Main Menu

Friday, April 3rd, 2020

 

World: WHO and UNICEF to partner on pandemic response through COVID-19 Solidarity Response Fund

On 26 March 2020, children in the town of Binnish, Syria, watch a member of the Syrian Civil Defence disinfect a former school building, now inhabited by displaced families, as part of measures to prevent the spread of COVID-19. © UNICEF/UNI316131/Haj Kadour/AFP

Unprecedented fund an ‘all hands on deck’ approach to tackle COVID-19 pandemic

NEW YORK/GENEVA/WASHINGTON DC, 3 April – The World Health Organization (WHO) and UNICEF today announced an agreement to work together on COVID-19 response, through the historic COVID-19 Solidarity Response Fund powered by the United Nations Foundation and Swiss Philanthropy Foundation.

The COVID-19 Solidarity Response Fund has been set up to facilitate an unprecedented global response by supporting the World Health Organization’s (WHO) Strategic Preparedness and Response Plan. As part of the agreement, an initial portion of the money from the Fund – which currently stands at more than $127 million – will flow to UNICEF for its work with vulnerable children and communities all over the world.

“COVID-19 is an unprecedented pandemic requiring extraordinary global solidarity to urgently respond,” said Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Director-General of the World Health Organization. “I’m pleased that UNICEF joined the Solidarity Response Fund. With their extensive experience both in fundraising and in implementing programmes, this partnership will help us to work together closely to save lives.”

The money collected through the fund will be used, among others, to train and equip communities and health-care workers to prevent, detect and treat COVID-19. It will help countries expand their health-care capacity and mitigate its social impact, especially on women, children and vulnerable social groups. And it will accelerate research and development of treatments and preventive vaccines.

As a key partner in this joined-up effort, UNICEF will lead emergency efforts to ensure families and communities in the most vulnerable countries are fully engaged in the response and have access to water, sanitation and hygiene and other infection prevention and control measures. UNICEF will also ensure children, caretakers, and frontline responders such as social workers, teachers and healthcare workers are supported through evidence-based guidance through its vast community outreach and country programs.

“This is an extraordinary emergency that demands an extraordinary response, and we need all hands on deck—individuals, corporations, foundations, governments and other organizations around the world,” said UNICEF Executive Director Henrietta Fore. “UNICEF is pleased to join the Solidarity Response Fund. It will bolster our efforts to strengthen health and sanitation systems and help protect the most vulnerable families from knock-on impacts of COVID-19 on already overstretched health systems.”

Funds raised will be spent in alignment with the global response plan, and where needs are greatest. At the direction of WHO leadership, it is expected that resources will go directly toward:

  • WHO, for its work to track the spread of the virus, assess gaps and needs, equip frontline health workers with personal protective equipment, ensure lab and testing tools are available in countries around the world, and keep communities and frontline responders informed with the latest technical guidance.

  • UNICEF, to ensure children and families around the world are equipped with all the evidence-based information and latest WHO guidance as well as locally relevant information to protect themselves from the spread of COVID-19; to support vulnerable countries by providing access to water, sanitation and hygiene, and basic infection prevention and control measures; and to provide access to care for vulnerable families and children.

  • CEPI, the Coalition for Epidemic Preparedness Innovations, a key partner leading the financing for research and development for novel vaccines to combat COVID-19, working closely with WHO.

The COVID-19 Solidarity Response Fund was set up at WHO’s request by the UN Foundation and Swiss Philanthropy Foundation and launched three weeks ago. It is the only way for individuals and organizations to contribute directly to WHO’s global efforts to tackle the pandemic. To date the fund has $127 million raised or committed from more than 219,000 individuals from all over the world plus more than 90 global companies and organizations. The partnership is also a tremendous demonstration of solidarity across UN organizations in coordinating, partnering and supporting each other in dealing with the immediate and longer-term impact of the pandemic.

“There has never been a more urgent need for global cooperation,” said Elizabeth Cousens, President & CEO of the UN Foundation. “The COVID-19 pandemic shows us that we all can play a part to stop the spread. The incredible generosity shown to the COVID-19 Solidarity Response Fund from around the world will help WHO, UNICEF, CEPI and partners accelerate their lifesaving work, especially to support the most vulnerable communities and speed the development of a vaccine.”

