Main Menu

Saturday, June 6th, 2020

 

Mali : le chef général d’Aqmi tué par l’Armée française

Une opération conjointe des forces armées françaises et de leurs alliés aurait permis de tuer, au nord du Mali, le chef de la principale branche africaine d’Al-Qaïda, l’Algérien Abdelmalek Droukdel.Pour Barkhane, la force française engagée dans la lutte contre le jihadisme au Sahel, c’est « un succès majeur » selon Florence Parly, la ministre française des Armées. Avec la mort d’Abdelmalek Droukdel, dans une opération des militaires tricolores aidés de leurs alliés dans la région, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) perd un leader expérimenté, réputé pour ses qualités de meneur de troupes rompues au combat asymétrique.

Sur son compte Twitter, Florence Parly détaille les conditions dans lesquelles le chef général de la plus importante branche africaine de l’organisation créée par Oussama Ben Laden a été éliminé.

« Le 3 juin (mercredi dernier), les forces armées françaises, avec le soutien de leurs partenaires, ont neutralisé l’émir d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelmalek Droukdel et plusieurs de ses proches collaborateurs, lors d’une opération dans le nord du Mali », a-t-elle écrit vendredi soir sur ce réseau social.

Pour signifier l’importance du décès de Droukdel dans « ce combat essentiel pour la paix et la stabilité dans la région », selon ses propres mots, la ministre française des Armées indique qu’il était un « membre du comité directeur d’Al-Qaïda (et) commandait l’ensemble des groupes qaïdistes d’Afrique du nord et de la bande sahélienne, dont le Jnim, l’un des principaux groupes terroristes actifs au Sahel ».

Droukdel, fondateur d’Aqmi, est né en en Algérie à Meftah, dans la banlieue d’Alger, la capitale. La vie de cet élève performant bascule à l’avènement de la guerre civile dans son pays au début des années 1990. Il intègre en 1993 les rangs du Groupe Islamique Armé (GIA) où il se révèle comme un spécialiste dans la fabrication d’explosifs.

A la fin de cette décennie, ce « combattant dans l’âme » est l’un des meneurs de la scission qui conduira la majorité des chefs du GIA à quitter l’organisation pour « dérives sanguinaires » et de créer le Groupement salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) qui commettra plusieurs attentats sur le sol algérien. A cause de divergences avec l’émir Hassan Hattab, Droukdel se débarrasse plus tard de lui pour s’installer à la tête du GSPC au tout début des années 2000. Sous son impulsion, ce groupe jihadiste s’internationalise en commettant ses premières attaques hors d’Algérie.

En 2006, Abdelmalek Droukdel prête allégeance à Oussama Ben Laden dont l’organisation jouit d’un grand respect dans le milieu jihadiste surtout après l’attentat perpétré le 11 septembre 2001 sur les tours jumelles du World Trade Center (New-York, Etats-Unis).

En perte de vitesse en Algérie, ce fin stratège déploie ses forces au Sahel. D’ailleurs, Aqmi est en 2012 l’un des groupes majeurs qui occupent le nord du Mali. Mais l’influence de Droukdel, dans cette zone où foisonnent les mouvements jihadistes, s’effrite au fil du temps à telle enseigne qu’il reste inerte pendant plus de deux ans, poussant certains à annoncer sa mort. Vraisemblablement, la France et ses alliés ont fini par avoir la peau de ce jihadiste ayant vécu tout juste cinquante années.

The post Mali : le chef général d’Aqmi tué par l’Armée française appeared first on Journal de Bangui.


Atupele Muluzi appears more acceptable than clueless Saulos Chilima

Chilima - Atupele
Saulos Chilima and Atupele Muluzi

Lately Saulos Chilima has reduced himself to making threats, promises and accusations of that make him sound desperate and clueless. he has spoken ill of Bakili Muluzi father to Atupele Muluzi.

Saulos Chilima claimed former president Bakili Muluzi was behind the assault of UTM Party patron, Salule Masangwi and Eastern Region UTM Governor, Alihaj Sande who were attacked.

