Main Menu

Saturday, August 8th, 2020

 

En congrès à Abidjan, un mouvement de la diaspora burkinabè décide de soutenir Roch Kaboré à la présidentielle de novembre

C’est le moment, un mouvement politique de la diaspora burkinabè vivant dans le monde, a décidé samedi à Abidjan, de soutenir Roch Kaboré à l’élection présidentielle du 22 novembre 2020, à l’issue de son premier Congrès extraordinaire.Réunis dans un hôtel de référence de la place à Cocody, une cité huppée dans l’Est d’Abidjan, les congressistes, estimés à plus de 1 000, ont approuvé par acclamation le soutien au président sortant M. Roch Kabore. Et ce, après que nul ne se soit opposé suite à la question de savoir si quelqu’un en était contre.

Ce congrès « historique » de toute la diaspora burkinabè vivant dans le monde « répond à un besoin patriotique », a déclaré en marge de l’événement Moumouni Pograwa, le président du mouvement politique, reconduit ce jour à la tête de l’organisation.

La réunion n’a pu regrouper davantage de membres à travers le monde en raison de la pandémie de la Covid-19, a fait savoir M. Pograwa. Cependant 18 délégations venues de l’extérieur y ont pris part, tandis celles des USA et de l’Europe ont suivi l’événement par visioconférence et donné leurs avis.

A travers ce choix, les Burkinabè de la diaspora décident de prendre leur destin en main en désignant « un champion, un combattant et un commandant », M. Roch Kaboré qui depuis l’indépendance, a permis sous son ère, à la diaspora d’élire les dirigeants de leur pays, a-t-il soutenu.

Ce « rêve » est une réalité aujourd’hui et « c’est un devoir de reconnaissance pour ce qu’il a fait pour la diaspora », a-t-il renchéri,  faisant observer qu’ « il ne s’agit pas de regarder ce qui est bien ou ce qui n’est pas bien, (mais) ce qu’ il a fait pour la diaspora ».

 « C’est grâce à lui aujourd’hui que nous avons le droit de vote, que nous avons des papiers étant hors de notre pays, que la diaspora a près de dix sièges à l’assemblée nationale, la diaspora participe aux débats politiques et nous avons un ministère des Burkinabè de l’étranger », a-t-il énuméré.

« Je pense que le congrès a bien fait de porter son choix sur ce candidat », a poursuivi M. Moumouni Pograwa. Toutefois, il existe des diversités de vues politiques au sein de la diaspora burkinabè estimée à plus de 7 millions dans le monde dont plus de 3 millions en Côte d’Ivoire.

Pour lui, « dans une démocratie, il faut qu’il y ait des voies discordantes ». Et, cette décision s’appuie sur des faits, notamment ce qu’ il a posé comme acte à l’endroit de la diaspora. Le soutien à M. Roch Kaboré,  dira-t-il, vise à faire en sorte qu’ il puisse en faire davantage.

Le Burkina Faso fait face à des attaques terroristes. A ce sujet, M. Pograwa assure que leur candidat, Roch Kaboré est surnommé « le commandant », car « juste quelques semaines après son élection », le pays a été frappé par les djihadistes, mais « il fait front pour que le pays ne tombe pas ».

« Nous sommes fiers de lui et de ce qu’ il a apporté comme solutions afin que le Burkina Faso reste un bouclier contre le terrorisme  (dans la région ) en protégeant aussi les autres pays du Sud », a dit M. Pograwa, avant d’ajouter « nous sommes sûrs que notre candidat passera au premier tour ».

Le mouvement politique C’est le moment qui n’entend pas se muer en un parti, va battre campagne pour M. Roch Kaboré pour convaincre les uns et les autres que le seul commandant à bord, c’est lui, qui est d’ailleurs « le remède contre le terrorisme au Burkina Faso ».

Ce mouvement de la diaspora burkinabè existe depuis deux ans. Il veut contribuer au développement socio-économique du pays. L’apport de cette diaspora vers le pays en termes de transfert monétaire se chiffre en moyenne, selon M. Pograwa, à 58 milliards Fcfa annuellement.  

L’élection présidentielle burkinabè du 22 novembre 2020 s’annonce épique. Déjà, le parti de l’ex-président Blaise Compaoré a désigné son candidat Eddie Komboïgo. Le soutien de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire, la plus importante au monde (plus de 3 millions), peut basculer en faveur du parti qui y capte le plus d’électeurs.

