Main Menu

Sunday, December 8th, 2019

 

Sudan to pay 1998 Nairobi, Dar bomb victims, says PM

KEVIN J. KELLEYBy KEVIN J. KELLEY
More by this Author

Sudan’s new prime minister has pledged that his country will soon compensate hundreds of Kenyans and Tanzanians who have been awarded nearly $6 billion in compensation for the 1998 US embassies bombings in Nairobi and Dar es Salaam.

 “We took corporate responsibility on addressing these claims and reaching an agreement on them,” Prime Minister Abdalla Hamdok told the Wall Street Journal in the US last week.

“A settlement with Kenyan and Tanzanian survivors of some of those killed in the attacks will be reached “definitely in weeks, not months,” Mr Hamdok said.

But US attorneys representing the affected families are sceptical about Mr Hamdok’s assurance.

Advertisement

At issue are payments by Sudan to 570 relatives of US embassy employees or contractors killed in al-Qaeda’s nearly simultaneous attacks on the embassies in Nairobi and Dar es Salaam.

None of the awards ordered by US courts will be available to the thousands of Kenyans and Tanzanians who were harmed by the attacks either directly or indirectly but who were not employed by the embassies or by private companies that did business with the embassies.

224 PEOPLE DIED

A total of 224 people died in the twin bombings — 214 in Nairobi and 10 in Dar. The death toll includes 212 Africans and 12 Americans.

US courts have held Sudan liable for $5.9 billion in compensatory damages to the designated groups of survivors because it sheltered al-Qaeda leader Osama bin Laden as he plotted the embassy attacks.

The survivors could receive an additional $4.3 billion if the US Supreme Court overturns a decision by a lower court disqualifying them from punitive damages that would also be paid by Sudan.

 “We have reached out to the attorneys representing Sudan and offered various creative proposals for resolution of their obligations to the victims of the bombings,” Chicago-based attorney Gavriel Mairone said in an email message.

Those offers “take into consideration Sudan’s economic situation and the economic situation of our clients whose lives have been destroyed and many of whom were thrown into poverty for the last 20 years with the loss of their ‘breadwinners’ (fathers or mothers / spouses),” Mr Mairone wrote.

 “We are waiting for a serious counter-proposal from the prime minister,” added the attorney who specialises in terrorism-related cases.

Mr William Wheeler, a US attorney also involved in the Sudan litigation, said in a separate message to the Nation, “We are always working very hard to obtain settlements for our clients, but it is too early to make any type of prediction.”

Prime Minister Hamdok held talks in Washington last week with the aim of having Sudan removed from the US list of countries that are said to sponsor terrorism.

Sudan was hit with that designation in 1993. Sanctions arising from that blacklisting have prevented the country from participating fully in the global economy.

In order to be removed from the terrorism list, Sudan must meet a series of US conditions, including payments to the embassy bomb victims.

Mr Hamdok was appointed prime minister in August in the wake of an uprising that topped long-ruling Sudan dictator Omar al-Bashir.

The new leader has promised to institute sweeping reforms in Sudan’s domestic and international policies.

Mr Mairone, however, is not convinced that the prime minister will make good on his stated intentions.

“The road forward requires the government of Sudan to demonstrate its commitment to international norms through deeds, and not merely aspirational words,” the attorney said.

Sudanese officials, he added, have previously been “pleading poverty as an excuse for ‘getting away with murder’ without accepting the responsibility for the harms and economic devastation they inflicted upon the victims.”


Kenyans sweep in Obama's birthplace

ELIAS MAKORIBy ELIAS MAKORI
More by this Author

IN HONOLULU, HAWAII

Honolulu, the city that brought forth USA’s first black president – Kenyan-American Barack Obama – continued to celebrate Kenyan stories with Titus Ekiru and Margaret Wangari leading a sweep of the Honolulu Marathon titles on Sunday.

And what’s more, defending champion Ekiru, 27, set a new course record, defending his title in two hours, seven minutes and 59 seconds to become the fastest man over the Marathon in the Island of Hawaii.

Titus Ekiru reacts after winning the Honolulu Titus Ekiru reacts after winning the Honolulu Marathon on December 8, 2019. PHOTO | ELIAS MAKORI | NATION MEDIA GROUP

The win came after another Kenyan, US-based Edward Cheserek, won the curtain-raising mile race on Saturday in four minutes and 53 seconds.

It was 33-year-old Wangari’s marathon debut, and she dedicated her 2:31:09 victory to her ailing mother, Agnes Muthoni Kenyua.

