Main Menu

Wednesday, August 12th, 2020

 

La CIE annonce des travaux pouvant perturber la fourniture d’électricité dans des localités du Sud-Ouest ivoirien

La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) annonce, pour dimanche, des travaux de renforcement de capacité du Poste 225 KV de San-Pedro (Sud-Ouest), pouvant entraîner quelques perturbations de la fourniture d’électricité dans des localités de la ville, de celles de Sassandra, Grand Bérébi et Tabou.« Dans le cadre de l’amélioration de la qualité de la distribution de l’électricité, les équipes de Côte d’Ivoire Énergies (CI-Énergies) et de la CIE procéderont à des travaux de renforcement de capacité du Poste 225 KV de la ville de San-Pedro », indique une note transmise mercredi à APA. 

Ces manœuvres qui auront lieu le dimanche 16 août 2020, de 7h00 à 17h00 GMT (heure locale), entraîneront quelques perturbations de la fourniture de l’électricité dans les localités de Sassandra, San-Pedro, Grand Bérébi et Tabou, souligne la note. 

Cependant, « des dispositions sont prises pour limiter la durée de ces perturbations pendant l’exécution de ces travaux », rassure la compagnie qui offre la possibilité aux ménages et aux entreprises d’adresser leurs besoins via le numéro d’appel d’urgence 179.  

The post La CIE annonce des travaux pouvant perturber la fourniture d’électricité dans des localités du Sud-Ouest ivoirien appeared first on Journal de Bangui.


Plusieurs manifestants tués dans le sud de l’Ethiopie

Des dizaines de manifestants ont été abattus par les forces de sécurité et des dizaines d’autres blessés dans la ville de Sodo, capitale de la zone de Walayita, dans le sud de l’Ethiopie, a appris APA mercredi.Les protestations ont été déclenchées par la détention de plusieurs hauts fonctionnaires de la zone qui cherchaient à déclarer unilatéralement la formation d’un nouvel État régional au sein de la fédération.

Les autorités ont toutefois accusé les responsables de la zone de conspirer avec les groupes d’opposition pour tenter de déstabiliser la zone.

La Commission éthiopienne des droits de l’homme (EHRC) a déclaré que les forces de sécurité de la zone de Walayita semblent avoir fait un usage excessif de la force pour affronter les manifestants, tuant au moins six personnes.

« Les forces de sécurité devraient faire preuve d’un maximum de retenue et ne pas recourir à la force meurtrière pour faire face à des manifestations pacifiques », a déclaré la commission.

Un total, de 178 personnes ont été arrêtées, lundi dernier, dont 28 sont des hauts fonctionnaires de l’administration de la zone. Elles sont toujours détenues dans les locaux du collège d’enseignement agricole, technique et professionnel de Wolaita Sodo.

Dans un communiqué publié, hier mardi, le Bureau de la paix et de la sécurité de la Région des nations, nationalités et peuples du Sud (SNNPR) a confirmé l’arrestation des fonctionnaires. 

Le bureau a également déclaré que les fonctionnaires avaient enfreint la règle de l’état d’urgence qui interdit de tenir les rassemblements à cause de la pandémie de coronavirus.

Les tensions ont commencé après que 38 membres du conseil de la zone de Walayita se soient retirés du conseil de la région pour protester contre le projet du gouvernement fédéral de réorganiser la région sud en quatre états régionaux distincts.

The post Plusieurs manifestants tués dans le sud de l’Ethiopie appeared first on Journal de Bangui.


La Côte d’Ivoire veut « penser le tourisme » en dépit de la Covid-19

En ces temps de vacances, la Côte d’Ivoire veut, en dépit de la pandémie de Covid-19, afficher la résilience du pays face à la pandémie, invitant les touristes et les populations locales à explorer la stratégie « Sublime Côte d’Ivoire » visant à faire du pays un hub touristique.« Je voudrais donc vous inviter à la découverte des merveilles à explorer sur toute l’étendue de notre Sublime Côte d’Ivoire », lance le ministre ivoirien du Tourisme et des loisirs, Siandou Fofana dans une lettre ouverte aux résidents et aux touristes internationaux.   