#

Notes to editors

About WHO

The World Health Organization (WHO) is the United Nations’ specialized agency for health. It is an inter-governmental organization and works in collaboration with its Member States usually through the Ministries of Health. The World Health Organization is responsible for providing leadership on global health matters, shaping the health research agenda, setting norms and standards, articulating evidence-based policy options, providing technical support to countries and monitoring and assessing health trends. Learn more at www.who.int.

About the United Nations Foundation

The UN Foundation brings together ideas, people, and resources to help the United Nations drive global progress and tackle urgent problems. Our hallmark is to collaborate for lasting change and innovate to address humanity’s greatest challenges. Learn more at www.unfoundation.org.

Media Contacts

Kurtis Cooper
UNICEF New York
Tel: +1 917 476 1435
Email: kacooper@unicef.org


Covid-19 : Macky Sall annonce un programme de résilience économique et sociale

Publié le 04.04.2020 à 01h18 par APA

A la veille du 60e anniversaire de l’accession du Sénégal à l’indépendance, le président de la République, Macky Sall, a annoncé vendredi la mise en place d’un « Programme de résilience économique et sociale », afin de renforcer le système de santé et soutenir les ménages, la diaspora, les entreprises et leurs salariés, tous « impactés » par le Covid-19.« Je veux dire à tous et à toutes que l’Etat ne vous abandonnera pas », a d’emblée rassuré le chef d’Etat dans son discours à la Nation, faisant allusion audit programme décliné en quatre axes.

D’abord, le secteur de la santé sera soutenu « à hauteur de 64,4 milliards de francs CFA, pour couvrir toutes les dépenses liées à la riposte contre le Covid-19 ».

L’Etat prendra en charge également, pour 15,5 milliards de francs CFA, le paiement des factures d’électricité de 975.522 ménages sur un bimestre. De même, 670.000 ménages abonnés ne paieront pas de factures d’eau pour cette même période, soit des frais publics de trois milliards de francs CFA, selon le Président Sall.

Par ailleurs, 69 milliards de francs CFA, au lieu des 50 initialement prévus, seront destinés à l’achat de vivres « au bénéfice d’un million de ménages éligibles » tandis que la diaspora, secteur important de l’économie sénégalaise, sera soutenue à hauteur de 12,5 milliards de francs CFA.

En outre, renseigne Macky Sall, l’Etat « sauvegardera la stabilité macroéconomique et financière » pour soutenir le secteur privé et maintenir les emplois à travers un programme d’injection de liquidités assorti de mesures fiscales et douanières. 

« Ainsi, 302 milliards de francs CFA seront consacrés au paiement dus aux fournisseurs de l’Etat. Les règles et priorités de paiement concourant à l’objectif de stabilité économique seront publiées et connues de toutes les entreprises », a-t-il souligné, précisant que « ces dernières s’engageront à maintenir les salaires « 

Réorganisation et adaptation

Dans le même sillage, une enveloppe de 100 milliards de francs CFA sera « spécifiquement dédiée à l’appui direct des secteurs de l’économie les plus durement touchés par la crise », notamment les transports, l’hôtellerie mais également l’agriculture. 

De même, en rapport avec le secteur financier, l’Etat mettra en place un mécanisme de financement à hauteur de 200 milliards de francs CFA, accessible aux entreprises affectées, selon une procédure allégée, ajoute le chef de l’Etat.

« J’ai également ordonné une réorganisation du budget par des coupes sur les dépenses de fonctionnement et d’investissements reportés ; ce qui correspond à une économie de 159 milliards de francs CFA. En outre, le gouvernement sécurisera 178 milliards de francs CFA pour couvrir partiellement des pertes de recettes budgétaires induites par la crise ».

La quatrième et dernière mesure de ce programme de résilience économique et sociale concerne « l’approvisionnement régulier » du pays en hydrocarbures, produits médicaux, pharmaceutiques, et denrées de première nécessité.

Ainsi,  « le gouvernement veillera particulièrement à lutter contre toute pénurie artificielle et hausse indue des prix », a prévenu Macky Sall, avant de noter que l’ensemble des dépenses liées à la mise en œuvre du Programme de résilience économique et sociale seront couvertes par le Fonds de Riposte contre les Effets du Covid-19 (Force Covid-19), doté de 1000 milliards de FCFA, financé par l’Etat et des donations volontaires. 

