Main Menu

Thursday, April 9th, 2020

 

World: COVID-19 threatening global peace and security, UN chief warns

SG/SM/20041

Following are UN Secretary-General António Guterres’ remarks to the Security Council on the COVID-19 pandemic, in New York, today:

Thank you for convening this important discussion. The world faces its gravest test since the founding of this Organization. Every country is now grappling with or poised to suffer the devastating consequences of the COVID-19 pandemic: the tens of thousands of lost lives; the broken families; the overwhelmed hospitals; the overworked essential workers.

We are all struggling to absorb the unfolding shock: the jobs that have disappeared and businesses that have suffered; the fundamental and drastic shift to our daily lives; and the fear that the worst is still yet to come, especially in the developing world and countries already battered by armed conflict.

While the COVID-19 pandemic is first and foremost a health crisis, its implications are much more far-reaching. We are already seeing its ruinous social and economic impacts, as Governments around the world struggle to find the most effective responses to rising unemployment and the economic downturn. But, the pandemic also poses a significant threat to the maintenance of international peace and security — potentially leading to an increase in social unrest and violence that would greatly undermine our ability to fight the disease.

My concerns are many and widespread, but let me identify eight risks that are particularly pressing. First, the COVID-19 pandemic threatens to further erode trust in public institutions, particularly if citizens perceive that their authorities mishandled the response or are not transparent on the scope of the crisis.

Second, the economic fallout of this crisis could create major stressors, particularly in fragile societies, less developed countries and those in transition. Economic instability will have particularly devastating impacts for women, who make up the vast majority of those sectors worst affected. The large numbers of female-headed households in conflict settings are especially vulnerable to economic shocks.

Third, the postponement of elections or referenda, or the decision to proceed with a vote – even with mitigation measures – can create political tensions and undermine legitimacy. Such decisions are best made following broad consultation aimed at consensus. This is not a time for political opportunism.

Fourth, in some conflict settings, the uncertainty created by the pandemic may create incentives for some actors to promote further division and turmoil. This could lead to an escalation of violence and possibly devastating miscalculations, which could further entrench ongoing wars and complicate efforts to fight the pandemic.

Fifth, the threat of terrorism remains alive. Terrorist groups may see a window of opportunity to strike while the attention of most Governments is turned towards the pandemic. The situation in the Sahel, where people face the double scourge of the virus and escalating terrorism, is of particular concern.

Sixth, the weaknesses and lack of preparedness exposed by this pandemic provide a window onto how a bioterrorist attack might unfold and may increase its risks. Non-State groups could gain access to virulent strains that could pose similar devastation to societies around the globe.

Seventh, the crisis has hindered international, regional and national conflict resolution efforts, exactly when they are needed most. Many peace processes have stalled as the world responds to COVID-19. Our good offices and mediation engagements have felt the impact. Restrictions on movement may continue to affect the work of various confidence-based mechanisms, as well as our ability to engage in crisis diplomacy to de-escalate potential conflicts.

Eighth, the pandemic is triggering or exacerbating various human rights challenges. We are seeing stigma, hate speech, and white supremacists and other extremists seeking to exploit the situation. We are witnessing discrimination in accessing health services. Refugees and internally displaced persons are particularly vulnerable. And there are growing manifestations of authoritarianism, including limits on the media, civic space and freedom of expression.

Recognizing the unprecedented challenge we face, on 23 March I called for an immediate global ceasefire. I urged all warring parties to silence the guns in order to help create conditions for the delivery of aid, open up space for diplomacy and bring hope to places among the most vulnerable to the pandemic.

I have been encouraged by the support that my call has received around the globe, from Heads of State and Government to regional partners, civil society activists and religious leaders. From South America to Africa and from the Middle East to Asia we have seen conflict parties take some initial steps to end violence and fight the pandemic.

Still, we must remain cautious, as any gains are fragile and easily reversible, as conflicts have festered for years, distrust is deep, and there are many spoilers. Moving from good intentions to implementation will require a concerted international effort. And in many of the most critical situations, we have seen no let-up in fighting, and some conflicts have even intensified.

