Main Menu

Wednesday, August 5th, 2020

 

Le Maroc enregistre un lourd bilan de 1.283 nouveaux cas en 24 heures

Publié le 06.08.2020 à 01h18 par APA

Le Maroc a enregistré un lourd bilan épidémiologique ce mercredi avec un total de 1.283 nouveaux cas d’infection à la Covid-19, ce qui porte à 28.500 le nombre total des cas déclarés dans le Royaume depuis l’apparition de la pandémie en mars dernier.Avec ces nouveaux chiffres, le taux de contamination cumulé s’est établi aujourd’hui à 78,5 pour 100.000 habitants, selon le ministère de la Santé.

Le nombre des guérisons s’est élevé, pour sa part, à 365 rémissions pour un total de 19.994, soit un taux de guérison de 70%. Le nombre des morts est passé, quant à lui, à 435 décès dont 18 nouveaux enregistrés au cours des dernières 24h.

Selon les données du ministère, cinq régions ont accaparé 94% des nouveaux cas, à savoir : Tanger-Tétouan-Al Hoceïma (322 cas), Marrakech-Safi (296 cas), Casablanca-Settat (249 cas), Fès-Meknès (165 cas) et Rabat-Salé-Kénitra (136 cas), tandis que 4 villes ont totalisé un peu plus que les deux tiers des nouvelles infections : Tanger (296), Marrakech (262), Casablanca (203) et Fès (110).

Sur les 1.283 nouveaux cas, 1.001 (78%) ont été identifiés dans le cadre du système de suivi des personnes contacts et des foyers épidémiques qui a concerné jusqu’à aujourd’hui pas moins de 126.487 personnes, dont 17.865 sont toujours sous surveillance médicale.

En outre, le ministère a fait état de quelque 21.278 cas exclus durant les dernières 24 heures suite aux analyses effectuées au laboratoire, portant à 1.333.050 le total des cas exclus à ce jour dans le Royaume.

Pour sa part, le nombre des cas actifs s’est établi à 8.071 personnes. Sur ces 8.071 cas actifs, 108 sont pris en charge dans les unités de réanimation et de soins intensifs, dont 19 sont mis sous respirateur artificiel.


Côte d’Ivoire: institution d’une journée nationale du pardon et du souvenir

Publié le 05.08.2020 à 21h18 par APA

Le gouvernement ivoirien a institué une journée nationale du pardon et du souvenir qui se déroulera le 16 décembre de chaque année en souvenir des victimes des violences post-électorales du 16 décembre 2010.L’information a été donnée mercredi par Sidi Tiémoko Touré, le porte-parole du gouvernement ivoirien au terme d’un Conseil des ministres présidé par le chef de l’État Alassane Ouattara. 

« Le Conseil a adopté un décret instituant la journée nationale du pardon et du souvenir. La commémoration de la journée nationale du pardon et du souvenir se déroulera le 16 décembre de chaque année», a dit M. Touré à la presse à l’issue de cette réunion hebdomadaire de l’exécutif ivoirien. 

Poursuivant, M. Touré qui est également le ministre de la Communication et des médias a souligné que cette journée est instituée en souvenir de la journée du 16 décembre 2010 au cours de laquelle des affrontements ont eu lieu entre militants et sympathisants des deux candidats du deuxième tour de l’élection présidentielle qui ont fait de nombreuses victimes devant le siège de la Radiodiffusion télévision ivoirienne ( RTI). 

« L’institution de cette journée spéciale est une exhortation de l’ensemble des ivoiriens et des habitants de la Côte d’Ivoire au pardon réciproque afin d’honorer sans discrimination la mémoire de toutes les victimes», a conclu sur ce chapitre, le porte-parole du gouvernement ivoirien.


