Main Menu

August, 2020

 

Maroc : le Roi Mohammed VI s’entretient avec le président chinois

Le Roi Mohammed VI s’est entretenu lundi avec le président chinois, Xi Jinping, a annoncé un communiqué du cabinet royal.L’entretien s’inscrit dans le cadre des relations d’amitié entre les deux pays, rehaussées par la Déclaration conjointe sur le partenariat stratégique, signée par les deux chefs de l’Etat lors de la visite royale à Pékin, en mai 2016, a indiqué la même source

Selon la même source, l’entretien téléphonique entre le Souverain marocain et le président chinois a porté sur le développement des relations bilatérales dans tous domaines, notamment le dialogue politique, la coopération économique et les échanges culturels et humains.

Ils ont, également, échangé sur le partenariat entre les deux pays dans la lutte contre la Covid-19.

« L’entretien était, ainsi, l’occasion de remercier la république populaire de chine pour l’appui et l’accompagnement qu’elle a apportés aux mesures préventives fortes prises par le Royaume du Maroc afin d’endiguer la propagation de la pandémie, et ce aussi bien en termes d’équipements médicaux et de tests de dépistage, qu’en matière échanges d’informations et d’expertise », précise le communiqué du cabinet royal.

Les deux chefs d’État ont abordé, en outre, « les étapes futures de la coopération opérationnelle entre le Maroc et la Chine, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de la Covid-19 », souligne-t-on.

The post Maroc : le Roi Mohammed VI s’entretient avec le président chinois appeared first on Journal de Bangui.


Maroc : Saisie de près d’une demi-tonne de résine de cannabis

Les services sécuritaires de la ville d’Agadir (sud) ont procédé lundi à l’arrestation, 12 individus dont des mineurs pour leurs liens présumés avec un réseau criminel actif dans le trafic international de drogue et de psychotropes, l’organisation de l’émigration clandestine et la traite humaine, indique un communiqué de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

 Selon le communiqué, les recherches et investigations préliminaires ont conclu que cinq de ces individus s’activent dans le trafic international de drogue et l’organisation de la migration illégale alors que les sept restants, dont les deux mineurs, étaient des candidats à l’émigration clandestine.

Les perquisitions effectuées dans le cadre de cette affaire ont permis la saisie d’une voiture légère avec à l’intérieur 18 paquets de résine de cannabis de 463 kg, ajoute la même source.

Les suspects majeurs ont été placés en garde à vue, tandis que les mineurs ont été placés sous surveillance à la disposition de l’enquête préliminaire menée sous la supervision du parquet compétent.

Les opérations de saisie de drogue et de démantèlement des réseaux d’immigration clandestine se sont accentuées dans un contexte marqué par l’état d’urgence sanitaire décrété par le Maroc depuis le 20 mars dernier pour juguler la propagation de la pandémie de la Covid-19.

En 2019, environ 179 tonnes de résine de cannabis ont été saisies au Maroc, selon un bilan officiel.

The post Maroc : Saisie de près d’une demi-tonne de résine de cannabis appeared first on Journal de Bangui.


Le REPPRELCI lance la quinzaine du numérique en Côte d’Ivoire

Le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (Repprelci), a lancé dimanche à Abidjan, la quinzaine du numérique, une formation organisée via son forum WhatsApp « Univers Numérique » avec la participation de 253 personnes.Ce lancement a été marqué par la première session de « la quinzaine du numérique » autour du thème « Journalistes télé, radio et presse imprimée : comment adapter son profil à l’ère du numérique ».

A cette occasion,  M. Lassina Sermé, président du Repprelci, a indiqué qu’il s’agit d’un rendez-vous de formation initié par le Réseau dans le cadre du renforcement des capacités des membres. Et ce, «tous les 15 jours ».