Le premier congrès extraordinaire du mouvement CLM a regroupé des délégations venues de diverses localités de la Côte d’Ivoire, ce qui montre un ancrage de cette organisation politique dans ce pays voisin au Burkina Faso. Ces deux États entretiennent des liens historiques et séculaires.  

The post En congrès à Abidjan, un mouvement de la diaspora burkinabè décide de soutenir Roch Kaboré à la présidentielle de novembre appeared first on Journal de Bangui.


Malawi Government threaten to fine K10,000 to people who cannot afford to buy a K500 Mask

Wearing of masks in all public places is mandatory. Those found without a mask will be liable to a K10,000 fine

The Malawi Government is becoming a joke by the day. The new COVID-19 measures would be laughable If COVID-19 were not serious. Instead of providing Free Masks to Malawians the government is threatening fines for those that do not wear Masks because they cannot afford.to buy them.

This is seriously a government in training. 

Some of the COVID19 preventing regulations that the Minister of Health has gazetted effective 7 August 2020

(a) Traffic Police Officers are prohibited from touching the driver’s licence or any other traffic documents but are encouraged just to look.

(b) All drinking joints will open only from 2PM to 8PM and will sell take away beers ONLY. Imbibing at the bars is not allowed.

(c) All markets, shops, and business that ply their trade close to hospitals have to be closed. Those that provide essential services will be allowed.

(d) Shop owners should not allow buyers to enter their shops without a mask. Such shops will be liable to a fine if they allow such.

(e) Wearing of masks in all public places is mandatory. Those found without a mask will be liable to a K10,000 fine

(f) All public gatherings like weddings, parties, bridal showers, etc. are not allowed. Law enforcement officers have been given permission to use reasonable force to enforce compliance

Many Social Media pontificators now strongly suggest to government that, before slapping people with the fines, the government must provide free masks to the nation.

They say Other governments in the world have and are providing packages to its citizens during this COVID-19 free water bill, free electricity for the rural communities and half to those who use a certain percentage, free medical care, free online classes, no charges on mobile money to minimize cash handling, meal allowances, etc.

They also recommend the Government undertake massive civic education to Malawians.

The post Malawi Government threaten to fine K10,000 to people who cannot afford to buy a K500 Mask appeared first on The Maravi Post.


Are Ken Kandodo’s demands on private sector legal?

Ken Kandodo

Ken Kandodo
Labour Minister, Ken Kandodo

Government is demanding that all major players in the private sector should submit employment records and projections for the next financial year not later than August 14th, 2020.

Labour Minister, Ken Kandodo, says government expects this is done while ensuring that human resource is not downsized.

He spoke after his tour Vizara Rubber Plantation in Nkhata Bay and Dwangwa Illovo Sugar Factory in Nkhotakota.

The question to our legal experts and HRDC is the legality of such demands. Does the Government have a right to do this? Malawi citizens should not be ceding power to a government they perceive to be friendly.

Just a warning to hand clappers governments change. It is an avoidable fact

The post Are Ken Kandodo’s demands on private sector legal? appeared first on The Maravi Post.


NIGERIA: Letter from Mubarak’s Wife

Mrs. Amina Ahmed

C/o Humanist Association of Nigeria. Email: princesscchali@gmail.com

To:

The Senate President
Sen. Ahmad Lawal And Speaker of House of Representatives
Hon. Femi Gbajabiamila|
The National Assembly
Federal Republic of Nigeria
Three Arms Zone
Abuja, FCT

6th August, 2020

PLEASE GIVE ME PROOF MY HUSBAND IS ALIVE – AN OPEN APPEAL TO THE SENATE PRESIDENT AND SPEAKER OF THE HOUSE OF REPRESENTATIVES

I am Mrs. Amina Ahmed, the wife of Mubarak Bala, the President of the Humanist Association of Nigeria.

My son, Sodangi, was born on March 17 this year. On March 31, my husband had to travel to Kaduna for work and we said our goodbyes. Little did I know then that Sodangi and I would not see Mubarak for months and by August we would not know if he is alive or dead.

