Main Menu

Sunday, March 15th, 2020

 

L’opposition ivoirienne dit « non » au changement de la Constitution à un meeting

Publié le 16.03.2020 à 00h18 par APA

Les partis de l’opposition ivoirienne ont tenu dimanche un meeting à Yamoussoukro, dans la capitale politique du pays, pour dire « non » au changement de la Constitution, alors qu’une session du Parlement sur la révision de la loi fondamentale devrait se clôturer mardi.« Nous sommes rassemblés aujourd’hui, principalement, pour dire non à la modification de la Constitution », a déclaré Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), devant des milliers de partisans réunis à la Place Jean-Paul ll.

Il a évoqué un processus de révision constitutionnelle « qui va contre les lois de la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) dont la Côte d’Ivoire a signé toutes les chartes ».  

Le protocole de la Cedeao relatif à la bonne gouvernance, a-t-il noté, « prescrit en son article 2 qu’aucune modification de la loi électorale ou de la Constitution ne peut se faire sans majorité des acteurs politiques dans les six mois précédent l’élection ». 

M. Guikahué a soutenu que le gouvernement ivoirien a cru qu’il avait jusqu’au 31 mars 2020 pour tout changer, faisant une « erreur d’interprétation juridique parce que notre code électoral dit que les listes électorales doivent être publiées trois mois avant le jour du vote ».  

En outre, selon le code électoral d’ailleurs en cours de révision, « si on vote le 31 octobre 2020, le 31 juillet on affiche la liste provisoire et on appelle les Ivoiriens au contentieux »,  ce qui marque le début des élections, a fait savoir le secrétaire exécutif en chef du Pdci.

« Jusqu’au 1er septembre on a le droit d’être candidat, donc le processus électoral commence le 31 juillet 2020 or ils (les dirigeants) confondent les élections avec le vote », a-t-il relevé,  avant d’ajouter « le 31 octobre 2020 est le jour du vote, mais les élections commencent le 31 juillet 2020 ». 

De ce fait, « le président de la République est forclos (car) s’il voulait renouveler la Constitution, il l’aurait fait au plus tard le 31 janvier 2020 », a estimé Guikahué, affirmant « nous avons le droit avec nous et nous allons lutter ».  

« Pas de changement de la Constitution », a dit Kakou Guikahué, indiquant qu’à partir d’aujourd’hui, est lancée l’ « opération debout, en avant ». Il a appelé les partisans de l’opposition à se lever et à ne pas avoir peur, tout en défendant le pays.

Pour les prochaines joutes électorales, l’opposition compte y participer en dépit des réformes exigées  qui jusque là n’ont pas eu de retour favorable. Assoa Adou, cadre du Front populaire ivoirien (Fpi), a martelé que l’opposition ne voulait pas d’une modification de la Constitution. 

« Dès lundi, envahissez les centres d’enrôlement (car) vous avez le droit d’avoir vos CNI (Cartes nationales d’identité)», a lancé Assoa Adou à l’endroit des militants de l’opposition, appelant toujours à une « gratuité » de ce document. 

Odette Lorougnon de l’organisation des femmes du Fpi , a salué le rapprochement du leader du Pdci, Henri Konan Bédié, et l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, fondateur du Fpi. Toute chose qui augure une réconciliation nationale. 

Rejetant le processus de modification de la Constitution en cours, elle a annoncé pour bientôt une mobilisation des femmes en vue d’une grande marche, insinuant que l’heure du rassemblement est arrivée. 

Quant au président de Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds), Georges Armand Ouégnin, il a laissé entendre que ce mouvement dont le référent politique est Laurent Gbagbo était opposé à un « tripatouillage de la Constitution ».

Il a par ailleurs dénoncé un « système de gouvernance clanique » de l’actuel pouvoir. Plusieurs intervenants issus de la société civile, invités au rassemblement, le deuxième de la plateforme de l’opposition sur les terres d’Houphouët-Boigny, ont également dit non à une modification de la Constitution. 


Signature d’une convention entre les communes ivoiriennes et une compagnie aérienne française

Publié le 16.03.2020 à 00h18 par APA

L’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (Uvicoci) a signé mercredi à Abidjan une convention avec une compagnie aérienne française, donnant droit aux maires, à leurs collaborateurs proches et aux employés des communes à des tarifs préférentiels sur la desserte Abidjan-Paris.Le protocole a été paraphé pour la partie de l’Uvicoci par son président Paulin Danho et pour le compte de la compagnie aérienne française Corsair par Ibra Birane Wane, directeur de l’agence générale de ventes, devant un parterre de personnalités dont plusieurs maires, lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 11 mars dans un grand hôtel du Plateau, le quartier administratif et des affaires de la capitale économique ivoirienne, Abidjan.