Avec l’avènement des sites d’informations en ligne, l’émergence du journalisme citoyen et du phénomène des fake news remettent en question la légitimité historique des journalistes, selon Dr Karim Wally, journaliste et enseignant-chercheur à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

Se prononçant sur le thème « Journalistes télé, radio et presse imprimée : comment adapter son profil à l’ère du numérique », Dr Karim Wally, a fait remarquer que « le journalisme mondial subit une profonde transformation essentiellement due à l’avènement de l’Internet et du numérique ».

« On assiste à la multiplication des sites d’informations en ligne, à l’émergence du journalisme citoyen et du phénomène des fake news qui remettent totalement en question la légitimité historique des journalistes », a souligné Dr Karim Wally.

Ces mutations, dira-t-il, ont entrainé un chamboulement dans l’univers médiatique, avec l’ère des journalistes polyvalents, où les frontières sont quelque peu pulvérisées au point que des journaux produisent en ligne du contenu sonore et visuel, chose impensable il y a quelques décennies.

Aujourd’hui, des radios et télévisions réalisent également du contenu écrit sur leurs sites. Et de ce fait, la convergence bat son plein et les journalistes voient leurs tâches s’accroître et se complexifier dans l’exercice de leur métier.

Répondre à la question du profil du journaliste à l’ère du numérique, il a déclaré que le journaliste, aujourd’hui, doit « s’adapter, se former, s’auto-former et travailler en synergie avec d’autres collègues ou confrères » pour tirer son épingle du jeu.

Avec la multiplication d’informations en ligne, l’on assiste à une contribution des citoyens aux productions journalistiques. Ce que M. Karim Wally a nommé le journalisme citoyen, né dans les années 2000.

« Le journaliste citoyen, c’est lorsque l’homme de la rue se substitue aux journalistes et se lance dans la production d’informations avec l’arsenal du journaliste », a-t-il indiqué, tout en soutenant que le journaliste au sens juridique du terme, c’est celui qui fait de la production de contenus son métier.

Il y a des journalistes qui animent des blogs, par contre il y a des personnes qui tiennent des blogs et qui s’expriment sur divers sujets parfois pertinents, « attention », ceux-là ne sont pas journalistes, a-t-il poursuivi.

En Côte d’Ivoire, l’on assiste à l’émergence de la presse en ligne qui n’existait pas il y a de cela une quinzaine d’années, ainsi qu’une panoplie d’initiative dans lesquelles on note une volonté d’informer. Selon Dr Wally, le constat est que le secteur des médias est en difficulté dans l’ensemble.

La presse classique notamment « les médias imprimés souffrent davantage de l’ère du numérique, a-t-il fait remarquer, avant de noter que contrairement à la Côte d’Ivoire, les éditeurs de presse aux USA et en Europe ont très vite intégré Internet et la presse en ligne dans leur réforme éditoriale avec plus ou moins de succès.

Chaque éditeur essaye le modèle économique qui sied. Mais, « retenons que la rentabilité de la presse en ligne reste globalement critique en dehors de quelques ténors qui gagnent de l’argent, d’où le recours désormais aux GAFAM », a-t-il mentionné.

La publicité, aujourd’hui, est à la base de la rentabilité de la presse de façon générale. Toutefois, l’on parle du modèle à deux versants ou du principe du double marché : vente au numéro et publicité. Mais, il y a de plus en plus de stratégies de contournement (ave le Crowfunding).

Évoquant les fake news (fausses nouvelles), il a dit que les faits aujourd’hui dans l’environnement médiatique montrent par moments des velléités en termes de détention d’informations de première main.

La seule différence est que ceux publiant des informations sur les réseaux sociaux ou Internet ne sont pas astreints par les contraintes des journalistes. Des raisons qui ont amené les journalistes à décider de reprendre la main avec le principe du Fact Checking notamment.

Par ailleurs, il a fait remarquer que seulement que dans l’univers de la gratuité, faire payer l’information est devenu un dilemme, prenant le cas de grands journaux américains comme le New York Times qui a fait machine arrière.