Alassane Ouattara en visite d’Etat dans la région du Moronou du 09 au 12 septembre

Publié le 05.08.2020 à 21h18 par APA

Le président ivoirien Alassane Ouattara est attendu du 09 au 12 septembre dans la région du Moronou ( Est ivoirien) où il effectuera une visite d’État, a appris APA mercredi de source officielle. « Du 09 au 12 septembre prochain, le président de la République effectuera une visite d’État dans la région du Moronou», a annoncé Sidi Tiémoko Touré, le porte-parole du gouvernement ivoirien à l’issue d’un Conseil des ministres.

Le président Alassane Ouattara a effectué sa dernière visite d’État à l’intérieur du pays en  novembre dernier où il était dans la région du Hambol (Nord Ivoirien).


Décès de Cheikh Ahmed Tidiane Ibrahima Niass : Message de condoléances du Roi Mohammed VI

Publié le 05.08.2020 à 21h18 par APA

Le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, a adressé un message de condoléances et de compassion à Cheikh Mouhamadou Mahi Niass suite au décès de Cheikh Ahmed Tidiane Ibrahima Niass, le khalife général de la famille tidjane Niass à Kaolack.Dans ce message, le Souverain exprime en cette « douloureuse épreuve, qui s’inscrit dans le destin imparable de Dieu », à Cheikh Mouhamadou Mahi Niass et à travers lui à l’ensemble de sa famille et de ses proches ainsi qu’à tous les adeptes de la confrérie tidjane au Sénégal, pays frère, ses vives condoléances et ses sincères sentiments de compassion suite au décès de « cette éminente personnalité soufie qui a consacré sa vie au service de l’Islam et à la diffusion de ses nobles enseignements, non seulement dans son pays, mais aussi en Afrique de l’Ouest ».

« Nous partageons vos sentiments suite à cette perte cruelle, implorant le Tout-Puissant de vous accorder patience et réconfort », souligne-t-il, se remémorant des sentiments d’estime, d’amour et de loyalisme qu’avait le défunt pour le Souverain et des forts liens spirituels et mystiques que le regretté entretenait avec son deuxième pays, le Maroc, ainsi que sa grande détermination à contribuer au renforcement des liens fraternels et religieux distingués qui unissent les peuples marocain et sénégalais.

SM le Roi prie également le Très-Haut d’admettre le défunt à Sa grâce, de le rétribuer amplement pour ses actions nobles et de l’accueillir dans son vaste Paradis parmi les Prophètes, les vertueux et les martyrs et de préserver Cheikh Mouhamadou Mahi Niass et lui accorder santé, bien-être et longue vie, ainsi que du succès dans la poursuite du rayonnement du message spirituel de la confrérie tidjane, basée sur la Sounna du Prophète, en suivant les pas de ses prédécesseurs.


Présidentielle ivoirienne 2020: ouverture du contentieux sur la liste électorale

Publié le 05.08.2020 à 20h18 par APA

Le contentieux sur le listing électoral ivoirien, en vue de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, s’est ouvert mardi, pour s’achever le 7 août 2020, selon le calendrier électoral de la Commission électorale indépendante (CEI).La phase de contentieux sur la liste électorale est lancée. Cette opération qui se déroulera du 5 au 7 août, a lieu après l’affichage de la liste électorale provisoire de 2020, du 1er au 04 août 2020 sur l’ensemble du territoire national.  

Le chronogramme électoral prévoit l’observation et la délibération du 08 au 10 août, suivie de la production de la liste électorale de 2020 le 23 septembre 2020. La distribution des cartes d’électeurs,  elle, est prévue du 05 au 23 octobre 2020 « au plus tard ».

A Marcory, une comme dans le Sud d’Abidjan, l’on pouvait constater dans au moins deux centres d’enrôlement visités l’affichage de la liste électorale provisoire de 2020. Cependant, il n’y avait jusqu’à 10h GMT (heure locale) aucun agent de la CEI. 

Ce même constat est observé dans les centres d’enrôlement à Koumassi, dans le Sud d’Abidjan. Les populations viennent à compte goutte voir si leur nom y figure. Certains dépêchent leurs proches pour vérifier sur le listing à cause de leurs occupations.  