Cette convention, d’une durée d’un an, devrait permettre des réductions sur les tarifs flexibles et les tarifs semi-flexibles y compris les tarifs promotionnels, aussi bien pour des déplacements professionnels que pour des déplacements privés.

Ces tarifs négociés et exclusifs permettent notamment aux maires et aux agents des communes d’embarquer au départ d’Abidjan à des tarifs attractifs, en classe Business, Premium et Economy.

Pour le président de l’Uvicoci, M. Danho, également ministre ivoirien des sports et loisirs, «cette convention a une portée à la fois symbolique et opérationnelle ».

« Les maires, les conseils municipaux et tous nos personnels sont souvent amenés à partir en mission et nous avons pour objectif qu’ils puissent optimiser leurs ressources au niveau des communes », a dit M. Paulin Danho, ajoutant que « cela facilitera la mobilité de l’ensemble des personnels communaux et celle de leur famille ».

Pour le président de l’Union des villes et des communes de Côte d’Ivoire, cette offre est « une belle opportunité pour remplir cet objectif », et devrait permettre à ces élus locaux de bénéficier de « packages intéressants » pour le prochain Sommet sur la ville durable prévu à Bordeaux.

«Nous fondons beaucoup d’espoir sur ce partenariat que nous voulons dynamique et respectivement fructueux » voire « ad vitam » a déclaré M. Danho face aux journalistes, rassuré sur le fait que « cette convention va bien marcher ».

Cet accord offre en outre à « l’employé de commune qui veut se déplacer en France pour motif personnel ou professionnel, la possibilité de bénéficier de réductions sur l’ensemble des tarifs proposés » a souligné Gilles Marigliano, directeur des ventes de la compagnie.

Face à la menace du Coronavirus, la compagnie aérienne française a pris des mesures pour protéger la santé de ses collaborateurs et des passagers. En outre, elle permet aux clients ayant fait des réservations avant le 1er mars 2020 de modifier leur date de réservation ou leur destination, une fois sans pénalité de changement jusqu’au 30 juin 2020 (date de départ).

 « Par ailleurs, pour tout billet acheté en mars 2020, nos clients ont la possibilité de reporter ou de changer de destination gratuitement une fois (sans frais de modification), pendant une durée de 12 mois, soit jusqu’au 28 février 2021 au plus tard» a-t-il poursuivi.

Depuis le changement d’actionnaire en mars 2019, la compagnie aérienne française est dans une forte dynamique de croissance. Elle prévoit d’augmenter sa flotte et de passer de 7 à 13 appareils en 2023, et 5 Airbus A330-900Neo viendront intégrer sa flotte. L’arrivée du premier Neo est attendue en août 2020.

Corsair développe également son réseau, notamment sur l’Amérique du nord. Après l’ouverture de Miami, en juin 2019, et l’élargissement de Montréal, la compagnie ouvrira Orly-New York à compter de juin 2020 avec un vol quotidien, en correspondance avec Abidjan.

A en croire M. Gilles Marigliano, Abidjan est « une route stratégique » pour l’entreprise qui opère sur la ligne Orly-Abidjan avec cinq à sept vols directs par semaine.

En signant cette convention avec l’Uvicoci, la compagnie aérienne envisage d’augmenter son portefeuille clients à travers les 201 communes en Côte d’Ivoire réparties sur le territoire pour « une population de 100 000 personnes ».

En décembre 2019, Corsair a signé à Abidjan un package médical en partenariat avec l’Hôpital américain de Paris, comprenant le billet d’avion et un bilan de santé. Elle permet ainsi aux personnes résidant en Côte d’Ivoire de faire leur check-up, en les acheminant depuis Abidjan vers la capitale française.


Dr Michael Usi will not be party to the unlikely MCP and UTM Alliance

Michael Usi
Michael Usi Will not attend Ceremony

LILONGWE, MaraviPost:
Dr Michael Usi dampened the mood at the UTM Njamba rally when he told the
cheering crowds that he will not be present when the MCP and UTM sign their
alliance expected on 19th March 2020.

Insiders have told us
that Dr Michael Usi does not support the idea of joining up with MCP as an alliance
partner of the UTM.

Dr Michael Usi was
Saulos Chilima’s vice President in the Nullified May 21st, 2019 elections.

“Ladies and gentlemen,
I appreciate you for your support all these times, but I think this is the
right time for me to focus on other things apart from politics”, said Usi.

According to Usi, he
has revealed this in order to prevent speculation about his absence at the event.

The post Dr Michael Usi will not be party to the unlikely MCP and UTM Alliance appeared first on The Maravi Post.


Maroc : Le Roi Mohammed VI ordonne la création d’un fonds spécial pour la gestion du coronavirus

Publié le 15.03.2020 à 21h18 par APA

Le Roi Mohammed VI a donné ses instructions pour procéder à la création immédiate d’un fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie de coronavirus, indique dimanche un communiqué du Cabinet royal.Ce fonds, doté de 10 milliards de dirhams (près de 1 milliard d’euros), sera réservé d’une part à la prise en charge des dépenses de mise à niveau du dispositif médical, en termes d’infrastructures adaptées et de moyens supplémentaires à acquérir dans l’urgence.

