Main Menu

ASSEMBLÉE NATIONALE : Le PMU pour réveiller l’hémicycle

  • Nouveaux accrochages entre la vice-Première ministre Fazila Jeewa-Daureeawoo et le leader de l’opposition sur l’état du service des pompes

C’est l’introduction du Pari Mutuel Urbain (PMU) qui a réveillé l’hémicycle mardi dernier. Sinon, la séance aurait probablement figuré dans le registre de celles qui auront été les plus calmes de l’Assemblée nationale. La question de Rajesh Bhagwan a permis de confirmer ce que les initiés savaient, c’est que le promoteur Peerless Ltd, du moins celui qui, sur le papier, a fait la demande du permis pour opérer le PMU à Maurice un 21 septembre 2017, que la Gambling Regulatory Authority s’y est penchée le 4 octobre et, quarante-huit heures après, soit le 6 octobre, la licence était délivrée au demandeur. C’est le Premier ministre par intérim, Ivan Collendavelloo, qui a été amené à répondre à cette interpellation qui était destinée à Pravind Jugnauth.
Le chef du gouvernement suppléant a indiqué que le conseil d’administration de la GRA, qui a examiné et approuvé la demande du PMU était composé de son président d’alors, Raouf Gulbul, du vice-président M. Maharaj, du Solicitor General Dhiren Dabee, de M. Molye, secrétaire permanent adjoint au ministère du Tourisme, Krishna Jhugroo, commissaire de police adjoint, Dev Beekharry, Senior Advisor au PMO, et M. Ujoodia. Au 24 novembre 2017, 127 points de collecte de PMU avaient été autorisés, a également annoncé Ivan Collendavelloo.
Les réponses du Premier ministre suppléant ont fair bondir Rajesh Bhagwan qui a, d’emblée, évoqué un autre « scandale du siècle » en expliquant qu’il était évident depuis la présentation du Finance Bill que ce serait un projet tallé sur mesure. Ensuite, il a voulu savoir comment les opérations ont pu commencer un vendredi, soit le 17 novembre, à Rivière du Rempart, alors que le permis prévoit qu’elles se déroulent les samedis et les dimanches. Il a déposé la preuve de ce qu’il avance sur la table de l’Assemblée nationale, alors que le PM p.i. a précisé que les opérations du vendredi n’étaient que des « tests ».
Le ton ira crescendo avec le député mauve affirmant, à partir d’un document qu’il consultait, que « it is mentioned SMS Pariaz as the licensee acting on behalf of both Peerless Ltd and J. S. Henry Ltd. Is this not a case of using multiple companies, a trick by M. Lee Shim, SMS Pariaz, who is very close to the Prime Minister and the MSM to create confusion in order to divert information and attention from the authorities, another trick to make millions and put it in the coffers of the Sun Trust building ? »
Integrity Sport Ltd « contrôlée par l’ancien trésorier du PTr »
Prenant sa toge d’avocat avisé, Ivan Collendavelloo dira que le député est confus et que Jean-Michel Lee Shim n’est pas impliqué dans le PMU. Il a expliqué que la compagnie Peerless est contrôlée par M. Doomun, qui a été actif au sein de Vernon Pool ces derniers 50 ans. Quant à Integrity Sports Ltd, Ivan Collendavelloo a tenu, non sans malice, à préciser que cette compagnie est contrôlée par l’ancien trésorier du Parti travailiste.
Alors qu’il y avait des réactions médusées sur les bancs du PTr, le député mauve, lui, est reparti de plus belle avec ses accusations en disant que « this whole issue of PMU stinks corruption. Everybody knows the very special link between the owner of SMS Pariaz, M. Lee Shim  », en ajoutant que la présence même du « fameux » Raouf Gulbul et de Dev Beekarry sur le board de la GRA qui a délivré un permis sans « due diligence » pour finalement demander que toute cette affaire de PMU et des liens entre le MSM et Jean Michel Lee Shim soit confiée à une commission d’enquête présidée par un ancien juge de la Cour suprême.
Le Premier ministre suppléant aura toutes les peines du monde pour fournir une réponse, Rajesh Bhagwan continuant à lancer ses diatribes sur les connexions politiques des promoteurs mais, gardant son calme, il dira que le député devrait venir avec une motion basée sur des faits s’il veut pousser son idée de commission d’enquête.