A la place du traditionnel défilé civil et militaire qui devait marquer, samedi 4 avril, les 60 ans d’indépendance du Sénégal, c’est uniquement une cérémonie de levée des couleurs, « sobre et symbolique », qui sera organisée et présidée par le chef de l’Etat au Palais de la République à cause des « circonstances exceptionnelles liées à la sévère pandémie du Covid-19 ».

Ainsi toutes les autres manifestations initialement prévues « sont annulées sur l’étendue du territoire national » pour ce soixantenaire de la fête de l’indépendance.

 Pour rester dans le contexte actuel du Covid-19, le thème de cette année : « Le rôle des Forces de défense et de sécurité dans la gestion des pandémies et autres catastrophes ».


Côte d’Ivoire : Amnesty International «préoccupée» par l’état de santé de l’opposant Lobognon

Publié le 04.04.2020 à 01h18 par APA

L’ONG Amnesty international s’est dit être «préoccupée» par l’état de santé de l’opposant ivoirien Alain Lobognon détenu depuis décembre dernier pour « diffusion de fausses nouvelles ».« Je suis préoccupé par l’état de santé d’Alain Lobognon, membre du parlement de la Côte d’Ivoire qui a été arrêté le 24 décembre 2019 à Abidjan et accusé de publication de fausses nouvelles, atteinte à l’ordre public et l’autorité de l’État. Il a urgemment besoin de soins médicaux », a estimé Kangoye Ismaïla, Coordonnateur campagnes et mobilisation de Amnesty international dans une lettre adressée à Sansan Kambilé, le ministre ivoirien de la Justice et des droits de l’homme.

Selon cette lettre dont une copie a été transmise vendredi à APA, le 23 mars 2020, M. Lobognon qui est en détention provisoire à la prison d’Agboville (Sud-Est)  a présenté des symptômes du paludisme et est resté au lit pendant quatre jours.

« Selon des informations partagées dans une lettre par son avocat et sa femme, sa mauvaise santé actuelle est due aux mauvaises conditions de détention. Sa cellule est infestée de moustiques et d’insectes due en partie à la grille qui sert de toit», souligne M. Kangoye, appelant les autorités ivoiriennes à veiller à ce que M. Lobognon puisse recevoir tous les soins médicaux dont il pourrait en avoir besoin.

 Poursuivant, il a également invité les autorités ivoiriennes à permettre que le détenu puisse être consulté par son médecin personnel. « Je salue le fait que l’administration pénitentiaire ait proposé qu’Alain Lobognon soit contrôlé par le médecin et l’infirmier de la prison. Cependant, en tant que leader de l’opposition, Alain Lobognon craint pour sa vie et aimerait avoir accès à un médecin indépendant», a-t-il expliqué.

Amnesty international a conclu en souhaitant que l’interdiction des visites aux détenus en raison de la pandémie du Covid-19 puisse être remplacée par le téléphone, des appels vidéo, e-mails entre ceux-ci et leurs proches.

La semaine dernière, dans un communiqué, le collectif des avocats du député Alain Lobognon a affirmé que celui-ci est dans un état sanitaire « extrêmement critique, méconnaissable, affaibli et amaigri ».

Quelques jours après cette sortie des avocats de M. Lobognon, l’administration pénitentiaire ivoirienne s’est inscrite en faux relativement à cette affirmation assurant que l’état de santé du parlementaire « ne suscite aucune inquiétude ».

Depuis décembre dernier après le retour avorté à Abidjan de Guillaume Soro, l’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne, plusieurs députés et élus locaux de son mouvement «Générations et peuples solidaires» (GPS) dont le député et ex-ministre des sports Alain Lobognon sont en détention pour «diffusion de fausses nouvelles ».


Covid-19: le Nigeria va produire en masse des équipements

Publié le 04.04.2020 à 00h18 par APA

Dans une démarche stratégique de repli sur soi dans la lutte contre les nouveaux coronavirus, le Nigeria a décidé de rencontrer des fabricants locaux pour discuter et faciliter la production locale d’équipements de protection individuelle (EPI).Le ministre de l’Information et de la culture, Alhaji Lai Mohammed, a déclaré vendredi à Abuja que le ministère de la santé et celui de l’industrie, du commerce et des investissements rencontreraient bientôt les fabricants sur cette question.

