Main Menu

Monday, June 1st, 2020

 

Amanda leaves destructive floods and landslides as it passes through El Salvador

Overview of the destruction caused by the flooding of the Acelhuate River in the New Israel Community in San Salvador, El Salvador, Sunday, May 31, 2020. © UNICEF/UNI334460/Melendez

SAN SALVADOR, 31 May 2020 – Heavy rain, floods and landslides have left tropical storm Amanda in its path through El Salvador, causing death of at least 14 people, including 1 child and putting thousands of families at risk throughout the territory. Authorities have been conducting a preliminary damage assessment and estimate that only in San Salvador 900 homes have been affected.

Calculations show that during a 24 hour period, rainfall amounts to 10% of what usually rains in the whole country in a year. These accumulated precipitations have generated more than 30 landslides, more than 20 major floods in different departments of the country and overflowing rivers causing collapse of houses and material damage. Road connectivity has also been affected and water, electricity and telephone services have been interrupted.

“In the context of COVID-19, tropical storm Amanda has exacerbated the needs and vulnerabilities of children being left homeless, losing their belongings, including school supplies and have had to move to shelters to protect themselves,” says UNICEF Representative Yvette Blanco.

To date, more than 80 shelters have been set up to provide accommodation to hundreds of families who have had to be evacuated from their households. The most urgent needs for affected children are clean water, hygiene supplies and personal protection to prevent the spread of COVID-19 among other diseases, food, clothing, blankets and safe spaces for their protection.

UNICEF is working with authorities, the United Nations system and partners to ensure that children are kept safe and receive the necessary support, especially in the water, sanitation, hygiene and protection sectors.

Media Contacts

Irene Sánchez
Communication Specialist
UNICEF El Salvador
Email: isanchez@unicef.org

Laurent Duvillier
Regional Chief of Communication
UNICEF Latin America and Caribbean
Tel: + 507 3017393
Tel: + 507 6169 9886
Email: lduvillier@unicef.org


Affaire George Floyd: les États Unis accusent Harare d’ingérence

Un incident diplomatique a éclaté entre le Zimbabwe et les Etats-Unis après qu’un haut responsable de la Maison Blanche a déclaré que le pays faisait partie des « adversaires étrangers » profitant des manifestations antiracistes liées à la mort de George Floyd pour s’immiscer dans les affaires américaines.Le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères, Sibusiso Moyo, a déclaré à la presse avoir convoqué l’ambassadeur des Etats-Unis Brian Nichols à son bureau pour exprimer la préoccupation de Harare face aux propos du conseiller à la sécurité nationale du Président Donald Trump, Robert Obrien.

Pour le chef de la diplomatie zimbabwéenne, M. Obrien soutient que Harare s’est liguée avec d’autres pays pour alimenter les tensions à Washington.

 Selon le quotidien The daily, M. Moyo aurait « rappelé à M. Nichols que le Zimbabwe prend en compte l’article 2 (4) de la charte des Nations Unies qui exige à tous les Etats membres de respecter l’intégrité territoire et l’indépendance politique de tout état ».

 Le diplomate américain a déclaré que son pays avait noté un tir groupé des gouvernements chinois, iranien, russe et zimbabwéen à travers les réseaux sociaux, depuis le début des manifestations de la communauté noire américaine suite à une violence policière menant à la mort de George Floyd.

L’ambassadeur a par ailleurs menacé ces pays de représailles sans donner de détails.

 « Nos adversaires ne vont pas s’en sortir indemnes », a-t-il menacé.

The post Affaire George Floyd: les États Unis accusent Harare d’ingérence appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19: L’Afrique du Sud autorise la réouverture partielle des commerces

Quelque huit millions de Sud-africains sont retournés lundi dans leurs lieux de travail après deux mois de confinement dû à la pandémie de coronavirus.Le niveau 3 des mesures de restriction ont ainsi permis à la réouverture partielle de plusieurs commerces pour relancer l’économie nationale.

Cependant, pour le secteur éducatif qui représente un acteur majeur de l’économie nationale, la reprise des cours est plutôt prévue la semaine prochaine à cause des préparatifs, a annoncé le Président Cyril Ramaphosa.

