Main Menu

Echange Sud-Sud : le gourami géant reconnu a sa juste valeur

Dans le cadre d’un échange Sud-Sud, deux chercheurs indonésiens, les Dr Jojo Subagja et Otong Zenal Arifin, assistés par Jacques Slémbrouck, un expert en aquaculture ont mené une mission d’évaluation relative au développement de l’aquaculture du gourami géant (une espèce de poissons qu’on trouve d’habitude dans les aquariums), à Madagascar du 3 au 11 septembre dernier. La restitution du rapport s’est tenue à la bibliothèque du Fofia (DRZVP) Ampandrianomby, lundi dernier. En retour, deux chercheurs malgaches accompagnés de Jean-Michel Mortillaro de la Cirad effectueront  prochainement une visite similaire en Indonésie.

En fait, d’après les informations recueillies, cette échange Sud-Sud va  renforcer les compétences zootechniques de chaque partie prenante et servira de jalon à l’élaboration d’un programme de développement de l’aquaculture de gourami géant à Madagascar. Ainsi, l’objectif est de présenter non seulement, l’espèce et son potentiel mais surtout de connaître les problèmes liés à sa reproduction.

Durant cette descente sur le terrain, ces deux experts indonésiens ont constaté de visu l’élevage du gourami dans plusieurs régions du pays tout en profitant de donner des conseils aux aquaculteurs. «Le gourami géant, appelé aussi «Lao-bazaha», est une espèce endémique de l’Indonésie. Il a été importé à Madagascar en 1857», a déclaré Jean-Michel Mortillard. Et conscient du potentiel de ce poisson, ce dernier a mis en place un programme sud-sud entre l’Indonésie et Madagascar, en partenariat avec Jacques Slembrouck de l’IRD Jakarta.

«Le gourami est un poisson d’eau douce. Etant herbivore, il fournit même aux autres poissons, tels le tilapia

ou la carpe, des nourritures adéquates à leur développement», a-t-il expliqué. En effet, le gourami se nourrit des feuilles de manioc, de taro ou de patate douce. «Il ne présente aucun danger pour le riz», a-t-il conclu.

Holy Danielle