 Il a déclaré que le Nigeria encouragerait et développerait la fabrication locale d’équipements médicaux.

 « Partout dans le monde, les gens fabriquent des masques localement car il y a une pénurie de masques. Ceux que nous avons reçus de Jack Ma ont été répartis dans tous les États.

  « Nous l’appelons « starter pack » et il contient des masques et des kits de test. Nous les avons donnés aux États en fonction de leurs besoins. « Naturellement, Lagos en a reçu plus car c’est l’épicentre du virus.

 « Nous essayons de nous approvisionner plus localement, mais une chose à propos de l’EPI, c’est que si vous n’y parvenez pas, vous risquez de perdre plus de vies », a-t-il déclaré.

 S’exprimant sur la possibilité de prolonger ou non les deux semaines de confinement ordonnées par le gouvernement, le ministre a déclaré que cela dépendait du comportement des Nigérians.

 « Si nous restons chez nous pendant deux semaines et que nous faisons tout ce que nous sommes censés faire, nous devrions être en mesure de contenir efficacement la maladie », a-t-il déclaré.


Covid-19 : la Côte d’Ivoire franchit la barre de 200 cas confirmés dont 19 guéris

Publié le 04.04.2020 à 00h18 par APA

La Côte d’Ivoire a atteint vendredi 218 cas de contamination au Covid-19, franchissant la barre des 200 cas d’infection, dont 19 guéris et un décès, selon un bilan du ministère ivoirien de la Santé et de l’hygiène publique.« Le ministère de la Santé et de l’hygiène publique a enregistré ce vendredi 03 avril 2020, 24 nouveaux cas d’infection au Covid-19 sur 226 échantillons prélevés, portant ainsi à 218 le nombre total de cas confirmés », a annoncé son directeur général Mamadou Samba à la RTI 1, la télévision nationale. 

Selon M. Mamadou Samba, la Côte d’Ivoire note « ce jour 218 cas confirmés, 19 guéris et un décès », indiquant que la répartition de ces 24 cas donne « 22 cas à Abidjan dont la moitié à Marcory et deux nouveaux cas à l’intérieur notamment à Bouaké et à Soubré ».

Abidjan, la capitale économique ivoirienne, est considéré comme l’épicentre de l’épidémie du Covid-19 dans le pays avec plus de 90% des cas confirmés. Dans ce contexte, le ministère de la Santé et de l’hygiène exhorte à l’auto-confinement et à la limitation des déplacements.

Devant l’apparition de signes tels que la toux, la fièvre et les difficultés respiratoires, il est recommandé aux populations de contacter les numéros d’urgence gratuits 143, 101, 125 et le 119. Les équipes d’intervention rapide, étant chargés de se rendre auprès de ces cas.  

Face à la situation de crise sanitaire endeuillant des familles et affectant les économies à l’échelle mondiale, le président Alassane Ouattara, a décrété un couvre-feu et autorisé l’isolement du Grand Abidjan afin de freiner la propagation du virus sur le territoire ivoirien. 


Ghana : le Covid-19 va entrainer des pertes de revenus pétroliers

Publié le 03.04.2020 à 21h18 par APA

Le ministre des Finances du Ghana, M. Ken Ofori-Atta, a averti que les revenus provenant du pétrole brut sont sur le point de subir un coup dur en raison de la pandémie mondiale actuelle de Covid-19 qui a tué plus de 50.000 personnes dans le monde.S’exprimant lors de la cérémonie de lancement d’une opération de nettoyage de trois jours à Accra et dans la deuxième ville, Kumasi, qui a commencé vendredi, M. Ofori Atta a déclaré : « il est clair que si nous considérons l’économie avec ce choc externe, nous allons perdre beaucoup de revenus pétroliers ».  

En conséquence, le gouvernement était en train d’accéder à une facilité de crédit d’un milliard de dollars pour amortir l’économie, a-t-il déclaré.

 « Le président a déclaré que nous devrions trouver cent millions de dollars. Pour cela, nous avions nos propres ressources en tant que gouvernement car nous avons réussi à lever trois milliards de dollars grâce un emprunt obligataire en euros » a-t-il assuré. 

 Selon lui, « en tant que ministre des finances, chaque fois qu’il y a une opportunité, vous devez trouver d’autres moyens de compléter cet argent ».