 Le Chef de l’Etat s’exprimait suite à une décision de dernière minute de réouverture des établissements scolaires, notamment pour les apprenants en 7è et 12è années pour leur permettre de compléter leurs programmes en perspective des examens nationaux.

 Les étudiants en dernière année qui étaient aussi concernés par cette mesure, sont priés d’attendre lundi prochain avant de reprendre les cours.

 Selon le président, le gouvernement a trouvé un accord avec les parents d’élèves, les enseignants et les instances dirigeantes qu’aucun établissement scolaire ne devrait rouvrir avant la mise en place de toutes les dispositions nécessaires dans les écoles et lycées.

 Il a indiqué que la contribution des élèves, des parents et des enseignants était souhaitée, et ces mesures de sécurité seraient prises pour s’assurer que chaque école puisse disposer d’un environnement d’apprentissage adéquat d’ici la réouverture prévue la semaine prochaine.

 Entretemps, des queues s’étaient formées devant les débits de boissons alcoolisées dès les premières heures de la journée et des clients attendaient pour s’offrir de quoi étancher leur « soif » après deux mois de « gorge sèche ».

Si l’interdiction de la vente d’alcool est désormais levée avec l’assouplissement du confinement du lundi, les cigarettes sont cependant interdites, au grand dam fumeurs.

The post Covid-19: L’Afrique du Sud autorise la réouverture partielle des commerces appeared first on Journal de Bangui.


TB Joshua Sends Prophetic Warning to Us President Donald Trump on “SECURITY ISSUES”

TB Joshua and Trump
TB Joshua Sends Prophetic Warning to Us President Donald Trump on “SECURITY ISSUES”

Nigerian Pastor TB Joshua has sent a coded message to US President Donald Trump via his official Facebook Page, warning him of security issues arising “from the ending of June” which will surpass the current national unrest triggered by the death of George Floyd.

Joshua reminded the US President that he had forewarned how security issues would have a significant impact on the upcoming US elections in his 2020 prophecy released on December 28th 2019.

“Approach to the security issue will affect the candidates and swing voters in the next election,” he had said in that prophecy for 2020, which he termed ‘The Year Of Humility’. 

“President Trump, this is what is happening now,” Joshua continued, warning that “another one is coming” and calling on Trump to be alert “to checkmate this”.

“It will go beyond this. Another one is coming, starting from the ending of June. Where there is no vision, people perish,” he wrote. 

Joshua acknowledged Trump’s tenure had seen “the name of Jesus… given more honour”but called on the US President to “look beyond” his ‘palace’ “for God’s authority”.

“With God, all things are possible! Let us act now. It is not all up to God; we have a role to play,” he charged the US president. 

Concluding, the cleric said, “More appeals to the people and security are required – in a language that will douse the tension and stop this situation – so we can then commit the future one into God’s hands.”

Curfews have been ordered in cities across the US in an attempt to stem unrest sparked by the death of George Floyd in police custody but they have been defied in many areas, with shops looted, cars burned and buildings attacked.

Ihechukwu Njoku is a freelance Nigerian journalist…

The post TB Joshua Sends Prophetic Warning to Us President Donald Trump on “SECURITY ISSUES” appeared first on The Maravi Post.


5 Actionable Ways To Find Anyone’s Email Address

Are you trying to contact someone, but struggling to find their email address? Maybe you’ve searched your email account for any old emails to or from them, checked contact pages and the about sections of their social media profiles, and are still coming up empty. If you’ve tried all the obvious methods of finding an email address and are still having no luck, try one of these five strategies instead.

Contact Details Lookup Services:

Contact details discovery tools are some of the easiest ways to find an email address for pretty much anybody. With Nuwber, you can simply enter the person’s name, telephone number or physical address and you’ll be able to find any other contact information available for them, including their email address. It can also be a useful tool if you already have an email address for somebody and need to get further contact information for them, such as a telephone number or a business address.

Use Twitter:

People often share their email addresses when they Tweet, but replace ‘.’ and ‘@’ symbols with ‘dot’ and ‘at’ instead, to hide the address from bots. If you think that the person you’re trying to contact might have shared their email address on Twitter this way in the past, you may be able to find it using Twitter Advanced Search. Look for the words ‘dot’ and ‘at’ in tweets from the person you’re trying to contact and narrow it down by including words like ‘contact’ or ‘email’ to your search terms.

