Main Menu

Wednesday, June 3rd, 2020

 

Malawi : Human Rights Watch appelle à un vote libre et équitable

Les autorités du Malawi devraient garantir des conditions propices à un vote libre et équitable lors de la prochaine reprise de l’élection présidentielle, a déclaré mercredi l’organisation de défense des droits humains.HRW a indiqué que les autorités de Lilongwe devraient “élaborer immédiatement des processus qui garantiront des élections libres, équitables et sûres”, à un moment où règne la confusion quant à la date réelle de la reprise du vote attendue avec impatience.

“Elles devraient appliquer une série de mesures pour protéger les citoyens contre la violence et poursuivre les responsables en justice”, a déclaré Dewa Mavhinga, Directrice de HRW en Afrique australe.

La reprise a été ordonnée par la Cour constitutionnelle du Malawi en février après que l’opposition du pays a réussi à faire appel du résultat du scrutin présidentiel de l’année dernière, qui a été remporté de justesse par le président Peter Mutharika.

La victoire de Mutharika a été annulée pour de sérieuses irrégularités, et il a été ordonné la tenue de nouvelles élections dans les 150 jours, les 150 jours expirant le 3 juillet.

Selon la Coalition des défenseurs des droits de l’homme du Malawi, il y a eu un pic de violence à motivation politique contre les membres de l’opposition, les militants des droits de l’homme et les journalistes depuis mai, sans que les responsables présumés n’aient été arrêtés.

Parmi les actes de violence figurent l’attentat au cocktail Molotov contre des bureaux de Lilongwe du Mouvement de transformation uni, dirigé par le vice-président Saulos Chilima et la lapidation de son convoi alors qu’il se rendait à un rassemblement de campagne.

Un certain nombre de journalistes ont été attaqués alors qu’ils couvraient des rassemblements électoraux à travers le pays, la branche locale du Media Institute of Southern Africa déclarant que “les journalistes sont de plus en plus victimes de violences politiques alors que le pays se prépare pour les nouvelles élections présidentielles”.

Il y a une confusion au sujet de la date de la reprise, la Commission électorale du Malawi ayant initialement choisi le 2 juillet comme date du scrutin, pour la modifiant ensuite au 23 juin sur l’avis de la Commission des affaires juridiques du Parlement.

Le Procureur général du pays, Kalekeni Kaphale, a cependant fait valoir que la Commission s’était mal orientée car il n’avait pas le pouvoir de fixer les dates des élections et que seul le Parlement en tant qu’organe à part entière avait le mandat de le faire.

The post Malawi : Human Rights Watch appelle à un vote libre et équitable appeared first on Journal de Bangui.


Maggi lance un site web avec plus de 40 recettes africaines

La marque Maggi du géant agroalimentaire Nestlé lance un site web avec des déclinaisons originales de plus de 40 recettes du continent africain, répondant à la soif du numérique et de la connaissance nutritionnelles de ses consommateurs.La présentation de l’interface a été faite, mercredi,  lors d’une conférence de presse virtuelle, ainsi que la saison 2 de Yélo Péppé, une nouvelle série à succès consacrée à l’éducation nutritionnelle, en ligne sur YouTube dès le 8 juin 2020.

Ce site web, le premier du genre en Afrique centrale et occidentale, vise à proposer des déclinaisons originales de plats africains, tout en contribuant à l’objectif de Nestlé d’améliorer la qualité de vie et de contribuer à un avenir plus sain.

Il propose plus de 40 recettes africaines sur une plateforme intuitive, aide les familles à préparer des repas équilibrés et nutritifs. On y trouve des recettes pour enfants, les cuisiniers qui aiment les grands classiques et les repas mijotés qui font gagner du temps, toutes disponibles en anglais et en français.

« Maggi innove une fois de plus en proposant différentes variations de plats populaires africains qui offrent quelque chose à tous les amoureux de la cuisine », a déclaré Dominique Allier, directeur général de la division culinaire de Nestlé Afrique de l’Ouest et du Centre.