On April 27, 2020, S.S Umar & Co of Zoo Road Kano, Kano State made a complaint about a comment that my husband had posted to his Facebook page. They said the comment was “provocative and annoying to the Muslims”. The next day, Mubarak was arrested in Kaduna and he has not been seen, or heard from, since.

The Kaduna police informed Mubarak’s lawyers that he had been passed to the custody of Kano police on April 29. Despite many requests, Kano police have flatly refused to allow Mubarak’s lawyers to see him or to contact him by ‘phone or email. Even after his lawyers secured a court order on June 25, that ordered the Kano police to allow defence counsel access to Mubarak, Habu Sani, the Kano Police Commissioner has refused to cooperate with the order.

I swear my heart stopped beating when I heard Mubarak was in Kano. He had received death threats from that state in the preceding weeks including one from a police officer who said he would kill Mubarak if he should set foot in the state. Given Kano’s history of religious violence and killing, these threats must be taken very seriously.

On May 8, Mubarak’s lawyers petitioned the Federal High Court for enforcement of his fundamental human rights. I hoped this high priority case would resolve matters quickly, but it did not. Four hearing dates have been issued but the case has not been heard: May 25 was a bank holiday; June 18, the judge was absent; July 9, defence counsel was absent; July 16, defence counsel was absent. Mubarak’s lawyers were told the next available date would be in October. I am reminded of the saying, justice delayed, is justice denied.

I am not a lawyer, but I do know that every person in Nigeria is presumed innocent until proven guilty in a court of law. And that means, Mubarak, has been incarcerated as an innocent man for more than 3 months. I also know that every citizen detained is entitled to meet with their lawyers for legal advice. This right has been denied to my husband. Finally, I believe, citizens should be charged within 24 hours or be released. This right too, has been denied Mubarak. My husband is a chemical engineer, a kind and gentle family man who would never hurt anyone. Why is he denied important rights that are freely given to the most violent armed robbers?

I pray that my husband be treated according to the laws of Nigeria. I pray that he be tried so we can find out if he is guilty of any wrongdoing or not.

But, above all, I beg you Senators and Honourable members of House of Representatives, the men and women who swear to God to uphold the rule of law in my country, on my bended knees, I beg you please let me have proof that Mubarak is alive, please let me see my husband and let Mubarak hold his son again. This is all I ask of you.

Yours sincerely,

Mrs. Amina Ahmed

The post NIGERIA: Letter from Mubarak’s Wife appeared first on The Maravi Post.


Les exportations du Maroc se sont contactées de près de 2,5 milliards d’euros à cause de la Covid-19

Les exportations du Maroc se sont contactées de près de 2,48 milliards d’euros au titre des six premiers mois de 2020 à cause de la pandémie de la COVID-19, soit une baisse de 18,3% par rapport à la même période de l’année précédente, a relevé l’office marocain des changes.Les exportations se sont en effet chiffrées à 121,30 milliards de dirhams (1 euro = 10,8 DH) à fin juin contre 148,53 milliards de dirhams une année plus tôt, indique l’office, ajoutant que ce repli s’explique par la diminution des expéditions de la quasi-totalité des secteurs.

Dans les détails, le secteur de l’automobile est en tête des secteurs ayant le plus souffert en cette période. Le chiffre d’affaires de ce secteur à l’export s’est rétracté de 13,8 milliards de dirhams pour atteindre les 28,34 milliards de dirhams à fin juin.

Le textile arrive en deuxième position des secteurs impactés à l’export. Ses ventes ont diminué de 34,9% générant à fin juin 12,33 milliards de dirhams.

Selon l’Office des changes, « les exportations du secteur textile et cuir dans les six premiers mois de l’année 2020 ont été affectées principalement par le recul des ventes des vêtements confectionnés et des articles de bonneterie».

De même, le secteur de l’aéronautique a vu ses expéditions fléchir de 18,1% perdant 1,53 milliard de dirhams de leur valeur au premier semestre de l’année. Les ventes à l’export de l’agriculture et agroalimentaire ont accusé une baisse de 4,3% passant en une année de 34,64 milliards de dirhams à 33,14 milliards de dirhams à fin juin.

The post Les exportations du Maroc se sont contactées de près de 2,5 milliards d’euros à cause de la Covid-19 appeared first on Journal de Bangui.


