Main Menu

Tuesday, July 7th, 2020

 

En Afrique francophone, les FinTechs ont besoin d’un coup de pouce pour se développer (Etude)

Publié le 08.07.2020 à 01h18 par APA

Les entreprises FinTechs en Afrique francophone ont besoin d’un coup de pouce pour booster leur développement et combler leur gap par rapport à leurs paires anglophones, rapporte une étude parvenue ce mardi à APA.« Le marché est mûr pour l’innovation, mais il faudra un effort collectif pour remédier aux lacunes actuelles, qui comprennent les contraintes réglementaires, la faiblesse des systèmes juridiques, le manque de connaissances financières et numériques et l’absence d’antécédents de crédit, pour exploiter le marché potentiel », souligne l’étude. 

Cette dernière qui a porté sur l’activité encore embryonnaire mais néanmoins stratégique des FinTechs (entreprises axées ou fondées sur la technologie, qui utilisent ou fournissent des technologies modernes et innovantes dans le domaine financier) a montré que beaucoup d’entre elles ont du mal à atteindre la maturité en raison du manque de compétences managériales de leurs fondateurs et de leur incapacité à trouver un soutien approprié.

Par ailleurs, ajoute le document, compte tenu de la nature informelle de ces entreprises sur plusieurs marchés, les opérateurs historiques sont peu enclins à nouer des partenariats en raison des risques encourus. Ce qui fait qu’il existe peu ou pas de possibilités de financement à un stade précoce. Celles disponibles étant limitées dans le cadre de concours d’innovation et de subventions accordées par des bailleurs de fonds. 

Ces concours débouchent sur de très bonnes solutions proposées par de jeunes entrepreneurs, mais elles sont souvent incapables d’atteindre le marché faute de financement durable, fait remarquer le document.

A ces divers constats s’ajoute le fait que pour les opérateurs historiques, les FinTechs ne sont pas encore susceptibles de jouer un rôle déterminant dans leurs stratégies commerciales ou de les aider à faire progresser la centralité du client.

Et pour pallier ces difficultés, il est nécessaire, selon les auteurs de l’étude, de procéder à des incitations fiscales, faciliter l’accès équitable pour l’USSD (fonctionnalité pour les services mobiles de type sous forme de codes), renforcer la collaboration et les partenariats entre acteurs existants et FinTechs, et trouver des solutions alternatives à leur financement.

Cette étude menée par le cabinet MicroSave Consulting, en collaboration avec la Fondation Mastercard concernait six pays que sont le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Mali, la RDC, le Sénégal et le Togo.


Nigeria : allègement de la dette des radios et télévisions locales

Publié le 08.07.2020 à 00h18 par APA

Le ministre nigérian de l’Information et de la Culture, Alhaji Lai Mohammed, a déclaré que le gouvernement fédéral avait décidé d’éponger 60% des sept milliards de nairas (environ 1.944 millions de dollars) dus au gouvernement par les stations de radio et de télévision pour les licences et les frais de renouvellement.Mohammed a également annoncé que le gouvernement avait également réduit de 30% les droits de licence existants pour tous les services de radio et de télévision terrestres ouverts à compter du 10 juillet 2020.

Les rédacteurs en chef nigérians, sous l’égide de la Nigerian Guild of Editors, avaient auparavant appelé le gouvernement à un renflouement de l’industrie des médias du pays, que les rédacteurs ont décrit comme étant en détresse, en grande partie à cause des effets négatifs du coronavirus sur le secteur.

Le journal Punch a indiqué mardi que le ministre avait déclaré lors d’une conférence de presse à laquelle il s’est entretenu avec le Directeur général par intérim de la Commission nationale de radiodiffusion, le professeur Armstrong Idachaba, à Abuja, que les sept milliards de dollars dus au gouvernement fédéral par l’industrie de la radiodiffusion était le total impayé des stations de télévision et de radio lors du renouvellement de leurs licences d’exploitation.