My special representatives and envoys will continue to engage with conflict actors to help make sure that ceasefires are implemented and that they pave the way towards lasting political solutions. I also welcome efforts being made by other mediation actors. Despite the difficulties of convening parties for direct talks, we are using digital tools where we can to open and maintain channels of communication and to de-escalate crises.

Our missions also continue to assist host Governments in different ways, from distributing medical equipment to facilitating the flow of humanitarian aid to supporting national planning for containment of the coronavirus. In South Sudan, [the United Nations Mission in South Sudan] UNMISS, in cooperation with [the World Health Organization] WHO, [the Office for the Coordination of Humanitarian Affairs] OCHA and protection partners, has prioritized mass community sensitization campaigns to enhance hygiene and public health in protection of civilian sites. In the Democratic Republic of the Congo, [the United Nations Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo] MONUSCO has deployed temporary bases to protect vulnerable populations affected by intercommunal violence. In Mali, [the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali] MINUSMA supported the first round of elections last week, as well as the operations of the Malian armed forces.

In Somalia, medical equipment is being distributed to all states, as well as Somaliland, in a positive sign of solidarity. In Colombia, while the pandemic can carry risks for the peace process, it is prompting cooperation as well, as in the joint efforts by the Government and [the Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia-Ejército del Pueblo] FARC to prevent contagion in the areas where ex-combatants are reintegrating into society.

And in Yemen, my Special Envoy is engaging with all parties to promote broad support for my ceasefire call, which was welcomed by the Government, Ansar Allah and numerous other groups. Yesterday, in a further encouraging development, the Kingdom of Saudi Arabia, on behalf of the “Coalition to Support Legitimacy in Yemen”, announced a unilateral ceasefire. I now call on the Government and Ansar Allah to follow through on their commitment to immediately cease hostilities.

Our peacekeeping operations and special political missions will continue to be guided by four key objectives: First, to support national authorities in their response to COVID-19. Second, to protect our personnel and their capacity to continue critical operations. Third, to ensure that our own personnel are not a contagion vector. And fourth, to help protect vulnerable communities and continue to implement mission mandates.

This past weekend, I notified troop- and police-contributing countries that rotations, repatriations and new deployments of military and police personnel would be suspended until the end of June, with limited exceptions in extenuating circumstances. I thank troop- and police-contributing countries for their commitment and cooperation. And I pay tribute to the dedication of our men and women in uniform, and of our missions’ civilian personnel, even more so in the context of this unfolding crisis.

Also this past week, and in furtherance of the women, peace and security agenda, I followed up my appeal for ceasefires with an explicit call to end the escalation of violence we are seeing against women and girls as the pandemic spreads.

The humanitarian community, for its part, has mobilized swiftly in response to the crisis in close cooperation with the World Health Organization. Two weeks ago, I launched the COVID-19 Global Humanitarian Response Plan, focusing on needs in countries already facing a humanitarian crisis. The Central Emergency Response Fund has allocated $75 million, and, as of two days ago, the Plan had received $396.5 million.

I wish to highlight three priority areas where further support and action are needed. First, ensuring humanitarian access and opening corridors for the safe and timely movement of goods and personnel. Second, mobilizing strong and flexible funding for the COVID-19 Response Plan and existing humanitarian appeals. Resources for one should not replace or divert from the other. Third, protecting the most vulnerable populations and those least able to protect themselves. International humanitarian, human rights and refugee law continue to apply, even – and especially – in challenging times like these.

The engagement of the Security Council will be critical to mitigate the peace and security implications of the COVID-19 pandemic. Indeed, a signal of unity and resolve from the Council would count for a lot at this anxious time. We all recall the crucial role the Council played in marshalling the international community’s response to the security implications of the HIV/AIDS crisis and the Ebola outbreak.

To prevail against the pandemic today, we will need to work together. That means heightened solidarity. And it means having the necessary resources. The financial situation of the United Nations remains perilous, and we have only enough cash to fund peacekeeping operations through the end of June and limited capacity to pay troop- and police-contributing countries.

