Main Menu

Thursday, March 19th, 2020

 

Burkina: les visites aux détenus suspendues jusqu’à nouvel ordre (communiqué)

Publié le 20.03.2020 à 01h18 par APA

Les visites aux détenus dans les maisons d’arrêt et de correction du Burkina Faso sont suspendues à compter de ce jour 19 mars 2020 jusqu’à nouvel ordre, en raison du Coronavirus, annonce un communiqué du ministère de la Justice, parvenu à APA.La note en date du 19 mars 2020 et signé du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Bessolé René Bagoro, renseigne que «la direction générale de l’Administration pénitentiaire a mis en place un dispositif de prévention primaire à l’effet de protéger le milieu carcéral contre cette pandémie».

Selon le ministre, la mise en place du dispositif est due à «l’épidémie de la maladie à Corona Virus (COVID-19) dans notre pays et au regard de la grande vulnérabilité de la population carcérale, notamment en raison de son confinement et la grande proximité entre les différents acteurs».

Toutefois, ajoute M. Bagoro, «les colis et repas venant de l’extérieur pour les détenus ainsi que les visites des avocats à leurs clients sont autorisées, sous réserve du respect du dispositif de prévention contre le COVID-19 mis en place dans les établissements pénitentiaires suivant les directives nationales de prise en charge de la maladie adoptée par le ministère de la Santé en début mars 2020».

Le ministre de la Justice demande la collaboration du personnel, des visiteurs, et la compréhension des détenus pour les éventuels désagréments que cela pourrait causer. 

«Par ailleurs, une mise à jour de ces mesures pourrait se faire en fonction de l’évolution de la situation», conclut le communiqué.

Le Burkina Faso totalise 33 cas confirmés dont un décès (survenu dans la nuit de mardi à mercredi), a annoncé ce jeudi 19 mars 2020,Pr Martial Ouédraogo, coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de COVID-19.

Sur les cas confirmés au Burkina Faso, la capitale Ouagadougou comptabilise 31, la deuxième ville, Bobo-Dioulasso, compte un cas et la ville de Houndé à enregistré un cas.


Covid-19 : Le Maroc décrète l’état d’urgence sanitaire

Publié le 20.03.2020 à 00h18 par APA

Par Hicham Alaoui

Le Maroc vient de décréter l’état d’urgence sanitaire à partir de demain, vendredi, à 18h00 heure locale (GMT +1), et ce jusqu’à nouvel ordre dans le cadre des efforts visant à freiner la propagation de la pandémie du coronavirus.« Il s’agit-là d’une mesure inévitable pour garder la situation sous contrôle », souligne jeudi dans la soirée un communiqué du ministère.

L’état d’urgence sanitaire, précise la même source, ne signifie en aucun cas l’arrêt de l’activité économique mais plutôt le déploiement d’une série de mesures visant à réduire au maximum la circulation des citoyens à travers l’obligation de disposer d’un document officiel délivré par les agents d’autorité afin de pouvoir quitter son domicile.

Ainsi, les conditions d’octroi de cette autorisation consistent en le déplacement pour travailler dans les départements et institutions ouverts, ce qui inclut les entreprises, les usines et les terrains agricoles, les magasins et les espaces commerciaux liés à la vie quotidienne du citoyen, les pharmacies, le secteur bancaire, les stations-service, les cliniques, les agences des opérateurs télécoms, les professions libérales nécessaires.

A ce titre, les déplacements devront se limiter aux personnes qui doivent nécessairement se trouver sur leurs lieux de travail, lesquels devront être munis d’une attestation signée et délivrée par leurs responsables au travail.

Les déplacements ayant pour but l’approvisionnement des denrées nécessaires pour la vie quotidienne, seront tolérés mais dans la limite du périmètre du lieu de résidence.

Il sragit aussi des déplacements pour recevoir des soins médicaux ou pour se procurer des médicaments auprès des pharmacies.

Le ministère souligne par ailleurs le caractère obligatoire de ces mesures et avise tout citoyen récalcitrant que des sanctions sont prévues dans le code pénal.

L’application de ces mesures est confiée aux autorités locales, les forces publiques, la sûreté nationale, la gendarmerie royale et les Forces auxiliaires. Elles assureront  « le contrôle avec fermeté à l’encontre de toute personne se trouvant sur la voie publique », met en garde le ministère marocain de l’Intérieur.