Mohammed a expliqué que pour que toute station débitrice puisse bénéficier de l’allégement de dette de 60%, elle doit être prête à payer le solde de 40% au cours des trois prochains mois.

Selon le ministre, l’offre d’allègement de la dette s’ouvrirait le 10 juillet pour se clôturer le 6 octobre 2020 et que les mesures annoncées visent à donner une bouée de sauvetage à l’industrie de la radiodiffusion, qui avait été affectée par la pandémie de Covid-19.


Covid -19 : l’Af’Sud franchit le cap des 200.000 cas

Publié le 07.07.2020 à 22h18 par APA

L’Afrique du Sud a franchi la barre des 200.000 cas de coronavirus, dépassant l’Allemagne pour devenir le 15èmepays le plus durement touché par la pandémie.Selon les dernières statistiques du ministère de la Santé mardi, l’Afrique du Sud avait enregistré mardi après-midi 205.721 cas de coronavirus, dont 3.310 qui ont succombé à la maladie.

Cela représentait près de 42% du nombre total de cas en Afrique, qui s’élevaient à 492.805 cas mardi midi.

Le pays dépasse le nombre d’infections enregistrées sur le continent africain, devant l’Egypte et le Nigeria. L’Egypte avait 76.222 cas tandis que le Nigeria en comptait 29.286. L’Afrique du Sud se classe désormais au 15ème mondial, le nombre de cas ayant doublé au cours des deux dernières semaines, selon le ministre de la Santé, Zweli Mkhize.

Les Etats-Unis figurent en tête de liste mondiale des pays les plus touchés, avec plus de trois millions de cas, suivis du Brésil, qui comptait plus de 1,6 million de cas mardi.

L’Arabie saoudite, l’Inde, la Russie, le Pérou, l’Espagne, le Chili, le Royaume-Uni, le Mexique, l’Iran, l’Italie, le Pakistan, l’Arabie saoudite et la Turquie sont entre autres, les pays affichant des taux de Covid-19 plus élevés que l’Afrique du Sud.


From colonization, Autocracy, mediocrity and now only Malawians can guarantee what kind of Government we will have

Malawi under colonial rule

Written by PETER DSD KUWANI

We have mutedly celebrated Independence Day amidst fear of COVID-19 Pandemic which has dampened musical instruments meant to spice up the occasion.

We owe Independence to the brevity of our forefathers who fearlessly charged towards the barrel of the gun …. bows and arrows of colonial masters.

The war against colonial master’s was misconstrued to total Independence and gateway to attainment of ricjes hence overlooking the fiercest enemy in the black skin (fellow Malawians).

Colonial Masters whipped and yoked our forefathers presumably to squeeze out productivity… coincidentally this was a way of expressing supremacy of the white skin over black skin.

Kamuzu Banda: Died in 1997

After attainment of Independence in 1964, the nation went to bed hence overlooking the internal monster in the black skin that evolved into autocracy.

The pain inflicted by autocracy in the black skin necessitated the blending of Independence into freedom of expression that eventually gave birth to democracy in 1993.

Malawi former president Bakili Muluzi abandons retirement to campaign for son Atupele

In 1994, the sword of Power changed hands and the gesture signaled adaptation of change and pluralism.

Change tuned into mediocrity as hard work was traded with crookedness and no wonder vision 2020 crushed into a blank wall.

Individual survival could hardly be achieved through employment of wits and hard work but rather donning Political party regalia and the mastery in planting the seeds of hatred and castigation on Political podium.

One Party rule was tactfully reinvented into politics of cronyism and dynasty where same individuals and families have been sipping treasures by persistently will Political power.

Subsequently to 1994, taxpayers have been toiling at a reward of dilapidated public infrastructure and dwindling public service delivery system as public financial leakage became rampant.

Those who mastered the art of nursing and caressing Political mediocrity accumulated worth at the expense of hard work and professionalism.