This is the fight of a generation — and the raison d’être of the United Nations itself. I offer condolences to all countries for their losses from the disease, and reiterate my commitment to working with all of you to meet this all-encompassing test.

Thank you.

For information media. Not an official record.


Covid-19: la Côte d’Ivoire franchit la barre 400 cas confirmés dont 52 guéris

La Côte d’Ivoire a enregistré jeudi 60 nouveaux cas de Covid-19, portant à 444 le nombre total de cas confirmés dont 52 guéris et trois décès, selon un bilan du ministère ivoirien de la Santé et de l’hygiène publique.« Ce jeudi 9 avril 2020, 60 nouveaux cas d’infection à Covid-19 ont été enregistrés sur 247 prélèvements, portant à 444, le nombre total de cas confirmés, avec 4 nouveaux guéris et 0 décès », indique une note du ministère de la Santé et de l’hygiène publique.  

Avec ces nouvelles contaminations,  le pays compte désormais  « 444 cas confirmés, 52 guéris et 3 décès », précise le ministère de la Santé et de l’hygiène publique, qui invite les populations à limiter fortement leurs déplacements. 

Au regard de l’évolution du Covid-19 dans le pays, le gouvernement ivoirien a décidé mercredi de proroger le couvre-feu, instauré le 24 mars 2020, pour une nouvelle période allant du 8 au 24 avril 2020, à l’issue d’un Conseil des ministres. 

The post Covid-19: la Côte d’Ivoire franchit la barre 400 cas confirmés dont 52 guéris appeared first on Journal de Bangui.


Afrique: l’OMS alerte sur la propagation du Covid-19 en zone rurale

Des experts de la région Afrique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l’UNICEF, ont alerté jeudi sur la propagation du coronavirus dans les zones rurales du continent, invitant les Etats à élargir leurs mesures de riposte sur l’ensemble de leurs territoires nationaux« La propagation de la maladie dépasse désormais les capitales qui constituent l’épicentre de la pandémie sur le continent. En effet, parmi les 47 pays de la région Afrique de l’OMS, près de 60 % signalent des cas de Covid-19 à plusieurs endroits, contre environ 21 % il y a deux semaines », a fait savoir la directrice régionale Afrique de l’organisation mondiale de la santé, Dr Matshidiso Moeti lors d’une conférence de presse virtuelle. 

 Selon elle, il existe également des groupes de cas et une propagation communautaire dans au moins 16 pays. 

 Partant de ce constat, elle a invité « les Etats à élargir leurs mesures de riposte sur l’ensemble de leurs territoires nationaux ».

 Dr Matshidiso Moeti estime que la riposte dans ces zones rurales qui n’ont pas souvent les ressources des centres urbains pose par conséquent « un immense défi aux systèmes de santé déjà mis à rude épreuve en Afrique ».

Pour la responsable onusienne, au moment où les cas de Covid-19 se déplacent hors des zones urbaines, « il est (donc) nécessaire de décentraliser la réponse et d’accroître la coordination avec les administrations régionales et renforcer les systèmes sous-nationaux de réponse aux urgences sanitaires ». 

 Poursuivant, elle a indiqué que « les gouvernements et les administrations provinciaux et régionaux doivent être en mesure de coordonner, de retracer les contacts, de contenir les cas et de traiter les patients au niveau local », ajoutant qu’« Il faut aussi  trouver des méthodes alternatives qui protègent les agents de santé communautaire et tous ceux qui travaillent dans les centre de santé pour maintenir les services de bases ». 

 Problématique infrastructurelle 

« L’OMS constate que le nombre total de lits dans les unités de soins intensifs (USI) disponibles pour être utilisés pendant le Covid-19 dans 43 pays d’Afrique est inférieur à 5000. Cela représente environ 5 lits pour un million de personnes dans les pays concernés, contre 4 000 lits pour un million de personnes en Europe », souligne une note de l’organisation parvenue à APA.

Cette dernière signale par ailleurs que « dans 41 pays, qui ont fait rapport à l’OMS, le nombre de ventilateurs fonctionnels dans les structures de santé publique est inférieur à 2000 », alors que dans la plupart des pays, les patients de Covid-19 en état critique sont traités dans les unités de soins intensifs.

