Main Menu

Friday, July 24th, 2020

 

Boko Haram’s tactics terrorize children in Nigeria

Second Country Report of the Secretary-General on Children and Armed Conflict in Nigeria

Boys and girls in northeast Nigeria continued to endure gruesome violations at the hands of Boko Haram and to be deeply affected by military operations against the group by Government Forces despite noteworthy efforts and commitments, highlighted the second country report of Secretary-General on Children and Armed Conflict in Nigeria released today.

The report described 5,741 grave violations against children between January 2017 and December 2019 in Nigeria; incidents in neighboring Cameroon, Chad and Niger were also reflected in the context of the spillover of Boko Haram’s activities beyond Nigeria’s borders.

“The children of Nigeria and neighboring countries continued to endure horrendous violations by Boko Haram and the expansion of the group’s activities across the Lake Chad Basin region is a serious concern for the Secretary-General,” said the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict, Virginia Gamba. She also stressed the need to provide a regional African response to the situation.

The recruitment and use of children accounted for the greatest number of verified violations, with a total of 3,601 boys and girls affected. Boko Haram was responsible for the recruitment and use of 1,385 children, mainly through abduction, used in direct hostilities and in a variety of support roles including as sexual slaves. One particular and especially despicable practice of Boko Haram was to use children, mainly girls, as carriers of personnel-borne improvised explosive devices, also known as “human bombs.”

More than 2,000 violations were cases of recruitment and use of children by the Civilian Joint Task Force (CJTF) before September 2017, when the group signed an Action Plan with the United Nations to end and prevent the violation. The UN was able to verify these cases as the CJTF granted them access to their military barracks in the framework of the Action Plan.

The number of children detained for their or their parents’ actual or alleged association with Boko Haram remained a grave concern, but actual numbers were difficult to assess since the United Nations was not granted access to facilities and to the children. “Children formerly associated should not be further penalized through detention and I call on the Government of Nigeria to expedite the release of children from detention and prioritize their reintegration into society. I also urge the Government to review and adopt the protocol for the handover of children associated with armed groups to civilian child protection actors,” said Virginia Gamba.

1,433 child casualties were verified, the vast majority attributed to Boko Haram, and the leading cause of child casualties remained suicide attacks. 64 incidents of sexual violence affecting 204 children were verified and as for all other situations on the children and armed conflict agenda, the violation is considered to be vastly underreported for fear of stigma, retaliation, lack of accountability for perpetrators and lack of resources for survivors.

With 55 verified incidents, denial of humanitarian access to children continued to result in the temporary suspension of humanitarian activities and affected the delivery of humanitarian aid to thousands of children. Some of the most atrocious incidents by Boko Haram involved the abduction and execution of humanitarian workers.

Progress for the Protection of Boys and Girls

The signature by the CJTF of an Action Plan with the United Nations in September 2017 marked a turning point in ending and preventing the recruitment and use of children by the group. “Progress has been consistent, and no new cases of recruitment and use have been verified since the signature of the Action Plan. I encourage the CJTF to fully implement its Action Plan and to facilitate the disassociation of any remaining children,” added Virginia Gamba.

A total of 3,794 children formerly associated with armed groups benefited from reintegration support by UNICEF implementing partners, including medical services, psychosocial support as well as education or vocational training. “Providing adequate, sustainable and long-term reintegration programs is essential to ensuring that these girls and boys benefit from the necessary support to rebuild their lives and allow them to safely return to their families and reintegrate into their communities,” reminded Virginia Gamba who further urged donors to enhance their financial support to these programs. “I call on the authorities of Nigeria to strengthen their commitment to released children and to sign the Paris Principles,” she added.

She commended the work of child protection and humanitarian partners on the ground, operating in often dire conditions, and called upon all parties to respect the civilian character of schools and hospitals and to allow safe and unimpeded access for humanitarian actors to affected populations.

She reminded that the United Nations stands ready to continue to support the Government of Nigeria and international partners to address the challenges and ensure a better protection of Nigerian children from armed clashes.