Il servira, d’autre part, au soutien de l’économie nationale, à travers une batterie de mesures qui seront proposées par le gouvernement, notamment en termes d’accompagnement des secteurs vulnérables aux chocs induits par la crise du coronavirus, tels que le tourisme, ainsi qu’en matière de préservation des emplois et d’atténuation des répercussions sociales de cette crise.

Le Maroc compte 28 cas de contamination au virus Covid-19, dont un ministre. La plupart des personnes infectées ont séjourné dans les pays considérés comme foyer du l’épidémie.


Covid-19 : La 19ème édition du festival Mawazine rythmes du monde annulée

Publié le 15.03.2020 à 21h18 par APA

La 19ème édition du Festival Mawazine Rythmes du monde, prévue initialement du 19 au 27 juin prochain à Rabat, a été annulée 2020, a annoncé dimanche l’Association Maroc Cultures, organisatrice de cet événement mondial.Cette décision a été prise « conformément aux mesures de sécurité préventives préconisées par les autorités marocaines et l’Organisation mondiale de la santé qui recommandent la restriction des grandes manifestations », ajoute-t-on de même source.

La direction de Maroc Cultures précise que « la priorité de l’Association est accordée, avant tout, à la santé de nos citoyens et de leur sécurité ».

Organisé chaque année aux mois de mai et juin, à Rabat et Salé depuis 2001, le Festival Mawazine a accueilli un public record de 2,75 millions de spectateurs en 2019.

Selon un classement de statista, Mawazine est le plus grand festival de musique dans le monde en 2018, et le plus grand festival du continent africain. Il est un carrefour d’expression pour divers artistes internationaux, en particulier de la sphère francophone et anglophone.

Pour sa part, la Fondation Esprit de Fès a annoncé l’annulation de la 26ème édition du Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde qui devait se tenir du 12 au 20 juin 2020.

« Compte tenu de la situation liée aux conséquences du Coronavirus et en accord avec les recommandations des autorités compétentes, la Fondation Esprit de Fès porte à la connaissance de l’opinion publique que la 26ème édition du Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde qui devait se tenir du 12 au 20 juin est annulée », souligne un communiqué de la Fondation.


Covid-19 : Le Maroc suspend tous les vols internationaux de passagers

Publié le 15.03.2020 à 21h18 par APA

Le Maroc a décidé de suspendre, jusqu’à nouvel ordre, tous les vols internationaux de passagers en provenance et à destination de son territoire, indique dimanche un communiqué du ministère des Affaires étrangères.Cette décision s’inscrit dans le cadre des mesures préventives contre la propagation du coronavirus, précise la même source.

Auparavant, le Royaume avait suspendu les vols aériens avec une vingtaine pays européens, africains et arabes pour lutter contre la propagation de l’épidémie du coronavirus. 

Le Maroc compte 28 cas de contamination au virus Covid-19, dont un ministre. La plupart des personnes infectées ont séjourné dans les pays considérés comme foyer de l’épidémie.


Coronavirus : Un conseiller du PM congolais testé positif

Publié le 15.03.2020 à 18h18 par APA

Un conseiller du Premier ministre congolais, Clément Mouamba, qui est revenu d’une mission officielle fin février en Europe a été testé positif au coronavirus et est suivi par des médecins d’un centre hospitalier de Brazzaville, a appris APA ce dimanche de source sanitaire.Selon la source, il y a de réels risques de propagation du virus, compte tenu des personnes ayant été en contact avec le patient.

Le conseiller en question a participé avec le Premier ministre aux grands évènements au niveau national, notamment l’inauguration de la route Sembé –Souanké –Ntam à la frontière entre le Congo et le Cameroun le 6 mars dernier ou encore la réunion du Comité de haut niveau de l’Union Africaine sur la crise libyenne du 12 mars dernier à Oyo à 415 km au nord de Brazzaville.

La source ajoute que même le Premier ministre qui était avec son conseiller en mission en Europe, a subi un test dont les résultats seront connus d’ici lundi 16 mars.

En effet, tout le personnel de la primature congolaise devrait être mis en quarantaine et subir des tests, puisque le conseiller testé positif se rendait à son travail.

Les populations qui craignent une explosion de la pandémie du Coronavirus d’ici là, accusent le relativisme dont fait montre le gouvernement face à ce virus, alors que dans d’autres pays des mesures draconiennes ont été déjà prises pour contrer la pandémie.

Le ton monte au sein de la population pour dénoncer le non-respect de la mise en quarantaine des officiels, des diplomates et autres citoyens dès leur arrivée tel que décrété par le ministère en charge des Affaires étrangères et celui de la Santé.