He also claimed that the former president also threatened to deal with him for allegedly talking about his political ills at the podium.

He made the remarks Sunday at Mzuzu Upper Stadium during the first mega rally of Tonse Alliance which has nine political parties including Malawi Congress Party (MCP), UTM, Peoples Party (PP) and Freedom Party, among others.

Lately he threatened to take DPP and President Peter to the ICC making himself look childish and very amateurism showing he lack of understanding of the ICC.

Making matters worse threatened on the campaign trail he ordered his bodyguards to shoot innocent by standers.

On the other hand, his opposite Atupele Muluzi has seemed more suitable for the post of Vice President. Attracting huge crowds on the campaign trail and making statements that show his intelligence.

It is vital that we establish the National Peace Commission – a forum of respected eminent Malawians to allow us to come together, air our grievances and seek resolutions. The current discourse in the country both on social media and political podiums is severe. It needs to be mended by clear leadership and brave voices.

There also needs to be a way for independent investigations into the most serious incidents.

On the violence in the country Atupele Muluzi wrote the following:

The violence we are witnessing in the country needs to be tackled soberly and not as an isolated incident.

 We have witnessed the radicalization of the youth in the post-election period and all stakeholders turned a deaf ear to the Osaopa and angry mantra, which in the end was institutionalized in Nsundwe.

We have nurtured a fearless and angry youth and the chickens are coming home to roost. The press is complicit as the opposition supporters are branded angry Malawians and their violent actions go without condemnation from most stakeholders.

The press covered the entire post-election period violence as angry Malawians as to give credence to their violent actions.

We should call upon all stakeholders to desist from allegations which are not before the prosecuting authorities as these inflame hatred and resentment.  We must desist from making inflammatory and hate speeches. I condemn violence in the strongest terms and ask politicians and all stakeholders to exercise restraint.

On Saulos Chilima’s killing of innocent bystanders, Atupele said the following

I have further information with regards to what transpired in Machinga today. As much as the incident is unfortunate, live ammunition should never be used on the population. A women and child were shot at today. Wishing them both a speedy recovery.

Who appears to be led to lead? Chilima or Atupele?

The post Atupele Muluzi appears more acceptable than clueless Saulos Chilima appeared first on The Maravi Post.


UNICEF condemns in ‘strongest possible terms’ killing of children in DR Congo

KINSHASA, 6 June 2020 – UNICEF denounces the attack that killed 16 people, including five girls under the age of 15, on 3 June in Ituri Province in eastern Democratic Republic of the Congo (DRC).

“We condemn in the strongest possible terms this attack on innocent children,” said Edouard Beigbeder, UNICEF Representative in the DRC. “We call on all parties to respect the rights of women and children.”

According to UN-verified reports, the attack took place in Moussa, a village in the Djugu area, north of the Ituri capital Bunia. The 16 victims were formerly displaced persons who had returned to the village and were killed in an attack using gunfire and knives. As a result, dozens of people have fled Moussa and taken shelter in neighbouring villages.

More than 300 people have now died as a result of the ongoing violence in Ituri Province since the beginning of the year. During April and May alone, UNICEF has received more than 100 allegations of serious child rights violations, such as rape, killing and maiming, and attacks on schools and health centres in Ituri.

Last month UNICEF warned that the security situation in Ituri is deteriorating fast and called on the international community and the Government of DRC to act quickly to avert a crisis that will forcibly uproot and endanger even more children.

Over 200,000 people, the majority of them children, have fled intensifying violence in Djugu, Mahagi and Irumu areas in Ituri Province since the beginning of the year. They sought shelter in host communities and extremely overcrowded displacement sites in and around Bunia.