Le contentieux sur la liste électorale se fait aussi à l’étranger. Pour ces élections, le président de la CEI, Ibrahime Coulibaly-Kuibiert indique sur 18 pays où l’on dénombre 49.000 Ivoiriens, deux pays dont le Canada ont eu des soucis pour rapatrier les kits des gens enrôlés lors de la révision du listing électoral.   

Concernant l’affaire du retrait, sur la liste électorale, des noms de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, de Charles Blé Goudé (un proche de M. Gbagbo), et de Guillaume Soro, évoqué ces derniers jours par leurs partisans, M. Coulibaly-Kuibiert a relevé qu’il y a trois raisons majeures de radiation.  

« On vous radie de la liste électorale, soit parce que vous êtes décédé, soit parce vous avez été condamnés, soit parce que vous avez été déchu de vos droits civiques et politiques », a expliqué le président de la CEI. 

Selon l’article 4 du Code électoral, ne sont pas électeurs les individus frappés d’incapacité ou d’indignité notamment, les individus condamnés pour crime, à une peine d’emprisonnement sans sursis pour vol, escroquerie, abus de confiance, détournement de deniers publics. 

Cet article énumère en outre les cas d’attentats aux mœurs,  les faillis non réhabilités, les individus en état de contumace, ainsi que les individus auxquels les tribunaux ont interdit le droit de vote et, plus généralement, ceux pour lesquels les lois ont édicté cette interdiction. 

MM. Gbagbo et Charles Blé Goudé, libérés sous conditions par la Cour pénale internationale (CPI), ont été jugés à Abidjan et condamnés à 20 ans de prison, respectivement pour « braquage de la Bceao » et crimes lors de la crise postélectorale ivoirienne de 2010-2011.     

Quant à Guillaume Soro, ex-président de l’Assemblée nationale, il a été condamné à 20 ans de prison ferme, 4,5 milliards de F CFA d’amende, et à la privation de ses droits civiques pendant cinq ans, pour détournement et recel de deniers publics. 

A l’occasion de la révision de la liste électorale, « nous avons collecté 1 705 724 personnes envolées », comprenant ceux qui existaient déjà comme les nouveaux majeurs, a dit mardi, face aux journalistes,  M. Coulibaly-Kuibiert. En 2018, l’on dénombrait 885 465 personnes. 

Après traitement, poursuivra-t-il, « nous avons finalement obtenu 1.645.693 personnes en 2020 contre 792.461 en 2018 ». Les nouveaux  inscrits sur la liste électorale, eux, sont au nombre de 904.956 pour 2020 contre plus de 276.000 en 2018.   

Le processus électoral est engagé. Depuis le 16 juillet 2020, est ouvert la phase de dépôt des dossiers de candidature comprenant le parrainage, une condition d’éligibilité du candidat à l’élection du président de la République.  

Le parrainage prend fin le 31 août 2020, a souligné le président de la Commission électorale indépendante. Pour le parrainage citoyen, le candidat doit avoir 1% de l’électorat local dans 17 régions du pays.  


Ouattara appelle ses ministres à « ne pas se laisser divertir » par l’année électorale

Publié le 05.08.2020 à 20h18 par APA

Le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé mercredi ses ministres à « ne pas se laisser divertir» par l’année électorale par rapport aux objectifs fixés par le gouvernement.« C’est vrai que nous sommes dans une année électorale, mais cela ne doit pas nous divertir par rapport aux objectifs que nous nous sommes fixés. Ce qui importe c’est le bien-être des ivoiriens», a dit M. Ouattara qui s’exprimait à l’entame du Conseil des  ministres.

 Auparavant, il a salué la mémoire du défunt premier ministre Amadou Gon Coulibaly décédé il y a quatre semaines réaffirmant sa confiance à Hamed Bakayoko, le nouveau chef du gouvernement ivoirien. 

« Le premier ministre Amadou Gon  a été un grand serviteur de l’État. Et je suis confiant qu’avec cette équipe dirigée par le premier ministre Hamed Bakayoko, chef du gouvernement, ministre de la défense,  le gouvernement continuera avec la même efficacité», a espéré le chef de l’exécutif ivoirien. 