 Il a assuré aux Ghanéens que le pays était en sécurité financièrement pour faire face à la pandémie de coronavirus.

 « Nous avons également commencé à discuter avec le programme d’aide Covid-19 de la Banque mondiale et nous avons réussi à obtenir les 100 millions de dollars dont 65 millions sont arrivés lundi dernier. Le Parlement a adopté le projet de loi sur les 35 millions de dollars et cela viendra donc aussi. Nous sommes donc vraiment sûrs d’être prêts à faire face », a-t-il ajouté. 

 Le prix du pétrole a chuté à des niveaux jamais vus depuis 2002, la demande de brut s’étant effondrée en raison de la pandémie de coronavirus. 

 Les analystes du pétrole brut affirment que si la pandémie de Covid-19 persiste longtemps, le gouvernement ghanéen serait incapable de réunir les fonds nécessaires pour financer son programme phare de lycée gratuit. 

Actuellement, le Ghana a annoncé un confinement partiel dans certaines parties du pays comme dans la région du Grand Accra, la région d’Ashanti et de Kasoa dans la région centrale pour contrôler la propagation de la maladie. 

 Le Ghana a jusqu’à présent enregistré 204 cas confirmés de Covid-19 avec cinq décès et 49 guérisons.


World: El llamado al alto el fuego mundial para ayudar a contener el coronavirus empieza a tener repercusión

El Secretario General António Guterres durante una reunión informativa para la prensa sobre las repercusiones de su llamamiento a un alto el fuego mundial durante el brote de COVID-19. © ONU/Loey Felipe

“Pero hay una enorme distancia entre las palabras y los hechos, entre trasladar las declaraciones de paz al terreno y hacerlo en la vida de las personas. Hay enormes dificultades para su aplicación, ya que los conflictos se han enconado durante años, la desconfianza es profunda, con muchos saboteadores y desconfianzas”, advirtió el Secretario General.

La petición de un alto el fuego a todos los conflictos que hay en el mundo, solicitado por el Secretario General de las Naciones Unidas el pasado 23 de marzo cuenta con el apoyo de un número creciente de Estados miembros, unos 70 socios regionales, actores no estatales, redes y organizaciones de la sociedad civil, además de todos los Mensajeros de la Paz y Defensores de los Objetivos de Desarrollo Sostenible de las Naciones Unidas.

António Guterres afirmó este viernes durante una videoconferencia con los medios de comunicación acreditados ante la Organización, que su pedido, ante la pandemia de COVID-19, está resonando en todo el mundo.

“Los dirigentes religiosos -incluido el Papa Francisco- han añadido su voz moral en apoyo a un cese al fuego mundial, al igual que los ciudadanos mediante la movilización popular en línea.

Sólo por mencionar un ejemplo, un llamamiento lanzado por la organización civil Avaaz ya ha reunido el apoyo de más de un millón de personas. A todos ellos les expreso mi profunda gratitud.”

El titular de la ONU publicó este viernes una actualización que informa sobre las repercusiones de su llamamiento e indicó que “un número considerable” de partes en conflicto en los siguientes países aceptaron su anuncio: Camerún, República Centroafricana, Colombia, Libia, Myanmar, Filipinas, Sudán del Sur, Sudán, Siria, Ucrania y Yemen.

“Pero hay una enorme distancia entre las palabras y los hechos, entre trasladar las declaraciones de paz al terreno y hacerlo en la vida de las personas. Hay enormes dificultades para su aplicación, ya que los conflictos se han enconado durante años, la desconfianza es profunda, con muchos saboteadores y desconfianzas.”

El Secretario General es consciente de que cualquier avance que produzca es frágil y fácilmente reversible”, de que no se han visto avances en muchas de las zonas más críticas y de que, incluso, algunos conflictos se han agudizado.

“Para silenciar las armas, debemos alzar las voces por la paz”, sentenció.

Yemen, Siria, Libia y Afganistán

Guterres destacó que se necesitan esfuerzos diplomáticos contundentes para enfrentarse a estos problemas y puso cuatro ejemplos en los que sus representantes y enviados especiales actualmente llevan a cabo un intenso trabajo: los conflictos en Yemen, Siria, Libia y Afganistán.

Pese al apoyo a alto el fuego en Yemen, las hostilidades se han incrementado y el enviado especial del Secretario trabaja en los preparativos para debatir la gestión de la crisis del COVID-19 “y un mecanismo de cese al fuego a nivel nacional”.