Maroc : Saisie de 20 kg de plaques d’or à l’est du pays

Les services sécuritaires de la ville d’Oujda, à l’est du Maroc, ont saisi, vendredi 20 kg de plaques d’or et un montant de près de 2,5 millions d’euros qui pourraient provenir d’activités criminelles, indique samedi un communiqué de la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).Les recherches et les investigations menées dans le cadre de cette affaire ont permis d’interpeller quatre individus pour leurs liens présumés avec ces actes criminels et de saisir cinq voitures et 12 lingots, qui pèsent 20 Kg, ainsi qu’une somme de 2,48 millions d’euros, ajoutant que l’enquête est en cours pour déterminer l’origine et les tenants et aboutissants de la possession de cette somme d’argent.

Lors des perquisitions menées par les éléments de la police pour interpeller un cinquième individu, pour son implication présumée dans cette affaire, un policier a été contraint de tirer deux balles de sommation, à cause de l’opposition farouche qu’a manifestée un groupe d’individus par le jet de pierres, ce qui a causé la blessure d’un policier, précise la DGSN.

Les mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête préliminaire menée sous la supervision du parquet compétent, alors que les recherches et investigations se poursuivent pour interpeller les autres  complices, conclut la même source.

The post Maroc : Saisie de 20 kg de plaques d’or à l’est du pays appeared first on Journal de Bangui.


Burkina Faso: l’attaque d’un marché de bétail fait 20 morts

Des individus non identifiés ont ouvert le feu vendredi, à l’est du Burkina Faso, sur des populations surveillant un marché de bétail, faisant une vingtaine de morts parmi elles.L’attaque s’est déroulée vers 12h au marché de bétail du village de Namoungou, dans la commune de Fada N’Gourma, région de l’Est, note le gouverneur de la région dans un communiqué.

Le Colonel Saidou Sanou informe que le bilan provisoire fait état « de nombreux blessés », en plus de la vingtaine de personnes tuées. En outre, une opération de ratissage est en cours dans la zone ».

Par ailleurs, il a invité les populations « à la vigilance mais aussi à une étroite collaboration avec les Forces de défense et de sécurité (FDS) ».

Le Burkina Faso, qui a célébré le 5 août dernier son 60e anniversaire d’accession à l’indépendance, fait face à une crise sécuritaire sur fond de terrorisme depuis quelques années.

Dans son adresse à la nation, le président Roch Marc Christian Kaboré avait insisté sur les « attaques terroristes » qui ont particulièrement endeuillé la population et une partie de l’armée.

The post Burkina Faso: l’attaque d’un marché de bétail fait 20 morts appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19: l’Eglise catholique sénégalaise maintient la suspension des cultes publics

La Province ecclésiastique de Dakar, dans un communiqué parvenu ce samedi à APA, affirme avoir prorogé la suspension du Culte chrétien décidée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.« Il demeure de notre devoir, à nous vos Pères Évêques, de rappeler que la situation actuelle de cette pandémie, tant au niveau national qu’international, est loin d’être maîtrisée », ont déclaré solennellement les hommes de Dieu.

Partant de ce constat et en se basant sur les nouvelles instructions du président de la République pour un meilleur respect des gestes barrières, mais aussi les mises en garde des experts sur les menaces persistantes et aggravantes de la pandémie, « nous maintenons notre fervent appel à la persévérance dans la patience et la prudence », ont soutenu les Evêques, martelant que « la situation actuelle ne milite pas en faveur d’une reprise immédiate du Culte chrétien ».

Selon les religieux et contrairement à ce que beaucoup souhaitaient ou pensaient, « la date du 15 Aout 2020 n’a jamais été fermement retenue pour une reprise officielle du Culte chrétien en public, notamment à travers la Célébration des Messes avec présence du Peuple de Dieu ».

Tout en rappelant que ce qui prime, c’est la vie et la santé des personnes qu’il ne faut pas mettre en danger, les Evêques de la Province ecclésiastique de Dakar signalent que « les églises demeurent ouvertes aux fidèles pour des dévotions personnelles ».

Certaines sollicitations d’ordre pastoral (Baptême, Mariage, Funérailles…) sont laissées à l’appréciation des Prêtres qui devront, dans un esprit de dialogue avec les fidèles laïcs et de communion pastorale, s’assurer que tout se fasse dans le respect des mesures barrières, avec un nombre restreint de fidèles, pour ne pas favoriser la propagation de la maladie, lit-on encore dans le communiqué.