Côte d’Ivoire : deux personnes tuées dans un accident de la circulation sur l’autoroute du Nord

Une collision entre deux véhicules de particuliers a fait samedi dans la matinée deux décès certains et quatre blessés graves sur l’autoroute du Nord PK 74, a appris APA le même de source sécuritaire.Selon le Groupement des sapeurs pompiers militaires (GSPM) qui a mené  les opérations de secours, les blessés de cet accident ont été évacués à l’hôpital Saint-Jean-Baptiste de Bodo, sur l’autoroute du Nord. 

Le mois de mai 2020 s’est achevé en Côte d’Ivoire avec 3310 interventions du Groupement des sapeurs pompiers militaire (GSPM) qui a pris en charge 2877 victimes et enregistré 125 morts. En 2019, les accidents de la circulation ont fait 24 907 victimes dont 537 morts en Côte d’Ivoire.

La surcharge, l’état des routes et l’imprudence des conducteurs sont généralement à l’origine de 94% des accidents de la route qui surviennent dans le pays, selon le gouvernement ivoirien.

The post Côte d’Ivoire : deux personnes tuées dans un accident de la circulation sur l’autoroute du Nord appeared first on Journal de Bangui.


Côte d’Ivoire: l’OMS équipe 85 districts sanitaires d’un dispositif multimédia de formation à distance

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a apporté un nouvel appui important au système sanitaire de la Côte d’Ivoire en offrant un dispositif multimédia de formation à distance à l’Institut national de santé publique ( INSP) et à 85 districts sanitaires du pays, a appris APA samedi auprès de cette institution.Ce don est composé d’ordinateurs portables et de bureau (desktop), des coffrets, des onduleurs, des stabilisateurs, des Fly box internet, des caméras avec trépied et microphones, des tables de mixage, des postes téléviseurs, des barres de son, des serveurs internet… rapporte une note d’information. 

Avec ce dispositif national, la Côte d’Ivoire devient ainsi le premier pays de la sous-région à disposer d’un réseau national de téléformation multimédia, couvrant tous les districts et les régions du pays. « Ce matériel permettra de doter l’INSP d’une nouvelle plateforme multimédia, et de permettre aux districts de santé même les plus reculés, de se connecter en mode audiovisuel interactif pour suivre des cours en ligne et échanger directement avec l’équipe des imminents professeurs basés à Abidjan », a dit le Représentant de l’OMS en Côte d’Ivoire, Dr Jean-Marie Vianny Yaméogo lors de la cérémonie de remise de ce don. 

Selon M. Yaméogo, ce dispositif de formation à distance qui contribue au renforcement du système de santé, permettra d’assurer une mise à jour continue des connaissances et des pratiques des agents de santé de tout le pays, sur les autres priorités de santé publique. 

A en croire la note,  Cette plateforme dédiée à la formation à distance, réunit plusieurs avantages qui sont entre autres,  le gain de temps, la réduction des déplacements des agents de santé en dehors de leurs lieux d’affectation et  la réduction des coûts des formations des agents de santé. 

Pour sa part, Dr Eugène Aka Aouélé, le ministre ivoirien de la santé et de l’hygiène publique a relevé l’importance de ce dispositif de formation à distance surtout dans le contexte de gestion de la maladie à Coronavirus. Les plateformes de formation en ligne, a-t-il précisé, ont permis de former plus de 8000 agents de santé.

The post Côte d’Ivoire: l’OMS équipe 85 districts sanitaires d’un dispositif multimédia de formation à distance appeared first on Journal de Bangui.


Minister Msaka distributes Blankets in Machinga

Minister Msaka
distribution of blankets by the Minister of Justice and Constitutional Affairs, Bright Msaka SC.

HUNDREDS of people from Machinga Likwenu Constituency will spend the current winter season wrapped up in warm blankets following the distribution of blankets by the Minister of Justice and Constitutional Affairs, Bright Msaka SC.

The Minister, who is also Member of Parliament for the constituency and Vice-President of the governing Democratic Progressive Party in the Eastern Region, extended the hand of benevolence on Saturday, mostly to senior citizens, orphaned children and those living with disabilities.