Cependant, « chacun d’entre nous doit affronter avec ses armes l’avènement du numérique selon ses compétences et ses ambitions », a-t-il soutenu, tout en insistant que le journaliste doit continuer de « s’adapter, se former pour être à la hauteur et parvenir à la polyvalence ».

M. Sermé a annoncé pour le prochain rendez-vous, notamment le dimanche 13 septembre 2020, une autre session avec pour thème «Agence de presse et journal en ligne : différences et similitudes». L’animateur est Dr David Youant, un éminent journaliste ivoirien.

La troisième session, elle, est prévue le dimanche 27 septembre 2020 pour un partage d’expériences autour du thème « Web entrepreneuriat : Les 5 signes d’un projet viable », avec comme animateur Barthélemy Kouamé, fondateur du Repprelci.

Créé en 2006, le REPPRELCI  regroupe les acteurs de la presse numérique en Côte d’Ivoire. Cette faîtière des médias numériques ivoiriens s’est donnée pour mission d’organiser, structurer et promouvoir la presse numérique en Côte d’Ivoire.

The post Le REPPRELCI lance la quinzaine du numérique en Côte d’Ivoire appeared first on Journal de Bangui.


Govt had inadequate evidence when they arrested Former Spy Chief and Ex-State IT Guru

former National Intelligence Czar Dr. Kenam Kalilani

In a surprising turn of events the Lazarus led Government admitted in court that they were still gathering evidence and were not ready to present their case.

The told the judge that the, state was not ready to start presenting its case in which former National Intelligence Czar Dr. Kenam Kalilani and former State House Chief ICT officer are accused of stealing computers and intelligence systems.

The prosecution instead applied for 30 days adjournment, but the magistrate has ruled that the case is adjourned to 2 November 2020.

This parleys with what are happening with Chisale. People now question the piling on of accusation against him and believe most of those will not be proved in court.

The prosecution was asked to provide   disclosures by today, but they have failed, showing that they were in a rush to arrest people before collecting all the evidence.

The case has been adjourned to 2nd November 2020 where the magistrate will give direction on how the case should proceed.

Earlier, the prosecutor Moja Phiri handed over the case to ACP Kalua who was also absent at the court.

The lawyer for the accused Madalitso Kausi applied for the dismissal of the case as the State is not ready and until today has not charged the two accused

The post Govt had inadequate evidence when they arrested Former Spy Chief and Ex-State IT Guru appeared first on The Maravi Post.


Côte d’Ivoire: contrôle citoyen de la société civile sur les projets du C2D

La Convention de la société civile ivoirienne (CSCI) estime que les projets du C2D (Contrat de désendettement et de développement) « avancent avec beaucoup de bonheur » mais connaissent quelques « lenteurs », a dit lundi son coordinateur national, Mahamadou Kouma, en marge d’un Forum de restitution nationale du suivi indépendant, un contrôle citoyen de l’organisation.« Nous estimons que les projets  (du C2D) avancent avec beaucoup de bonheur même si par endroits il y a quelques lenteurs », qui s’expliquent par des problèmes de coordination d’ordre administratif et institutionnel, a déclaré M. Mahamadou Kouma à la presse, en marge de ce forum à Abidjan.

Il s’est toutefois félicité de ce que les facteurs bloquants observés sont réglés par l’entremise du Secrétariat technique du C2D auprès de la Primature, le Cabinet du Premier ministre qui veille sur l’exécution des projets de coopération entre la France et l’Etat de Côte d’Ivoire.

M. Mahamadou Kouma a fait savoir qu’ il y a par exemple des problèmes qui sont à cheval entre deux ministères dont l’organisation de la société civile se fait l’écho. Et ce, « sans état d’âme » en vue d’une exécution efficiente des projets au profit des populations.

Notre rôle, dira-t-il, est de veiller sur les intérêts des populations. Ce forum de restitution est une étape d’évaluation des activités d’une année de suivi indépendant des projets du Contrat de désendettement et de développement.