Dans cet élan, le tourisme devra démontrer sa capacité de résilience, estime M. Siandou Fofana qui déclare : « Investissons nos villes et villages pour nous ressourcer, redécouvrir et rêver. (Car), le tourisme, à bien des égards, est une thérapie ».   

« Chers amis, avides d’expériences inoubliables, uniques… Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, en passant par le Centre, notre « Sublime Côte d’Ivoire » vous ouvre, grand ses bras. Car, en plus d’être à visage humain, le tourisme ivoirien vous propose une myriade de mets et richesses culinaires », écrit-il.  

La Côte d’Ivoire regorge d’un relief riche offrant des chaînes touristiques, comprenant des environnements riches, entre terre, mer, lagune, savane et forêt, sous un soleil vivifiant. Il a exhorté les touristes à vivre des rêves et savourer des moments uniques et privilégiés. 

« L’objet de cette adresse à votre endroit, qui vient du plus profond de moi est celui-ci : « Penser et panser le tourisme en dépit de la Covid 19 : redécouvrons notre chez Nous ! ». Et la période estivale s’y prête à bon escient », affirme le ministre du Tourisme et des loisirs. 

« Nous sommes en août, le temps des vacances. C’est la période idoine pour visiter notre « Sublime Côte d’Ivoire», poursuit-il,  souhaitant que les populations découvrent des lieux aussi insoupçonnés que mythiques du terroir ivoirien. 

Le tourisme, ce merveilleux moyen de passer des vacances inoubliables et découvrir la diversité des cultures et des sites, a été mis à mal par la pandémie. Une situation qui a amené le gouvernement i ivoirien à mettre en place un plan de riposte économique et humanitaire contre la Covid-19.  

Après de longs mois de  restrictions, le plan de riposte mis en place par le gouvernement a donné des résultats probants, notamment la levée de plusieurs mesures permettant la libre circulation des biens et des personnes dans tout le pays.

« Imaginons le nombre de découvertes que nous pourrions faire au Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire et au Parc national du Banco à Abidjan. Ces hauts-lieux qui nous réconcilient avec notre patrimoine et notre mémoire multi-ancestrale », dit-il.  

Au sud-est, à Assinie et Grand Bassam, de belles plages au sable fin offrent un ciel immense se reflétant sur les eaux. Calme et dépaysement  à moins de 80 km d’Abidjan, renchérit M. Siandou Fofana qui évoque en outre les trésors du Musée du costume et la royauté Akan à découvrir.   

A Yamoussoukro, capitale politique, village natal du premier président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny, poursuit-il, il y la Basilique Notre-Dame de la Paix, le lac aux crocodiles et les  tisserands du village de Bomizambo, font voyager entre le tourisme religieux, culturel et la découverte de la faune et la flore.

Par ailleurs, dans la région de l’Ouest montagneux, l’on peut découvrir les cascades naturelles, les ponts de lianes, la dent de Man, le Tématé, les danses de réjouissances et escalader le mont Tonkpi qui offrirent d’excellentes vues à des centaines de kilomètres.

Retraçant le patrimoine du pays, il note que dans le Nord, l’on peut voyager sur les traces de Pablo Picasso, visitez les tisserands de Waraniéré, les mosquées centenaires de Kong et de Kaouara, les potières Mangoro de Katiola et appréciez la danse sacrée du Boloye.

« Au Sud-Ouest de notre pays, je vous invite également à découvrir le Parc national de Taï qui renferme l’une des dernières forêts primaires d’Afrique avec ses chimpanzés intelligents. Les sites balnéaires de San-Pedro, Grand Béréby et les chutes de la Nawa à Soubré rivalisent de beauté », lance-t-il.  

M. Siandou Fofana appelle en outre les férus de l’Agrotourisme, à aller à la rencontre du cacao à travers le circuit de découvertes des étapes de production et de la première transformation de l’or brun pour laquelle la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial. Pour ne citer que ces sites.