Addressing the beneficiaries, first at his village home at Mpotola in Chinguni Ward and later in Lisanjala Ward, the minister said he decided to offer a helping hand to relieve people of the suffering that winter season brings.

“There are many people that can’t afford to cover themselves from the cold in this season, hence I felt duty bound to assist them,” Msaka said.

Bright Msaka

Msaka said he is aware that there are many others that need support during this time of the year. To ensure that they also benefit, he said that a similar exercise will be conducted in the constituency in the near future.

In his remarks, Traditional Authority Mkula commended the legislator for the kind gesture, especially that this support is coming at a time when it is extremely cold.

“My only plea is that this kind of support should be extended to most of those that are in need,” said the chief.

The post Minister Msaka distributes Blankets in Machinga appeared first on The Maravi Post.


L’Egypte annonce une initiative pour mettre fin à la crise libyenne

Par Mohamed Fayed – Le président égyptien Abdel-Fattah El-Sisi a rencontré samedi au Caire une délégation libyenne composée du président du Parlement libyen, Aqila Saleh et du Maréchal Khalifa Haftar.Lors de cette rencontre, tenue en présence du ministre égyptien de la Défense, le général Mohamed Zaki, du président du parlement, Ali Abdel-Aal et du ministre des affaires étrangères,  Sameh Shoukry, le chef de l’Etat égyptien a présenté une initiative politique visant à mettre fin aux hostilités en Libye, mettant en garde contre le maintien de l’option militaire pour résoudre la crise libyenne.

Il a annoncé que cette initiative, basée sur le respect de toutes les initiatives et décisions internationales concernant l’unité de la Libye, invite toutes les parties libyennes à un cessez-le-feu à partir de lundi prochain, toute en s’engageant à une déclaration constitutionnelle libyenne qui ouvre la voie à une relance du processus politique pour résoudre la crise libyenne.

L’initiative appelle au respect de  toutes les initiatives internationales de cessez-le-feu, à l’expulsion des mercenaires étrangers du territoire libyen, à la remise des armes par toutes les milices  et au parachèvement des travaux du Comité militaire 5+5 à Genève, sous les auspices des Nations Unies.

Il s’agit également de lancer des initiatives pour résoudre la crise qui prennent en considération tous les aspects politiques, sécuritaires et économiques, d’assurer une représentation équitable des trois régions de la Libye sous la supervision des Nations Unies, pour la première fois dans l’histoire du pays, et d’unifier les institutions libyennes afin qu’elles puissent jouer pleinement leur rôle outre la répartition équitable des ressources libyennes sur tous les citoyens.

Aussi, l’initiative propose l’adoption d’une déclaration constitutionnelle régissant les exigences politiques et électorales de la prochaine étape.

Pour rappel, les forces pro-gouvernementales ont annoncé, vendredi, avoir pris le contrôle de l’ensemble de l’ouest de la Libye, infligeant une cinglante défaite aux troupes rivales du maréchal Khalifa Haftar.

« Nos forces héroïques ont étendu leur contrôle sur toute la ville de Tarhouna, après avoir anéanti les milices terroristes de Haftar », à 80 km au sud de la capitale Tripoli, a annoncé Mohamad Gnounou, porte-parole des forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU.

La perte de Tarhouna marque un tournant dans le conflit opposant les deux camps depuis le lancement, par le maréchal Haftar en avril 2019, d’une offensive pour s’emparer de Tripoli.

Le conflit a connu ces derniers mois une implication croissante de puissances étrangères. Le soutien militaire accru de l’allié turc a notamment permis au GNA d’enregistrer une série de succès. Homme fort de l’Est libyen, Khalifa Haftar a quant à lui été appuyé par l’Égypte, les Émirats arabes unis et la Russie.

Depuis mercredi, le GNA a annoncé successivement la prise de l’aéroport international de Tripoli, hors service depuis 2014, le contrôle total des frontières administratives du Grand Tripoli, et la prise de Tarhouna.