Coronavirus: Un 4ème cas de confirmé au Cameroun

Publié le 15.03.2020 à 18h18 par APA

Le ministre camerounais en charge de la Santé publique, Manaouda Malachie, a confirmé dimanche l’enregistrement d’un 4ème cas de coronavirus dans le pays, débarqué la veille d’un vol SN Brussels en provenance de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle à Paris, en France.Le nouveau patient, comme les premiers cas de Covid-19 déjà enregistrés, provient de l’Hexagone, un pays avec lequel le Cameroun connaît un trafic aéroportuaire quasi-quotidien.

 Si aucun vent d’affolement n’est encore perceptible au sein de la population, sur les réseaux sociaux, ils sont par contre nombreux à s’interroger quant à l’absence d’une véritable mobilisation gouvernementale sur le sujet.

 Ainsi, en dehors du ministre de la Santé publique, qui au passage ne cesse d’en appeler à la vigilance et au respect strict des règles d’hygiène, seul son collègue des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella, a, en guise de mesures préventives, conditionné l’obtention d’un visa d’entrée dans le pays à la présentation, dans les consulats du Cameroun à l’étranger, d’un test au coronavirus effectué par une institution agréée, et dont l’authenticité est avérée.


Chilima promises Canaan with MK75billion loan to Malawian youths

UTM Njamba rally

BLANTYRE-(MaraviPost)-Malawi Vice President and United Transformation Movement (UTM) President, Dr Saulos Chilima on Sunday, March 15, 2020 promised Malawians a better nation ahead of the May 19, 2020 fresh Presidential elections.

Chilima, who was speaking at a political rally dubbed, change has come, at Njamba in Blantyre, outlined a number of development programs that the party will implement once ushered into power.

Chilima, who was reinstated by the Constitutional Court as the Vice President, has reiterated that once UTM is voted into power, his government will create one million jobs within the first year of his leadership, implement civil service reforms and construct universities in Mulanje, Karonga Mangochi and Nsanje; in addition to introducing mega farms in the districts across the country.

He also said his government will introduce MK75 billion loan for the youths and women to start up small and medium scale enterprises.

The UTM leader, who was speaking to a mammoth crowd of party supporters, emphasized that in the first 100 days of his leadership, he will champion civil service reforms for Malawi to develop economically.

On the pandemic of Corona Virus that has already claimed over 3, 000 lives across the globe, Chilima urged Malawians to be more careful to prevent themselves from the same.

On the electoral alliance of UTM and Malawi Congress Party (MCP), Chilima said the progress of the alliance is well formed and on March 19, 2020, after mutual signing with MCP, Malawians will know the torchbearer and running mate of the alliance.

A couple of weeks ago, UTM and MCP announced their plans to enter into an electoral alliance. United Democratic Front (UDF) and Democratic Progressive Party (DPP) also entered into an alliance.

The post Chilima promises Canaan with MK75billion loan to Malawian youths appeared first on The Maravi Post.


Tanzanian corrupt Leaders to face law after recovering 8.8bn embezzled money

President Magufuli of Tanzania

DODOMA-(MaraviPost)-Prevention and Combating Corruption Bureau (PCCB) in Tanzania has unearthed 8.8bn following investigation on expenditure of funds in various cooperative societies including those for savings and credits that was embezzled by Cooperative Societies’ leaders.

The investigation that was done followed a report that Agriculture Minister, Japhet Hasunga to the anti-graft body in November last year asking it to probe the uncertainty surrounding the expenditure of the funds.

During the announcement made by PCCB Acting Director General, Brig Gen John Mbungo, he revealed that the investigations were done in phases and evidence has pointed out to a number of leaders who have been involved in this corruption.

Mbungo was quoted by Daily News saying: “The number is very big because we are investigating all cooperative societies including those for savings and credits, where each society may have more than 10 leaders, so we will announce the total figure later”.

The first phase they investigated a total of 51bn/- out of 72.2bn/- and rescued 4bn/- that was also made public on January 22 this year. Some of the rescued funds were returned back to the cooperative societies and some funds were deposited into special accounts after advice from Regional Registrars of the cooperative societies.

The second phase of the probe was completed on 14th March, 2020 and it has led to the rescued 4.8bn/- out of 14.4bn/- that was in their focus.

The rescued funds were part of 124bn/- which the Co-operative Audit and Supervision Corporation (COASCO) 2018/19 audit report on Cooperative Societies unearthed and recommended for investigations.

Despite the challenging nature of the task,General Brig Gen Mbungo has commended government for support rendered throughout the task. He has also assured the general public that legal measures will be taken against the suspects.

The post Tanzanian corrupt Leaders to face law after recovering 8.8bn embezzled money appeared first on The Maravi Post.