En Siria señaló que es necesario que se produzca un alto el fuego “total e inmediato” que permita luchar contra la pandemia. Guterres recordó que en el país árabe ya se han registrado los primeros decesos debido a la enfermedad y que el cese de hostilidades en todo el país permitiría la ampliación del acceso de la ayuda humanitaria.

Tanto el Gobierno de Acuerdo Nacional como el Ejército Nacional Libio han intensificado los combates en el país africano dificultando la respuesta al coronavirus, informó Guterres.

El Secretario General instó a ambas partes a cesar las hostilidades “para que las autoridades puedan hacer frente con eficacia a la amenaza del COVID-19, garantizar el acceso sin trabas a la ayuda humanitaria y hacer realidad la cesación del fuego que han estado debatiendo bajo los auspicios de las Naciones Unidas”.

Finalmente, y pese al aumento de combates, resaltó la formación de un equipo en Afganistán, en el que participan cinco mujeres, para entablar negociaciones directas con los talibanes.

En el turno de preguntas, Guterres indicó que tanto él mismo como el Secretariado harán todo lo posible para implementar la resolución sobre la pandemia del coronavirus que ayer aprobó la Asamblea General, y que la semana que viene tiene previsto informar a los miembros del Consejo de Seguridad sobre esta crisis.

Colombia: importante paso del ELN

En el apartado del informe correspondiente a América Latina se desataca el alto el fuego unilateral anunciado el pasado 29 de marzo por el Ejército de Liberación Nacional, que entró en vigor hace tres días.

“La decisión del ELN es alentadora y puede aportar un cierto alivio a las regiones de Colombia afectadas por el conflicto al ayudar a las autoridades a centrarse en la lucha contra la pandemia. El anuncio ha sido recibido positivamente por una amplia gama de interesados, incluidos los miembros de las Comisiones de Paz del Congreso, y por representantes de la comunidad internacional, entre ellos los Gobiernos de Cuba y Noruega, que han actuado como garantes en las conversaciones con el ELN, y los representantes de la Unión Europea y la Organización de los Estados Americanos”, indica el informe de actualización del Secretario General.


Côte d’Ivoire/Covid-19: la Chambre de commerce libanaise fait un don en vivres et non vivres

Publié le 03.04.2020 à 20h18 par APA

La Chambre de commerce et d’industrie libanaise en Côte d’Ivoire a fait , vendredi à Abidjan, un don en vivres et non vivres d’une valeur de 50 millions FCFA au ministère ivoirien de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté en vue de l’aider à soutenir les populations vulnérables ivoiriennes pendant la crise sanitaire du Covid-19.Ce don constitué de gels hydro-alcoolique, de masques, de gants, de matelas et de sacs de riz, a été réceptionné par la ministre Mariatou Koné qui le redistribuera aux populations dans le cadre de la chaîne de solidarité contre le Covid-19.

« Nous  sommes vraiment heureux de bénéficier de votre générosité pour lutter ensemble contre le Covid-19 qui est une pandémie qui frappe le monde entier. Le soutien du Liban ne nous étonne pas. Nous sommes des partenaires depuis  très longtemps»,  a indiqué Mme Koné en présence de l’ambassadeur du Liban en Côte d’Ivoire Youssef Rajji.

Poursuivant, elle a assuré les donateurs que ce don sera redistribué à toutes les personnes qui en ont besoin. Pour sa part, Dr Joseph Khoury, le président de la Chambre de commerce et d’industrie libanaise en Côte d’Ivoire a promis que son institution fera encore d’autres dons dans le pays dans le cadre de lutte contre cette pandémie mondiale.

Le 23 mars dernier, le ministère ivoirien de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté a lancé une chaîne de solidarité pour lutter contre le Coronavirus dans le pays. La Côte d’Ivoire enregistre à ce jour 194 cas confirmés de maladie à Covid-19 avec un décès et 15 cas de guérison.