Sans confirmer directement les deux premiers revers, Ahmad al-Mesmari, porte-parole du maréchal Haftar, a fait état, jeudi, d’un “redéploiement” des troupes hors de Tripoli.

Il a invoqué « une initiative humanitaire destinée à arrêter l’effusion du sang du peuple libyen », et assuré que la décision de ce redéploiement avait été prise après « l’acceptation du commandement militaire de participer au comité militaire sous l’égide de l’ONU ».

The post L’Egypte annonce une initiative pour mettre fin à la crise libyenne appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19: le Sénégal va poursuivre le traitement avec l’hydroxychloroquine (responsable)

Le Sénégal va poursuivre le traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine pour soigner les malades de la Covid-19, parce qu’il « est efficace pour réduire la charge virale et efficace dans la prévention des complications » pouvant conduire au décès, a déclaré, ce samedi à Dakar, le professeur Moussa Seydi.Le chef du Service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann, qui s’exprimait lors du point de presse mensuel dédié à la pandémie, en veut pour preuve les résultats d’une étude menée par ses services et qui ont montré que « tous les patients qui avaient pris ce traitement au stade précoce, c’est-à-dire avant l’apparition de complications, sont guéris et aucun n’est décédé ».

L’étude en question a porté sur 559 personnes dont 498 patients étaient âgés de plus de 12 ans. L’âge médian était de 33 ans, mais tous les âges étaient représentés, des nourrissons aux sujets de 85 ans avec autant d’hommes que de femmes. Un patient sur cinq avait une comorbidité et 65 % des patients hospitalisés dans ces sites de traitement (Fann, Dalal Diam et Diamniadio) étaient symptomatiques.

Explicitant les résultats de l’étude, Pr Seydi a indiqué que la durée médiane d’hospitalisation des patients qui avaient pris ce traitement était de 10,5 jours contre 13 jours chez les patients qui ne l’avaient pas pris. 

Concernant la tolérance du traitement, il n’a été noté que 12 effets secondaires, soit dans environ 2 % des cas, et les effets secondaires cardiovasculaires se voyaient dans 0,8 % des cas, a souligné Professeur Moussa Seydi. Il note, par ailleurs, que tous les effets secondaires étaient bénins et réversibles à l’arrêt du traitement sans nécessité d’un traitement supplémentaire. 

“Ce traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine que nous avons administré, nous a montré que l’efficacité était réelle”, a-t-il indiqué. 

Revenant sur la polémique née de la publication dans la revue « The Lancet » d’une étude qui remettait en cause l’efficacité de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine pour soigner les malades de la Covid-19, il a dit que « nous ne nous baserons que sur nos résultats pour prendre des décisions ».

« Nous allons donc poursuivre notre traitement et poursuivre aussi l’évaluation des traitements actuellement disponible en relation avec l’Institut Pasteur de Dakar dont je salue la compétence et l’intégrité », a-t-il encore dit.

Le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann a profité de l’occasion pour dénoncer la stigmatisation dont seraient victimes certains malades du coronavirus parmi lesquels des personnes travaillant dans le secteur de la santé. « La stigmatisation met en danger l’entourage du malade parce que la victime est moins prompte à respecter les mesures d’hygiène de base à l’endroit de ses proches. Elle constitue également un danger parce que cela pourrait réduire à néant la lutte contre le coronavirus », a-t-il déploré. 

A ce jour, 4 249 cas positifs au Covid-19 ont été déclarés au Sénégal, 2 512 en sont guéris, 47 en sont décédés et 1689 sont sous traitement dans les 27 sites dédiés à la prise en charge.

La directrice générale de la Santé, Marie Khemesse Ngom Ndiaye, a exhorté les populations à plus de vigilance en respectant les mesures barrières de protection individuelle et collective.

The post Covid-19: le Sénégal va poursuivre le traitement avec l’hydroxychloroquine (responsable) appeared first on Journal de Bangui.