Subscribe to Their Mailing List:

`If the person you are contacting has a blog that gives you the option to subscribe, you can usually do this by using the opt-in form on their website. Then, any newsletter emails that you receive will come from an email address that you can use to get in touch with them. And, doing this also provides you with a great opportunity to start building relationships with somebody that you hope to do business or work together in another professional capacity with. Just send a quick question or opinion back as a reply to one of the newsletter emails.

Contact Them on Twitter:

Along with using Twitter Advanced Search, you might want to go one step further and reach out to the person you’re trying to contact on Twitter to ask them for their email address. This is ideal if you have been unable to find their contact information using the search function, and can also help you start your professional relationship with them. Once you send them an email, they’ll have a better idea of who you are compared with sending them a cold email.

Use the Website Contact Form:

If the person you are trying to get in touch with works for a company that lists a generic contact email address or has a contact form on their website for inquiries, you might want to try using this as a method of getting in touch with them and ultimately getting their work email address. Just shoot a simple message over to the generic contact email address or using the contact form and ask the company to put you in touch with the person that you are trying to reach; most will be happy to oblige.

It’s not always easy to find somebody’s email online, but using these five methods should help you get in touch quickly.

The post 5 Actionable Ways To Find Anyone’s Email Address appeared first on The Maravi Post.


Tormenta Tropical Amanda deja destrucción y desconsuelo a su paso por El Salvador

Cientos de familias salvadoreñas han tenido que evacuar sus hogares debido a la devastación provocada por la Tormenta Tropical Amanda.

SAN SALVADOR, 31 de mayo de 2020 – Fuertes lluvias, inundaciones y deslizamientos ha dejado a su paso por El Salvador la tormenta tropical Amanda provocando la muerte de al menos 14 personas, entre ellas 1 niño y poniendo en riesgo a miles de familias en todo el territorio. Las autoridades han realizado una evaluación de daños preliminar y estiman que tan sólo en San Salvador 900 viviendas se han visto afectadas.

Durante 24 horas se calcula que llovió el 10 por ciento de lo que suele llover en un año en el territorio nacional. Estas precipitaciones acumuladas han generado más de 30 deslizamientos, más de 20 inundaciones mayores en diferentes departamentos del país y ríos desbordados causando el colapso de viviendas y provocando daños materiales. También se ha afectado la conectividad vial y se han interrumpido los servicios de agua, energía eléctrica y telefonía.

“En el contexto de COVID-19, la tormenta tropical Amanda ha agudizado las necesidades y vulnerabilidades de niñas, niños y adolescentes que se han quedado sin hogares, sin sus pertenecías, incluidos materiales escolares y han tenido que trasladarse a albergues para resguardarse”, señala la Representante de UNICEF, Yvette Blanco.

Hasta la fecha, más de 80 albergues se han habilitado para brindar refugio a cientos de familias que han tenido que ser evacuadas de sus hogares. Las necesidades más urgentes para niñas, niños y adolescentes afectados son agua limpia, suministros de higiene y protección personal para evitar la propagación de COVID- 19 entre otras enfermedades, alimentos, ropa, frazadas y espacios seguros para su protección.

UNICEF está trabajando con las autoridades, el sistema de Naciones Unidas y los socios para garantizar que las niñas, niños y adolescentes se mantengan a salvo y reciban el apoyo necesario especialmente en los sectores de agua, saneamiento, higiene, y protección.

Contactos de prensa

Irene Sánchez
Especialista en Comunicación
UNICEF El Salvador
Correo electrónico:
isanchez@unicef.org

Laurent Duvillier
Jefe Regional de Comunicación
UNICEF para América Latina y el Caribe
Teléfono: + 507 3017393
Teléfono: + 507 6169 9886
Correo electrónico:
lduvillier@unicef.org

Acerca de UNICEF

UNICEF trabaja en algunos de los lugares más difíciles para llegar a los niños y niñas más desfavorecidos del mundo. Para salvar sus vidas. Para defender sus derechos. Para ayudarles a alcanzar su máximo potencial.