Compte tenu du contexte de la pandémie, les Ordinations sacerdotales et Professions religieuses de l’année Pastorale 2020-2021 se feront dans un cadre restreint et dans le respect des mesures sanitaires que requiert la situation, avec le souci permanent de protéger la vie humaine, informe la note.

Ainsi, à l’occasion de la prochaine fête de l’Assomption, le 15 août, les Evêques demandent « à tous d’éviter les déplacements et les regroupements habituels, et d’invoquer, avec ferveur, la protection maternelle de Marie pour nos familles, notre pays et le monde entier ».

The post Covid-19: l’Eglise catholique sénégalaise maintient la suspension des cultes publics appeared first on Journal de Bangui.


PLU Refutes Social Media Allegations That It Is Charging Too Much for Graduation

Previous PLU graduation ceremony at BICC

Pentecostal Life University (PLU) has refuted stories making rounds in social media alleging that the college is demanding a lot of money from students to participate in the online graduation the university is planning to conduct.

According to the statement signed by the registrar of the University Dr. Austine Owen Luhanga, the University is shocked with the allegations that it is asking students to pay K70,000 to be eligible to attend the graduation and extra K15,000 for the gown worn by the graduates during the ceremony.

Luhanga said the story is not only malicious but also not true and is being perpetrated by ill-minded people who just want to tarnish the image of the institution.

According to Luhanga, initially the University set 15th May 2020 as the day for the graduation to award degrees to students who satisfied the University’s academic requirements, but it was postponed to an indefinite day following the Malawi government directive to close all schools and colleges as a measure to prevent the further spread of the novel Corona Virus.

“Following the suspension of the graduation, we issued a memo dated 31st May, 2020 informing the students that the University will continue to observe the Covid-19 situation and that the next date for the graduation will be decided depending on the government’s decision to lift the ban on physical academic activities” he said.

Luhanga further said, at this time, the University had already started preparations for the event and only asked graduating students to pay K100,000 as a graduation fee and that covered all the expenses including the gowns.

In addition, the registrar said in between, the PLU has been engaging both the government and the graduating students to together ascertain the possible new date for the graduation. In one of the meetings with the student’s representatives, the University suggested of conducting the online graduation and no extra charge was imposed on top of the K100,000 to the students to be eligible to attend the ceremony.

Luhanga said only those who paid or are to pay the K100,000 as agreed in the initial arrangement are to be eligible to participate in both the online and physical graduation not the exaggerated figures as purported in the social media.

PLU, has also called the accusations by the same article circulating in the social media that the University make the students wait for three months before getting their degrees as false and baseless.

“This is false and surprising because contrary to the lies being spread, PLU management and the student’s representatives agreed that the students will get their degrees immediately after the graduation ceremony” He said.

Luhanga has therefore, called on members of the general public to desist from spreading lies but rather use the social media in the most productive way to build the nation. He has also said that the college is continuing its discussions with the graduates to make sure the students are helped in the best way possible.

He has further pledged PLU’s continued commitment in contributing towards the development of intellectuals and professionals with excellency and integrity.

The post PLU Refutes Social Media Allegations That It Is Charging Too Much for Graduation appeared first on The Maravi Post.


Somalia’s car bomb claims eight lives, 14 injured

REUTERs :An ambulance is seen near the site of the explosion in Mogadishu

MOGADISHU-(MaraviPost)-‌At least eight people have died in a car bomb at an army base in the Somali capital Mogadishu on Saturday August 8, 2020.

Mohamed Abdirahman, a lieutenant in the Somali National Army confirmed the news.

Punch news report said the vehicle loaded with explosives targeted a compound near Somalia’s national stadium where the military base is located in Warta Nabada district in downtown Mogadishu where soldiers from the Somali National Army are stationed.

The country’s free ambulance service, Aamin Ambulance said eight people died on the scene and 14 others sustained various degrees of injuries.

There was no immediate claim of responsibility although the militant group Al-Shabaab has often conducted such attacks in the city.

Bombings and other terrorist attacks are common in Mogadishu although they recently declined in the last few months. Somalia has suffered continuous conflict for almost 30 years while fighting Al-Shabaab Islamic insurgents since 2008.

The post Somalia’s car bomb claims eight lives, 14 injured appeared first on The Maravi Post.