Main Menu

Thursday, July 2nd, 2020

 

Le Premier ministre ivoirien de retour à Abidjan après deux mois de soins médicaux à Paris

Publié le 03.07.2020 à 01h18 par APA

Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, a regagné jeudi Abidjan, où il a été accueilli par le chef de l’Etat Alassane Ouattara et son épouse à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny, après quelques deux mois de soins médicaux à Paris.M. Gon Coulibaly est arrivé, visiblement, en bonne santé. Avec un masque qu’il arborait en raison de la Covid-19, accueilli par le couple présidentiel. Le chef du gouvernement ivoirien  avait été évacué à Paris à la suite d’un problème cardiaque qui nécessitait des examens approfondis. 

Depuis son évacuation, des supputations allaient bon train sur son compte. Ce qui avait amené la présidence à organiser, un échange par visio-conférence, d’une part avec le président de la République et,  d’autre part le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Aujourd’hui, Amadou Gon Coulibaly, candidat plébiscité pour le compte du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, pouvoir), devra monter qu’il est au point physiquement et moralement pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, qui s’annonce épique. 

De son côté, l’opposition se prépare activement. M. Henri  Konan Bédié, président du Pdci démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-allié au pouvoir), vient d’être déclaré éligible pour la convention d’investiture du candidat de l’ex-parti unique pour la présidentielle, face à KKB dont le dossier a été  jugé irrecevable pour « informations fausses ».     

Le Premier ministre ivoirien était à bord d’un avion de la flotte présidentielle. Outre M. Ouattara et son épouse , l’on notait également la présence  du ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, qui a assurait son intérim. Déjà, lundi, les Ivoiriens s’attendent à une reprise d’activités.

Il arrive à un moment où l’on s’achemine vers la fin de l’inscription sur la liste électorale (repoussée au 5 juillet) pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Le « Lion » comme l’on le surnomme est prêt à capitaliser toute situation pour porter le Rhdp aux affaires.   

Évacué au début du mois de mai 2020, en pleine crise sanitaire de Covid-19, Gon Coulibaly a été admis à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, en France, où il  a subi une coronarographie. Le médecin soignant lui a également posé un stent, lui demandant de récupérer.


Convention d’investiture du Pdci: Bédié déclaré éligible, le dossier de KKB rejeté

Publié le 02.07.2020 à 22h18 par APA

Le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-allié au pouvoir), Henri Konan Bédié a été déclaré jeudi éligible à la Convention d’investiture de sa formation pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, face à Kouadio Konan Bertin dit « KKB », un cadre du parti, dont le dossier a été jugé irrecevable par le Comité des candidatures.Selon le Comité des candidatures, chargé de recueillir les dossiers des militants du parti pour la Convention d’investiture du candidat du Pdci pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, seules deux candidatures ont été enregistrées, celles de Henri Konan Bédié et de Kouadio Konan Bertin « KKB ». 

Rendant publiques les délibérations face à la presse, au siège du Pdci, Mme Elisabeth Atoubé, vice-présidente du Comité des candidatures, a dit que l’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié, a satisfait tous les critères requis par le bureau politique, réuni en sa session extraordinaire les 4 et 5 juin 2020.

Le Comité des candidatures, a décidé à l’unanimité que M. Henri Konan Bédié qui remplit toutes les exigences, est « éligible » à la Convention de désignation du candidat du Pdci pour l’élection présidentielle d’octobre 2020. 

Dans son intention de candidature, M. Bédié a livré les raisons motivant cette candidature, indiquant qu’ elle a été sollicitée par des militants de base du Pdci des six zones politiques et il se devait d’y répondre favorable, fortifié par son esprit citoyen à servir sa nation.   

Militant du Pdci depuis 1949, il devient membre du Bureau politique en 1965. Ancien chef de l’Etat de 1993 à 1999, son élan est écourté suite à un coup d’Etat en 1999. Il contribue à un retour à la paix après la crise post-électorale de 2010-2011, et se veut un catalyseur de la réconciliation nationale.  