The nation witnessed formation of laws which only worked for the weak and the poor …. governance and oversight institutions were deboned and teeth for enforcement of law and order we are subdued by the lockjaw.

In short, democracy gave birth to lawlessness, cronyism, dynasty, and Political vagaries.

The country’s judiciary has demonstrated sense of boldness by providing that Independence of Justice delivery system can reverse lawlessness that once precipitated into anarchy.

Chilima and Chakwera
First Petitioner Saulos Chilima and second Petitioner Lazarus Chakwera

The 23 June 2020 fresh Presidential Election haunted and curtailed Political dynasty which has been a thorn in the country’s democracy.

However, the nation has to be tasked to exercise remnants of Political cronyism that continue to Grace each and every Regime at the disadvantage of the marginalized society.

Political vagaries have been dining, winning, and dancing with every Political master / mistress with an eye on Public resources.

Coincidentally, the nation is again celebrating Independence from colonial masters coupled with restoration of the rule of law and curtailment of Political dynasty.

The nation should not relax as we remain with unfinished business of cracking down Political cronyism aimed at freeing hidden treasures for the disadvantaged society …….  it is a fact that worth endears personnel Manning the corridors of power.

Seizure of Political opponents’ business and employment opportunities aimed at rewarding Political surrogates and capital angels will continue to be construed as retrogressive amidst celebratory of Independence.

If firing individuals for no apparent reasons is not Political persecution, then what constitutes Political witch hunting?

Previous regimes have always opted to trade creativity with mediocrity hence leaving the duty of value addition in the hands of Political dunderheads.

Every Regime has always promised a fight against the I will of correction ……..  the fight has always been past looking instead of a mix of the past, present and the future.

We have once fallen victim of sugar-coated speeches which eventually yielded disastrous outcomes ……. we choose not to be easily brainwashed by the promised trip to the Moon for fear of hard landing.

Malawians have always been hard working and have never wanted to wrestle and scramble for leftovers …… the culture for all and unfair economic practices plummeted work into laziness.

Hard work will bear fruits if and only if tenets of equity and fairness are restored.

The fact that we need to install and instill sense of hard work should not blur our sights on the litany of Electoral promises made to the nation.

You can skirt around some electoral manifestos and yet you can hardly be run away from some clear-cut promises to the deemed promised Land.

The nation can steadily and positively move forward when we get rid of blind loyalty which unfortunately has not soared the educated elite of the society … politicians have opted to use the educated elite of the society as a springboard to trampling upon the poor .

The musical tone on the need to get rid of regionalism and tribalism has been overplayed and apparently what initially appeared as ‘ Victory for all ‘ on 23 June 2020 is gradually turning into victory against particular region and tribe.

The prima – face of every Political Speech is always powerful to Political colonies and yet uninspiring to a commoner ……  the greatest fear to the commoner is that you are carrying the biggest Political baggage that will surely be supported by the weakest economy.

You have the biggest task of rewarding Political surrogates and capital angels …….. unfortunately, your success story will be determined by handling of Political surrogates and capital angels amidst your thrones.

The shedding off of power of the Presidency will be incomplete without trimming cash and non-cash benefits …… power and worth are inseparable on the sights of the disadvantaged society.

The Political Alliance forged for Political Development will stand against times and any Political reunion based on short term self-interest is bound to crumble.

The only Political Alliance which will last is the one formulated with the poor and the marginalized society at heart as such Group of people recognize that hard work pays as opposed to Political surrogates who call it time to harvest.

The moment a Politician grabs 100 jobs to reward Political surrogates , it does not imply that 100 employment opportunities have been created as this translates to work done …… it is only creativity and innovation that will inspire hope to Malawians seemingly heading to uncharted territory.

The moment the existing business are squeezed for no apparent reason, the further unemployment rate you contribute.