A ce jour, 63 cas de contamination par le coronavirus Covid-19 sont recensés au Royaume, dont un ministre. Deux décès ont été enregistrés, alors que deux patients contaminés ont été entièrement rétablis, selon les autorités sanitaires du pays.

Pour juguler la propagation de ce virus, le gouvernement a pris une batterie de mesures drastiques notamment la fermeture de l’espace aérien et maritime marocain devant les voyageurs, l’annulation des rassemblements et des manifestations sportives, culturelles et artistiques, la création d’un Fonds spécial pour la gestion de la pandémie, la suspension des cours dans les écoles et les universités, la fermeture provisoire des mosquées, la suspension des audiences dans les différents tribunaux du Royaume.


Côte d’Ivoire: promulgation de la loi constitutionnelle modifiée

Publié le 20.03.2020 à 00h18 par APA

Le secrétaire général de la présidence ivoirienne, Patrick Achi, a annoncé jeudi la promulgation de la loi constitutionnelle du 19 mars 2020 modifiant la loi du 08 novembre 2016 portant Constitution de la République de Côte d’Ivoire, dans une déclaration. Selon M. Patrick Achi, le chef de l’Etat Alassane Ouattara a procédé, « ce jeudi à la signature de l’acte de promulgation de la loi constitutionnelle n°2020-348 du 19 mars 2020 modifiant la loi n°2016-886 du 08 novembre 2016 portant Constitution de la République de Côte d’Ivoire ».

La promulgation de cette loi, qui parachève la procédure de révision constitutionnelle initiée par le président ivoirien conformément aux dispositions de la Constitution, fait suite à son adoption par le Parlement réuni en Congrès et à « la décision de conformité rendue par le Conseil Constitutionnel », a-t-il précisé.

La Constitution du 08 novembre 2016 modifiée, dira-t-il, « garantit avec ces nouvelles dispositions, un meilleur fonctionnement de l’Exécutif (et) permet la continuité institutionnelle du Parlement » avec l’instauration d’une organisation plus efficace du pouvoir judiciaire et renforce la stabilité politique.

Il a en outre fait savoir que compte tenu de l’épidémie de la maladie à Coronavirus 2019 (COVID-19) et des mesures sanitaires urgentes qui rendent difficile la tenue des réunions parlementaires, le chef de l’Etat, « vu l’urgence, procèdera à la modification du Code électoral par voie d’ordonnance ».

Poursuivant M. Achi a déclaré que cette modification « trouve son fondement dans la nécessaire adaptation du Code électoral aux dispositions constitutionnelles telles que promulguées par le président de la République ».

En outre, cela prendra en compte les points d’accord de la deuxième phase du dialogue politique. Or l’opposition qui estime que le processus n’a pas été achevé, semble ne pas se reconnaître dans cette démarche qu’elle juge unilatérale.

Les groupes parlementaires de l’opposition qui ont réfuté la modification de la Constitution s’étaient retirés des travaux. En dépit de cet acte, le Parlement a adopté en congrès cette Constitution modifiée, à la majorité.  


Coronavirus: la Côte d’Ivoire opte pour l’auto-confinement des cas suspects

Publié le 20.03.2020 à 00h18 par APA

La Côte d’Ivoire qui enregistre officiellement neuf cas de maladie à coronavirus, a opté pour l’auto-confinement des cas suspects, a affirmé jeudi à Abidjan Pr Bénié Bi Vroh Joseph, le directeur général de l’Institut national de l’hygiène publique dans une conférence de presse.« Par rapport à la question relative à la quarantaine, il faut dire que l’Etat de Côte d’Ivoire a décidé de l’auto-quarantaine. C’est un choix qui a été proposé au niveau de la réunion des ministres de la santé de l’organisation ouest-africaine de la santé en sa réunion du 14 février 2020», a dit Pr Bénié Bi qui était en compagnie de Sidi Touré, le ministre ivoirien de la Communication et des médias, par ailleurs, porte-parole du gouvernement. 

A ce jour, nous avons un suivi de toutes les personnes qui sont mises en auto-confinement, a assuré Pr Bénié Bi appelant à la responsabilité et au civisme des personnes mises en quarantaine à domicile. «  Les personnes qui sont mises en quarantaine sont suivies de façon quotidienne. Nous avons un système de suivi de tel sorte qu’aujourd’hui nous pouvons savoir où se trouve telle ou telle personne», a-t-il souligné. 