« Nous sommes fiers d’être la première région du monde choisie par Maggi pour lancer ce site web inédit », a-t-il ajouté. Il a été conçu en collaboration avec de grands chefs africains, des nutritionnistes et des influenceurs dans le domaine de l’alimentation locale.

Le nouveau site donne par exemple des conseils utiles sur la manière d’augmenter son apport en fer et d’équilibrer les plats. Il intègre des astuces de santé et du bien-être, et des régimes alimentaires nutritifs avec les plats préférés des familles africaines.

Le nouveau site web et la série Yelo Pèppè sont des illustrations  des engagements de Maggi envers les consommateurs depuis 2017. Après le succès de la première saison de Yelo Pèppè, qui a enregistré plus de 20,3 millions de vues, Maggi se dit « heureux » de présenter la deuxième saison de l’émission.

The post Maggi lance un site web avec plus de 40 recettes africaines appeared first on Journal de Bangui.


AfSud : Hausse des prix du carburant

La hausse des prix du pétrole brut sur le marché mondial a entraîné une hausse des charges sur les pompes à carburant en Afrique du Sud à partir de mercredi, a déclaré le ministère de l’Energie et des ressources minérales.Selon le ministère, le prix de l’essence a augmenté de 10 cents le litre, le prix du diesel a augmenté de 2 cents le litre et le prix de la paraffine a augmenté de 4 cents le litre.

Le ministère a déclaré que les prix internationaux moyens de l’essence, du diesel et de la paraffine avaient augmenté au cours de la période considérée, à la suite de la récente hausse des prix mondiaux du pétrole.

Ces hausses de prix ont également été déclenchées par l’appréciation de la devise locale du rand par rapport au dollar américain, a poursuivi le ministère.

Le rand se négocie à 17,42 unités contre le dollar américain, contre 18,14 il y a deux mois.

Au cours des trois derniers mois, les prix du carburant ont chuté en raison de la pandémie de coronavirus, qui a vu une baisse de la demande d’énergie suite au ralentissement des activités économiques dues aux mesures de confinement annoncées à travers le monde.

Les prix du carburant ont toutefois commencé à augmenter alors que les pays reprennent lentement leurs activités économiques, ont noté les analystes.

The post AfSud : Hausse des prix du carburant appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19: plus de 2500 entités ont déjà bénéficié du Fonds d’appui au secteur informel

Quelque 2779 entités ont déjà été admises pour bénéficier du Fonds d’appui au secteur informel (FASI) mis en place par les autorités ivoiriennes pour accompagner les acteurs de ce secteur contre la Covid-19, a appris APA mercredi sur place dans la capitale économique ivoirienne.« Apres une vague de 1260 bénéficiaires et une autre de 1.119, le vendredi 22 mai dernier, une troisième vague de 400 bénéficiaires ont touché leur chèque le 29 mai, portant ainsi le nombre à 2779 », indique une note d’information qui rapporte ainsi une rencontre entre Oguié Sain, le président du Comité de gestion du FASI et les acteurs du secteur informel dans le cadre de la 5ème réunion hebdomadaire du Comité paritaire technique sur la Covid-19.

« Dans le cadre de la phase transitoire qui porte sur un montant de 10 milliards FCFA, représentant 10% de la dotation de ce fonds, le mode financier retenu est celui de la subvention forfaitaire. Les montants attribués ont été fixés à un maximum de 300 000 FCFA par acteur du secteur informel. A l’intérieur, quelques déclinaisons sectorielles ont été faites avec des étages de 200 000 FCFA et de 300 000 FCFA », a précisé  M. Oguié  soulignant que sur cette base au minimum 33 000 acteurs du secteur informel seront pris en compte.

 Poursuivant, le président du FASI a dévoilé au secteur privé l’ensemble  des critères pour bénéficier de ce fonds.  Ces critères pour bénéficier de cette subvention sont  entre autres,  d’être du secteur informel et préalablement reconnu comme tel,  prouver que l’on est un acteur impacté négativement par la crise à travers une baisse du chiffre d’affaires ou des recettes.