Read Full Report

Key numbers from January 2017 to December 2019 (all verified numbers)

Recruitment and use: 3,601 boys and girls affected

Killing and maiming: 1,433 boys and girls affected

Sexual violence: 204 children affected

Attacks on schools and hospitals: 35 incidents

Abductions: 413 children affected

Denial of humanitarian access: 55 incidents

Listed parties in the annexes of the 2020 Secretary-General Annual Report on Children and Armed Conflict

List A: Parties that have not put in place measures during the reporting period to improve the protection of children

  • Jama’atu Ahlis Sunna Lidda’Awati Wal-Jihad, also known as Boko Haram (recruitment and use, killing and maiming, rape and other forms of sexual violence, abductions, attacks on schools and hospitals)

List B. Parties that have put in place measures during the reporting period aimed at improving the protection of children

  • Civilian Joint Task Force (recruitment and use)

For additional information, please contact:

Fabienne Vinet, Communications Officer, Office of the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict
+1-212-963-5986 (office) / +1-917-288-5791 (mobile) / vinet@un.org

Follow us on Twitter and Facebook:
www.twitter.com/childreninwar
www.facebook.com/childrenandarmedconflict


Une compagnie de téléphonie offre 2020 plants d’acacia et de teck pour le reboiser la Côte d’Ivoire

Publié le 25.07.2020 à 00h18 par APA

Une compagnie de téléphonie mobile a offert 2020 plants d’acacia et de teck au ministère ivoirien des Eaux et forêts pour l’aider à reboiser le pays, a-t-on appris vendredi à Abidjan, la capitale économique ivoirienne.Selon une note d’information transmise à APA, ce don s’inscrit dans le cadre de l’initiative de reboisement dénommée « 1 jour 5 millions d’arbres » lancée par ce département ministériel. 

« Notre action vise principalement à contribuer à l’équilibre de la biodiversité, à accroître le taux de couverture forestière nationale et à réaffirmer l’engagement citoyen de notre entreprise», explique Djibril Ouattara, le directeur général de la compagnie de téléphonie mobile, MTN Côte d’Ivoire. 

En retour, Alain Richard Donwahi, le ministre ivoirien des Eaux et forêts dit sa gratitude au donateur pour cet important geste. Il   souhaite par ailleurs, le soutien de plus d’acteurs du secteur privé pour une plus grande envergure de ces actions et optimiser leur impact. 

A ce jour, conclut la note,  cette compagnie mobile a contribué à la préservation de l’équilibre biologique en reboisant plus de 21 milles arbres en Côte d’Ivoire et recyclant près de 100 tonnes de déchets électriques et électroniques.


Covid -19: l’Afrique du Sud ferme les écoles

Publié le 24.07.2020 à 23h18 par APA

Les autorités sud-africaines ont décidé de fermer les écoles publiques pendant quatre semaines suite à une augmentation des cas de coronavirus et des décès, a déclaré le président Cyril Ramaphosa.« Le gouvernement a décidé que toutes les écoles publiques devraient faire une pause pendant les quatre prochaines semaines. Cela signifie que les écoles seront fermées à partir du 27 juillet et rouvriront le 24 août », a annoncé le président jeudi soir.

 Lors d’une adresse à la nation, M. Ramaphosa a déclaré que son gouvernement avait pris cette décision après avoir consulté les différentes parties prenantes, dont les syndicats d’enseignants.

 Bien qu’il ait été difficile de trouver un consensus sur la meilleure approche, il a été convenu que la santé des élèves et des enseignants restait primordiale pour le pays, a déclaré le président.

 M. Ramaphosa a ajouté que la fermeture des écoles était conforme aux directives de l’Organisation mondiale de la santé, qui avertit les pays de ne pas rouvrir les écoles alors que les cas de transmission locale du coronavirus sont en hausse.

 Cette évolution n’affectera cependant pas les élèves de terminale et leurs enseignants qui ont bénéficié d’une semaine de vacances, alors que ceux de 5eme  seront en vacances pendant deux semaines.

 En raison de cette fermeture, l’année scolaire en cours sera prolongée jusqu’en décembre, a ajouté le président.

 L’Afrique du Sud compte jusqu’ici 408 052 cas de coronavirus pour plus de 6000 morts depuis le début de la pandémie en mars 2020.


Marie-Rose Guiraud sera inhumée le 28 août prochain à Abidjan

Publié le 24.07.2020 à 23h18 par APA

Initialement prévue fin juillet prochain, l’inhumation de la célèbre danseuse et chorégraphe ivoirienne Marie-Rose Guiraud est prévue le 28 août prochain au cimetière de Williamsville au Centre d’Abidjan, a appris APA vendredi auprès du Comité d’organisation de ses obsèques.Selon cette même source, le gouvernement ivoirien a décidé de prendre en charge les obsèques de l’illustre disparue. Des hommages des acteurs du milieu artistique ivoirien sont également prévus pour honorer la mémoire de la fondatrice de l’Ecole de danse et d’échanges culturels ( EDEC). 