COVID-19 : Le secteur des exportations accuse des pertes estimées à plus de 2 milliards de dollars

Le Maroc a connu une baisse des exportations de 19,7% entre janvier et avril de cette année, ce qui représente une perte de de plus de 2 milliards de dollars (20 milliards de DH), selon les dernières statistiques du commerce extérieur publiées par l’office des changes.Fin avril, les exportations marocaines ont baissé de 47,2%, une perte sèche de 12 milliards de DH (1 dollar = 9,7 DH), tandis que les importations se sont contractées de 33%, soit -15 milliards de DH, fait savoir la même source.

Quant au déficit commercial, il a ainsi régressé de 1,3 milliard DH pour atteindre 66,25 milliards de DH, une variation de 1,9%  seulement, mais qui reste significative compte tenu des pertes générales des recettes de voyages, des envois de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et des investissements directs étrangers dans le Royaume.

À l’exception des ventes stables de phosphates, les principaux secteurs d’exportation du Maroc ont souffert de la baisse de la demande mondiale, de la rupture des chaînes d’approvisionnement et de la perturbation de plusieurs activités au Maroc, toutes conséquences de la pandémie mondiale du «Covid-19», souligne l’Office des Changes.

Les exportations marocaines d’automobiles ont ainsi baissé de 39% à fin avril, les textiles de 28%, l’aéronautique de 34% et les denrées alimentaires de 7%. Les pertes sectorielles varient entre 1,8 milliard DH et 11 milliards de DH.

 

Parallèlement, les importations du Royaume ont reculé de 12,6% au cours de la période des quatre premiers mois de l’année en cours, soit une baisse de 21,3 milliards de DH.

Cette baisse considérable des importations est due à la pause des investissements et de l’activité économique, ainsi qu’à une stagnation de la consommation.

Il est à signaler que le Maroc a enregistré de fortes pertes touristiques en raison de la pandémie. Entre le début de janvier à la fin d’avril, les recettes de voyages ont ainsi baissé de 13%, soit 3 milliards de DH, pour atteindre 20 milliards de DH sur les 4 premiers mois de 2020.

Pour leur part, les envois de fonds des MRE ont enregistré un recul global de 10% de janvier à fin avril et s’élèvent actuellement à 18,5 milliards de DH.

The post COVID-19 : Le secteur des exportations accuse des pertes estimées à plus de 2 milliards de dollars appeared first on Journal de Bangui.


Kigali craint une hausse des cas de Covid-19 importés du Burundi

De hauts responsables administratifs locaux de Nyaruguru, un district du sud du Rwanda, ont annoncé cette fin de semaine de nouvelles mesures de sécurité contre la traversée illégale de la frontière avec le Burundi qui peut augmenter les cas de Covid-19.Le maire du district de Nyaruguru, Francis Habitegeko, a expliqué que le franchissement de la frontière poreuse a suscité des craintes croissantes quant à l’impact potentiel de nouvelles infections transmises par le Burundi voisin.

Les résidents des localités rwandaises situées à la frontière avec le Burundi ont été mis en garde contre la traversée de la frontière avec le Burundi en raison de la pandémie de Covid-19.

Cet avertissement intervient après que les pays voisins du Rwanda, notamment la République démocratique du Congo, le Burundi et la Tanzanie, ont signalé un nombre croissant de cas.

En mars dernier, Human Right Watch avait averti que les autorités burundaises risquent de mettre ses citoyens en danger sans une libre circulation d’informations factuelles sur la pandémie après que le porte-parole du président sortant, Pierre Nkurunziza, a déclaré que «le Burundi est une exception car, c’est un pays qui a mis Dieu en premier».

Le Burundi, qui selon le gouvernement était protégé par la «grâce divine», a jusqu’à présent officiellement enregistré 63 cas positifs, dont un décès. Mais les autorités sont accusées par les médecins et l’opposition de cacher des cas de Covid-19, les attribuant à d’autres maladies comme la pneumonie.

The post Kigali craint une hausse des cas de Covid-19 importés du Burundi appeared first on Journal de Bangui.