The nation is in rubbles not just because of past financial mismanagement but rather coupled with Demonstrations which helped to further ruin the already dilapidated infrastructure ……  the inaugural speech has fallen short on how Public infrastructure which was looted and vandalized during Demonstrations will be restored.

The inaugural speech is falling short of hope for person’s who might have lost property and business during Political unrest ……. Political surrogates under the current Regime were partly to the ugly scenes.

The inaugural speech has praised the country’s security system and yet has fallen short of consoling families who lost lives during Political pandemonium …… surprisingly , you have fallen in love with the same police you opted to victimize without extending apology.

The unification of the nation will not only hinge on the crafting of the inaugural speech but rather carrying out Postmortem on the rabid Political behavior displayed to the nation subsequently to the 21 May 2019 Tripartite Elections.

It will go in canal of the country’s history that fraudulent Presidential candidates featured on 23 June 2020 and yet we opted to pay a blind eye because of conflict of interest ….  Victory is sweet and becomes sweeter when triumphantly achieved on equal footing.

MMD had written MEC on 26 May 2020 (we had on record stamped copy) and the submission on 24 June 2020 was merely a follow up (this was duly referred to in the letter).

Upon gaining sobriety, objective minds will come to conclusion that we witnessed a political rape for the sake of satisfying hunger for Presidency.

Anything minus reconstruction of the candidature could not have given an outright winner on the 23rd June 2020 Fresh Presidential Election.

The originating cause of the candidature was the country ‘s supreme Court of Appeals and it could be prudent to call the same for duty aimed at digging the spirit behind the directives.

The nation has to be prayerful for the fear of God is the begging of wisdom and yet we have to remain vigilant and resist to be blindfolded by Political hypocrisy ……. rats seeking refuge under the crevices of the cathedral have always been treated as enemies as we consciously draw a line between gracing the isle of the church and being prayerful.

The nation is patiently watching as you enjoy free Political tokens and you will shortly be called to duty when empty speeches will not suffice.

It is only through change of Personnel coupled with love, tolerance and co-existence that will lead to the attachment and realization of National Transaction 2063.

Sovereignty failing short of the rule of law is devoid of what constitutes a complete package of Independence …… Selective Justice is a recipe to continued lawlessness.

Let the 56th year of Independence translates into social and economic development.

The Nation should strive to achieve social and economic development amidst COVID-19 induced economic downturn.

Kind regards and stay blessed,

PETER DSD KUWANI – MMD National President.

The post From colonization, Autocracy, mediocrity and now only Malawians can guarantee what kind of Government we will have appeared first on The Maravi Post.


Malawi anti-graft body probes Zameer Karim’s silent partner Ahmed Osman Nurmahome on Escom bulbs dubious deals

BLANTYRE-(MaraviPost)-The Anti-Corruption Bureau (ACB) is launching investigating against Asian businessman Ahmed Osman Nurmahomed over  reports that Electricity Supply Corporation of Malawi (Escom) spent US$3,288,750.00 which is about MK2, 450,118,750.00 purchasing Light Emitting Diode (Led) bulbs  from his  company few days before the fresh presidential elections.

Zameer Karim facing charges and Ahmed Osman is said to be his silent partner Nurmahomed is also being investigated in connection to the purchase of Sable Framing at Mapanga in Blantyre at MK1.5 billion and is now called Africa Farming.

The business man is reported to have obtained a loan through his offshore company Lillypeck Dubai LLC from the Escon deak.

He is also going to be quizzed over MK2 billion deal at Energy Generation Company (Egenco), the company established to generate power,  for ABB products.

Whitsle-blowers have alerted law enforcing agencies that Ahmed Osman is a partner representing  businessperson Zameer Karim  trading as Pioneer Investments who is facing money laundering and other charges contrary to Section 25 b (1) of the Corrupt Practices Act.

Karim deposited the MK145 million in the Democratic Progressive Party (DPP) bank account at Standard Bank, whose sole signatory was  immediate past president Peter Mutharika.

