Main Menu

Wednesday, March 4th, 2020

 

L’Africa CEO Forum 2020, prévu à Abidjan les 9 et 10 mars, reporté en raison du Coronavirus

Publié le 05.03.2020 à 01h18 par APA

La 8ème édition de l’Africa CEO Forum, le plus grand rendez-vous annuel du secteur privé africain, prévue à Abidjan les 9 et 10 mars 2020, est reportée à une date ultérieure en raison du coronavirus, annonce Amir Ben Yahmed, président de ce forum économique.« En raison des difficultés rencontrées dans l’organisation du CEO Forum et des préoccupations exprimées au sujet du COV-19 par nos clients, nous avons pris la difficile décision de reporter l’événement », écrit M. Amir Ben Yahmed dans une note transmise à APA.

« Nous restons tous mobilisés ces prochains jours pour assurer la reprogrammation du Africa CEO Forum dans les meilleurs délais et réussir une 8ème édition à la hauteur des attentes de tous », souligne le directeur général du Groupe Jeune Afrique.

L’équipe Event et lui, assure-t-il, seront à la disposition des invités pour leur porter les informations utiles, tout en remerciant l’ensemble des personnes « fortement mobilisées » ces derniers jours pour leur énergie et leur dévouement.

A cette 8ème édition de l’Africa CEO Forum, sont attendus 1 800 PDG, financiers et représentants politiques. Le forum mettra notamment en exergue le rôle du capitalisme africain en ces temps de disruption digitale et d’incertitudes politico-économiques mondiales. 


Le Sénégal confirme deux nouveaux cas de coronavirus

Publié le 05.03.2020 à 00h18 par APA

Deux nouveaux patients ont été testés positifs au coronavirus, annonce un communiqué du ministère sénégalais de la Santé et de l’Action sociale reçu mercredi soir à APA.« Le premier cas, résidant en France, est une femme âgée de 68 ans. Elle est l’épouse du patient de 80 ans testé positif la veille, le 3 mars 2020. Elle est arrivée au Sénégal le 29 février 2020, en compagnie de ce dernier », précise le communiqué.

Le document signale aussi que « le deuxième cas est une ressortissante anglaise de 33 ans, venue de Londres et arrivée à Dakar le 24 février 2020 ». Les deux patients ont été transférés au service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann et leur état clinique est stable, informe le ministère de la Santé et de l’Action sociale.

Ces deux nouveaux cas de coronavirus, sur un total de onze tests effectués ce mercredi, portent à quatre le nombre de personnes contaminées sur le sol sénégalais.  

En outre, les autorités font savoir que « les deux patients déclarés positifs respectivement les 2 et 3 mars 2020, sont actuellement suivis au service des maladies infectieuses. Leur état clinique évolue favorablement ».


Aviation civile : Deux millions de dollars en équipements du Japon à la Mauritanie


La femme doit être un «levier du développement» de la Couverture maladie universelle (Dominique Joseph)

La femme doit être un «levier du développement» de la Couverture maladie universelle (Dominique Joseph) – Journal de BanguiLa femme doit être un «levier du développement» de la Couverture maladie universelle (Dominique Joseph) – Journal de Bangui


Festival du film/Maroc: « Dans tes yeux, je vois mon pays », rend hommage à l’héritage musical judéo-marocain

Festival du film/Maroc: « Dans tes yeux, je vois mon pays », rend hommage à l’héritage musical judéo-marocain – Journal de BanguiFestival du film/Maroc: « Dans tes yeux, je vois mon pays », rend hommage à l’héritage musical judéo-marocain – Journal de Bangui


A Brazzaville, le coronavirus met en rupture chloroquine et masques


Ukraine: Zelensky remanie son gouvernement pour sauver sa popularité

Publié le 04.03.2020 à 22h50 par AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lancé mercredi un remaniement en profondeur de son gouvernement au motif de faibles résultats économiques et sur fond d’un déclin de sa popularité.

Le Parlement ukrainien a nommé au poste de Premier ministre Denys Chmygal, l’un des adjoints de son prédécesseur Oleksiï Gontcharouk, contraint lui à démissionner après six mois en poste au motif de piètres résultats économiques.

« Le précédent gouvernement faisait tout son possible, mais aujourd’hui, les Ukrainiens ont besoin d’un gouvernement qui fera même l’impossible » et œuvrera « pour les gens », a déclaré le président en présentant son candidat aux députés.

Au total, 291 parlementaires ont voté pour sa nomination après avoir entériné plus tôt dans la journée la démission de M. Gontcharouk.

Son successeur de 45 ans a pour sa part promis de s’attaquer « sans délai » aux « défis » économiques du pays. « Chaque Ukrainien doit voir que l’Etat le protège », a-t-dit.

En poste depuis neuf mois, l’ancien comédien Zelensky a été élu président sur la promesse de « casser le système », éradiquer la corruption endémique et introduire de nouveaux visages dans un paysage politique sclérosé.

– « Il ne suffit plus d’être nouveau » –

Dominé par son parti Serviteur du peuple, le Parlement a ainsi nommé fin août un gouvernement comprenant de nombreux novices. M. Gontcharouk devenu à 35 ans le plus jeune Premier ministre de l’histoire de l’Ukraine n’avait alors que quatre mois d’expérience au sein de l’exécutif.