Marie-Rose Guiraud est décédée en avril dernier à Abidjan à l’âge de 76 ans des suites d’une longue maladie. Née en 1944 à Kouibly dans l’extrême ouest ivoirien, Marie-Rose Guiraud a débuté sa carrière artistique de danseuse traditionnelle africaine depuis son enfance.


Soudan : découverte d’une « fosse commune des putschistes de 1990 »

Publié le 24.07.2020 à 21h18 par APA

Une fosse commune contenant les restes de 28 officiers de l’armée accusés d’avoir exécuté un coup d’Etat avorté contre l’ancien président Omar el-Béchir il y a trente ans a été découvert, ont indiqué les autorités soudanaises.Selon un communiqué du procureur général, le site a été sécurisé par les forces de l’ordre alors qu’une enquête est en cours pour découvrir les circonstances exactes qui ont mené à cette découverte macabre.

 L’ancien président Omar el-Béchir avait écrasé une révolte militaire qui s’était transformée en coup d’État avorté en 1990, et certains de ses architectes auraient été tués après avoir été arrêtés.

 Il était au pouvoir depuis un an après avoir réussi son propre coup d’État en 1989.

Agé de 76 ans, il a continué à diriger le Soudan jusqu’à ce que des officiers militaires le chasse à son tour l’année dernière. Il est accusé de trahison pour son coup d’État de 1989 et risque la peine de mort s’il est reconnu coupable.

 La Cour pénale internationale a inculpé M. el-Béchir en 2009 pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans la région du Darfour, au Soudan.

 Les nouvelles autorités soudanaises affirment qu’il est peu probable qu’il soit remis à la CPI étant donné la compétence de leurs tribunaux pour juger l’ancien chef militaire.


Maroc : Pas de prière de l’Aid Al Adha dans les mosquées et les moussalas

Publié le 24.07.2020 à 20h18 par APA

La prière de l’Aid Al Adha n’aura pas lieu dans les mosquées et les moussalas et ce pour limiter la propagation de la Covid-19, a annoncé vendredi le ministère marocain des Habous et des Affaires islamiques.Dans un communiqué, le ministère rappelle aux citoyens que la prévention contre le nouveau coronavirus ne permet pas l’accomplissement de la prière de l’Aid Al Adha dans les moussalas et les mosquées, que cette prière peut être accomplie à domicile et que le prêche n’est pas une condition.

Le temps de la prière commence une demi-heure après le lever du soleil jusqu’à midi, a ajouté la même source.

A ce jour, le Maroc enregistre 18.834 cas confirmés au Covid-19, dont 299 décès et 16.100 patients guéris de la maladie.


Maroc : Explosion des cas de coronavirus avec un total record de 570 nouvelles contaminations

Publié le 24.07.2020 à 20h18 par APA

Le Maroc a enregistré, ce vendredi, un nombre record de nouvelles contaminations avec 570 cas en 24 heures, portant ainsi le bilan à 18.834 cas confirmés au coronavirus, selon le ministère de la Santé.La région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima arrive en tête en terme du nombre des cas enregistré aujourd’hui avec 207 cas, suivie de Casablanca-Settat (206), Fès-Meknès (80), Rabat-Salé-Kénitra (24 cas), Marrakech-Safi (21 cas), l’Oriental (23), Dakhla-Oued Eddahab (5 cas), Drâa-Tafilalet (2 cas), Souss-Massa (1 cas) et Laâyoune-Sakia El Hamra (1 cas).

Selon le ministère, 484 nouveaux cas sur les 570 (85%) ont été détectés à travers le suivi des cas contacts et des clusters, ajoutant que 13.215 cas contacts sont toujours sous surveillance médicale.

Sept nouveaux décès ont été enregistrés, portant le cumul à 299 décès et le taux de létalité à 1,6%. Pour ce qui est des patients rétablis, ils sont au nombre de 228 nouvelles guérisons ont été annoncées, soit un total de 16.100 guérisons et un taux de rémission de 85,5%.

