Main Menu

Bac session 2018: Une première journée parfaite à Bohicon et Abomey dans le Zou

Comme partout au Bénin, les épreuves écrites de l’examen du baccalauréat, session de juillet 2018, ont démarré ce lundi 16 juillet, sans aucun incident majeur dans le Zou. Les candidats à l’obtention du premier diplôme universitaire planchent dans treize centres dans me département.

Ils sont au total 9171 candidats inscrits qui composent depuis ce lundi dans le département du Zou. Ils sont répartis dans treize centres : Ceg 1 Abomey, Ceg 1 Bohicon, Ceg 1 Covè, Ceg 2 Abomey, Ceg 3 Bohicon, Lycée technique de Bohicon (Lyteb), Lycée Houffon d’Abomey, Ceg Zogbodomey et autres.
La particularité cette année a été la fermeture du centre du Ceg 2 de Bohicon pour des raisons de baisse de l’effectif de candidats. On note une organisation au point dans les centres d’examen afin de sécuriser l’examen et d’amoindrir la peine des jeunes candidats en quête du premier diplôme universitaire.
Dans les centres d’examen sillonnés par notre équipe de reportage comme ceux du Lyteb de Bohicon, du Ceg 1 d’Abomey ou au lycée Houffon, il est à noter que déjà avant 8 h, tous les candidats étaient en salle attendant le démarrage des premières épreuves. Des candidats bien ponctuels et munis de leurs pièces d’identité.
Avant le lancement des épreuves, les surveillants et autres superviseurs procèdent au contrôle de présence des candidats, à la vérification des convocations et rappellent les consignes fermes de sécurité. Ce n’est qu’après que le lancement des épreuves sera fait par les chefs centre.
Dans les différentes séries (A1, A2, B, C, D) pour l’enseignement général, la première épreuve est celle de la Composition française. C’est devant les candidats que les enveloppes contenant les épreuves sont ouvertes.
Au Lyteb à Bohicon, les responsables prennent toutes les précautions nécessaires avant de donner le top à 8 h 5, en présence de Dieudonné Gambiala, directeur départemental en charge de l’Enseignements secondaire et technique. Il s’est réjoui de la parfaite organisation de l’examen dans le Zou et surtout de la numérisation de la liste qui permet de sécuriser le processus. Toutefois, il déplore la légère baisse de l’effectif de candidats pour le compte de cette année : 9171 candidats contre plus de 10 000 l’année passée. Ce qui a conduit à la fermeture du centre du Ceg 2 de Bohicon.
La situation est identique dans plusieurs autres centres tels que le Ceg 1 d’Abomey où le chef centre s’est assuré aussi que tout est en place avant de donner le top du démarrage ; des précautions nécessaires pour le début d’un examen aussi sensible que précieux qu’est le Baccalauréat. Des enseignants expérimentés qu’ils sont ne veulent rien laisser venir entacher leur respectabilité.
Pour ce faire, des allers retours incessants sont faits entre les salles et le secrétariat, les échanges entres superviseurs et surveillants s’organisent de temps à autre pour parfaire l’organisation de l’examen.
Pour le compte de cette première journée, aucun incident majeur n’est signalé à Bohicon comme à Abomey. Aussi, le temps s’est montré clément. Tout semble aller comme réglé sur du papier à musique. « Et ce sera ainsi durant les trois jours que dureront les épreuves », assure Dieudonné Gambiala.