De son côté Sidi Touré, le porte-parole du gouvernement ivoirien a ajouté que l’auto-confinement  reste une modalité complémentaire. « Une fois engagé dans le processus d’auto-confinement, la famille du cas suspect est automatiquement mise sous cloche», a fait savoir M. Touré. 

Auparavant, il a appelé les ivoiriens au respect scrupuleux des mesures préventives prises par le gouvernement. « L’heure n’est pas à la polémique. Nous sommes face à une situation exceptionnelle. Il nous faut être donc solidaires. Le gouvernement en appelle à nouveau à la sérénité, au civisme,  à la discipline et surtout à la responsabilité», a exhorté le porte-parole du gouvernement. 

Plusieurs personnes de nationalité ivoirienne de retour de la France pour la Côte d’Ivoire, initialement mises en quarantaine à l’Institut national de la jeunesse et des sports ( INJS) d’Abidjan, ont été renvoyées chez elles mercredi pour y être auto-confinées. Depuis lundi dernier, le gouvernement ivoirien a pris une série de mesures visant à lutter contre la propagation de la maladie à coronavirus. Cette pandémie a fait à ce jour dans le monde plus de 9000 morts et près de 220.000 cas d’infection.


Maroc/Covid-19 : Le crieur public renaît de ses centres

Publié le 20.03.2020 à 00h18 par APA

Par Hicham Alaoui
Micro-émetteur à la main, volontaires et agents de l’autorité publique sillonnent les rues de plusieurs villes marocaines appelant les populations à rester chez elles pour enrayer la propagation de la pandémie du coronavirus.Dans la culture marocaine, l’apparition du crieur ou «berrah», en dialecte marocain, signifie que la situation est grave et que son message doit être pris au sérieux.

Au passé, le crieur, à la charge des autorités ou bénévole, a investi les souks dans les campagnes et les espaces publics dans les villes, pour diffuser l’information à grande échelle.

Cette pratique du crieur public renaît de ses cendres. En effet, dans le cadre des campagnes de sensibilisation menées, depuis quelques jours, pour inciter les citoyens à rester chez eux en vue de limiter la propagation du coronavirus, le crieur public, qui avait disparu avec le développement technologique, a investi l’espace public dans les villes et les souks dans les campagnes.

Itinérant, le personnage annonce son entrée en scène par sa célèbre introduction destinée à attirer l’attention du public sur la suite de la communication: « Il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah, nous n’allez entendre que l’information véhiculant le bien. Le coronavirus est un ennemi qu’il faut combattre par la mise en application des consignes des autorités locales», martelle-il à haute voix, en sillonnant les rues ».

Dans presque toutes les villes, les crieurs publics sont présents sur le terrain, à bord de voitures ou sur des triporteurs, avec pour mission d’expliquer aux parents et aux enfants qu’il ne s’agissait pas de vacances scolaires mais de mesures exceptionnelles pour limiter la propagation du coronavirus.

Ancré dans la culture de la société marocaine, le crieur public est aujourd’hui utilisé par les pouvoirs publics qui comptent sur son efficacité pour sensibiliser la population aux dangers du coronavirus.

A ce jour, 63 cas de contamination par le coronavirus Covid-19 sont recensés au Royaume, dont un ministre. Deux décès ont été enregistrés, alors que deux patients contaminés ont été entièrement rétablis, selon les autorités sanitaires du pays.

Pour freiner la propagation de la pandémie du coronavirus, le Maroc vient de décréter l’état d’urgence sanitaire à partir de demain, vendredi, à 18h00 heure locale (GMT +1), et ce jusqu’à nouvel ordre.

« Il s’agit-là d’une mesure inévitable pour garder la situation sous contrôle », souligne jeudi dans la soirée un communiqué du ministère.

L’état d’urgence sanitaire, précise la même source, ne signifie en aucun cas l’arrêt de l’activité économique mais plutôt le déploiement d’une série de mesures visant à réduire au maximum la circulation des citoyens à travers l’obligation de disposer d’un document officiel délivré par les agents d’autorité afin de pouvoir quitter son domicile.


