémiologique sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce mercredi.+Aujourd’hui le Maroc+ écrit que s’il y a un débat primordial et profond qui devrait être posé, ce serait celui relatif à toute la conception de l’acte d’éduquer et d’enseigner dans sa globalité.

« Au vu de l’expérience de ces six derniers mois, avec ses réussites et ses échecs, est-ce que l’école peut continuer à fonctionner comme avant ? », s’interroge le quotidien, estimant qu’il faudra probablement revoir après cette pandémie les matières et disciplines, les contenus et aussi les volumes horaires…

Pour le journal, l’expérience de la pandémie a certainement transformé les enfants, leur façon de voir et de penser. La question n’est pas de savoir où enseigner, en classe ou à distance, mais surtout quoi enseigner, comment et pourquoi.

+L’Opinion+ relève que « les années 2000 auront été une hécatombe pour les milieux culturels. La disparition de Touria Jabrane est venue s’ajouter à une longue liste de comédiens, d’écrivains et de penseurs ».

« Ce sont ainsi plusieurs pages qui se tournent”, souligne l’éditorialiste citant, notamment dans les domaines des arts plastiques, de la littérature et du théâtre des artistes comme Farid Belkahia, Chaibia Zine, Driss Chraïbi, Abdelkébir Khatibi ou encore Tayeb Saddiki. La question qui se pose est : quelle relève ? se demande-t-il, soulignant que « certainement, des acteurs comme des écrivains ou des journalistes de talent prendront les rênes de l’avenir. Néanmoins, l’héritage des uns et des autres sera-t-il fructifié ou des singularités vont-elles surgir du néant sans références ni influences des maîtres disparus? ».

+Akhbar Al Yaoum+ souligne que dès l’adoption de l’automédication par le ministère de la Santé pour les patients Covid-19, le débat est lancé sur les déchets issus de cette opération. Peuvent-ils être considérés comme des déchets ménagers ou des déchets médicaux potentiellement dangereux ? se demande la publication.

Dans sa note, le ministère de la Santé a considéré qu’il s’agit de déchets ménagers, qui sont définis par la loi relative à la gestion des déchets comme étant tous déchets issus d’activités économiques, commerciales ou artisanales qui sont similaires aux déchets ménages de part leur nature et leurs composantes.

Par ailleurs, le ministère a invité les citoyens à mettre les déchets du patient Covid dans des sacs en plastiques en les aspergeant de chlore avant de les désinfecter et s’en débarrasser avec les autres déchets ménages.

+Al Massae+ note une légère amélioration de la situation épidémiologique au Maroc. C’est ce qui ressort des dernières statistiques publiées par le ministère de la Santé qui font état d’une régression du nombre quotidien des contaminations par le coronavirus à 903 nouveaux cas d’infection et 1.135 guérisons enregistrés.

Ce nouveau bilan porte à 53.252 le nombre de contaminations depuis le premier cas signalé le 2 mars et à 37.478 celui des personnes totalement rétablies, soit un taux de guérison de 70,4%, a précisé le coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique au ministère de la Santé, Mouad Mrabet, cité par le quotidien.

Le nombre de décès est passé à 920, avec 32 nouveaux décès recensés en 24 heures, soit un taux de létalité de 1,7%, contre 3,4% au niveau international, a-t-il ajouté.

The post Enseignement et santé au menu des quotidiens marocains appeared first on Journal de Bangui.