Le nombre de cas actifs grimpe à 2.435 cas, dont 46 cas actifs sont dans un état grave ou critique.


COVID-19: Danger looms for Africa, defence breached, as 10,000 health workers get infected

How will we survive?’: Health woes deepen Zimbabwe COVID-19 fear | Zimbabwe News

Written by Lovemore Kumusha – Zimbabwe

Health workers, once held in with honour in Malawi, are being stigmatized because of the coronavirus pandemic, not only that, they are exposed to the virus owing limited facilities and PPEs.

Doctors and nurses recently engaged in industrial action, protesting about working conditions, including the lack of personal protective equipment (PPE) and low wages.

Nurses and Midwives Council of Malawi has attributed the rising number of health workers infected with Covid-19 to lack of personal protective gear.

Registrar of the Council Isabella Musisi said once told a local publication that the government needs to provide each and every Covid-19 frontline health worker with the PPEs.

“These frontline health workers are always with the COVID-19 patients 24 hours. This is why they need to be protected,” she said recently.

Meanwhile, the matter of health workers getting the virus is threatening the country, SADC region and the continent at large.

Apparently, the World Health Organization (WHO) has warned of the threat posed by coronavirus (COVID-19) to health workers across Africa. 

According to the global health body, more than 10 000 health workers in the 40 countries which have reported on such infections have been infected with COVID-19 so far, a sign of the challenges medical staff on the frontlines of the outbreak face.

WHO says this comes as COVID-19 cases in Africa appear to be gathering pace? There are now more than 750 000 cases of COVID-19, with over 15 000 deaths. 

Some countries are approaching a critical number of infections that can place stress on health systems. South Africa is now among the worst-hit countries in the world.   

“The growth we are seeing in COVID-19 cases in Africa is placing an ever-greater strain on health services across the continent,” said Dr Matshidiso Moeti, WHO Regional Director for Africa.

Dr Moeti speaking on health worker infections in Africa during a virtual press conference today organized by APO Group, said that the trend has an impact on health workers and the continent’s ability to fight the pandemic.

“This has very real consequences for the individuals who work in them, and there is no more sobering example of this than the rising number of health worker infections,” he said.

So far, about 10% of all cases globally are among health workers, though there is a wide range between individual countries.

WHO says in Africa, information on health worker infections is still limited, but preliminary data finds that they make up more than 5% of cases in 14 countries in sub-Saharan Africa alone, and in four of these, health workers make up more than 10% of all infections.

Inadequate access to personal protective equipment or weak infection prevention and control measures raise the risk of health worker infection.

Surging global demand for protective equipment as well as global restrictions on travel have triggered supply shortages.

“Health workers can also be exposed to patients who do not show signs of the disease and are in the health facilities for a range of other services. Risks may also arise when health personnel are repurposed for COVID-19 response without adequate briefing, or because of heavy workloads which result in fatigue, burnout and possibly not fully applying the standard operating procedures,” added Dr Moeti.

In many African countries infection prevention and control measures aimed at preventing infections in health facilities are still not fully implemented.

When WHO assessed clinics and hospitals across the continent for these measures, only 16% of the nearly 30 000 facilities surveyed had assessment scores above 75%.

Many health centres were found to lack the infrastructure necessary to implement key infection prevention measures, or to prevent overcrowding. Only 7.8% (2213) had isolation capacities and just a third had the capacity to triage patients.

“Doctors, nurses and other health professionals are our mothers, brothers and sisters. They are helping to save lives endangered by COVID-19. We must make sure that they have the equipment, skills and information they need to keep themselves, their patients and colleagues safe,” said Dr Moeti.

WHO has been working closely with health ministries to reduce health worker infections since the outbreak began. The Organization has trained more than 50 000 health workers in Africa in infection prevention and control, with plans to train over 200 000 more, as well as providing guidance documents and guidelines on best care practices and the most up-to-date treatment regimes.

WHO is also helping to fill gaps in the supply of personal protective equipment?

Currently, 41 million items of personal protective equipment are ready to ship from China to cover the needs of 47 African countries. Shipments for an initial set of 23 African countries are planned to start during this weekend.

Author Lovemore Kumusha can be contacted at Email: lubindalovemore1@gmail.com

More COVID-19 Resources from the Maravi Post

The post COVID-19: Danger looms for Africa, defence breached, as 10,000 health workers get infected appeared first on The Maravi Post.