Le postulant, a ajouté  M. Oguié, doit justifier du paiement de taxes au niveau des collectivités décentralisées, disposer de justificatifs prouvant l’existence de l’activité avant la pandémie et avoir un plan viable de maintien ou de relance de l’activité.  

Selon lui, l’enjeu visé par la mise en place de fonds est d’arriver à la formalisation des entreprises du secteur informel.

 « L’objectif final de cette action, c’est la modernisation de l’économie. Et celle-ci suppose le recul de ce qui est informel afin d’arriver à une part beaucoup plus importante de ce secteur dans l’économie nationale. C’est en cela que le Fonds d’appui au secteur informel vient comme une opportunité pour atteindre cet objectif », a-t-il expliqué.

 En retour,  les acteurs du secteur privé présents ont souhaité que les entreprises qui ne pourraient pas bénéficier des fonds des PME soient immédiatement prises en compte dans le cadre du FASI. 

Le gouvernement ivoirien dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de riposte à la pandémie de la Covid-19, a pris des mesures de soutien   aux acteurs économiques afin de maintenir l’activité économique et d’assurer sa relance  en préservant l’outil de production  économique et les emplois.

The post Covid-19: plus de 2500 entités ont déjà bénéficié du Fonds d’appui au secteur informel appeared first on Journal de Bangui.


World: Los países de América Latina deben ser persistentes, dar información clara y guiarse por la ciencia para combatir al coronavirus

Una mujer y su hija en un hospital de Colombia durante la pandemia de COVID-19. © OPS

En este momento Brasil y Perú registran una trasmisión comunitaria intensa del virus; las islas del Caribe han hecho un trabajo excelente en general, pero existe gran preocupación por Haití. Nicaragua es otro caso que inquieta, dicen los expertos de la agencia mundial especializada en salud y destacan que no todos los países latinoamericanos están en la misma fase de evolución de la pandemia de COVID-19. La Organización también anuncia que reanudará las pruebas clínicas con hidroxicloroquina.

Para tener éxito en la mitigación de la pandemia de COVID-19, los países de América Latina precisan ser persistentes, consistentes, enviar mensajes claros a la población y guiarse por la ciencia y la evidencia, dijo este miércoles el director del Programa de Emergencias de la Organización Mundial de la Salud.

En la rueda de prensa periódica para informar sobre la situación global de la contingencia, el doctor Michael Ryan subrayó que no todos los países latinoamericanos se encuentran en la misma fase de evolución de la pandemia.

“Al observar a América Latina y a América en general, es importante distinguir que, igual que como pasó en Europa y el sureste asiático, la epidemia no está en la misma etapa en todos los países. Las islas pequeñas del Caribe han hecho un trabajo excelente al contener el virus, detener el avance de la enfermedad y salvar vidas, pero estamos muy preocupados por Haití debido a sus circunstancias y fragilidad particulares y a que el COVID-19 se está propagando en una población muy vulnerable”, apuntó.

Ryan manifestó preocupación también por Nicaragua y destacó la continuación de la transmisión comunitaria intensa que afecta actualmente a Perú y Brasil.

“La epidemia se ha desarrollado en cada región y subregión de manera diferente, pero la transmisión comunitaria intensa es común. Y es claro que una vez que se establece este tipo de transmisión es muy difícil erradicar el virus.”

El papel de la sociedad

Agregó que para combatir el coronavirus hace falta una estrategia amplia, no sólo medidas sociales y de salud pública. “Requiere que las comunidades se involucren y empoderen, que haya una coordinación sólida a nivel de gobierno, necesita la colaboración de toda la sociedad y un compromiso sostenido.”

Pero aún con esas provisiones, hay lugares donde la enfermedad cobra fuerza causando un gran número de muertes, como ha ocurrido en Europa y Estados Unidos, advirtió y recordó que hay escenarios específicos donde el contagio del coronavirus prolifera, por ejemplo, los asilos de ancianos o las prisiones.