« C’est en vue de vous faire vivre ces émotions et découvertes des richesses de notre terroir que nous vous proposons ces circuits touristiques permettant de découvrir notre beau pays à travers sa diversité culturelle, artisanale et touristique », conclut-il. 

The post La Côte d’Ivoire veut « penser le tourisme » en dépit de la Covid-19 appeared first on Journal de Bangui.


Maroc : Un chiffre record des cas de contamination avec 1.499 nouvelles infections en 24 heures

Le ministère de la Santé a recensé durant les dernières 24 heures 1.499 nouveaux cas d’infection au Covid-19, soit un record du nombre de contamination en une journée, portant ainsi le bilan à 36.694 cas confirmés.Quant au nombre de personnes déclarées guéries, il s’est élevé, jusqu’à mercredi à 25.677 avec 292 nouvelles rémissions, indique la même source, notant que le taux de guérison a atteint 70%.

Pour ce qui est des décès, cette journée de mercredi est la plus meurtrière avec 23 nouveaux morts, ce qui porte le nombre à 556 décès depuis l’apparition du virus dans le Royaume.

Concernant les cas actifs encore sous traitement ou suivi médical, le ministère fait savoir que leur nombre a atteint 10.461 personnes, dont 147 cas graves, soulignant en outre que 20.807 nouveaux cas ont été exclus après des résultats négatifs d’analyses au laboratoire, portant le nombre total à 1.479.708 depuis le début de la pandémie.

Le nombre de cas actifs grimpe ainsi à 10.461 cas, soit 29 cas pour chaque 100.000 habitants.

Les cas actifs se trouvent en majorité dans la région de Rabat-Salé-Kénitra (3.243), suivie de Marrakech-Safi (2.133), tandis que Laâyoune-Sakia El Hamra en comprend 16 et Guelmim-Oued Noun 15. 

Selon le ministère, 1.146 nouveaux cas sur les 1.499 ont été détectés à travers le suivi des cas contacts et des clusters, ajoutant que 147 cas actifs sont dans un état grave ou critique.

The post Maroc : Un chiffre record des cas de contamination avec 1.499 nouvelles infections en 24 heures appeared first on Journal de Bangui.


Football/ Présidence de la FIF: suspension du processus électoral et convocation d’une AG extraordinaire

Le Comité exécutif sortant de la Fédération ivoirienne de football ( FIF) présidée par Augustin Sidy Diallo a suspendu le processus électoral qui devait aboutir à l’élection du nouveau président de cette institution et a convoqué une assemblée générale extraordinaire prévue le 29 août prochain, a appris APA mercredi de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.« (…) Ces constats qui établissent la défaillance de la commission électorale ont conduit le comité d’urgence du Comité exécutif de la FIF a arrêter les décisions suivantes : la suspension du processus électoral de la FIF en application de l’article 48 et 100 des statuts de la FIF, la convocation d’une assemblée générale en session extraordinaire le samedi 29 août à Abidjan», rapporte un communiqué du Comité exécutif de la FIF.

Cette assemblée générale extraordinaire, selon le communiqué,  vise notamment à recomposer la Commission électorale et poursuivre le processus électoral. Justifiant ces décisions, le Comité exécutif de la FIF  dit avoir noté des «violations graves et répétées» du code électoral de cette institution à partir du rapport fait par Sam Etiassé Jean-Baptiste, le secrétaire général de la Commission électorale.

 Ce dernier, qui a  lui-aussi animé ce mercredi une conférence de presse au siège de la FIF à Treichville ( Sud d’Abidjan) a expliqué aux journalistes sa part de vérité sur le blocage du processus électoral au sein de cette institution.

 Selon lui, après la clôture du dépôt des candidatures pour cette élection le 1er août dernier, la Commission électorale a achevé le traitement des dossiers des candidats le 06 août dernier conformément aux statuts de la FIF.

Alors que la liste des candidats retenus après lesdites délibérations du 06 août dernier  devrait communiquée officiellement, a expliqué M. Etiassé, l’ancien ministre René Dibi qui préside la Commission électorale de la FIF, a, contre toute attente, appelé la Commission électorale à retenir tous les candidats à cette élection « pour préserver la cohésion sociale et la paix en Côte d’Ivoire » en faisant fi des statuts.