ACB found that Mutharika did not personally benefit from the MK145 million deposited in the DPP  bank account but that decision is facing review.

Meanwhile,  ACB is following up on Osman Nurmahommed contract  of leb bulbs worth US$4,385,000.00, which is about K3,266,825,000.00 billion awarded to his  Lilyeck General Trading LLC and Teligenta Limited companies based in Dubai and Mauritius respectively.

Invoices from Teligenta Limited and Lilypeck General Trading LLC indicate that Teligenta will supply 290,000 bulbs while Lilypeck will supply 125,000 bulbs.

All invoices indicate that the terms of payment are 25 percent advance and 75 percent through irrevocable Letters of Credit.

An invoice from Teligenta indicates that out of 290,000 Led tubes, 80,000 are 2 feet Led tubes at US$780,000 and 210,000 are 4 feet Led tubes at US$2,205,000.

“…to be delivered to Central Stores, Blantyre…The first 50% consignment to be delivered within 8 to 12 weeks, following the approval of the samples. The second 50% consignment to be shipped immediately upon the delivery of the first 50% consignment,” reads part of the invoice.

Documents indicate that Escom management on June, 12, 2020 sought irrevocable Letters of Credit, through FDH Bank, to pay Teligenta Limited and Lilypeck General Trading LLC for 75% of the contracts awarded to each of the companies.

“Could you please arrange to establish an irrevocable Letter of Credit with cash cover for US$2,238,750.00 (Two Million Hundred Thirty-Eight Thousand Seven Hundred and Fifty United States) in favour of Teligenta Limited, being 75% of the contract sum of US$2,985,000.00 for the supply of Led Tubes through our Account number 1850000006243,” reads a letter, signed by Escom’s acting director of finance Brian Ndisale and Allexon Chiwaya, chief executive officer.

On the other hand, Lilypeck General Trading LLC is expected to supply 125,000 all 5 feet Led tubes amounting to US$1,400,000
“25% advance, 75% to be paid through irrevocable letter of credit,” reads the invoice from Lilypeck General Trading LLC.

“Could you please arrange to establish an irrevocable Letter of Credit with cash cover for US$1,050,000.00 (One Million and Fifty Thousand United States Dollars) in favour of Lilypect General Trading LLC, being 75% of the contract sum of US$1,400,000.00 for the supply of Led Tubes through our Account Number 1850000006243,” reads a letter signed by Chiwaya and Ndisale.

The post Malawi anti-graft body probes Zameer Karim’s silent partner Ahmed Osman Nurmahome on Escom bulbs dubious deals appeared first on The Maravi Post.


Convention investiture candidat Pdci: KKB dit ne pas être « un mercenaire à la solde de Ouattara »

Kouadio Konan Bertin dit « KKB », un cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), a dit mardi ne pas être « un mercenaire à la solde de Alassane Ouattara » à la suite de sa candidature à la Convention d’investiture du Pdci en vue de la présidentielle d’octobre 2020.« Je ne veux pas qu’on me fasse l’injure pour me faire passer pour un mercenaire à la solde de Alassane Ouattara », a déclaré KKB lors d’une conférence de presse à Abidjan, esquivant les soupçons d’un jeu qu’il fait de la part du pouvoir pour déstabiliser le Pdci.  

Plusieurs militants du Pdci, qui observaient son retour auprès de Henri Konan Bédié, le président du Pdci, après un froid, s’interrogeaient de l’intérêt de la candidature de KKB à la Convention d’investiture du candidat du parti pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2019. 

M. KKB, qui, très récemment avait soutenu la candidature de M. Bédié à la Convention d’investiture du Pdci et clamé qu’ il ne se présenterait pas si le chef de l’ex-parti unique, qui considérait comme « candidat naturel », était candidat, a subitement retourné sa veste. 