Ryan afirmó que lo que permite que los países controlen la diseminación del padecimiento y del virus y puedan pasar a una fase de desconfinamiento es la capacidad de implementar una serie de medidas en todos los niveles de la sociedad. “Hemos visto muchos buenos ejemplos de eso” sin que todos los países hayan hecho lo mismo, pero sí con algunas tácticas comunes entre las que resalta el involucramiento de la sociedad y la educación de la población sobre la pandemia.

Esos países “han sido claros en su comunicación, la ciencia ha guiado su respuesta, han implementado y mantenido la vigilancia y rastreando el virus en todas las fases de su respuesta, pese a que es muy difícil cuando hay una transmisión intensa. (…) Además, han **mantenido las restricciones **y sólo las han relajado cuando han visto progreso”.

Cuando se le preguntó si tenía recomendaciones para Latinoamérica insistió en basar sus respuestas en la ciencia y ser persistente.

El experto aclaró que no hay una receta única y absoluta porque cada país es diferente. “Tenemos que adaptar el conocimiento global e implementarlo en conjunto con el conocimiento local. Los países que han combinado los conocimientos mundiales de la ciencia con su conocimiento local y que han sido consecuentes y persistentes en esa estrategia son los que han tenido éxito”, enfatizó.

Por su parte, la jefa técnica del Programa de Emergencia de la Organización Mundial de la Salud, declaró que es alarmante el número de infecciones y defunciones entre los trabajadores sanitarios de la región y llamó a dar prioridad al personal de salud en el testeo, para que éstos puedan desempeñar su labor y atender a la población enferma.

Maria Van Kerkhove también recomendó identificar los puntos de concentración del virus para realizar las existencias limitadas de pruebas en esos colectivos y así marcarle fronteras al coronavirus.

Se pronunció asimismo por planes nacionales sólidos que cuenten con estrategias específicas según la realidad de cada comunidad.

Reanudación de pruebas con hidroxicloroquina

Durante la conferencia de prensa, la científica en jefe Soumya Swaminathan informó que la Organización reanudará las pruebas clínicas de hidroxicloroquina, tras haberlas suspendido la semana pasada.

Explicó que no se observaron diferencias en la mortalidad por COVID-19 en el periodo de suspensión.

“Tenemos confianza en que las pruebas pueden seguir mientras no tengamos respuestas definitivas sobre si funciona o no”, acotó refiriéndose a esa droga para tratar la malaria.

Swaminathan hizo hincapié, no obstante, en que hasta el momento no hay evidencia de que ningún medicamento ayude a reducir la mortalidad.

Máscaras y vitaminas

Los expertos se refirieron al uso de máscaras como **auxiliares **en las estrategias, pero subrayaron que no son por sí mismas un método suficiente para controlar la propagación del coronavirus o el COVID-19.

Cubrirse la cara tiene que ser parte de una estrategia amplia y son útiles en los sitios donde no se puede mantener la distancia física recomendada, dijeron.

A los especialistas les preocupa que al usar máscaras, la población se torne autocomplaciente respecto a otras medidas, sobre todo porque está cansada de las restricciones. “No debemos bajar la guardia”, puntualizaron.

Anunciaron, además que en los próximos días, la Organización Mundial de la Salud publicará una guía sobre su utilización.

Con respecto a la idea de que las vitaminas pueden fortalecer el sistema inmunológico y evitar así el contagio de las personas, respondieron que no hay ninguna evidencia de que esos suplementos disminuyan el riesgo de infectarse con el virus. “Una dieta saludable es siempre recomendable para todos, pero no quiere decir que eso proteja del contagio a nadie”, señalaron.