Cette candidature, déclare M. Bédié, se veut « comme garante de la sauvegarde de l’héritage de feu Felix Houphouët-Boigny (premier président ivoirien) en lui renouvelant son infini remerciement pour ses hauts sacrifices pour son pays». Il a déposé son dossier le 23 juin 2020. 

Concernant KKB, la cellule électorale de candidatures a fait observer que pour la mise à jour de ses cotisations annuelles, il fait l’achat d’une carte de membre de militant et acquitté le paiement de sa cotisation pour 2019 et 2020.   

Cependant, « il n’a pas servi au Comité des candidatures, ni l’ensemble des cartes de militant des cinq dernières années, ni une attestation délivrée par le secrétaire exécutif en chef du Pdci », ce que la cellule électorale n’a pas négligé, a dit Mme Blessy Chrysostome, l’un des membres ayant délibéré.   

En sa présence, la cellule électorale des candidatures, lui avait notifié qu’il manquait aux pièces servies, en mentionnant sur le récépissé de candidature, le défaut de cotisation au titre des années 2016, 2017 et 2018. Toutefois, la direction financière a fait savoir qu’il est à jour de ses cotisations.

Le Comité des candidatures a relevé que M. Kouadio Konan Bertin ne s’est pas engagée sur l’honneur de ne point être candidat indépendant s’il n’est pas élu comme candidat du Pdci, et ne s’est pas engagé sur l’honneur de ne pas quitter le Pdci s’il n’est pas élu comme candidat du parti.

Pour la cellule électorale des candidatures, la déclaration sur l’honneur n’est pas un engagement qui résulte d’un texte de loi, seulement il procède d’un acte d’une portée hautement moral qui engage l’honneur et la probité de celui qui le prend. 

Pour ce faire, le Comité des candidatures a considéré l’absence de l’engagement sur l’honneur comme « un défaut substantiel » dans les conditions  de candidature prescrites. En plus, il dit militer depuis 2019 dans la délégation de Bocanda 3, des affirmations contradictoires avec les inscriptions contenues sur la quittance de 25 millions Fcfa qui indique qu’il est militant de la délégation de Port-Bouët. 

Le Comité des candidatures qui dénonce des « pièces fausses » et des « informations fausses », a jugé irrecevable le dossier de candidature de M. Kouadio Konan Bertin, ancien leader de la jeunesse du Pdci qui s’était rapproché ces derniers mois de M. Bédié. 

Selon le calendrier du déroulement du choix du candidat pour l’investiture du Pdci, il est prévu le 3 juillet, la publication de la liste provisoire des candidats retenus, suivie le 4 juillet de la réception des dossiers de contentieux.

Du 6 juillet au 7 juillet 2020, a lieu le traitement du contentieux par le Comité des candidatures. Le lendemain, 8 juillet, il sera publié la liste définitive des candidats, avant la campagne électorale qui se déroule du 10 au 24 juillet.

Les conventions locales, elles, se tiennent du 25 au 26 juillet. Et, le 29 juillet, la Comité des candidatures fait la proclamation des résultats définitifs. 


HRDC Might want to freshen up on the History of Vice President’s convoys

Hypocrisy of Malawian Politics

Written by Yamikani Nicholas Kachingwe

It is common knowledge to know in any ruling party, it is only the president who also serves as the president of a country who has the utmost power to decide this or that.

It is shameful and embarrassing to realize Mr Gift Trapence Gift Trapence is not aware of this fact.

It is advisable for any leader to understand where we are coming from or where we are or where we are going.

Herewith is a brief history about running mate’s convoy given by the incumbent president.

In 1994.

We had no Vice president but Late Ngwazi Dr Hastings Kamuzu Banda chose late Hon. Gwanda Chakuamba as his running mate and he was awarded with all due respect and honor including a convoy.

Mr Trapence may wish to send another invoice to his family.

In 2004.

Late Ngwazi Dr Bingu wa Mutharika was also conferred upon all honor including a convoy.

Mr Trapence may wish to write an invoice to his family.

In 2014.

The former President, Her Excellency Dr Joyce Banda chose Hon Sosten Gwengwe as her running mate and he was giving a convoy as well.

Perhaps here it will be much easier and simpler, as both of them are alive and kicking.