Évoquant les raisons de sa candidature au sein du Pdci, KKB a indiqué avoir pris cette décision « après avoir longtemps et mûrement réfléchi avec (son) équipe, avec (ses) proches. Mais c’est avant tout, quand il s’agit de briguer la magistrature suprême, une décision personnelle ». 

« Ce qui m’a fondamentalement conduit à cette décision, c’est d’abord et surtout l’état de notre pays. Des succès ont certes été remportés. (…) Mais, force est de constater que notre population souffre et les fruits de la croissance sont dramatiquement et inégalement répartis », a-t-il soutenu. 

 « Je suis candidat parce que je crois que notre pays n’a nul besoin d’un pauvre remake des affrontements passés. Le même pauvre film avec le même scénario et les mêmes acteurs, les mêmes dialogues et les mêmes jeux de rôle », a-t-il poursuivi.  

Pour lui, « ce ne sont pas les hommes ou les femmes qui sont en cause. Ce n’est pas tel ou tel dirigeant qui est en cause. Le coupable, c’est le système » de gouvernance de la Côte d’Ivoire et il veut « radicalement le changer ».  

La cellule électorale en charge des candidatures a rejeté le dossier de KKB, soutenant qu’il contient des « pièces fausses ». En outre, il a marqué son refus de s’engager sur l’honneur à ne pas se présenter s’il n’était pas élu lors de cette convention d’investiture du cheval du Pdci.

Dès lors qu’il y a au moins deux candidats, il aurait fallu, pour assurer sa neutralité qu’il soit paritaire, chaque candidat choisissant son représentant pour siéger dans ce comité électoral. D’autant plus que le PDCI et tous les partis politiques l’exigent pour la CEI, la commission nationale électorale, a-t-il estimé. 

A partir du moment où tous les membres du Comité des candidatures ont été désignés par l’un des candidats, ils ne peuvent être ni indépendants, ni impartiaux, a-t-il fait observer, ajoutant que certains des membres de ce comité électoral ont fait partie de la délégation qui a demandé à M. Bédié de se porter candidat.  

« Il apparaît donc clairement que le comité électoral qui a rendu la décision d’invalidation de ma candidature pour n’avoir pas su faire preuve de neutralité est disqualifié et cette invalidation pour moi est sans effet », a déduit KKB.  

« La décision prise par ce comité aux ordres, est un attentat contre la démocratie. Elle est l’œuvre d’un escadron servile uniquement motivé par la préservation de ses propres intérêts. C’est un mauvais coup porté à l’image du parti et à la confiance des militants », a-t-il martelé. 

Toutefois, soulignera-t-il, qu’il s’abstient de toute interférence judiciaire dans les affaires internes du PDCI. C’est pourquoi il a demandé à ses conseils de ne pas exercer de recours devant un organe qu’au demeurant, il conteste. 

Il a annoncé avoir introduit auprès de M. Bédié sa démission en qualité de conseiller. A ses détracteurs, il répond qu’il n’a jamais été un soldat perdu, mais plutôt un soldat éclairé, qui a de tout temps combattu pour les idéaux du Pdci.

« Ma candidature, on veut la faire passer pour la solde de Alassane Ouattara,  écoutez, je ne mange pas de ce pain, je suis militant du Pdci (…) je ne ressemble pas à un mercenaire, je suis un militant du Pdci qui a des convictions et qui se donne les moyens de les défendre », a-t-il insisté.

Cette candidature, fera-t-il entendre qu’elle a été invalidée seulement qu’ hier (lundi) et a 48 heures pour faire appel, mais a décidé de ne pas faire appel. Il a fait savoir que son « projet présidentiel est à maturité ». 

« Si le Pdci me refuse la parole en son sein, nous prendront rendez-vous avec le peuple », a-t-il laissé entendre. Dans cet élan, Kouadio Konan Bertin compte se présenter son la bannière de candidat indépendant, comme en 2015, où il est arrivé en troisième position.  