Outre l’évolution de la pandémie en Afrique, les experts onusiens se sont aussi intéressés aux impacts sociaux du Covid-19 sur le continent. A cet effet, la directrice de l’Unicef a exposé la situation des enfants vulnérables en cette période de pandémie. 

Selon Marie-Pierre Poirie, les gouvernements doivent savoir que le temps n’est pas à l’hésitation mais à l’innovation pour aller de l’avant dans la lutte. Ainsi, pour la prise en charge des couches vulnérables comme les enfants de la rue en cette période de crise sanitaire, elle invite les pays à leur accorder plus d’attention.  

 « Nous travaillons avec les pays pour essayer de développer des contenus digitaux qui pourraient être mis à la disposition des enfants les plus vulnérables surtout ceux qui ne vont pas à l’école », a indiqué Marie Poirier.  

 Parlant des autres enfants qui n’ont accès à quoi que ce soit comme ceux de la rue, elle a soutenu que « cette pandémie nous aide d’une certaine manière à mettre l’accent et la lumière sur ces groupes vulnérables dont on ne parlait pas beaucoup ». 

Elle s’est ainsi réjouie de la grande mobilisation des pays comme le Sénégal qui essayent d’avoir des structures d’accueil qui respectent les règles de sécurité. 

The post Afrique: l’OMS alerte sur la propagation du Covid-19 en zone rurale appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19 : le port de masque obligatoire dans le Grand Abidjan 

Le Conseil national de sécurité (CNS), réuni jeudi sous la présidence du chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, a décidé du port de masque obligatoire dans le Grand Abidjan afin de empêcher la propagation du Covid-19. Pour renforcer les dispositions de distanciation sociale, le Conseil national de sécurité a pris de nouvelles mesures, portant sur « l’obligation du port de masques, notamment dans le Grand Abidjan, en veillant à leur disponibilité et leur gratuité à commencer par le personnel de santé et les forces de défense et de sécurité ».

Il a été également requis « le confinement obligatoire à domicile de toutes les personnes fragiles, en l’occurrence les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques, ainsi que la réduction des déplacements non essentiels et la mise en œuvre du télétravail.

Le Conseil national de sécurité a insisté sur « la réduction du nombre de passagers dans les véhicules de transport en commun et dans les véhicules personnels » dont les modalités devraient être communiquées par le ministère des Transports. 

Désormais, seront soumises au paiement d’une amende ou à l’imposition de sanctions, toutes les personnes qui violent les règles de confinement à domicile et leur transfert dans des centres dédiés pour traiter le Covid-19.  

Pour casser la chaîne de contamination du Covid-19, les autorités ivoiriennes ont décrété l’état d’urgence et un couvre-feu. 

Instauré le 24 mars 2020, le couvre-feu a été prorogé pour une nouvelle période allant du 8 au 24 avril 2020.

The post Covid-19 : le port de masque obligatoire dans le Grand Abidjan  appeared first on Journal de Bangui.


Maroc Telecom lance un nouveau programme de r&achat d’actions

Le premier opérateur de télécommunications au Maroc, Maroc Telecom lance un nouveau programme de rachat d’actions, qui sera soumis à l’autorisation de l’Assemblée générale ordinaire lors de sa réunion prévue le 29 avril prochain.Selon le quotidien +L’Economiste+, le programme porte sur 0,17% du capital, soit 1,5 millions actions, précisant que le prix maximum d’achat a été fixé à 198 DH (1 euro = 10,8 DH), ou l’équivalent en euro, alors que le prix minimum de vente s’établit à 92 DH ou l’équivalent en euro.

La durée du programme s’étale du 13 mai 2020 au 12 novembre 2021, croit savoir la publication.

En 2019, le groupe Maroc Telecom, contrôlé à 53 % par le groupe émirati Etisalat, a enregistré un chiffre d’affaires de près de 3,4 milliards d’euros en 2019, en hausse de 0,9 % – à base comparable – par rapport à l’année précédente. L’excédent brut d’exploitation enregistre une hausse de 3,2 %.