Cameroun: la dette a augmenté de 67,2% en cinq ans (gouvernement)

Publié le 03.04.2020 à 20h18 par APA

Au 31 décembre 2019, l’encours de la dette publique et à garantie publique du Cameroun était estimée à 8424 milliards FCfa, représentant environ 37,3% du produit intérieur brut (PIB) contre 5039 milliards FCfa à fin 2015 soit 30% du PIB, représentant augmentation de 67,2% sur les cinq dernières années, selon un rapport du ministère des Finances (Minfi) parvenu vendredi à APACette «évolution relativement haussière», selon les termes du document, s’explique principalement par les tirages effectués sur les avances statutaires accordées par les partenaires au développement que sont le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale (BM), la Banque africaine de développement (BAD) et la France, mais aussi l’accélération des travaux des grands projets d’infrastructures.

 Selon sa composition, la dette publique et à garantie publique du pays était, à la période considérée, composée à 77,1% de dette extérieure évaluée à 6650 milliards FCfa, 22,5% de dette intérieure pour 1942 milliards FCfa et 0,4% de dette avalisée de l’ordre de 37 milliards FCfa.

 Concernant l’appréciation du risque de change à fin décembre 2019, le portefeuille de la dette publique du Cameroun était relativement diversifié avec une proportion de 76,3% de dette libellée en devise y compris 29,4% de dettelibellée en euro, la proportion de la dette publique effectivement assujettie au risque de change étant ainsi estimée à 46,9%.

 Le besoin d’endettement de l’État, y compris les appuis budgétaires pour la période 2020-2022, est de 3440 milliards FCfa, dont 1217 milliards à couvrir en 2020 destinés à la réalisation des projets et au financement des besoins de trésorerie à court terme, mais aussi aux appuis budgétaires.


Gambie : les populations vulnérables frappées durement par les mesures anti-Covid-19

Les mesures prises par le gouvernement gambien pour contenir la propagation du coronavirus commencent à faire des victimes parmi les personnes les plus défavorisées.Pour faire respecter l’interdiction de toute activité non-essentielle sur les marchés, la police effectue des descentes fréquentes à Old Yundum et dans les autres lieux de rassemblement.

Aujourd’hui, les hommes en uniforme sont tombés sur une vendeuse sur les trottoirs du marché.

Les yeux larmoyants, Aminatta Manneh reste confuse et impuissante quand elle voit la police saisir ses affaires.

La victime semble avouer la faute d’avoir bravé l’interdiction de vendre sur les trottoirs en cette période cruciale de lutte contre la pandémie du Covid-19.

La Gambie fait partie désormais des pays touchés par la pandémie du Covid-19 qui continue de faire des ravages avec plus de 50 000 décès déplorés dans près de 180 pays, depuis son apparition à Wuhan en Chine en décembre dernier.

Cette petite nation d’Afrique de l’Ouest compte à ce jour quatre cas confirmés dont un décès, en l’occurrence un prêcheur bangladais arrivé infecté à Banjul en février.

Actuellement, deux patients sont guéris et un seul est sous traitement. Cette propagation du virus, même si elle semble lente, suscite une psychose chez les Gambiens qui ne doutent pas de la porosité des frontières avec le Sénégal où 207 cas ont été confirmés, dont 66 guéris, en date du 3 avril 2020.

Dans le souci de prévention, le président gambien, Adama Barrow, a déclaré l’état d’urgence assorti d’une interdiction de toute activité commerciale non-essentielle liée à l’économie locale et susceptible de créer des rassemblements.

Ainsi, les marchands ambulants, les tailleurs, les menuisiers, les soudeurs, les mécaniciens, les vendeurs de bois de chauffage et autres commerçants de produits non-alimentaires ont été contraints de fermer et quitter les zones commerciales de la capitale. En attendant que les autorités médicales maitrisent la situation, ils devront rester à la maison et prendre leur mal en patience.

Surprise sur les lieux en compagnie d’autres vendeuses de nourriture, Aminata Manneh voit son ragout de haricots et ses baguettes de pain entre les mains de la police déterminée à faire appliquer les restrictions du gouvernement.

D’habitude, les trottoirs du centre-ville de Banjul sont pris d’assaut par des vendeurs et commerçants de tout genre. Une promiscuité qui ne favorise pas la distanciation sociale recommandée par les autorités sanitaires pour réduire les cas de contamination à travers les contacts interpersonnels.

 Mère de quatre enfants, la jeune dame est l’unique soutien d’une famille de dix membres dont ses deux sœurs et trois autres personnes à charge.