Mr Trapence you may wish to send an invoice to the senior member of Malawi Congress Party-Mr Gwengwe.

In 2019.

Former President, His Excellency Prof Arthur Peter Mutharika picked Chimulirenji as his running mate and he was also given a convoy.

Mr Trapence you may wish to send an invoice to Hon Chimulirenji as well.

In 2020.

APM chose Atupele as his running mate and in the same traditional he was given a convoy. yet Mr Trapence find it wise to singular him and ask him to pay for the convoy.

Is HRDC really fighting on behalf of Malawi citizens and Atupele is also a citizen or it is only here to attack those whom he deems as his enemies.

Mr Gwengwe, Mr Chimulirenji and Mr Muluzi, all of them are alive. And if you are really are fighting for all citizens. Then these three Gentlemen must receive the invoices you are so proud of.

I just thought to share this perhaps, Mr Trapence thinks all of us ndi AZIMWALE and we have no clue about our historical facts.

On the other hand, President Chakwera must not allow such menace to grow wings.

We may end up with another army of overzealous agents!

This is my last piece on “overzealous and overwhelmed” Mr Trapence!

P/S Mr Trapence or HRDC have right to invoice anyone on behalf of Malawi Government, they have no mandate or whatsoever!

Sign and Sealed.

Yamikani Nicholas Kachingwe

The post HRDC Might want to freshen up on the History of Vice President’s convoys appeared first on The Maravi Post.


Malawi FA in food relief drive to women’s football over Covid-19

MZUZU-(MaraviPost)-Football Association of Malawi (FAM) has embarked on distribution of foodstuffs to regional women football teams as a relief to players and officials in a bid to cushion them against the impacts of Covid-19.

According to FAM’s President, Walter Nyamilamdu Manda, the relief items are worth over K1million and the initiative will reach out to around 2, 490 players and officials over a period of seven months.

“It is clear that during this period, our players have been severely impacted and that they need more support. It is very clear that the food we are giving them is just merely a subsidy. If there is any opportunity for us to give them money, we will be most welcome because there are several areas we are not able to reach out to. We will sit down as an executive committee. We have received a funding from Fifa and Caf to see how far can we support our players and officials during this period, but it is a possibility that that area of an extra allowance can be looked into,” Nyamilandu said.

Nyamilandu also said that 1, 850 players and officials from regional league teams and 630 players and officials from women’s league teams from all over the country are yet to benefit from the Malawi’s football governing body.

The initiative is a responsive action following FAM’s announcement of assisting footballers and their officials in May this year.

Malawi’s football edition has been heavily affected by the pandemic which resulted into the postponement of TNM Super League in March this year.

Over one thousand Malawians have tested positive for the disease with 16 deaths so far.

The post Malawi FA in food relief drive to women’s football over Covid-19 appeared first on The Maravi Post.


Malawi’s Hip hop artist Fredokiss pleads not guilty on polls handouts charges…Case adjourned to July 28

Malawi’s Hip hop artist Fredokiss pleads not guilty on polls handouts charges

By Donata Mpochela

LILONGWE-(MaraviPost)-Hip hop artist Fredokiss and two others have pleaded not guilty to charges of offering handouts during the fresh presidential election contrary to the Presidential and Parliamentary Elections Act (PPEA).

The three appeared before chief resident magistrate Gladys Gondwe in Mzuzu.

The case has been adjourned to July 28 when the State is expected to parade eight witnesses in a full trial after the trio pleaded not guilty.

The rapper’s lawyer Leonard Mbulo said in an interview that his clients are innocent, adding: “My clients are denying the charges that have been levelled against them. They don’t know anything about these allegations.”

The rapper, born Fred Penjani Kalua and son to politician Kamlepo Kalua, was arrested in Rumphi on June 23 by Malawi Defence Force (MDF) soldiers and was subsequently handed over to police. He was granted bail on June 24.

He was charged with the offense of “using fraudulent means to induce another person to vote for/against a particular candidate or party” contrary to Section 115(6) of the PPEA and Section 41 of the Political Parties Act.

However, the rapper released a statement after his bail, claiming that his arrest was “a case of mistaken identity”.