Coronavirus: l’activité d’Air Côte d’Ivoire « en baisse de plus de 50% » (compagnie)

Publié le 20.03.2020 à 00h18 par APA

L’activité d’Air Côte d’Ivoire, ralentie suite aux mesures sanitaires imposées dans les pays de desserte, est « en baisse de plus de 50% actuellement», a appris jeudi APA auprès de la compagnie aérienne nationale.« L’activité (d’Air Côte d’Ivoire) est en baisse de plus de 50% actuellement », selon le chef du Département marketing de la compagnie aérienne, Fofana Yacouba, qui renseigne que «les estimations de pertes de revenus sont en cours » .

Suite aux limitations imposées par des pays de desserte pour prévenir la propagation du Coronavirus, Air Côte d’Ivoire annonce s’aligner sur les mesures restrictives en ajustant ses programmes. Les décisions de ces pays rentrent en vigueur les 18 et 19 mars 2020.

De ce fait, la compagnie aérienne annonce sur les lignes Abidjan-Douala et Abidjan-Yaoundé « aucun vol en raison de la fermeture de l’aéroport pour une durée non définie » puis la ligne Abidjan-Bamako «aucun vol en raison de la fermeture de l’aéroport» à partir du 19 mars 2020.

Concernant la ligne Abidjan-Niamey, la fermeture de l’aéroport s’étend sur une période connue, du 19 mars au 3 avril 2020, alors que pour la desserte Abidjan-Libreville il est prévu « 1 vol sur 7 suite à la limitation des fréquences par le gouvernement gabonais ».

« Au niveau des avions, la procédure de nettoyage a été renforcée avec des produits appropriés », a fait savoir M.  Fofana, soulignant qu’au plan social, plusieurs mesures sanitaires sont prises avec la distribution de gels hydro alcooliques aux employés, la sensibilisation sur les mesures  barrières et le renforcement des procédures de nettoyage des bureaux.

En Côte d’Ivoire, le Conseil national de la sécurité (CNS), a sous la présidence du chef de l’Etat, édicté jeudi 13 mesures restrictives pour prévenir la propagation de la maladie à Coronavirus dans le pays, où neuf cas confirmé sont enregistrés.


Coronavirus: premier cas confirmé au Tchad

Publié le 20.03.2020 à 00h18 par APA

Le Tchad vient d’être frappé à son tour par le virus du Covid-19 avec un premier cas confirmé par le gouvernement ce jeudi dans un communiqué dont APA a obtenu copie.La personne testée positive est un patient de nationalité marocaine en provenance de Douala au Cameroun. 

Les autorités tchadiennes ont fait savoir que le patient est déjà pris en charge par le service 

médical. Les autorités gouvernementales rassurent l’opinion nationale et internationale que toutes les dispositions sont prises pour freiner l’évolution de la pandémie.

Le Gouvernement en appelle au respect strict de toutes les mesures prises en particulier celles relatives aux règles usuelles d’hygiène et d’assainissement, note le communiqué signé du ministre d’Etat Kalzeubet Débeut. 


Mali : 29 militaires tués dans une attaque à Tarkint


Coronavirus : le Sénégal décline son plan de lutte économique


Covid-19: des volontaires américains évacués du Malawi

Le gouvernement des Etats-Unis a commencé à évacuer ses ressortissants volontaires au Malawi par mesure de précaution, craignant que ce pays d’Afrique australe ne soit bientôt touché par l’épidémie de coronavirus.Selon une déclaration de l’ambassade américaine au Malawi, le personnel américain du Corps des volontaires (Peace Corps) a été rapatrié aux Etats-Unis en attendant la fin de la menace de coronavirus.

Il a toutefois déclaré que le Peace Corps ne fermait pas ses opérations au Malawi, notant que le personnel américain reviendrait une fois que la menace des coronavirus aura disparu.

“Il est important de noter que le personnel malawite continuera à travailler pour le Peace Corps, car il est essentiel à la Mission”, a-t-il ajouté.

Il a fait remarquer que le virus qui cause la maladie du COVID-19 – continue de se propager à travers le monde, ajoutant que l’ambassade “agit maintenant pour protéger la santé de tout le personnel”.

Le Malawi n’a encore enregistré aucun cas de coronavirus, bien qu’un certain nombre de ses voisins aient signalé plusieurs cas.

The post Covid-19: des volontaires américains évacués du Malawi appeared first on Journal de Bangui.