Autre question très attendue à ce Prime Minister’s Question Time, celle de Shakeel Mohamed sur la possibilité d’interdire l’emploi et l’octroi de contrats à des proches pour les membres du Parlement. Le Premier ministre suppléant a longuement cité les textes pour dire que ce ne serait pas conforme aux textes que d’empêcher des personnes qui détiennent les qualifications requises d’occuper des postes publics. Même si le député du PTr a insisté que Maurice doit suivre ce qui se pratique dans d’autres démocraties, Ivan Collendavelloo a, délibérément ou pas, semblé zapper le volet des nominations familiales qui entachent les mœurs politiques locales.
C’est avec une nouvelle Private Notice Question sur le service des pompes à incendie que la séance a commencé. L’échange fut assez stérile dans la mesure où le leader de l’opposition est revenu sur les manquements notés ces derniers temps dans l’organisation et les moyens dont dispose ce service et que la vice-Première ministre s’en est, elle, tenue à sa position selon laquelle elle vient de prendre la responsabilité de ce secteur et qu’elle veille désormais que les choses soient mieux gérées.
Les échanges sont même devenus très personnels par moment, Xavier Duval accusant Fazila Daureeawoo de pratiquer le « pa mwa sa li sa » et de fuir devant ses responsabilités, tandis que la ministre a martelé que l’auteur de la question a fait baisser le budget alloué au service des pompes lorsqu’il était ministre des Finances et, qu’en 10 ans passés au gouvernement, il n’avait rien fait pour moderniser le secteur.
Le Question Time qui s’est déroulé dans une ambiance plutôt bon enfant a néanmoins été marqué par quelques interpellations instructives. Le PMSD avait plutôt centré l’exercice sur des questions très locales, alors que le député du MMM Aadil Ameer Meea a usé de la ruse pour confondre le ministre de l’Agro-industrie sur la nomination du directeur de la Mauritius Meat Authority depuis le 27 juin 2015.
N°11 : nomination du Campaign  Manager à la MMA
Bhagwat Parsadsing Daumoo, a indiqué le ministre dl’Agro-industre, qui est un ancien président de conseil de district de Grand Port-Savanne et de la Mauritius Shipping Corporation, a un diplôme de commercial de New Delhi. Il perçoit comme salaire et allocations Rs 131 700 par mois. Des cas de mauvaise gestion de la part du directeur ont-ils été rapportés au ministre ? a renchéri le député mauve, qui s’est entendu dire quelque chose d’assez curieux comme « I am not sure that I have received a letter with regard to this particular case. »
Aadil Ameer Meea a alors demandé si ce monsieur Daumoo n’était pas le Campaign Manager dans sa circonscription du N°11 lors des dernières élections générales et, là, réponse surprenante du ministre qui dit que « well, during the last elections, there were so many people who were willing to help and were behind our team to support us. »
Autre question embarrassante, celle de Reza Uteem sur les suites de l’enquête policière sur l’ex-PPS du MSM Kalyan Tarolah. Sir Anerood Jugnauth a indiqué que la plaignante dans l’affaire de la “Lalangate” a dénoncé trois cas impliquant l’élu sur lesquels la police enquête toujours. Aucune personne n’a été jusqu’ici été arrêtée, a précisé le ministre Mentor.
Ce qui a eu le don d’énerver le député mauve autour de la question, qui a dit que la plainte a été enregistrée le 2 octobre, Kalyan Tarolah a été entendu le 16 du même mois et que ce délit qui entraîne une interpellation qui n’a pas eu lieu jusqu’ici. Ce ne serait pas correct de procéder à l’arrestation de quelqu’un sur la base d’une simple dénonciation, a répondu SAJ.
Pourquoi les Ruhomally  et non Soodhun ?
Ce qui a fait bondir Reza Uteem, qui a dressé un parallèle avec la déposition faite par Showkutally Soodhun qui a immédiatement enchaîné avec l’arrestation du couple Ruhomally, au point où l’époux eut une attaque cardiaque, alors que son collègue Rajesh Bhagwan a demandé qu’il n’y ait aucun cover-up dans cette affaire, ce à quoi le ministre Mentor a donné cette curieuse réponse : « I don’t control anybody in this House ! » C’est dire.
Plus perfide, Veda Baloomoody a voulu savoir s’il y a eu une déposition faite par une autorité du Parlement dans la mesure où le délit allégué aurait été commis dans l’enceinte même de l’Assemblée nationale, mais la Speaker a coupé court à cette interpellation qui concerne son champ de compétences.