Le groupe réalise près de 60 % de son chiffre d’affaires en dehors du Maroc et revendique un total de 67,5 millions de clients.

Leader de l’internet mobile marocain, avec 50 % de parts de marché, l’opérateur enregistre au royaume chérifien une hausse de son chiffre d’affaires de plus de 18 % sur le segment par rapport à 2018. Et l’activité connaît un bond de 25 % hors des frontières marocaines.

The post Maroc Telecom lance un nouveau programme de r&achat d’actions appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19 : le port de masque obligatoire dans le Grand Abidjan

Le Conseil national de sécurité (CNS), réuni jeudi sous la présidence du chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, a décidé du port de masque obligatoire dans le Grand Abidjan afin de empêcher la propagation du Covid-19.Pour renforcer les dispositions de distance sociale, le Conseil national de sécurité a pris de nouvelles mesures, portant sur « l’obligation du port de masques, notamment dans le Grand Abidjan, en veillant à leur disponibilité et leur gratuité à commencé par le personnel de santé et les forces de défense et de sécurité ».

Il a été également requis « le confinement obligatoire à domicile de toutes les personnes fragiles, en l’occurrence les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques, ainsi que la réduction des déplacements non essentiels et la mise en œuvre du télétravail.

Le Conseil national de sécurité a insisté sur « la réduction du nombre de passagers dans les véhicules de transport en commun et dans les véhicules personnels » dont les modalités devraient être communiquées par le ministère des Transports. 

Désormais, seront soumis au paiement d’une amende ou à l’imposition de sanctions, toutes les personnes qui violent les règles de confinement à domicile et leur transfert dans des centres dédiés pour traiter le Covid-19.  

Pour casser la chaîne de contamination du Covid-19, les autorités ivoiriennes ont décrété l’état d’urgence et un couvre-feu. Le couvre-feu, instauré le 24 mars 2020, a été prorogé pour une nouvelle période allant du 8 au 24 avril 2020. 

The post Covid-19 : le port de masque obligatoire dans le Grand Abidjan appeared first on Journal de Bangui.


Covid-19 : la Côte d’Ivoire crée un Fonds de solidarité doté de 20 milliards FCFA

La Côte d’Ivoire a décidé jeudi de créer un Fonds de solidarité d’une dotation initiale de 20 milliards FCFA devant permettre notamment la distribution de vivres et non vivres, en soutien aux populations vulnérables, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Cette décision a été prise, jeudi, à l’issue d’une réunion du Conseil national de sécurité (CNS), présidée par le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, dans le cadre d’une évaluation des mesures sanitaires de lutte contre le Covid-19. 

Pour ce qui est des stratégies de détection, de contrôle, de transmission et de soins, a annoncé l’installation sur l’ensemble du territoire de « treize centres de prélèvement de proximité dont neuf avant fin avril, sur un total de quarante-cinq ». 

Un plan de riposte sanitaire de 95,5 milliards de FCFA, annoncé par le chef de l’Etat, a selon le Conseil permis l’accroissement des disponibilités hospitalières par la construction de nouveaux dispositifs hospitaliers en préfabriqués, l’acquisition d’importants stocks de matériel et de médicaments contre le Covid-19.

Ce fonds d’urgence a également permis l’équipement de protection individuelle dont la distribution, notamment au personnel de santé et aux Forces de sécurité et de défense, sur l’ensemble du territoire national, note le Conseil. 

Concernant les mesures additionnelles, il a été décidé la fabrication par l’industrie locale et l’importation massive de masques destinés à l’usage des populations ainsi que la production des médicaments par l’industrie pharmaceutique locale en vue de la couverture des besoins nationaux.

The post Covid-19 : la Côte d’Ivoire crée un Fonds de solidarité doté de 20 milliards FCFA appeared first on Journal de Bangui.


Malawi Local Government Minister announces strong measures taken to combat COVID-19

STATEMENT ON #COVID19 BY THE MINISTER OF LOCAL GOVERNMENT AND RURAL DEVELOPMENT HONOURABLE DR. BEN PHIRI, MP.