Une décision contestée par M. Etiassé qui a refusé de signer le rapport validant toutes les candidatures au mépris des textes d’où le blocage du processus électoral. « Je ne signerai pas ce rapport qui viole nos textes. Comment voulez-vous que je fasse de la forfaiture? Comment voulez-vous que je torde le cou au droit?», s’est offusqué M. Etiassé appelant au respect strict des textes de la FIF.

Selon lui, « si on met les textes de côté, la FIFA va nous suspendre ». « Tant que ce ne sont pas les textes de la FIF qui sont appliqués, je ne signerai pas ce rapport », a-t-il insisté.

 Quatre candidats ont déposé leur dossier de candidature pour l’élection à la présidence de la FIF qui devrait se tenir le 05 septembre prochain. Il s’agit de MM. Idriss Diallo, Sory Diabaté, Didier Drogba et Paul Koffi Kouadio.

The post Football/ Présidence de la FIF: suspension du processus électoral et convocation d’une AG extraordinaire appeared first on Journal de Bangui.


On the Recent Recorded Teen Pregnancies: Waking Up from The Slumber

Teenage pregnancies and marriages on the rise in Malawi due to Covid-19 pandemic

Written by Paul India C

One day, while attending our philosophical class, our lecture mentioned a philosopher who had a different thought from the thoughts of the others but he did not want to implement it as all was milk and honey in the world of philosophy. One day came a question about the connection between the body and the mind, and this philosopher called Descartes woke up from his slumber and started the quest to find how this problem could be solved. Well, am not here to lecture on that topic of philosophy. Slumber seems to be a light sleep that can either end up into a deep sleep or if you chose to wake up may end up into another light rest.

philosopher called Descartes

 Few weeks ago, we woke up to the most disturbing revelations about 7000+ girls aged between 14-18 who became pregnant in Mangochi over a short period of time. The social media was awash with reactions. The cause has been highlighted in a syllogism that its conclusion has been Covid-19 which has led to the closure of schools and due to idleness the youth have been involved in sexual relationships and other immoral behaviors and one of the results has been the increase in number of pregnancies. Am not here just to comment but to try to explain what might be the reason of this worrying figure that put the threat of women empowerment and even a bright future at stake. In trying to explain this, am going to take a developmental psychology stance that maybe fused with anthropology and sociology as to give us roots and solutions to this parasite that is infecting the youth.

Erik H. Erikson a psychoanalyst at Harvard explains the Eight Ages of Man which caught my mind and I hereby try to link it to this problem and at the same time make propositions as to what can be done to save the society as this trend seems to be a time bomb for Malawi. My interest is the first five stages simply because thus where most of the youth are in and are fundamental in human person’s upbringing.

Erikson states the following ages; age of trust vs mistrust, age of autonomy vs doubt, age of initiative vs guilt, age of industry vs inferiority, age of identity vs role confusion, age of intimacy vs isolation, age of generativity vs self-absorption and lastly the age of integrity vs despair.

The best gift that one has to get from the society is to realize the self and at the same time be better to the society. This involves a well curved way of life that the society ignites it before one reaches a stage where he or she can make independent decisions. The failure to impart this skill leads to poor decision making that may affect the individual’s potential and at the same time put the society into a pit of confusion.

The first age of trust and mistrust relies mainly on the care given to a baby. This builds trust in the baby and those around him or her. The age of autonomy deals with how a baby understands freedom letting the baby do everything anyhow without an elder’s interference renders the child into lack of control over her or his body. This is where most of the problems we are seeing are coming from. Being in an era of freedom coupled with busy schedules of parents, young people have extraordinarily little skills of controlling themselves as many of them get and do whatever they want from and in presence of their parents. Self-control is essential and it is something that parents should develop much. Freedom does not reside only in doing but also in not doing because doing or having everything we want brings us into slavery to that particular object or activity.