« Les valeurs incarnées par le premier ministre Amadou Gon Coulibaly inspireront fortement notre action», a assuré à son tour, Hamed Bakayoko, le nouveau premier ministre. 

« L’équipe  gouvernementale que j’ai l’insigne honneur de diriger sous votre haute égide voudrais vous exprimer son entière remerciement pour la confiance placée en chacun de nous. J’ai demandé à l’ensemble des membres du gouvernement de rester concentrer sur l’essentiel et nos obligations de résultats», a fait savoir M. Bakayoko rappelant les actions urgentes inscrites sur l’agenda de son gouvernement. 

« Les actions urgentes du gouvernement porteront sur la poursuite du programme, notamment la lutte contre la Maladie à Covid-19, le programme d’action prioritaire du gouvernement, l’exécution du programme économique et financier, la préparation du budget de l’État de l’année 2021 et le programme social du gouvernement», a entre autres énuméré le premier ministre. 

Hamed Bakayoko a été nommé jeudi dernier premier ministre de Côte d’Ivoire en remplacement de Amadou Gon Coulibaly décédé le 08 juillet dernier à Abidjan. 


Le Burkina Faso célèbre 60 ans d’indépendance, 32 ans après la mort de Sankara

Publié le 05.08.2020 à 19h18 par APA

Le Burkina Faso, indépendant de la France le 5 août 1960, célèbre son 60e anniversaire dans un contexte de Covid-19 et de lutte contre le terrorisme.Dans son adresse à la nation, le président Roch Marc Christian Kaboré a insisté sur ces deux « fléaux ».

Les « attaques terroristes » ont particulièrement endeuillé la population et une partie de l’armée, mais « nous avons su nous battre et nous adapter », a-t-il souligné sur sa page Facebook.

Le chef d’Etat témoigne ainsi sa « profonde reconnaissance aux forces de défense et de sécurité, et aux personnels de santé, pour les sacrifices consentis ».

Depuis le début de la pandémie, le dernier recensement fait état de 1153 cas de coronavirus dont 947 guéris et 54 décès. Des chiffres vraisemblablement loin des cas réels, comme partout ailleurs dans le monde.

Par ailleurs, le bilan des 60 années de souveraineté est vue en demi-teinte par beaucoup de Burkinabè, même si la crise terroriste qui s’est emparée du pays ces dernières années l’a fortement assombri.

Dans plusieurs domaines, il reste des efforts à fournir, confie sur RFI Soumane Touré, chef du Parti de l’indépendance du travail et de la justice : « L’attente des populations est grande aujourd’hui, surtout ces questions fondamentales de santé, de production, de l’autosuffisance alimentaire. On a tous un problème ».

Pour d’autres citoyens, leur pays a connu un véritable recul : « Nous avons régressé. Nous avons des frontières que nous n’arrivons plus à maitriser, notamment dans le Soum, dans le Yagha, à l’Est, au Nord. Si ça continue comme ça, ça nous inquiète ».

« Rien n’a changé ! »

Sur ces 60 ans d’indépendance, le site d’informations burkinabè Wakat Séra s’élève dans un éditorial cinglant contre les dirigeants africains qui « restent à la solde de Paris ». Plusieurs pays africains qui furent sous le joug de la France, à l’image du Sénégal, du Bénin et du Gabon, célèbrent cette année leur soixantenaire. Mais « rien n’a changé, déplorent les confrères Economiquement, la monnaie coloniale, le CFA reste sous contrôle occidental, et politiquement, les décisions concernant l’Afrique sont prises à Londres, Bruxelles ou Paris ».

« Les objets de culte et autres qui portent l’histoire des Africains sont toujours dans les musées ou collections privées de l’Occident. Même les archives écrites, visuelles ou sonores de l’Afrique sont prêtées aux noirs, quand ils en ont besoin, par les anciens +maîtres+ ».

En outre, « cette accession à la souveraineté nationale et internationale a été le fruit de la lutte d’illustres devanciers » comme Thomas Sankara, a fait savoir le président Kaboré.