LILONGWE (MaraviPost): Local Authorities have already been negatively affected by the COVID-19 pandemic and measures have to be put in place in order to make sure that the Local Authorities also play a role in combating the spread of the disease. These measures are aimed at preventing the further spread of the virus and containing it since there are now reported cases.

Services to be suspended during this period are as follows:

 Entertainment, Public Events and Works:

  • All bottle stores, pubs, bars and clubs are closed, including in all hospitality facilities.
  • All cultural events and activities are suspended.
  • All sporting activities are suspended.
  • Weddings, engagement ceremonies, bridal showers, send offs and all gatherings of public and social nature are suspended.
  • Funerals shall comply with social distance restrictions and be attended by a maximum number of 50 people. Observation of COVID-19 sanitary and health measures is a requirement at all funerals.
  • Fast food outlets, restaurants and public eating places will be closed to the public except for take away services. All residents in hospitality facilities shall be served in their rooms.
  • All construction works are suspended.

  Markets

  • Local Authorities shall designate make-shift markets and also regulate the conduct of business in public markets.
  • All mobile markets are suspended.

Religious Gatherings:

All religious gathering is suspended.
Local Authorities will be allowed to provide essential services as follows:
(a) Health and sanitation services as guided by the Ministry of Health.
(b) Pharmacies and drug stores.|
(c) Firefighting and emergency services.
(d) All utility services; and
(e) Veterinary services.

The Ministry has also considered that there are other activities which have to take place or continue, while observing strict social distance restrictions and COVID-19 hygiene and sanitary measures:

(a) Harvesting of crops and grazing of livestock shall be allowed; and

(b) Operation of maize mills.

There is need for more public sensitization and awareness through radios, TVs and other mobile public address mechanisms.

Let us stay at home as much as possible and stay safe.

The post Malawi Local Government Minister announces strong measures taken to combat COVID-19 appeared first on The Maravi Post.


Covid-19 : l’Afrique pourrait perdre +14% de son bien-être social (BM)

Publié le 09.04.2020 à 23h18 par APA

La « coopération » entre les pays africains pourrait atténuer les « pertes » en bien-être social qu’ils vont subir à cause de la pandémie de covid-19, a déclaré jeudi un économiste de la Banque mondiale.« S’il n’y a pas de coopération entre les pays africains, si on ne permet pas à nos commerces interafricains de continuer même si on bloque les individus, si on ne permet pas surtout aux biens alimentaires de circuler, si on ne permet pas aux chaînes de valeur interafricaines de fonctionner, les pertes à un bien-être social pourraient être supérieures à 14% », a fait savoir Albert Zeufack.

L’économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique analysait jeudi dans un live Facebook l’impact du nouveau coronavirus sur les économies des pays du continent, à la suite de la sortie d’un rapport de l’institution de Breton Wood soulignant que la pandémie « entraîne l’Afrique subsaharienne vers sa première récession depuis 25 ans ».

L’analyse de ses auteurs chiffre les pertes de production liées au Covid-19 entre 37 et 79 milliards de dollars en 2020, sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs : la désorganisation des échanges et des chaînes de valeur, qui pénalise les exportateurs de produits de base et les pays fortement intégrés dans les filières mondiales ; la réduction des flux de financement étrangers (transferts de fonds des migrants, recettes touristiques, investissements directs étrangers, aide étrangère) et la fuite des capitaux ; l’impact direct de la pandémie sur les systèmes de santé ; et les perturbations consécutives aux mesures de confinement et à la réaction de la population.

Par ailleurs, Albert Zeufack a noté que les trois plus grandes économies de la région (le Nigéria, l’Angola et l’Afrique du Sud) « vont être gravement touchées », risquant de voir la croissance de leur PIB s’abaisser « autour de -7% à -8% ».

Croissance « marginalement positive »

La violence du « choc » dans ces pays, selon l’économiste camerounais de la BM, s’explique à deux niveaux. D’abord, « l’Afrique du Sud était en récession et l’Angola avait des difficultés à maintenir le taux d’investissement. Plus grave, avec le choc sur les coûts des matières premières, l’Angola était déjà en difficulté. Et la croissance était très timide au Nigéria », a-t-il expliqué, avant de déplorer le fait que ces pays « dépendent beaucoup du pétrole, des minerais (qui) ne sont pas suffisamment diversifiés ».