En 190 países y territorios, trabajamos para cada niño y niña, en todas partes, cada día, para construir un mundo mejor para todos.

Y nunca nos rendimos.

Para obtener más información sobre UNICEF y su labor, visite www.unicef.org/lac.

Siga a UNICEF en Twitter y Facebook


Maroc : Face un ennemi commun, une prise de conscience collective se manifeste

Par Hicham Alaoui – La solidarité humaine est un sentiment de responsabilité et de fraternité entre tous les êtres humains. C’est un comportement social marqué par un élan pour agir ou pour soutenir une cause qui touche l’ensemble de l’humanité ou une population. C’est ainsi une des plus importantes valeurs sociales et celle requise par excellence pour le développement durable.En effet, en ces temps de confinement, le Maroc a fait preuve d’une véritable solidarité nationale face au coronavirus et mobilisé des fonds substantiels pour atténuer ses répercussions économiques et sociales.

Selon Mme Ait Berri Aicha, Docteure en Littératures et Civilisations, l’esprit de solidarité a toujours été très développé et très répandu au Maroc. Certes, la solidarité est une valeur forte quand les relations sociales sont intenses et l’implication de tout un chacun est un devoir en cas de nécessité qu’il s’agisse du soutien matériel ou même du partage de la joie et de la douleur.

Dès l’apparition des premiers cas contaminés au Coronavirus, le Maroc a pris des mesures draconiennes, paralysant bien des secteurs économiques importants. Il n’a pas hésité à fermer les frontières, les écoles, les mosquées, les cafés, à  instaurer un état d’urgence sanitaire et à décréter un couvre-feu nocturne.

Très vite, un fonds de gestion de la lutte contre la Covid 19 a été créé à l’initiative du Roi Mohammed VI qui a ouvert le bal des dons, suivi par les hommes d’affaires, les grandes entreprises, les salariés … En un temps record, le plafond fixé est largement dépassé , a relevé Mme Ait Berri, présidente de l’association des femmes de la montagne.

« Il est vrai que le confinement a fermé les portes des demeures mais il a ouvert celles des cœurs. Pour parer aux besoins urgents, (bavettes, respirateurs artificiels, désinfectants …), le Maroc n’a compté que sur ses propres moyens, sur la générosité des citoyens, leur ingéniosité et leur volontarisme. C’est ainsi que la solidarité s’est mise en marche », a-t-il souligné dans son récit intitulé « Enjeux de la solidarité ».

Nombreux sont ceux qui ont agi par devoir ou empathie envers les personnes en difficulté, a-t-elle fait observer, ajoutant que ce sont des sentiments nobles et naturels qui ont animé ces actions.

« Les Marocains ont toujours fait montre d’hospitalité et de solidarité, des valeurs qui sont inhérentes à l’honneur. C’est pour eux une forme de satisfaction, de plaisir, de fierté qu’ils ressentent quand ils viennent au secours d’un autre. Cet élan de générosité peut être dicté aussi par un sentiment de devoir moral envers les autres », a écrit Mme Ait Berri, qui fait également fonction de vice-présidente de l’Association Oralité Conte pour l’Amitié, le Dialogue et le Développement.

Et d’inférer : « devant un ennemi commun, face à un malheur, les liens se resserrent et une prise de conscience collective se manifeste ».

Pour elle, le problème de la solidarité, parallèlement à celui de la paix, est central. « En cette période de crise sanitaire aiguë, les enjeux de cohésion et de paix sociales sont plus forts que jamais. Il y a obligation de faire cause commune et d’agir ensemble dans l’intérêt général », a-t-elle enchaîné.

En somme, cet élan de solidarité sans précèdent, conjugué au génie des marocains qui ont fait preuve de créativité, de générosité, d’abnégation et dans une certaine mesure de discipline, ont permis au Royaume de résister et de minimiser les pertes humaines.

Mieux encore, le Maroc peut se targuer d’être un modèle dans la gestion de la pandémie, s’est-elle félicitée, soulignant l’impératif de tirer les leçons de cette expérience inédite pour revoir les priorités et envisager d’autres formes de travail, d’autres rapports à la nature et une autre manière du vivre ensemble pour préparer sa résilience.