M. Didier Kouakou, responsable du suivi évaluation au sein du secrétariat du C2D, représentant Mme Léa Djatti, coordonnateur et responsable du secrétariat technique du C2D, a assuré que les fonds délaissés à ce jour, estimés à 1 077 milliards Fcfa, ont été « correctement gérés ».

En outre, la réalisation des projets sur le terrain est le reflet des programmes de l’Etat de Côte d’Ivoire avec les ressources prévues, effectivement dépensées dans les objets auxquels ces fonds étaient destinés, a-t-il soutenu. 

La Convention de la société civile ivoirienne est engagée dans le process de suivi indépendant et participatif depuis 2017. C’était la première fois que la société civile en Côte d’Ivoire, à l’instar de celle du Cameroun initiant cette action. La CSCI est aujourd’hui à son troisième forum de restitution.

Après la fin des activités de l’an trois du projet, le forum de restitution national, a permis de présenter les résultats obtenus par la Convention de la société civile en Côte d’Ivoire à l’issue de la collecte des données sur les projets réalisés sur financement du C2D dans 2e régions du pays.

The post Côte d’Ivoire: contrôle citoyen de la société civile sur les projets du C2D appeared first on Journal de Bangui.


L’opposante Danièle Boni-Claverie se retire de l’élection présidentielle ivoirienne

La présidente de l’Union républicaine pour la démocratie (URD, opposition), Danièle Boni-Claverie, a annoncé lundi le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020, lors d’une conférence de presse à Abidjan.« Je décide donc avec l’accord de mon parti de retirer ma candidature à l’élection présidentielle », a déclaré Mme Danièle Boni-Claverie,  soutenant que « l’URD a toujours affirmé sa volonté de participer aux élections mais pas à n’importe quelles conditions ».  

Elle dit savoir, déjà, que ses détracteurs vont, soit parler d’un non événement, soit mettre en avant pour son parti l’impossibilité de répondre aux exigences de la Commission électorale indépendante (CEI), assurant que l’URD a « su mobiliser le nombre de signatures exigées pour les 17 régions ». 

Le parrainage citoyen,  une condition d’éligibilité, fut « laborieux (à obtenir), je ne le cache pas,  et dispendieux », mais « nous ne sommes pas contre le principe du parrainage, au contraire le mode opératoire mis en place qui est trop complexe », a souligné Mme Boni-Claverie. 

« Nous ne voulons plus que des Ivoiriens meurent pour un scrutin », a ajouté la présidente de l’URD dont le parti « se refuse à envoyer nos compatriotes à l’abattoir sans une réconciliation effective qui implique la libération de tous les détenus d’opinion dont cinq députés ».    

Mme Boni-Claverie qui se dit opposée à un autre mandat de Alassane Ouattara, estimant que c’est anticonstitutionnel, soutient que sa formation politique « ne peut cautionner le braquage électoral que constitue le 3ème mandat du chef de l’Etat ». 

Son parti, ajoutera-t-elle, « rejette toute idée de laisser » la Commission électorale indépendante (CEI), une institution qui selon elle « n’a aucune légitimité » à leurs  yeux, pour contrôler le processus électoral en Côte d’Ivoire. 

« L’URD tient à marquer sa défiance à l’égard du Conseil Constitutionnel dominé par des proches de M. Alassane Ouattara, qui lui sont donc redevables », a-t-elle dit. Dans l’entendement du parti, il n’est pas concevable que le mandat du chef de l’Etat puisse s’étendre au-delà du 31 octobre 2020. 

« A partir de cette date, nous considérons que le chef de l’Etat n’a ni légitimité ni légalité et une transition concertée s’impose », a laissé entendre Mme Boni-Claverie, appelant le gouvernement à ouvrir le dialogue politique en vue d’une concertation nationale et une « transition ». 