Advertisement

Honolulu Marathon winner Titus Ekiru being Honolulu Marathon winner Titus Ekiru being interviewed by Hawaiian TV on December 8, 2019. PHOTO | ELIAS MAKORI |

“My mother was diagnosed with kidney failure but despite her illness, she has been praying for me a lot,” said an emotional Wangari, who left the track (5,000 metres) to focus on the road, making her 42km debut on Sunday.

Honolulu Marathon women's winner Margaret Honolulu Marathon women’s winner Margaret Muriuki (right) is congratulated by her manager Joke Van de Veen of Volare Sport after winning the race on December 8, 2019. PHOTO | ELIAS MAKORI | NATION MEDIA GROUP

She also dedicated the win to her four-year-old daughter Lynnolive Jemutai and husband Jacob Kipchum Yator.

Fellow Kenyan, US-based Betsy Saina, who has been training in Flagstaff, Arizona, was second in 2:31:51.

Saina blamed herself for underrating the tough course in the Hawaiian State capital.

Titus Ekiru on the way to winning the Honolulu Titus Ekiru on the way to winning the Honolulu Marathon on December 8, 2019. PHOTO | ELIAS MAKORI | NATION MEDIA GROUP

“I came here as favourite and I thought I’d push later in the race, but I think I underrated the course a bit,” the Iowa State University running legend told Nation Sport.

In the men’s race, Ekiru led a clean sweep of the podium and said there’s no time to celebrate as he heads back home to prepare for his entry into the rich World Marathon Majors circuit.

He plans to attack the Tokyo Marathon on March 1 and will be knocking on selectors’ doors for an Olympic ticket.

Titus Ekiru after crossing the line in a new Titus Ekiru after crossing the line in a new course record 2:07:59 on December 8, 2019. PHOTO | ELIAS MAKORI | NATION MEDIA GROUP

Former winner Wilson Chebet was a distant second in 2:13:13 after experiencing some problems with his right thigh muscle in the second half, with Edwin Koech (2:14:19) completing the Kenyan sweep.

“There’s very little time between now and the Tokyo Marathon so I won’t celebrate too much this Christmas when I get back to Kapsabet as I have to start early preparations,” said Ekiru, who shattered the course record of 2:08:27 set in 2017 by fellow Kenyan Lawrence Cherono.

Ekiru’s story has been that of battling poverty to make a living through sport.

Kenyan sweep at Honolulu Marathon! Left to Kenyan sweep at Honolulu Marathon! Left to right: Wilson Chebet (third), Edwin Koech (second) and winner Titus Ekiru. PHOTO | ELIAS MAKORI | NATION MEDIA GROUP

The rising star from Turkana didn’t finish primary school education, dropping out of primary school at Kosirai in Nandi County due to his family’s state of poverty.

He got a cheque of $40,000 (Sh4 million), with $25,000 (Sh2.5 million) for the win, $10,000 (Sh1 million) for the course record and a further time bonus of $5,000 (Sh500,000) for running a sub-2:08 time.


Destitution de Trump: les démocrates vantent leur « dossier en béton »

Publié le 08.12.2019 à 19h50 par AFP

Soupçonné d’abus de pouvoir, Donald Trump serait déclaré coupable « en trois minutes chrono » par un jury s’il était devant un tribunal, a affirmé dimanche le démocrate menant les travaux vers la probable mise en accusation au Congrès du président américain, qui dénonce une procédure « bidon ».

« Nous avons un dossier en béton », a déclaré sur CNN Jerry Nadler, président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants. « Si ce dossier était présenté à un jury, un verdict de culpabilité serait rendu en trois minutes chrono ».

Selon lui, « l’accusation au coeur (du dossier) est que le président a placé ses intérêts au-dessus de ceux du pays à plusieurs reprises et qu’il a demandé l’ingérence d’une puissance étrangère dans nos élections à plusieurs reprises ».

Cela pose « un véritable danger pour le scrutin » présidentiel de novembre 2020, a-t-il mis en garde.

Forts de leur majorité à la Chambre, les démocrates ont ouvert fin septembre une enquête en destitution contre Donald Trump après avoir appris qu’il avait demandé à l’Ukraine d’enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l’affronter lors de la présidentielle.

Donald Trump proclame son innocence et dénonce une enquête anticonstitutionnelle, une « mascarade » montée à charge contre lui avec laquelle il refuse de coopérer.

Après deux mois d’enquête à la chambre basse, la commission judiciaire va commencer à rédiger la semaine prochaine les chefs d’accusation visant le milliardaire.

Elle commencera par entendre lundi des représentants des groupes républicain et démocrate, qui présenteront chacun leur version, aux antipodes, des conclusions à tirer de l’enquête.

Cette audition sera « bidon », a tweeté Donald Trump dimanche.

Plusieurs chefs d’accusation pourraient être retenus: abus de pouvoir et corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la justice.