AfSud : les règles du confinement jugées « invalide » et « inconstitutionnelles » (Tribunal)

Dans une décision surprenante contre le gouvernement sud-africain, la Haute Cour du pays a déclaré mercredi que les règles actuelles de confinement du fait de la pandémie de Covid-19 qui sont mises en vigueur depuis mars étaient « invalides et inconstitutionnelles ».La décision était une réponse à une plainte de Reyno De Beer et de son organisation non gouvernementale appelée Liberty Fighters Network, qui a déclaré au tribunal que le confinement était inconstitutionnel et devait être invalidé.

En audience à Pretoria, la Haute Cour a déclaré que les règles de confinement censées contenir la pandémie devraient être abandonnées jusqu’à ce que Pretoria ait élaboré de nouvelles règles qui respectent les droits civiques du peuple.

Le tribunal a toutefois accordé au gouvernement un soulagement temporaire en suspendant la déclaration contre l’administration pendant deux semaines.

Cela signifie que les règles actuelles de confinement resteront en vigueur pour le moment, a déclaré le tribunal.

En outre, le tribunal a ordonné aux membres du National Coronavirus Command Council, dirigé par le président Cyril Ramaphosa, de modifier les règles de confinement et de les aligner sur la Déclaration des droits du pays, qui fait partie des lois de la Constitution.

Le tribunal a ajouté : « La déclaration d’invalidité (des règles de confinement) est suspendue jusqu’à ce que le ministre, après consultation avec les ministres concernés, examine, modifie et publie le règlement à nouveau ».

Cela devrait être fait « en tenant dûment compte de la limitation de chaque règlement aux droits garantis dans la Déclaration des droits contenue dans la Constitution », a déclaré la cour.

De Beer a estimé que la décision était « une victoire pour tous les Sud-Africains ». Pretoria a également été condamnée à payer des frais de justice à De Beer en tant que plaignante.

En réponse à la décision, le gouvernement a déclaré qu’il ferait connaître son point de vue après avoir étudié en profondeur le jugement de revers.

The post AfSud : les règles du confinement jugées « invalide » et « inconstitutionnelles » (Tribunal) appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19 : l’OMS reprend ses essais cliniques sur l’hydroxychloroquine

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine après les avoir suspendus le 25 mai dernier suite à la publication d’une étude dans la revue scientifique « The Lancet ».

L’OMS a changé d’avis sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine après analyse des « données disponibles sur la mortalité » selon le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus. Selon le directeur général de l’organisation qui s’est exprimé au cours d’une conférence de presse virtuelle, les membres du Comité de sécurité et de suivi ont estimé « qu’il n’y a aucune raison de modifier le protocole » des essais cliniques.

 Ce nouveau revirement de l’organisation s’explique par le fait que de nombreuses incohérences ont été pointées au sujet des données fournies par The Lancet. Une situation qui avait même poussé le Professeur Didier Raoult à dénonçer une étude « foireuse » basée sur les « big data ». De nombreux observateurs avaient même évoqué une « fabrication » voire un « bidonnage » des données. 

En Afrique, des pays comme le Sénégal avait maintenu le protocole en traitant les malades du Covid-19 à base de chloroquine. Le Pr Moussa Seydi, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann, avait pris le contrepied de l’OMS en soutenant même qu’aucun décès n’était lié à l’hydroxychloroquine au Sénégal, malgré l’étude publiée par « The Lancet », la revue britannique, sur la dangerosité du traitement.

Un constat désormais partagé par l’OMS qui se dit « assez confiants quant au fait de ne pas avoir constaté de différences dans la mortalité » selon Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l’OMS, au cours d’une conférence de presse virtuelle depuis le siège de l’organisation à Genève. 

The post Covid-19 : l’OMS reprend ses essais cliniques sur l’hydroxychloroquine appeared first on Journal de Bangui.


La justice espagnole interdit l’usage du drapeau du Polisario

La Cour suprême espagnole a infligé un nouveau revers au Polisario avec la proscription de l’utilisation de son drapeau dans l’espace public ibérique.La plus haute instance judiciaire de l’Espagne s’est prononcée contre l’utilisation, occasionnelle ou permanente, de drapeaux « non officiels » ou de toute expression politique à l’intérieur comme à l’extérieur des édifices publics.