Mercredi, M. Zelensky a fait comprendre que cette stratégie n’avait pas marché. « Ce gouvernement a des acquis » mais « pour les Ukrainiens cela ne suffit pas », a-t-il déclaré, évoquant de nombreux problèmes sociaux qui n’ont pas été réglés et soulignant la nécessité de « corriger les erreurs ».

« Près de 10 millions de nos concitoyens vivent près du seuil de pauvreté », a-t-il affirmé, accusant aussi les forces de l’ordre du laxisme: « On promettait à la société ukrainienne la victoire sur la corruption. Pour l’instant, ce n’est même pas un match nul! »

« Il s’est avéré qu’il ne suffit pas d’être nouveau », a résumé lundi un des dirigeants du parti présidentiel Oleksandr Kornienko.

C’est la chute de sa propre popularité et celle du gouvernement au début de l’année qui est devenue « la dernière goutte » faisant déborder la vase pour M. Zelensky, explique l’analyste politique Volodymyr Fesenko.

La cote d’approbation du président a baissé à 47% en février contre 62% en décembre suite à des scandales impliquant plusieurs responsables gouvernementaux, selon un récent sondage.

Les députés ont nommé la plupart des ministres, dont plusieurs avec une expérience au gouvernement. Le jeune ministre de la Défense Andriï Zagorodniouk a ainsi été remplacé par un général à la retraite, Andriï Taran, 65 ans.

Le chef de la diplomatie Vadym Prystaïko est devenu vice-Premier ministre pour l’intégration européenne et son prédecesseur à ce poste Dmytro Kouleba a été nommé ministre des Affaires étrangères.

Le nouveau Premier ministre avait dirigé la région d’Ivano-Frankivsk (ouest) depuis août dernier et jusqu’à sa nomination au poste de vice-Premier ministre.

S’il avait occupé de 2017 à 2019 des postes importants au sein du groupe DTEK appartenant à Renat Akhmetov, homme le plus riche du pays à la réputation controversée, M. Chmygal n’est pas considéré comme un proche de l’oligarque.

– Pause avec le FMI –

« Il était l’un des gouverneurs les plus favorables aux affaires que j’ai rencontré en Ukraine », a commenté pour l’AFP Andy Hunder, président d’American Chamber of Commerce (ACC) en Ukraine en le décrivant comme un homme « à la tête froide, prudent et sérieux ».

En revanche, « le timing du remaniement est assez mauvais » en raison de l’ »incertitude » globale liée à la propagation mondiale du nouveau coronavirus, qui risque de provoquer « un ralentissement des marchés mondiaux », prévient M. Hunder.

Le changement du gouvernement et notamment le remplacement de la ministre des Finances Oksana Markarova très prisée des Occidentaux par un ancien risque de compliquer les négociations sur une nouvelle tranche d’aide financière du Fonds monétaire international (FMI), préviennent les experts.

Cette aide est cruciale pour Kiev, confronté à une guerre avec les séparatistes prorusses dans l’est et à de lourdes difficultés économiques. « Le FMI est comme un sceau d’approbation pour les investisseurs qui vont voir ce que le FMI fera », souligne M. Hunder.


Côte d’Ivoire: campus mort à l’Université FHB d’Abidjan du 10 au 12 mars (syndicat)

Publié le 04.03.2020 à 22h18 par APA

La Coordination nationale des enseignants du supérieur et des chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC) annonce 72 heures de «campus mort» à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (publique) du 10 au 12 mars 2020 pour dénoncer des conditions de vie et de travail.« Ce vendredi 28 février, nous nous sommes réunis encore pour décider d’un préavis de grève, pour cette fois-ci 72 heures allant du 10 au 12 mars 2020 inclus, c’est-à-dire mardi, mercredi et jeudi prochains », a déclaré face à la presse Johnson Kouassi Zamina, le secrétaire général de la CNEC.  

« Nous pensons que les problèmes n’ont pas évolué et sont restés les mêmes, plus ou moins, parce que la première grève (campus mort) qu’on devait faire pour 48 heures avait pour objectif de résoudre les mauvaises orientations et mauvais traitements des réclamations des bacheliers 2019 », a dit M. Zamina.

En outre, soulignera-t-il, il y a un « refus arbitraire » du président de l’Université  Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan pour la signature des dossiers du CAMES 2020, le problème de rétablissement des salaires de 14 enseignants chercheurs dont les ponctions de salaires et primes de recherche.

La CNEC dénonce également « les sanctions arbitraires des 16 enseignants à l’Ecole normale supérieure, puis les violations des textes législatifs et réglementaires, des libertés syndicales dans les universités, centres de recherche, grandes écoles et instituts ».

Suite à une rencontre avec le ministre de tutelle, et « n’ayant pas de retour, le bureau s’est réuni et a décidé un arrêt de travail de trois jours et sera reconductible si le ministre et le gouvernement n’ont pas réagi», a fait savoir M. Zamina.  

Selon M. N’Guessan Kouamé, qui a animé la conférence avec M. Zamina, a indiqué que les points saillants mis au chapitre des débats sont la signature des dossiers pour le CAMES, les mauvaises orientations des bacheliers et les violations des libertés syndicales.

Le Bureau exécutif de la CNEC avait décrété début février deux jours de « campus mort avec arrêt de toutes les activités académiques et pédagogiques les mercredis 05 et jeudi 6 février 2020 pour protester des « violations de libertés syndicales ».


Echec cuisant pour Bloomberg, malgré son trésor de guerre


Continuité contre révolution: Sanders et Biden, septuagénaires très différents