« Nous sommes dépendants les uns des autres et notre salut réside dans notre coexistence complémentaire et pacifique », a conclu Mme Ait Berri, ex-inspectrice de l’enseignement secondaire et auteure de nombreux articles.

The post Maroc : Face un ennemi commun, une prise de conscience collective se manifeste appeared first on Journal de Bangui.


New Ebola outbreak detected in northwest Democratic Republic of the Congo

1 June 2020 | News release | Geneva/Brazzaville/Kinshasa

The Government of the Democratic Republic of the Congo (DRC) announced today that a new outbreak of Ebola virus disease is occurring in Wangata health zone, Mbandaka, in Équateur province. The announcement comes as a long, difficult and complex Ebola outbreak in eastern DRC is in its final phase, while the country also battles COVID-19 and the world’s largest measles outbreak.

Initial information from the Ministry of Health is that six Ebola cases have so far been detected in Wangata, of which four have died and two are alive and under care. Three of these six cases have been confirmed with laboratory testing. It is likely more people will be identified with the disease as surveillance activities increase.

“This is a reminder that COVID-19 is not the only health threat people face,” said Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, WHO Director-General. “Although much of our attention is on the pandemic, WHO is continuing to monitor and respond to many other health emergencies.”

This is the DRC’s 11th outbreak of Ebola since the virus was first discovered in the country in 1976. The city of Mbandaka and its surrounding area were the site of DRC’s 9th Ebola outbreak, which took place from May to July 2018.

“It’s happening at a challenging time, but WHO has worked over the last two years with health authorities, Africa CDC and other partners to strengthen national capacity to respond to outbreaks,” said Dr Matshidiso Moeti, WHO Regional Director for Africa. “To reinforce local leadership, WHO plans to send a team to support scaling up the response. Given the proximity of this new outbreak to busy transport routes and vulnerable neighbouring countries we must act quickly.”

WHO is already on the ground in Mbandaka supporting the response to this outbreak, as part of capacity built during the 2018 outbreak. The team supported the collection and testing of samples, and reference to the national laboratory for confirmation. Contact tracing is underway. Work is ongoing to send additional supplies from North Kivu and from Kinshasa to support the government-led response. A further 25 people are expected to arrive in Mbandaka tomorrow. WHO is also working to ensure that essential health services are provided to communities despite these emergency events.

The DRC’s 10th outbreak of Ebola, in North Kivu, South Kivu and Ituri provinces, is in its final stages. On 14 May 2020, the Ministry of Health began the 42-day countdown to the declaration of the end of that outbreak.

New outbreaks of Ebola are expected in DRC given the existence of the virus in an animal reservoir in many parts of the country.

Note to Editors – key figures

COVID-19 in DRC
– As of 31 May 2020: 3195 cases have been reported, including 72 deaths.

Measles in DRC
– Since 2019: 369 520 measles cases and 6779 deaths have been reported.

Recent Ebola outbreaks in DRC

11th outbreak: Mbandaka, Équateur province.
– Ongoing. Declared on 1 June 2020.
– 6 cases (3 confirmed, 3 probable). Of those, 4 people died and 2 are alive.

10th outbreak: North Kivu, South Kivu and Ituri provinces
– Ongoing. Declared on 1 August 2018.
– 3463 cases (3317 confirmed and 146 probable). Of these, 2280 people died and 1171 survived.

9th outbreak: Mbandaka, Équateur province.
– Declared on 8 May 2018 and ended on 24 July 2018.
– 54 cases (38 confirmed and 16 probable). Of those, 33 died and 21 survived.