The age of initiative and guilt is a result of the previous stage. It is a manifest of control over the child’s body. When control is known to the child from the autonomy stage, he or she can initiate motor activities on his own and thus their response to their needs or wants is not a mere sensual satisfaction. This stage requires freedom a bit and at the same time a parent or a guardian who can respond to the questions asked by the child which mostly sharpen the intellectual side.

Then comes the age of industry vs inferiority which is between 6 to 11 years and mainly it is primary school stage. This is what is also called the family romance stage where one is attracted to the parent of opposite sex taking the same sex parent as a rival. Their concern is how things are made and how they work and what their function is.

The most crucial age is between 12-18 which according to the numbers of the impregnated girls thus where most of them belong. Now one can say the problem is that the closure of schools has brought this but am sure we have all, after following Erikson, known where the problem is. As I scrolled on this, I concluded that the problem lies in failure to implement self-control and this has been like that because of the unlimited autonomy that most of the young people have been given. One could say look this man is against our freedom… oh that hurts… am not against freedom but am against having freedom without the skill of choice and self-control.

Erikson describes an adolescent as someone who thinks dreams are real and there is no limit to the ideals which they possess. The society is passing through that system of life that requires a skill of choice and self-control more than ever. The youth listen, watch read, hear, and see a lot of things that always are for freedom and sensual pleasures. These things are all over their lives and if these two important skills are not implemented then the results will be devastating always. Do not think all the 7000+ girls didnt know they could be pregnant, do not think they wanted to be pregnant, and do not think they didnt value their future; but the problem was choices and self-control.

As parents we have to set up our homes in a way that should balance our parenthood and our work or businesses when a child understands the freedom notion and the skill of choice which starts as early as the age of 2 to 3 years then we have laid a foundation which grooms a child who understands himself or herself and at the same time find no problems with authority. Most of the parents nowadays are in the working class and mostly the upbringing is done by a maid or else one parent. If the parent does not check the freedom given to the child there is a danger that the child maybe vulnerable in a face of dilemma.

If we look at most of the problems and lifestyles webbing the youth nowadays, we see that choice and self-control are in small portions. Schools as second stages of socialization too tend to offer little in terms of human development. Many schools focus on performance rather than personal development. We have to do much on this as we know that despite parents doing their best to raise a child, it is a continued process which school has to carry on. Peer pressure is real and has taken two to three individuals this is why schools should always be strict with discipline. It is a shame to know that most of the girls falling pregnant are in the senior section of secondary education which is a stage where one should manifest self-awareness and even maturity as the last phase of education trains one to be a professional taking it for granted that his family and primary and secondary school sessions have helped him or her to be a better citizen.

We should wake up from the slumber or else Malawi will one day wake up to an explosion of a time bomb that will bring a confused society. As technology and socialization has offered a mixture of choices only those with skills and self-control will survive.

The call for NGOs too is to look into imparting these skills to mostly girls as they are the worst hit victims. Most of the NGOs take into consideration only the economic part of the girl child and there is no follow up in their human development this cannot bring a success to their objectives they need to up their game and be in contact with their beneficiaries as often as possible otherwise all their activities will not be successful. This is just one of the battles Malawi is to fight if victory of the war of poverty is to be realized.

In as far as we want to take the covid-19 as a problem and the closure of schools as the cause of an increase in early pregnancies we should know that this is just a problem that has put to the test our society status. So, it is a wakeup call for us to wake up from the slumber and build a better society together.

Feedback
paulindia1990@gmail.com

The post On the Recent Recorded Teen Pregnancies: Waking Up from The Slumber appeared first on The Maravi Post.


COVID-19: African Banks Under Pressure to Accelerate Digital Transformation

Cashless solutions like mobile lending and digital payments were already growing rapidly on the continent even before the pandemic struck

Lilongwe. Wednesday, 12 August 2020 – The spread of the COVID-19 pandemic across Africa has seen a surge in digital payments and e-commerce transactions as financial institutions scramble to offer businesses and consumers contactless ways of spending, borrowing and lending, and making payments.