En outre, a-t-il renchéri, la croissance restera « marginalement positive » dans certains pays comme l’Ethiopie, le Rwanda, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Ghana. Pour lui, ces nations « un peu plus diversifiées (…) tiraient encore la croissance en Afrique ».

Face à cette crise sanitaire, la BM a adopté une réaction et une assistance « différenciée » à l’égard des pays, tout en insistant sur « la nécessité d’une action collective ».

D’ores et déjà, elle a mobilisé plus de 160 milliards de dollars pour « assister » les pays au monde et « conseille aux pays africains de faire deux choses en parallèle ». L’urgence est de « sauver les vies » en mettant l’accent sur tous les programmes de santé et médicaux, a estimé M. Zeufack, qui appelle également à « protéger le train de vie des ménages et des entreprises » pour éviter un arrêt brutal des activités, un chômage massif et un effondrement des activités.

En outre, l’économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique a souligné le risque de « crise alimentaire » à cause de la baisse de la production agricole combinée avec une baisse des importations de produits alimentaires.

Cette contraction de la production agricole risque d’atteindre entre 2,6 % dans le scénario optimiste mais jusqu’à 7 % en cas de blocages commerciaux, précise un communiqué de la BM, ajoutant que les importations de denrées alimentaires vont elles aussi fortement reculer (de 13 à 25 %), plombées par des coûts de transaction plus élevés et une demande intérieure en baisse.

Toutefois, recommande Albert Zeufack, face à ce risque, les pays africains doivent « s’assurer que les chaînes de valeur alimentaire et la logistique pour les favoriser ne soient pas fermées, et s’assurer que les pays africains travaillent ensemble pour renforcer les chaines de valeur régionales ».


Togo : gros engouement au programme d’assistance financière dès son lancement

Publié le 09.04.2020 à 23h18 par APA

Plus de quatre millions (4 000 000) de Togolais ont sollicité ce mercredi 8 avril, les services du programme d’assistance financière initié par le gouvernement pour venir en aide aux travailleurs vulnérables selon une source gouvernementale.« En un moment donné, il y a eu plus de 4 millions de tentatives d’inscription », a déclaré ce jeudi le ministre des Mines et de l’Energie, Marc Dèdèriwè Ably-Bidamon. Et c’est cette très forte demande au-delà des prévisions, qui a entrainé la saturation et le blocage du système. « Le système est conçu pour recueillir près de 200 mille demandes par jour », a indiqué l’officiel du gouvernement.

En effet, si c’est une lapalissade que la structure sociale du Togo est dominée par l’informel, l’on ne s’attendait par contre pas à une telle prise d’assaut par les populations, et ce dès le tout premier jour du lancement du programme dénommé « Novissi » (solidarité, en français). La population togolaise, faut-il le rappeler, est estimé à un peu plus de sept millions d’habitants.  

Dans les faits, ils sont plus de dix mille (10 000) Togolais à pouvoir s’inscrire au programme en l’espace de 24 heures. Compte tenu des tentatives de fraudes notées lors de la première journée, il a été décidé que l’inscription se fasse désormais par appel téléphonique et non par SMS gratuit comme au début.

Selon les estimations avancées par le ministre, le programme va coûter près de 12 milliards de francs CFA au Togo sur les trois mois et il « pourrait être reconduit si les circonstances l’exigent ». Il invite les populations à donner la priorité aux vrais bénéficiaires, entendu  les personnes à revenu faibles ayant été durement impactées par les mesures du gouvernement.

« Novissi » (solidarité, en français) est un programme de transferts monétaires mis en place par le gouvernement pour venir en aide aux travailleurs ayant perdu leurs revenus journaliers à cause des mesures de quasi-confinement  imposées par le gouvernement. Il est réservé aux conducteurs de taxi-moto qui devront recevoir 20 000 F mensuellement, aux petits revendeurs et artisans (12 250 F pour les femmes et 10 500 F pour les hommes).