He wrote: “…I am concerned with how the mainstream media reported the whole issue without facts from both police and myself. We were never arrested for distributing money and this is not in line with my beliefs, principles and values. Mine is a case of mistaken identity.”

But State prosecutor Lloyd Banda said the police will parade eight witnesses on July 28 to prove their case.

“We have all the evidence to prove that the three committed the offense,” he said.

Fredokiss is a famous musician in the country and has a large following especially the youth, who christen him as the ghetto king.

The other two are Steven Mkabada 31, from Zingwangwa Township, traditional authority (T/A) Kapeni in Blantyre and David Kausiwa, 22, from Maloza Village, T/A Malemia in Zomba.

The post Malawi’s Hip hop artist Fredokiss pleads not guilty on polls handouts charges…Case adjourned to July 28 appeared first on The Maravi Post.


Malawi courts impose mandatory use of face masks over Covid-19 cases rise

BLANTYRE-(MaraviPost)-The Malawi courts including High and Supreme Court of Appeal have asked all court users and stakeholders to wear face masks at all times around court premises starting from Thursday July 2, 2020.

This has been disclosed in a statement signed by Agnes Patemba, register of high court and supreme court of appeal.

Patemba has asked all parties and court users to to keep their nose and mouth completely covered by the face masks at all times without lowering it when speaking or coughing to protect all court users.

The office of the register has also reminded all court users to wash hands regularly with soap or use alcohol-based hand sanitizer containing 65% alcohol, avoid shaking hands and to always observe social distance of at least 1.5 metres.

The courts have also said that court registries will limit number of court users and time of visit and has reminded all users to follow cough etiquettes that were put in place at all times.

As of July 2, 2020 Malawi had 1402 Covid-19 cases with 16 deaths.

The post Malawi courts impose mandatory use of face masks over Covid-19 cases rise appeared first on The Maravi Post.


Tragedy! Myanmar’s landslide claims 113 lives in Jade mine

People gather near the bodies of victims of a landslide near a jade mining area in Hpakant, Kachin state, northern Myanmar Thursday, July 2, 2020. (AP Photo/Zaw Moe Htet)AP

JADE-(MaraviPost)-At least 113 have been confirmed dead and several others injured following landslide at a Jade mine in northern Myanmar

Authorities on Thursday morning disclosed that rescue workers recovered 113 bodies with many more others still missing after a heap of mining waste collapsed into a lake, triggering a wave of mud and water.

In a Facebook post the fire service department said the miners were collecting stones in the jade-rich Hpakant area of Kachin state when the “muddy wave” crashed onto them as a result of heavy rain,

Tar Lin Maung, a local official with the information ministry revealed to Reuters other bodies are in the mud with the number of casualties still rising every minute.

Deadly landslides and other accidents are common in the poorly regulated mines of Hpakant and almost 100 people were killed in a collapse in 2015.

The government of Nobel laureate Aung San Suu Kyi pledged to clean up the industry when it took power in 2016 but nothing had been done yet. Official sales of jade in Myanmar was estimated at 671 million euros ($750 million) in 2016-17 as part of an Extractive Industries Transparency Initiative.

The post Tragedy! Myanmar’s landslide claims 113 lives in Jade mine appeared first on The Maravi Post.


Les 14 soldats ivoiriens tués dans une attaque terroriste décorés à titre posthume

Publié le 02.07.2020 à 21h18 par APA

Quatorze soldats ivoiriens tués le 10 juin dernier à Kafolo dans le Nord-Est de la Côte d’Ivoire lors d’une « attaque terroriste», ont été faits chevaliers dans l’Ordre national jeudi à Abidjan au cours d’une cérémonie d’hommage national en présence de plusieurs personnalités dont le chef de l’État Alassane Ouattara, a constaté APA sur place.Cet ultime hommage de l’armée et de la nation à ces soldats dont les dépouilles ont été exposées pour l’occasion à la place d’armes Ouattara Thomas d’Acquin du camp Gallieni d’Abidjan, s’est fait dans la sobriété en présence de leurs familles respectives ainsi que de leurs amis et collègues.