Cashless solutions like mobile lending and digital payments were already growing rapidly on the continent even before the pandemic struck. Now, we could see a scenario where the effects of COVID-19 on our society will create permanent changes in the way Africans use cards and cash, creating both opportunities and challenges for financial institutions, said Rodgers Lungu, CEO at TransUnion Malawi.

“Even in 2020, millions of people across sub-Saharan Africa still pay their bills and send money each month by drawing cash and physically going to a retailer or a bank to make payment or to receive grant payments. Now, their safety concerns mean they don’t want to make physical payments anymore, which means banks and FinTechs will have to rapidly roll out safer, contact-free payment methods,” said Lungu.

As markets prepare for life beyond the pandemic, digital transformation is becoming a key strategic initiative for financial institutions across both digital and traditional channels. Financial services providers will need to focus on offering payment and lending solutions, and onboarding customers, digitally in a seamless, easy and secure manner.

They are increasingly being supported by economic policy changes from regulators and national banks to further the national digitisation agendas. The Reserve Bank of Malawi has put in place a range of measures, including zero charges on certain types of transfers and contactless point-of-sale transactions, and a three-fold increase from MWK 750,000 to MWK 1,500,000 in the daily limit for individual transfers using mobile money wallets.

As growing numbers of consumers and businesses transact online, one of the biggest obstacles to the mass uptake of digital solutions will be security, says Lungu. TransUnion’s quarterly analysis of global online fraud trends found that the telecommunications, e-commerce and financial services industries have been increasingly targeted by online fraud, with the number of suspected fraudulent digital transactions increasing by 5% comparing the periods Jan. 1-March 10 and March 11-April 28 (March 11, the mid-date, was the date the World Health Organization (WHO) declared the coronavirus (COVID-19) a global pandemic). TransUnion identified more than 100 million suspected fraudulent transactions globally from March 11-April 28 alone.

This will mean banks and businesses will need to deploy robust identity verification and fraud detection tools to manage their risks and avoid losses at a time when demand for credit is growing. At the same time, they must ensure a smooth customer experience that does not alienate the customer before they have even onboarded.

“Now that even more transactions have shifted online, fraudsters are trying to take advantage and companies must adapt. Lenders and businesses need to know exactly who they are dealing with, and how to protect their genuine customers from fraudulent activities. The businesses that come out on top will be those leveraging fraud prevention tools that provide great detection rates, and providing the ability to open accounts online in an easy, personalised way,” said Lungu.

Rather than asking customers to manually enter their personal information, for example, ID documents can be validated online, and the information used to pre-fill an application. Once ID is established, the next step is effective ID Verification to detect and prevent fraud. Digital transactions carry an increased risk of fraud that businesses need to address through a multi-layered fraud strategy including assessing risk of digital signals like device, email, phone and behaviour.

After ID management and fraud risk and prevention steps are taken, the final steps in a seamless onboarding experience include assessing the consumer’s ability to pay, based on actual or estimated income and credit history.

“COVID-19 has put immense pressure on African financial institutions to transform digitally, and to do this, they will need access to the most comprehensive set of offline and online data assets. Providing a truly seamless onboarding process requires up-to-date data sourced from credible data sources like credit agencies, government agencies, telcos and utility providers. This is where information providers like TransUnion are playing an increasing role in driving digital transformation, access to credit and financial inclusion,” said Lungu.

Continuous sharing of data in the market as a strategy to mitigate against fraud and risk management, will be of great importance too going forward.

For more information visit: www.transunionafrica.com

The post COVID-19: African Banks Under Pressure to Accelerate Digital Transformation appeared first on The Maravi Post.


Covid-19: une ministre Sud-africaine réfute les allégations de corruption

La ministre de l’Education de base, Angie Motshekga a nié être impliquée dans une affaire de corruption présumée dans l’acquisition de biens et services destinés aux écoles dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, a appris APA mercredi.La ministre a déclaré que les allégations selon lesquelles son mari était impliqué dans des achats présumés de produits Covid-19 étaient « désespérés et farfelus ». 