Cette nouvelle étape accélère la procédure vers le vote en séance plénière à la Chambre sur la mise en accusation (« impeachment » en anglais) du président, probablement avant Noël.

Il faudra avant cela passer par un vote clé en commission judiciaire sur ces mêmes chefs d’accusation. M. Nadler n’a pas écarté dimanche qu’il puisse être organisé d’ici la fin de la semaine prochaine.

Compte tenu de la majorité démocrate, Donald Trump deviendra certainement le troisième président de l’histoire, après Andrew Johnson et Bill Clinton, mis en accusation au Congrès américain.

Mais il devrait ensuite être acquitté lors du procès politique qui sera organisé au Sénat, où les républicains sont majoritaires et le soutiennent largement.

– Trump « va être acquitté » –

Les républicains accusent les démocrates d’aller trop vite, avec pour seul objectif de destituer Donald Trump car ils craignent de ne pas le battre lors de la présidentielle. Le président républicain, lui, jure de prendre sa revanche dans les urnes.

« Ils ont peur de la prochaine élection », a affirmé dimanche sur Fox News la porte-parole de la Maison Blanche, Stephanie Grisham, pour qui l’enquête des démocrates est une « véritable honte ».

S’il est mis en accusation à la Chambre, le président pourra bénéficier d’une « procédure juste » au Sénat lors du procès, a affirmé sa porte-parole, martelant qu’il n’avait « rien fait de mal ».

Les républicains prendront alors les rênes de la procédure. Donald Trump veut qu’ils convoquent une batterie de démocrates, dont Joe Biden et son fils Hunter.

Ce dernier avait été nommé au conseil d’administration d’un grand groupe gazier ukrainien lorsque son père était vice-président de Barack Obama. Le président les accuse, sans preuves, d’être corrompus.

Mais dimanche, le sénateur républicain Lindsey Graham, un grand allié du président qui dirige la commission judiciaire de la chambre haute, a prévenu qu’il lui conseillerait de ne pas convoquer ces témoins, afin d’en finir rapidement avec une procédure qui « déchire le pays ».

« Voici mon conseil au président: si le Sénat est prêt à voter pour vous acquitter, vous devriez vous en réjouir et nous pourrons enquêter sur toute ces autres choses hors de la procédure de destitution », a-t-il déclaré sur Fox News.

« Dès que 51 d’entre nous », soit une majorité simple au Sénat, « diront que nous en avons assez entendu, ce procès se terminera. Le président va être acquitté ».


La formation de militaires saoudiens aux Etats-Unis remise en cause

Publié le 08.12.2019 à 19h50 par AFP

Le programme d’entraînement des militaires saoudiens sur le sol américain était remis en cause dimanche aux Etats-Unis, deux jours après qu’un Saoudien en formation a tué trois personnes sur une base aéronavale de Floride.

Chose rare en ces temps de destitution, dans une Amérique divisée comme jamais politiquement, élus républicains et démocrates s’accordaient sur un point au surlendemain de la fusillade: les échanges militaires entre Washington et Ryad doivent être examinés de près.

Des centaines de militaires saoudiens suivent chaque année des formations au sein des forces armées américaines, illustration des liens forts qui unissent les deux pays alliés.

Ce programme « doit être suspendu » tant que la lumière n’aura pas complètement été faite sur les événements en Floride, a notamment estimé dimanche matin sur Fox News le sénateur républicain Lindsey Graham, un proche du président Donald Trump.

Mohammed Alshamrani, 21 ans, sous-lieutenant dans l’armée de l’Air saoudienne, a ouvert le feu vendredi avec une arme de poing dans une salle de cours de la base de Pensacola, faisant trois morts et huit blessés, avant d’être abattu par la police.

Les enquêteurs cherchaient toujours, deux jours plus tard, à déterminer les motivations de l’assaillant, qui aurait publié sur Twitter avant son attaque des messages hostiles envers les Etats-Unis, et s’il avait bénéficié d’éventuelles complicités.

– « Comprendre la culture » –

« L’Arabie saoudite est un allié, mais il y a ici quelque chose de fondamentalement mauvais. Nous devons ralentir ce programme et le réévaluer », a insisté Lindsey Graham.

Un autre républicain, Matt Gaetz, élu de Floride où a eu lieu l’attaque, a lui aussi appelé dimanche, sur la chaîne ABC, à « mettre le programme en pause ».

« Nous ne devrions pas accueillir de nouveaux étudiants saoudiens tant que n’avons pas absolument confiance en notre processus de contrôle », a-t-il expliqué, insistant sur la nécessité de « surveiller leurs activités afin de s’assurer qu’il n’y a pas de radicalisation ».