«Ils ont consenti le sacrifice suprême de leur vie pour sauver la Côte d’Ivoire de la barbarie. Mourir pour la Côte d’Ivoire, c’est vivre à jamais dans le coeur des ivoiriens et des ivoiriennes», a dit dans une oraison funèbre, le Général de brigade, Dem Aly Justin.

 « Héros de Kafolo, la République gardera de vous des hommes de conviction. Votre mort n’aura pas été inutile. Elle suscite en chacun de nous une introspection », a ajouté l’officier supérieur appelant ses « frères d’arme « à faire barrage à tous ceux qui terrorisent cette nation».

 La pose d’une gerbe de fleur par la président ivoirien Alassane Ouattara sur la stèle aux morts du camp Gallieni a clôturé cette cérémonie d’hommage national. Dans la nuit du 10 au 11 juin dernier, une position de l’armée ivoirienne a été attaquée par des «terroristes» à Kafolo dans le Nord-Est du pays, faisant 14 morts (13 militaires et 1 gendarme) et 05 blessés. 

La semaine dernière, les autorités ivoiriennes  ont annoncé l’arrestation de plusieurs terroristes impliqués dans cette attaque dont le burkinabé Ali Sidibé dit Sofiane, le «coordonnateur» de l’attaque.


Sénégal: la perte de goût et d’odorat, des symptômes de la Covid-19 (Pr Seydi)

Publié le 02.07.2020 à 19h18 par APA

Le professeur Moussa Seydi, chef de la prise en charge des malades du coronavirus au Sénégal, a déclaré jeudi que « 50%» des personnes testées positives présentent des signesd’anosmie (perte de l’odorat) et d’agueusie (perte du goût).

« 50% des patients qui présentent ces signes quand ils sont testés s’avèrent infectés par la Covid-19 », a-t-il fait savoir lors du quatrième point mensuel sur la pandémie qui a fait depuis la découverte du premier cas au Sénégal, le 2 mars, 7054 victimes dont 4599 guéris, 121 décès et 2333 sous traitement. 

Pour déterminer la contamination d’une personne « au début,on se focalisait beaucoup sur la fièvre et les signes respiratoires : l’éternuement, la toux, les difficultés respiratoires », a reconnu Pr Seydi, ajoutant que « chaque jour qui passe nous montre que plusieurs types de signes peuvent être observés ayant trait à l’atteinte d’un ou plusieurs appareils de l’organisme ». 

Ainsi « deux signes ont cependant attiré son attention. C’est l’anosmie et l’agueusie, c’est-à-dire la perte de l’odorat et du goût. Plus précisément un trouble de la perception du goût du salé, du sucré, de l’amer, de l’acide ».

Par ailleurs, a-t-il précisé, ces signes « évocateurs » de la Covid-19 ne sont pas « spécifiques » à cette maladie parce qu’on peut les retrouver « dans la grippe et dans d’autres pathologies ». Toutefois, il recommande aux personnes qui ont ces symptômes de « s’auto-isoler pour éviter de contaminer leur entourage mais aussi de saisir la cellule d’alerte » du ministère de la Santé.

Dorénavant, les autorités sanitaires ont décidé de mettre l’accent sur les personnes vulnérables et symptomatiques dans la prise en charge de la Covid-19. Les personnes asymptomatiques ne seront plus testées et la « prise en charge à domicile » sera renforcée, selon le Dr Abdoulaye Bousso, directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous).

La chloroquine, plus efficace que jamais

L’objectif est de désengorger les structures de traitement et de rationaliser les budgets de prise en charge, estimant que « plus de 200 personnes » ont été guéries chez elles entre Dakar et Diourbel (centre).

En outre, Pr Moussa Seydi a une fois de plus vanté l’efficacitéde l’association hydroxychloroquine et azithromycine dans le traitement des malades. « Parmi les 838 patients sur lesquels portait notre analyse (la dernière fois c’était 559), nous avons 727 patients âgés de plus de 12 ans. Les résultats que nous avons obtenus à propos de l’utilisation de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine se sont davantage confirmés avec cette série plus importante », se réjouit-il.

Il a par ailleurs souligné que la durée médiane d’hospitalisation de 10,5 jours auparavant est cette fois réduite à 10 jours contre 12 pour les patients qui n’ont pas pris cetraitement.