Pour la suite des travaux, débats et vote du SME Bill de Sunil Bholah avec les interventions successives d’Eddy Boissézon, Ezra Jhuboo, Danielle Selvon, Sangeet Fowdar, Malini Sewocksingh, Sandhya Boygah, Sudhir Sesungkur, Kavi Ramano, Ravi Rutnah, Guito Lepoigneur, Alain Wong et Dan Baboo.
À l’ajournent des travaux, la député du MMM Danielle Selvon a parlé de l’esclavage et du trafic humain en Libye qui ont récemment été dénoncés. C’est Anwar Husnoo qui a répondu, indiquant que Maurice suit cette situation de très près.


MARDI PROCHAIN : Après le PMU, le Millionaire
Rajesh Bhagwan aura une question sur le jeu télévisé au Question Time et son collègue Aadil Ameer Meea sur le Declaration of Assets
Shakeel Mohamed s’intéressera à la MRA et au retard dans le paiement de la pension le mois dernier
C’est, cette semaine encore, Shakeel Mohamed qui ouvrira le feu des questions au Premier ministre avec une recherche d’informations sur les réclamations faites auprès de la Mauritius Revenue Authority. Il sera suivi de Rajesh Bhagwan qui, après le PMU la semaine dernière, s’attaque ce mardi au jeu Le Millionaire, organisé par la MBC. Il veut connaître du PM les procédures arrêtées pour l’acquisition des équipements, le budget et les noms des employés concernés.
Également pour le Premier ministre, ces questions d’Aadil Ameer Meea sur le comité ministériel sur la Déclaration of Assets, de Reza Uteem sur la condamnation de la MCB, de Malini Sewocksingh sur le Smart City Scheme Social Fund, d’Alan Ganoo sur la création d’un National Economic and Social Council et de Danielle Selvon sur le Board of Investment et les projets immobiliers.
Pour les autres ministres, des questions qui promettent aussi, comme celles de Bashir Jahangeer sur le secteur énergétique et sur la Ring Road, de Shakeel Mohamed sur le retard dans le paiement de la pension de retraite le mois dernier, de Malini Sewocksingh sur les policiers impliqués dans des cas de drogue et sur le service des pompes à incendie.
Reza Uteem s’intéressera au logement social et au projet de Garware Infra Projects dont le promoteur a fait des allégations contre Showkutally Soodhun. Il aura aussi une question sur la situation financière de la National Insurance Company avec une demande à Sudhir Sesungkur pour qu’il dépose une copie de ses comptes audités sur la table de l’Assemblée nationale.
Rajesh Bhagwan enchaînera avec une question pour le ministre du Tourisme, Anil Gayan, sur sa conseillère en communication Ornella Tatiah et une autre interpellation sur le site à Ébène qui a été annoncé comme devant suppléer la promenade Roland-Armand qui sera rasée pour faire place au Metro Express.
Autres questions d’intérêt à l’agenda, les Pas Géométriques (Alan Ganoo), le musée international de l’esclave (Danielle Selvon), et un Electricity Generation Plan et les transplantations rénales (Osman Mahomed). Ezra Jhuboo, qui ne lâche pas prise sur les projets hôteliers, cible cette semaine celui de West Coast Leisure Ltd.
Et alors qu’il avait retiré sa question sur l’unité de traitement de Pont Lardier bien que le ministre des Services publics était présent dans l’hémicycle mardi dernier, le député Kalyan Tarolah revient à la charge avec la même question cette semaine et il en rajoute même trois de plus, une pour Mahen Jhugroo sur le conseil de village de Bramsthan, une pour Alain Wong sur deux familles d’Olivia qui ont vu leurs maisons détruites par le feu et une dernière pour Roubina Jadoo-Jaunbocus sur le centre communautaire de Mont Ida.
À l’item projets de loi, trois textes en première lecture, The Data Protection Bill du ministre des TIC Yogida Sawmynaden, The Higher Education Bill qui vise à remplacer la Tertiary Education Commission et qui est inscrit au nom de la ministre de l’Éducation Leela Devi Dookun-Luchoomun, et le Additional Rémunération Bill du ministre Soodesh Callichurn qui donnera force de loi au paiement de la compensation salariale de Rs 360 et aux ajustements que devra faire la MRA.
Sont aussi prévus des débats en deuxième lecture sur le Mauritius Institute of Health (Amendment) Bill et The Bus Industry Employées Welfare (Amendment) Bill.