Sur les réseaux sociaux, le mari de la ministre, Mathole Motshekga, qui est également un universitaire et un politicien, a été accusé d’implication dans la production de produits d’assainissement pour les écoles dans le cadre de la lutte du pays contre le virus.

« Ces allégations sont absolument fausses et totalement malveillantes », a martelé la ministre. 

« Le Dr Mathole Motshekga, époux de la ministre Angie Motshekga, ne possède pas ou ne prévoit pas de posséder une usine qui produit ou fournit des assainisseurs ou des équipements de protection individuelle aux écoles », a déclaré le bureau de la ministre dans un communiqué.

Le bureau a souligné que le mari de la ministre était en effet un politicien à part entière et un membre de longue date du Parlement, en plus d’être professeur de droit et de sciences politiques.

Mais il n’était pas impliqué dans les allégations de malversations rapportées sur les réseaux sociaux, a déclaré le bureau. 

« Professeur de droit et de sciences politiques reconnu par de nombreuses universités prestigieuses du pays, le Dr Motshekga passe son temps à lire, écrire et donner des conférences locales et internationales sur le patrimoine africain, les lois et les sciences politiques », a ajouté le bureau.

The post Covid-19: une ministre Sud-africaine réfute les allégations de corruption appeared first on Journal de Bangui.


La radio nationale zimbabwéenne enregistre 30 cas de Covid-19

Au moins, 30 membres du personnel de la Zimbabwe Broadcasting Corporation (ZBC), la compagnie de radio-télédiffusion nationale zimbabwéenne, ont été testés positifs au coronavirus, a annoncé mardi soir la ZBC.« Les personnes déclarées positives ont été conseillées de s’isoler et de ne pas se présenter au travail, et de suivre les directives du gouvernement et des responsables de l’OMS », a déclaré le diffuseur public dans un communiqué. 

La ZBC a déclaré qu’elle continuera de « surveiller avec vigilance et de répondre aux nouvelles informations et aux nouveaux développements afin de protéger la santé et le bien-être de tout le personnel ». 

« Nous continuerons à décongestionner le lieu de travail et (seulement) le personnel essentiel est censé se présenter au travail et à tour de rôle », poursuit la déclaration. 

Le Zimbabwe, à la date du mercredi, compte 4 818 cas de Covid-19.

The post La radio nationale zimbabwéenne enregistre 30 cas de Covid-19 appeared first on Journal de Bangui.


L’eSwatini dément les accusations de culture du cannabis

Le gouvernement d’eSwatini a rejeté les informations selon lesquelles, le roi Mswati III serait impliqué dans une affaire de culture illégale de cannabis, et menacé de prendre des mesures contre le journaliste, en fuite, qui est derrière l’article.Ce mercredi, le porte-parole du gouvernement, Sabelo Dlamini, a réagi avec colère à la « diffusion de fausses nouvelles par le fondateur et rédacteur en chef de Swaziland News, Zweli Dlamini, écrites et publiées dans l’intention de tromper et de désinformer le public ».

« Dans sa dernière série d’articles diffamatoires, sans fondement et incorrects sur le plan des faits, Dlamini insinue que Sa Majesté le Roi Mswati III serait impliqué dans le commerce du cannabis », a déclaré le porte-parole.

Il a expliqué que si plusieurs entreprises « ont par le passé demandé à cultiver du cannabis en eSwatini, aucune d’entre elles n’a obtenu de licence pour poursuivre cette activité car, la culture de la dagga reste illégale dans ce pays ».

Dans l’article en question, publié lundi dernier par l’agence de presse en ligne, le journaliste a accusé Mswati d’avoir prétendument exproprié des propriétés appartenant à des cultivateurs de dagga et d’avoir repris leurs entreprises afin de « promouvoir ses affaires louches ».

« Le gouvernement continue à poursuivre les voies légales pour tenir Zweli Dlamini responsable de la diffusion de fausses informations », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

Le journaliste vit en exil en Afrique du Sud voisine depuis février dernier, suite à un harcèlement présumé de la police.

The post L’eSwatini dément les accusations de culture du cannabis appeared first on Journal de Bangui.