Main Menu

Décision DCC 18-141 du 28 juin relative au retrait du droit de grève: Le mouvement syndical Unité Cnhu en prend acte

Le syndicat Unité Cnhu s’est prononcé sur la décision DCC 18-141 du 28 juin de la Cour constitutionnelle, retirant le droit de grève à certaines catégories de travailleurs. Cette décision qui fait couler beaucoup d’encre et de salive est approuvée par le syndicat des agents du Centre national hospitalier universitaire (Cnhu) de Cotonou. Au cours d’une conférence de presse tenue à Cotonou, le jeudi 5 juillet dernier,
Théophile Dossou, a annoncé que son syndicat prend acte de la décision de la haute juridiction.

Le syndicat Unité Cnhu n’est pas affecté par le revirement jurisprudentiel de la Cour constitutionnelle. « Nous militants du syndicat Unité Cnhu prenons acte de cette décision de la Cour dont les décisions sont sans recours ». Ainsi, s’est exprimé Théophile Dossou, secrétaire général dudit syndicat, jeudi 5 juillet dernier au cours d’une conférence de presse au sujet de la DCC 18-141 du 28 juin dernier. Une jurisprudence de la Cour sur la conformité du retrait du droit de grève aux agents de santé, aux magistrats, et aux agents de la Police républicaine et autres. Théophile Dossou exhorte par la même occasion, les militants de son syndicat au travail assidu et les rassure qu’il y a toujours d’autres formes de luttes et de protestations comme les sit-in et les marches.

« Il va sans dire que l’urgence aujourd’hui n’est pas de perdre notre énergie, nous professionnels de la santé pour contester une décision de la Cour constitutionnelle qui peut toujours nous afficher des revirements jurisprudentiels dans les années à venir, mais plutôt nous battre par le travail bien fait afin de sauver nos hôpitaux malades de nos mauvaises pratiques et surtout de la mauvaise gestion », a déclaré Théophile Dossou soutenu par son adjoint, Florentin Houssou lors de la conférence de presse. Selon lui, depuis l’avènement de la démocratie, le Bénin a connu une succession de mandatures de la Cour constitutionnelle dont les décisions sont diversement appréciées par les citoyens béninois. Mais le peuple a toujours fait l’effort de respecter ces décisions même les plus décriées. Car, il considère la Cour constitutionnelle comme un fétiche national, d’après le syndicaliste. Ainsi, Unité Cnhu n’est pas dans une logique de contestation de la décision de la Cour constitutionnelle, car un tel comportement peut fragiliser l’institution qui reste seul rempart pour sauver le Bénin des situations les plus difficiles.
A défaut de concéder le droit de grève aux agents de santé, Théophile Dossou appelle le chef de l’Etat à satisfaire quelques doléances du personnel de la santé. Lesquelles doléances suscitent depuis une dizaine d’années les mouvements de débrayage au Centre national hospitalier universitaire. Il cite, entre autres, la prime de motivation en faveur de tout le personnel de la santé toutes catégories confondues ; le renforcement du plateau technique des hôpitaux, dispensaires, maternités ou tout centre de santé public surtout celui du Cnhu-Hkm qui est le seul hôpital de référence.