Pour elle, « l’idée d’une transition fait son chemin malgré le refus dédaigneux et catégorique des autorités. Il est essentiel d’élaborer un nouveau contrat social qui permettra aux Ivoiriens de se retrouver, de tout mettre à plat et de se mettre d’accord sur l’essentiel ».  

« La transition concertée permettra la tenue d’un dialogue inclusif pour aboutir à l’instauration d’un régime démocratique sain et durable et d’un processus électoral qui in fine traduira véritablement le choix des électeurs », a-t-elle poursuivi. 

L’URD a tenu son Congrès le 1er août. Cette mobilisation à l’issue de laquelle sa candidature a été suscitée, a donné un nouvel élan au parti et tracé une nouvelle trajectoire dynamique qui pour elle « se traduira certainement par une plus forte implantation dans toutes les régions de Côte d’Ivoire ».

The post L’opposante Danièle Boni-Claverie se retire de l’élection présidentielle ivoirienne appeared first on Journal de Bangui.


Bishop Oyedepo and Irresponsible COVID19 Faith healing Claims

Oyedepo
Popular Nigerian pentecostal preacher and founder of Living Faith Chapel, David Oyedopo

The Advocacy for Alleged Witches (AFAW) is deeply concerned about the recent statement by the founder of the Living Faith Chapel, David Oyedepo, that he could lay hands and pray for COVID19 patients.

His claim has the potential of undermining efforts to tackle and defeat this vicious virus. Oyedepo has reportedly said during his sermon on Saturday, August 29: “Can you imagine anyone bringing a coronavirus patient to me and I won’t lay hands on him? Will I wear gloves to lay hands on them?” Then he went further to state: “I will lay hands on them; breathe into them; embrace them. What you carry is eternal life. It’s not human life. You should know that”.

Unfortunately, Oyedepo has made similar reckless remarks in the past. For instance, in June, this pentecostal preacher and witchcraft exorcist said that his church had recorded over 114 COVID19 healing testimonies.

These faith healing claims fly in the face of facts and figures regarding the management and containment of COVID19 in Nigeria and beyond. The Nigerian health authorities should call Oyedepo to order. They should sanction him because Oyedepo is a pastor with an academic background in architecture, not a public health expert. Living Faith Chapel is a church, not a health institution.

The coronavirus pandemic has dealt a heavy blow to the faith healing industry. And pentecostal pastors such as Bishop Oyedepo are desperate to get back into the business of mining the gullibility of Nigerians. The virus has succeeded in exposing the fakery and inefficacy of faith-healing practices. COVID19 is a global pandemic and a public health emergency that has no cure yet.

There is no evidence that coronavirus patients could be healed through prayer or laying of hands. Instead, evidence abounds that such practices contribute to the spread of the infection. Some pastors reportedly contracted the virus and subsequently died after praying and laying hands on patients.

So, Oyedepo’s statement is a proposition that could lead to a spike in the infection, or death. AFAW urges members of the public to disregard this misleading and irresponsible proposition of Bishop Oyedepo and continue to follow the WHO evidence-based guidelines for the management of the pandemic.

The post Bishop Oyedepo and Irresponsible COVID19 Faith healing Claims appeared first on The Maravi Post.


#BBNaija lockdown: Erica wins Head of house second time,picks Prince as deputy with Kiddwaya’s pointers

from left; Erica head of the house for the second time and Prince

LAGOS-(MaraviPost)-Housemate Erica has won this week’s Head of House Challenge, thereby emerging the Head of House for the ongoing Big Brother Naija Lockdown show for the second time.

Erica was given an opportunity to immediately pick a Deputy, she picked Prince.

Prince was picked after Erica’s lover Kiddwaya hold prince shoulders as a pointer.

The new HoD and Deputy HoD picked Trikytee and Dorathy as their preferred guests for HoD Luxury lounge.

Prince, Trickytee, Erica and Kiddwaya are into one block trying to protect each from any possible eviction.