M. Kouadio semble ne pas avoir été porté à un ascenseur social par M. Bédié, son mentor. Hamed Bakayoko, actuel ministre de la Défense, dira-t-il, lui a à l’époque suivi M. Ouattara, et est aujourd’hui le seul ministre d’Etat, par contre lui, n’a pas atteint un rang institutionnel élevé.  


RCA : 40 nouveaux cas de coronavirus

Publié le 07.07.2020 à 19h38 par journaldebangui.com avec corbeaunews-centrafrique.com

C’est dans un communiqué de presse en date du 06 juillet 2020 que le ministère de la Santé et de la Population a annoncé au public la confirmation de quarante 40) nouveaux cas.

Selon le ministère de la Santé et de la Population, les 40  nouveaux cas sont de sexe masculin et féminin, âgés de 05 à 82 ans. Ils sont actuellement pris en charge par les autorités sanitaires du pays. Ce qui porte en tout  quatre mille-neuf  (4009) cas confirmés officiellement par le ministère de la Santé de la population ce lundi 06 juillet 2020.

C’est dans un communiqué de presse en date du 06 juillet 2020 que le ministère de la Santé et de la Population a annoncé au public la confirmation de quarante (40) nouveaux cas de Covid-19 en République centrafricaine. Il s’agit des sujets du sexe masculin (25) et féminin (15). Leur tranche d’âge varie de 05 à 82  ans. La confirmation a été faite à l’issue de tests de diagnostic  effectués le 04 juillet 2020 à Bangui.

Dans son communiqué, le ministère de la Santé a également indiqué que parmi les quarante (40) nouveaux sujets infectés, les cas importés sont au nombre de 01, et les cas à transmission locale au nombre de 39.

A ce jour, le nombre total de cas confirmés est de quatre mille neuf (4009) dont 948 guéris et 51 décès  (08 en milieu hospitalier et 43 en milieu extra hospitalier).

Pour l’heure, les dispositions sont prises pour le traitement des patients ainsi que la recherche et le suivi des contacts.


RCA-vote de la loi organique de l’ÂNE : des centaines des jeunes manifestent dans la rue

Publié le 07.07.2020 à 19h22 par journaldebangui.com avec corbeaunews-centrafrique.com

Après les 86 millions de francs CFA promis aux députés pour le vote en défaveur du projet de loi organique de l’ANE proposé par la commission élargie de l’Assemblée nationale, c’est le tour de la population de descendre dans la rue pour manifester leur mécontentement contre le jeu maffieux du gouvernement et de certains députés corrompus.

Mardi, 07 juillet, vers 9 heures du matin, des centaines des jeunes venus des différents quartiers de Bangui se sont réunis devant l’Assemblée nationale pour manifester leur mécontentement contre la corruption des députés par le gouvernement en vue d’un vote en défaveur de l’article 74 proposé par la commission élargie de l’Assemblée nationale.

Les manifestants, pour la plupart des jeunes, ont érigé des barricades sur l’avenue des martyrs  à hauteur de l’Assemblée nationale. Sur les pancartes en carton qu’ils ont brandies tout en poussant des cris de colère, les manifestants ont inscrit « non aux députés maffieux », « Non à l’article 74 pour le maintien du bureau actuel de l’ÂNE ».

Rappelons que ce mardi 7 juillet, les députés vont examiner le projet de loi organique portant composition, organisation et fonctionnement de l’autorité nationale des Élections (ÂNE), un organe pérenne, indépendant,  autonome et compétent en matière des élections générales en République centrafricaine. Mais d’ores et déjà, la majorité des députés et le gouvernement ne s’entendent plus, et la divergence  se situe au niveau de l’article 74, où le texte initial proposé par le gouvernement a été complètement remanié par une commission élargie de l’Assemblée nationale.