Dans sa décision, elle a soutenu que l’utilisation de drapeaux, fanions ou symboles non officiels, comme celui des séparatistes du Polisario, dans les édifices et les espaces publics n’est pas « compatible avec le cadre constitutionnel et juridique actuel » ou avec le « devoir d’objectivité et de neutralité des administrations » espagnoles.

En outre, l’arrêt de la Cour suprême espagnole a précisé que le drapeau du Polisario ne doit pas coexister occasionnellement ou de manière permanente avec celui « de l’Espagne et les autres légalement ou statutairement institués ».

C’est un donc un énième camouflet pour le Polisario. En fin mai 2020, à l’occasion de la journée de l’Afrique, la ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération, Arancha González Laya, avait publié sur le compte Twitter de son département une carte de l’Afrique avec les drapeaux de tous les Etats membres officiels de l’Union Africaine sauf celui de la pseudo « RASD ».

L’Espagne, en septembre dernier, s’est opposée devant l’Assemblée Générale de l’Organisation des nations unies à toute référence au « référendum d’autodétermination », non sans défendre la centralité du rôle de l’Onu dans le processus de règlement politique de la question du Sahara marocain.

The post La justice espagnole interdit l’usage du drapeau du Polisario appeared first on Journal de Bangui.


Le véhicule d’une ONG intercepté par la police à Abidjan avec une grande quantité de cannabis

Le véhicule d’une ONG a été intercepté mercredi par la douane et la police ivoirienne à Anani (Port-Boüet) dans le sud d’Abidjan avec une grande quantité de cannabis, a appris APA de source sécuritaire.« Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, sous prétexte de transporter des médicaments aux populations vulnérables, une ONG fait du trafic de drogues. Les agents des douanes en collaboration avec les services de police ont intercepté ce véhicule avec une grande quantité de cannabis ce mercredi à Anani dans la commune de Port-Boüet», a annoncé la police ivoirienne dans une note d’information. 

Dans la foulée, l’institution policière ivoirienne a invité les responsables des ONG et autres acteurs humanitaires à la vigilance assurant que « tous ceux qui s’adonneront à cette pratique illicite seront interpellés ».

The post Le véhicule d’une ONG intercepté par la police à Abidjan avec une grande quantité de cannabis appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19: des créateurs de mode offrent un millier de cache-nez aux journalistes ivoiriens

Quelque mille cache-nez ont été offerts mercredi à Abidjan par des créateurs de mode aux journalistes ivoiriens afin de lutter contre la propagation de la Covid-19.Ce don a été réceptionné par Jean-Claude Coulibaly, le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire ( UNJCI) des mains de Mmes Bilé et Isabelle Anoh qui représentaient l’Association des créateurs de mode de Côte d’Ivoire (ACMCI). 

Justifiant à  cette occasion ce don,  Mme Anoh a dit la nécessité de protéger les journalistes « qui sont tenus de travailler et informer les populations malgré cette période de pandémie ». 

Selon elle, la presse est l’un des secteurs les plus exposés à la Covid-19 même si aucun journaliste ivoirien n’a été testé positif à cette maladie jusque-là. 

En retour, Jean-Claude Coulibaly, le président de l’UNJCI cité par une note d’information a salué ce geste « de haute portée sociale » des créateurs de mode envers son organisation, estimant qu’en raison de la spécificité de leur métier, les journalistes ne peuvent pas rester confinés. 

Le gouvernement ivoirien a décidé de rendre obligatoire le port du cache-nez pour casser la chaîne de transmission de la Covid-19. A ce jour, la Côte d’Ivoire enregistre 3024 cas confirmés de maladie à Covid-19 dont 1501 guéris et 33 décès.

The post Covid-19: des créateurs de mode offrent un millier de cache-nez aux journalistes ivoiriens appeared first on Journal de Bangui.