The post #BBNaija lockdown: Erica wins Head of house second time,picks Prince as deputy with Kiddwaya’s pointers appeared first on The Maravi Post.


Tragic! Uganda’s lightning strike kills 10 children while playing football

Lightning strike kills 10 children in Uganda

ARUA-(MaraviPost)-Lightning strike has killed at least 10 children who were playing football in the remote Ugandan city of Arua.

A group of kids were playing football when a thunderstorm interrupted the game, forcing them to flee the field.

Fourteen children aged nine to 14 were hospitalized after the lighting hit a grass-thatched hut where they were sheltering from the rain.

Four victims are reported to be receiving extensive treatment, while 10 others died in the hospital after all attempts to save their lives appeared to be vain.

This is the worst lightning accident in Uganda since 2011, when 18 children were killed at a school which was not equipped with lifesaving lightning diverters.

In the same year, 28 people died from lightning strikes in a single week in Uganda, which is often hit by thunderstorms.

Source: https://www.expressiveinfo.com

The post Tragic! Uganda’s lightning strike kills 10 children while playing football appeared first on The Maravi Post.


RSA’s EFF leader Malema,Lawmaker Ndlozi to face cop assault charges in court, October

November 20 2019. Mbuyiseni Ndlozi and Julius Malema have briefly appeared before the Randburg Magistrates court on charges of assaulting a police officer on duty at the funeral service of the late Winnie Mandela in Randburg. they were flanked by other senior EFF members who came to the court to support them. Picture: Thapelo Morebudi/The Sunday Times.

PRETORIA-(MaraviPost)-EFF leader Julius Malema and party lawmaker Mbuyiseni Ndlozi will in October stand trial for allegedly assaulting a police officer at Winnie Madikizela-Mandela’s funeral in 2018. 

The trial dates for EFF leader Julius Malema and the party’s MP Mbuyiseni Ndlozi have been set down for October 13 and 28.

The pair face assault charges after they were allegedly caught on CCTV footage assaulting a police officer at the funeral of struggle stalwart Winnie Madikizela-Mandela in April 2018.

The case and trial dates were heard in their absentia in the Randburg magistrate’s courts on Monday.

AfriForum’s private prosecution unit, which had pushed for the prosecution, told SowetanLIVE’s sister publication TimesLIVE the court sought to establish why Malema and Ndlozi had failed to appear in court.

“Both Malema and Ndlozi will have to appear in court on September 14 for a court investigation into whether the warrants of arrest against them should be suspended because they failed to attend previous court proceedings,” said advocate Phyllis Vorster for AfriForum’s prosecution unit.

The two men had allegedly missed previous court proceedings due to the coronavirus pandemic and its regulations. Vorster said during Monday’s proceedings the original charge sheet could not be found and  the court could not execute warrants for their arrests.

Despite these hurdles, AfriForum said it welcomed the progress in the case.

“AfriForum welcomes the setting of a court date because we have thought from the start  there is a prima facie case against Malema and Ndlozi.

“The National Prosecuting Authority (NPA) reconsidered its initial refusal to prosecute after continued pressure from AfriForum, and has since instituted prosecution. Now the legal process must run its course. However, we will continue to support the police colonel,” said Vorster.

The lobby group pursued action against the two after it alleged the NPA had dragged its feet on the case.

“The senior police officer opened a case with the police but it never received attention until AfriForum’s private prosecution unit started inquiring about the investigation in January 2019,” the group said.

The two accused have previously denied assaulting the police officer.

“I’ve never done that. If I laid a hand on him, I would have panel-beaten him. I don’t play when I lay a hand. I didn’t do that. Mbuyiseni didn’t do that. All we were fighting for was to enter the cemetery and go to bury our mother,” Malema said when addressing a crowd outside court.

Source:TimesLIVE

The post RSA’s EFF leader Malema,Lawmaker Ndlozi to face cop assault charges in court, October appeared first on The Maravi Post.