En outre, les techniciens de la santé ont insisté sur le respect des mesures barrières même si dans beaucoup de quartiers de la capitale sénégalaise, les populations semblent ne plusredouter la maladie. Il est fréquent d’y voir des personnes négliger le port du masque. 

Dans les transports, les forces de l’ordre contrôlent l’effectivité de cette recommandation au risque de faire descendre le passager fautif de la voiture. Mais dans plusieurs endroits accueillant du public, les gestes de prévention contre la Covid-19 peinent à se faire respecter.

Pendant ce temps, le président Macky Sall a levé il y a trois jours l’état d’urgence sanitaire et le couvre-feu y afférent pour permettre la relance de l’économie. Dans son adresse à la nation diffusée lundi soir depuis son domicile de Mermoz, en raison de sa quarantaine, il a insisté sur le port « obligatoire » du masque et « correctement ».


Covid-19 : le Sénégal adopte un nouveau plan de riposte

Publié le 02.07.2020 à 18h18 par APA

Le ministère sénégalais de la Santé a annoncé lundi l’adoption d’une nouvelle stratégie dans sa lutte contre la pandémie de Covid-19, en mettant l’accent désormais sur les personnes vulnérables et symptomatiques.Intervenant dans le cadre du quatrième point mensuel du coronavirus au Sénégal, le directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous) a insisté sur la prise en charge des personnes âgées ou présentant des comorbidités. Ainsi, a noté Dr Abdoulaye Bousso, « il faut faire focus sur ces personnes et essayer de réduire cette mortalité pour pouvoir maitriser cette épidémie et ses conséquences négatives ».

Quatre mois après la découverte du premier cas dans le pays, le coronavirus a fait 7054 victimes dont 4599 guéris, 121 décès et 2333 sous traitement. Cette évolution épidémiologique est jugée importante par les autorités sanitaires, se plaignant en même temps que beaucoup d’observateurs du non-respect des gestes barrières par les populations.

Dans beaucoup de quartiers de la capitale sénégalaise, elles ne redoutent plus la maladie. Il est fréquent d’y voir des personnes négliger le port du masque. Dans les transports, les forces de l’ordre contrôlent l’effectivité de cette recommandation au risque de faire descendre le passager de la voiture. Mais dans plusieurs endroits accueillant du public, les mesures barrières peinent à se faire respecter.

Pendant ce temps, le président Macky Sall a levé il y a trois jours l’état d’urgence sanitaire et le couvre-feu y afférent pour permettre la relance de l’économie. Il a appelé les populations à porter obligatoirement le masque et « correctement ».

Prise en charge à domicile

Le chef de l’Etat a aussi annoncé la réouverture des frontières aériennes à partir du 15 juillet. Mais à ce niveau, le directeur du Cous a expliqué que la stratégie retenue est de tester tous les passagers même s’il est convaincu qu’il sera difficile de le faire systématiquement vu les flux qui descendent à l’aéroport.

Par ailleurs, le Dr Bousso a annoncé que les personnes asymptomatiques ne seront plus testées et que la « prise en charge à domicile » de certains malades sera renforcée. L’objectif est de désengorger les structures de prises en charge et de rationaliser au plan financier, estimant que « plus de 200 personnes » ont été guéries chez elles entre Dakar et Diourbel (centre).

« Nous avons vu que certaines populations remplissent des conditions pour être prises en charge à domicile. Il y a un fait important qui nous pousse à y aller parce que nous avons des cas de refus », a-t-il justifié.

« Avec l’augmentation de la stigmatisation, il y a eu des cas de refus et nous avons plus de 200 personnes qui refusent d’aller dans les centres de traitement. Ces personnes, nous ne pouvons pas les abandonner. Nous sommes obligées de les prendre en charge. Et c’est dans ce cadre-là que cette stratégie va être développée et renforcée », a-t-il noté.

Dr Abdoulaye Bousso ajoute que « nous avons une meilleure maitrise, une meilleure connaissance de la transmission de cette maladie et nous savons qu’une personne peut être positive et vivre en famille en respectant les mesures barrières ».