Cette veuve qui frise la quarantaine a perdu son mari il y a déjà trois ans, alors qu’il s’aventurait à rejoindre l’Europe dans l’espoir de meilleures conditions de vie pour sa famille.

Depuis la mort de son conjoint, Aminata s’investit jour et nuit pour le bonheur de sa famille, en vendant du pain accompagné de ragout de haricots à sa clientèle composée en majorité de maçons, chauffeurs, colporteurs et autres travailleurs informels.

“On nous demande de rester à la maison mais pour une pauvre femme comme moi, c’est suicidaire de ne pas travailler pour nourrir sa famille », martèle-t-elle en direction d’un policier qui fixait du regard une autre vendeuse soucieuse de protéger sa marchandise devant le bâtiment abritant le poste de police de Old Yundum, à 27km au sud de la capitale.

D’autres occupantes de lieux sont tentées de braver les forces de l’ordre, l’une d’entre elles s’est littéralement lancée dans une lutte acharnée avec deux policiers en civil qui avaient saisi sa marchandise.

Toutes ces vendeuses sont en majorité des soutiens de famille dont les maris étaient à l’étranger ou sans emploi, d’où leur vulnérabilité à l’impact des mesures de restriction.

« Allez dire (au Président) Barrow de nous donner quelque chose pour vivre si vous nous demandez de rester à la maison. Certains parmi nous ne peuvent pas survivre sans travailler ; sinon nous ne pourrions pas nourrir nos familles », se plaint l’une d’entre elles.

Parmi la foule de curieux, certains hochaient la tête pour approuver l’avis de la dame. Et la police leur demanda de déguerpir, tout en leur rappelant d’éviter les attroupements pour amoindrir les risques d’être infectés par un porteur du virus.

Alors la foule se désintégrait rapidement, le vacarme des vendeuses mécontentes de leurs marchandises saisies et la police déterminée à faire respecter les mesures résonnait dans l’environnement de Old Yundum où la circulation se réduisait à une poignée de véhicules et de piétons.

Si beaucoup de Gambiens touchés par les mesures du gouvernement n’ont pas voulu s’exprimer sur l’impact sur leurs commerces, d’autres travailleurs s’opposent amèrement à ces restrictions qui, selon eux, les réduiraient en nécessiteux en leur privant de leur pain quotidien.

 « Cette maladie de riche affecte les pauvres comme nous et de manière différente », a déclaré ce jeune vendeur de café ambulant depuis plus de trois ans qui pense que l’État aurait dû préparer une trousse d’accompagnement pour ceux qui seraient inévitablement privés de leur gagne-pain quotidien à cause des restrictions.

 Après quelques heures passées au poste de police, Aminata Manneh et d’autres vendeuses de nourriture ont finalement été libérées, mais à condition d’avoir accepté de ne plus retourner aux endroits susceptibles d’attirer des foules.

Suite à de nouvelles restrictions, les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits, tandis que les bars, restaurants, boîtes de nuit, gymnases, cinémas, salles de vidéo et autres centres sociaux ont reçu l’ordre de fermer pour une période de trois mois.

Pour Idrissa Gibba, vendeur de pommades médicinales dans la zone, il est inutile de faire des compromis avec les forces de l’ordre concernant son gagne-pain, surtout lorsque le gouvernement ne le soutient pas financièrement pendant cette période difficile pour prendre en charge sa famille.

D’un air défiant, Gibba soutient qu’il a été impliqué dans une altercation avec la police alors qu’il vendait des produits mentholés non prescrits ; un commerce qu’il pratique depuis plus de 15 ans.

« S’ils me donnent quelque chose pour nourrir ma famille pendant un mois, je leur rendrais dûment service et je resterais chez moi sans broncher », a-t-il confié à APA cet homme de 54 ans.  

 Selon des rumeurs qui circulent en Gambie, la communauté internationale aurait donné des millions de dollars au gouvernement pour aider les couches vulnérables à faire face à ces désagréments.

Il semble que de nombreuses personnes affectées par les nouvelles restrictions s’accrochent de plus en plus à cet espoir d’aide pour réduire l’impact des mesures qui les prive de leurs moyens de subsistance, une semaine après la prise de cette décision par le gouvernement.

« Le fait que ces restrictions soient pour une durée indéterminée rend encore la situation plus difficile », fustige Aminata Manneh désemparée, le regard hagard.