Media contacts

Dr Margaret Harris
Communications Officer
harrism@who.int
+41 79 290 6688

Collins Boakye-Agyemang
Communications Officerboakyeagyemangc@who.int
+ 242 06 614 24 01


CPI/Affaire Gbagbo: des victimes demandent l’ouverture d’un nouveau procès

Le Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (CVCI) a demandé lundi à Abidjan, à la Cour pénale internationale (CPI) de casser la décision d’acquittement de Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien et Charles Blé Goudé, son ex-ministre afin d’ouvrir un nouveau procès devant une nouvelle Chambre de cette juridiction aux fins de satisfaire les besoins des victimes, a constaté APA.Selon Issiaka Diaby, le président de cette organisation, qui s’exprimait dans une conférence publique, « c’est seulement à ce seul prix que la CPI méritera d’exister et d’agir en Côte d’Ivoire ». Cette position du CVCI intervient quelques jours seulement après la levée de certaines  restrictions sur la liberté de MM. Gbagbo et Blé Goudé.

« Le CVCI interpelle la CPI sur ses dettes (vérité, justice et réconciliation) envers les victimes, la garantie de non-répétition des crimes de masse, un environnement de justice et de paix envers l’ensemble des populations ivoiriennes et enfin une crédibilité envers l’humanité », a dit M. Diaby.

Selon lui, les victimes et leurs familles en Côte d’Ivoire déplorent que neuf années après (la crise post-électorale), « elles n’ont obtenu ni vérité, ni justice encore moins réparation leur permettant de faire leur deuil et de tourner la page ».

En liberté conditionnelle depuis plusieurs mois, Laurent Gbagbo, l’ancien président ivoirien et  son ex-ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé, ont vu la CPI lever mercredi dernier certaines restrictions sur leur liberté. Ces mesures viennent ainsi assouplir les conditions restreignant la liberté d’aller et venir de MM. Gbagbo et Blé Goudé.

Les deux hommes étaient poursuivis pour quatre chefs de crimes contre l’humanité commis pendant la crise post-électorale ivoirienne de 2010-2011 qui a fait officiellement 3000 morts. M. Gbagbo et son coaccusé ont été acquittés par la CPI en janvier 2019 après plusieurs années de détention. Toutefois, la procédure reste pendante car le procureur de cette juridiction a fait appel contre la décision d’acquittement.

The post CPI/Affaire Gbagbo: des victimes demandent l’ouverture d’un nouveau procès appeared first on Journal de Bangui.


Présidentielle ivoirienne: installation de 180 comités de base du RHDP à Port-Bouët

Le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, au pouvoir) continue d’étendre sa toile dans la commune de Port-Bouët (Sud d’Abidjan), en vue de l’élection présidentielle d’octobre prochain.Ce sont 180 nouveaux comités de base du RHDP qui ont été installés samedi à Port-Bouët, portant le nombre des comités de base à 750 dans cette commune.

En recevant les différents comités de base, Siandou Fofana, Coordonnateur régional de cette formation politique à Port-Bouët,  leur a donné une feuille de route.

 « Je voudrais d’emblée féliciter ceux qui ont travaillé à la réalisation de cette action. Ils font montre d’une disponibilité sans égal. Aux nouveaux adhérents, je dirai : soyez les bienvenus au RHDP. Désormais, le seul combat qui vaille la peine de mener est celui de la victoire d’Amadou Gon Coulibaly en octobre 2020 », a lancé M. Fofana.

« Chacun de vous doit se consacrer à l’essentiel qui est la victoire du RHDP au scrutin présidentiel prochain », a-t-il insisté devant les militants de Port-Bouët. 

Soulignant que l’objectif visé étant d’atteindre à Port-Bouët la barre de 2000 comités de base, Siandou Fofana a invité ses collaborateurs  à redoubler d’efforts pour recruter de nouveaux militants, surtout les nouveaux majeurs.

 « L’édification de cette victoire qui se dessine commence par l’enrôlement des nouveaux majeurs. Allez dans toutes les zones, quartiers, ilots et familles pour convaincre les jeunes à s’établir leur carte nationale d’identité (CNI) afin de pouvoir s’inscrire sur la liste électorale», a-t-il exhorté.

Le RHDP a désigné l’actuel premier ministre, Amadou Gon Coulibaly pour être son candidat à l’élection présidentielle ivoirienne prévue le 31 octobre prochain.  Les partis de l’opposition notamment le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le Front populaire ivoirien (FPI) s’activent également de leur côté pour choisir leur candidat.

The post Présidentielle ivoirienne: installation de 180 comités de base du RHDP à Port-Bouët appeared first on Journal de Bangui.