Côte d’Ivoire: Huawei équipe une ONG pour former des jeunes filles en TIC

Publié le 07.07.2020 à 19h18 par APA

Le Groupe chinois Huawei, un géant mondial des technologies, a apporté mardi à Abidjan, un soutien matériel et financier à «Dynamiques et excellentes d’Afrique» (DNEXAFRICA), une ONG qui forme des jeunes filles en Technologies de l’information et de la communication ( TIC), a constaté APA sur place.Ce don est constitué de quatre ordinateurs de bureau, une imprimante Laser couleur et une enveloppe d’un million FCFA. «L’éducation et la formation bien assurées peuvent permettre de réduire la fracture numérique», a estimé Loïse Tamalgo, le représentant de Huawei à cette cérémonie de remise de don. Pour lui, l’éducation des jeunes filles et des femmes peut propulser le développement. 

« DYNEXAFRICA cumule la cause de la jeune fille et des femmes. Cette ONG porte également la cause d’une élite scientifique dans les TIC. C’est pour cela que nous sommes là. Nous sommes avec vous. Nous croyons avec vous. C’est un début de partenariat », a assuré M. Tamalgo. 

Auparavant, il a dit l’intérêt que sa société porte à l’éducation et la recherche car elle investit chaque année 10% de son chiffre d’affaires dans ces deux domaines. 

Avant lui, Maïmouna Koné, la directrice générale de DYNEXAFRICA a dit la gratitude de son ONG au donateur pour sa contribution dans le domaine de l’éducation en Côte d’Ivoire. Selon elle, pour avoir un développement inclusif, il faut donner une « formation adéquate»  aux femmes. 

Créée en 2018, l’ONG DYNEXAFRICA vise à former les jeunes collégiennes et lycéennes des quartiers défavorisés de Côte d’Ivoire aux programmes de Science-Technology-Engineer-Mathematic ( STEM). Environ un millier de jeunes filles  ont déjà bénéficié des formations de cette organisation depuis sa création.


Chilima for effective and efficient public sector in Malawi

Vice President Saulos Klaus Chilima speaking during an interface meeting

BLANTYRE-(MaraviPost)—Vice president of the Republic of Malawi, Saulos Klaus Chilima, has warned directors and Chief Executive Officers (CEOs) of Parastatals against living in the past, saying doing so will be dangerous for their jobs.

Chilima made the remarks today at Bingu International Conference Centre (BICC) where he had an interface meeting with the CEOs of Parastatals based in central region.

The meeting was aimed at appreciating the impact of public sector reforms in their respective organisations before embarking on a new reform roadmap in the new administration of the newly elected president Lazarus Chakwera of the Malawi Congress Party (MCP).

To fully understand what has been happening in the public sector, Chilima has requested a Reforms Status Report due on 17th July.

“Once this is done, we will be engaging individual Parastatals on a quartely basis to take stock of the gains to ensure that we improve on service delivery to benefit Malawians,” said Chilima.

“During the engagement, I also noted that some Directors and Managers are on Acting Employment basis. They should immediately be reviewed for confirmation or removed.

“I also noted that most CEOs keep on being transfered from one Parastatal to another. This tendency must be looked into. If one is INCOMPETENT in one organisation, they can not become COMPETENT by simply moving to another Parastatal,” he added.

According to the vice president, the take home message for everyone was that “this is a new administration and as such they must not live in the past because doing so will be unnecessarily dangerous for their jobs. This is time to work hard.”

Chilima says, through the reforms, the government wants to reach a desired state that is responsive, efficient and effective in service delivery.

The meeting was not short of drama as some officials were sent back for late coming while others were seen seating outside the room waiting for the meeting to finish.

Chilima, who is also Minister for Economic Planning and Development; and Public Sector Reforms, is holding an interface meeting with the leadership of Parastatal Organisations, the Private Sector and Local Councils on the implementation of the reforms agenda in the new administration of Lazarus Chakwera.

The post Chilima for effective and efficient public sector in Malawi appeared first on The Maravi Post.