Covid-19: l’Af’Sud va enquêter sur des détournements de fonds (Ramaphosa)

Publié le 24.07.2020 à 19h18 par APA

Les Sud-Africains, notamment les employés du gouvernement, qui auraient détourné des fonds destinés à faciliter le travail d’endiguement de la pandémie de coronavirus feront l’objet d’une enquête et seront poursuivis, a ordonné le président Cyril Ramaphosa.Lors d’une allocution télévisée jeudi soir sur les stratégies du gouvernement pour gérer la pandémie de Covid-19, le président Ramaphosa a déclaré qu’une unité d’enquête a été mise en place pour enquêter sur toutes les allégations de corruption liées aux fonds Covid-19 que le gouvernement a alloués à diverses organisations.

 « Afin d’accélérer et de renforcer le processus de lutte contre la corruption, j’ai signé une proclamation autorisant l’Unité spéciale d’enquête (SIU) à enquêter sur toute pratique illégale ou inappropriée dans l’acquisition de biens, de travaux et de services pendant ou en rapport avec l’état de catastrophe nationale dans toute institution publique », a déclaré M. Ramaphosa.

 A cet égard, la SIU et d’autres organes de l’Etat tels que le Centre de renseignement financier, l’unité de police spécialisée, les Hawks, et l’Autorité nationale de poursuite travailleront ensemble sur cette affaire », a-t-il ajouté.

 Le président a déclaré que les enquêtes sur la distribution de fournitures alimentaires, les subventions d’aide sociale, l’achat d’équipements de protection personnelle et d’autres fournitures médicales, et les fonds utilisés dans le cadre du programme spécial Covid-19 ont déjà commencé.

 « Nous sommes déterminés à ce que chaque cas de corruption présumée fasse l’objet d’une enquête minutieuse, à ce que les responsables d’actes répréhensibles soient poursuivis et à ce que tous les fonds publics volés ou surévalués soient récupérés », a déclaré M. Ramaphosa. 

 Bien qu’aucun chiffre précis n’ait été dévoilé par le président, on estime que des millions de dollars ont été dépensés pour lutter contre la Covid-19 depuis le début de la pandémie dans le pays en mars 2020.


Sénégal: pour un appui financier au centre des opérations d’urgence sanitaire

Publié le 24.07.2020 à 19h18 par APA

Le Centre des Opérations d’Urgence Sanitaire (COUS) doit être doté de ressources financières conséquentes lui permettant de mieux organiser la riposte contre les épidémies, plaide son Directeur, Dr Abdoulaye Bousso.« Si on n’avait pas l’appui des partenaires, on allait fermer le COUS. Les 50 millions f cfa qui lui sont alloués, c’est pour le fonctionnement. On ne peut absolument rien faire sans des ressources. Il y a vraiment urgence à pouvoir disposer de fonds nécessaires. Aujourd’hui nous sommes capables de nous déployer un peu partout dans le pays parce qu’il y a des partenaires », a dit Dr Bousso.

Il prenait part à un webinaire organisé par l’Institut Panafricain pour la Citoyenneté, les Consommateurs et le Développement (CICODEV), en partenariat avec Enda Santé et « Open Society Initiative for West Africa » (OSIWA) sur le thème : « Financement pérenne de la santé face à une crise sanitaire ».

Poursuivant, le Directeur du COUS a estimé qu’il est important de disposer de ressources financières capables de riposter contre toutes les épidémies. Car, a-t-il dit, « nous devons être en mesure d’avoir ces fonds. Donc, j’insiste sur le financement de la prévention. Parce que cela nous permet d’être plus efficace et plus performant au moment de la riposte ».

Il a rappelé que les ressources du COUS sont passées de 75 millions à 51 millions entre 2017 et 2020.

Pour le Dr Youssoupha Ndiaye, Directeur de la Planification de la recherche et des statistiques (DPRS) du ministère de la Santé et de l’Action sociale (MSAS), il y aura toujours des urgences sanitaires, d’où la nécessité, à son avis, « d’avoir une planification et des ressources financières », de « prioriser les ressources de l’État » et de mettre en place « une ligne budgétaire » permettant de mener des « ripostes rapides contre les épidémies ».

Suffisant pour qu’il plaide pour « un fonds d’urgence dans la Loi de finances initiale (LFI) ».