Certains de ses compatriotes se trouvent nostalgiques de ce capitaine de l’armée arrivé au pouvoir le 4 août 1983 suite à un coup d’Etat militaire. Il instaure un régime révolutionnaire et rebaptise l’année suivante le nom du pays, anciennement Haute Volta, par Burkina Faso. C’est une combinaison de deux mots dans deux langues principales du pays et signifiant « la patrie des hommes intègres ».

Assassiné le 15 octobre 1987, Thomas Sankara reste aujourd’hui l’icône d’une jeunesse qui se veut panafricaine.

Son « ami » Blaise Compaoré a pris les rênes du pouvoir à partir de cette date jusqu’à sa démission le 31 octobre 2014, à la suite d’un soulèvement populaire. Après une transition compliquée, Roch Marc Christian Kaboré est élu chef de l’Etat le 29 décembre 2015. Son mandat n’est en revanche pas de tout repos eu égard à la crise sécuritaire sur fond de terrorisme touchant les pays du Sahel.

Toutefois, des organisations prennent le temps de suivre les interventions des forces de l’ordre engagées dans certaines localités pour mener ce combat. En juin dernier, Amnesty International a demandé aux gouvernements du Mali, du Burkina Faso et du Niger « à mettre un terme à l’impunité concernant les violations régulièrement commises » par leurs forces de sécurité contre des populations non armées.

Au Burkina, l’ONG des droits humains dit avoir recueilli des informations faisant état de « violations flagrantes » des droits humains commises par les forces de sécurité entre mars et avril 2020.


RCA : environ 405 déplacés arrivés à Aïgbado

Publié le 05.08.2020 à 17h47 par journaldebangui.com avec corbeaunews-centrafrique.com

Le village Aïgbado, situé à 75 kilomètres de Bria enregistre depuis dimanche l’arrivée massive des déplacés fuyant le massacre perpétré par des rebelles du PRNC au village Bornou, situé à 3 kilomètres de Ouadda Maïkaga, dans la préfecture de Haute-Kotto, au centre-nord de la RCA.

Le 24 juillet dernier, des rebelles du Parti du rassemblement de la nation centrafricaine (PRNC), ont attaqué, en représailles, le village Bornou, situé à 3 kilomètres de Ouadda Maïkaga, sur l’axe Bria, tuant au passage 11 civils et blessé 25 d’autres. Une centaine des habitations ont également été incendiées par les rebelles qui ont réussi à faire un maximum des dégâts.  Sur place à Bornou, on n’y trouve personne, et ses habitants, les survivants, ont dû quitter pour se réfugier dans les localités voisines. Parmi eux, environ 405, pour la plupart des enfants, des personnes âgées et des femmes sont arrivés au village Aïgbado, situé à 75 kilomètres de Bria sur l’axe Ndélé.

Selon le témoignage de certains de ces déplacés, avant d’arriver à Aïgbado, ils ont dû marcher en groupe dans la brousse durant une semaine. D’après eux, d’autres familles ont préféré, au péril de leur vie, se réfugier dans la sous-préfecture de Ouadda Maïkaga, occupée par les rebelles du PRNC, et situé à seulement 3 kilomètres de Bornou.

Pour l’heure, la situation humanitaire reste préoccupante, et les rebelles, que ça soit du côté du FPRC ou du PRNC, renforce leur position dans les localités, au risque d’occasionner un nouveau conflit, alors que les troupes de la Minusca, qui sont basées à Bria, font la sourde oreille aux multiples appels de détresse lancés par la population locale.


Bria : les rebelles du PRNC assassine un homme à Gbali

Publié le 05.08.2020 à 17h17 par journaldebangui.com avec corbeaunews-centrafrique.com

L’acte criminel avait eu lieu ce vendredi  31 juillet  au village Gbali, situé à 100 kilomètres de Bria sur l’axe Ouadda Maïkaga, dans la préfecture de Haute-Kotto, au centre nord de la RCA.

Selon les premiers éléments d’informations recueillis sur le lieu du crime par une équipe du CNC, la victime s’appelle Ano Abdrassoul, âgé de 52 ans, un artisan minier qui s’est converti au chasseur durant la saison de pluie.  Il a été assassiné ce vendredi 31 juillet à 5 kilomètres de son village, non loin du pont de la rivière Pendé, sur l’axe Bria. Son corps a été retrouvé sur le lieu de son crime ce dimanche 2 août par des passants.  Interrogés par CNC, ses proches ont indiqué qu’il s’était rendu quelques jours plutôt à Bria afin de vendre ses produits de chasse.  C’est au moment de son retour qu’il a été assassiné froidement par des bandits armés, identifiés formellement par des habitants de Gbali comme des éléments rebelles du PRNC (Parti du rassemblement de la nation centrafricaine). Sa moto a été emportée par les assaillants, ainsi que son sac à main contenant une somme d’environ 900 mille francs  CFA.

Rappelons que la quasi-totalité des axes routiers reliant les villes de la Haute-Kotto et de Bamingui-Bangoran sont sous contrôle strict des combattants rebelles de l’autoproclamé général Zacharia Damane, chef d’État major et coordonnateur militaire du PRNC qui séjourne actuellement à Ouadda Maïkaga.

Il y a lieu de noter que depuis la cessation des hostilités entre les différents groupes armés issus de l’ex-coalition Seleka, les violences à connotation ethnique  se multiplient dans la région du nord, du Centre Nord, et du nord- Et. Le PRNC, extrêmement violent dans ses opérations militaires, est régulièrement cité dans des nombreux actes criminels contre les populations civiles du nord. Son Président, qui réside en France, risquerait bien d’être rattrapé par la justice internationale.


DEC Construction vindicated on Social media image soiling rumours; Malawi Housing Project

Familiarization tour by Lands Ministers Kezzie Msukwa and his deputy Abida Mia to housing projects in Blantyre under Malawi Housing Corporation (MHC)

BLANTYRE-(MaraviPost)-The recent familirisation tour by Lands Ministers Kezzie Msukwa and his deputy Abida Mia to housing projects in Blantyre under Malawi Housing Corporation (MHC) have vindicated one of Malawi’s top construction companies, DEC Construction on recent social media rumours that the company was paid a whooping MK3 billion on housing project without fulfilling the contract obligation.

The truth on matter that both MHC and DEC officials have uniformly established, indicates that in the 8-houses construction contract DEC was paid MK247 Million as per agreed.

According to DEC Managing Director, Dan Chale, the company did not want to refute the allegations through the social media but found it appropriate to brief members of the media during the ministerial tour as reporters would get the first hand information right from the horses mouths.

The social media rumours, which Chale described as ‘mere hearsies’ also alleged that ACB was investigating DEC on the matter, which this publication has verified to be false.

The social media allegations went a mile to suggest that former Cabinet Minister in the past Democratic Progressive Party (DPP) administration, Kondwani Nankhumwa co-runs the company.

On this partucular, Chale explained that the name of the former cabinet minister was probably mentioned because the company had won some construction projects from the Ministry of Local Government during the time Nankhumwa was its minister.

Said Chale: “We won several contracts under the Ministry of Local Government but that does not stretch to the particular politician getting involved in the running of the company.”

The DEC boss quirries: “Does it mean that when a private owned company gets a contract from a government ministry then it means that the minister in the particular ministry becomes a business partiner?”

Through an interview with MHC Public Relations Officer, Ernestina Lunguzi during the ministerial tour to the completed houses at Ngumbe project site, this publication finds MHC as the client satisfied with quality work by experienced professionals, DEC Construction.

Traced from humble beginnings in the year 2008, DEC has over the years risen the ladders in the highly competitive environment of the construction industry and has therefore won trust and confidence of government and the private sector to manage huge projects as quality and excellence became the core essence of client attraction.

The post DEC Construction vindicated on Social media image soiling rumours; Malawi Housing Project appeared first on The Maravi Post.