Le ministre américain de la Défense Mark Esper a indiqué dimanche sur Fox News qu’il avait demandé « un examen des procédures de contrôle des ressortissants étrangers venant (en formation) aux Etats-Unis », tout en défendant l’utilité de ce type de programmes.

« Nous disposons de quelque chose que n’ont pas nos adversaires potentiels, comme la Russie et la Chine », a-t-il souligné. « A savoir un système élaboré d’alliances et de partenariats. La possibilité de faire venir ici des étudiants étrangers pour s’entraîner avec nous, pour comprendre la culture américaine, nous est très importante afin de construire ces relations au long cours qui contribuent à notre sécurité ».

– « Relation inacceptable » –

L’opposition démocrate a dénoncé de son côté la politique du gouvernement Trump vis-à-vis de l’Arabie saoudite, l’accusant de faire passer ses intérêts économiques et militaires avant le respect des droits humains.

« La relation que nous entretenons est inacceptable », a jugé dimanche sur ABC le candidat à la Maison Blanche Cory Booker, évoquant notamment les avions américains qui « ravitaillent leurs avions militaires pour aller lâcher sur le Yémen des bombes faites aux Etats-Unis ».

L’élue démocrate de Californie Zoe Lofgren a rappelé quant à elle sur la même chaîne l’assassinat à l’automne 2018 dans l’enceinte du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, par un commando d’agents saoudiens, du journaliste Jamal Khashoggi, critique du pouvoir saoudien.

« Ils ont tué et démembré ce journaliste », qui collaborait au Washington Post, « et nous ne les avons jamais entendus rendre des comptes pour cela », a-t-elle noté.

Adam Schiff, président démocrate de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, a appelé dimanche sur CBS l’Arabie saoudite à mener « une enquête complète » sur la fusillade en Floride.

« Et je préfèrerais que le président des Etats-Unis, plutôt que de parler au nom du gouvernement saoudien, lui demande des réponses », a-t-il ajouté.


Libya’s Humanitarian Coordinator underlines the need to restore essential services for people affected by conflict

by Intisar Alqsar

Moftah, a 10-year-old boy from Tawergha, a town south-east of the Libyan capital Tripoli, lies in his hospital bed, exhausted after receiving his first daily dose of medication to treat acute anaemia. His mother tells us, “Moftah has had anaemia from the time he was 1 year old and since then we have had to come to the hospital three times a day for treatment. This trip has become our daily routine and we don’t mind. We want our child to live his life like any normal healthy child, playing with joy.” She tears up as she says this.

However, the outbreak of violence in Libya in 2011, and the persistent insecurity and recurring armed clashes since, have made sustaining these hospital visits extremely challenging for the family. “The medicine is only available at Misrata Hospital, about 40 km away from Tawergha. Usually, we go to Misrata to buy the medicine.” But the journey is dangerous, especially at night. “The security situation has forced us to stop his treatment for several months … which negatively affects Moftah’s health, since he needs three doses day.”

Read more on United Nations OCHA


KCB Group named most attractive bank in Kenya

FRANCIS MUREITHIBy FRANCIS MUREITHI
More by this Author

Kenya Commercial Bank Group is the most attractive listed bank in Kenya, a report by Cytonn Investment Company shows.

KCB took the top position in the rankings, from a franchise value and a weighted score of both franchise and future growth opportunity perspective and having a better capacity to generate profits from its core business.

I &M Holdings was rated second followed by Co-operative Bank of Kenya, Equity Bank Holdings Limited was fourth.

STRONG FRANCHISE

Others in that order were Stanbic Bank Holdings Limited, Barclays Bank, Diamond Trust Bank of Kenya, NCBA Group, Standard Chartered Bank of Kenya and Housing Finance Group.

According to the Cytonn third quarter banking sector report, KCB’s good run is supported by a strong franchise value and intrinsic value score.

Advertisement

The franchise score measures the broad and comprehensive business strength of a bank across 13 different metrics, while the intrinsic score measures the investment return potential.

The report titled: “Higher net interest margins and consolidation to drive growth in the post rate cap era” analysed the third quarter results of the listed banks.

“We note that the increased emphasis on revenue diversification by banks seems to be bearing fruit, with the listed banking sector’s average non-funded income (NIF) improving year on as seen in the third quarter figures,” said Mr David Gitau, Investment analyst at Cytonn Investments.

The report revealed that the average NFI growth was 15.8 per cent higher than 5.9 per cent growth witnessed in the third quarter last year.

Some of the five key drivers in the sector that made KCB to be declared winners include regulation, revenue diversification, SME focused lending, consolidation and assets quality.

The report notes that with the repeal of the interest cap, banks focus on the SME lending as players redirect their efforts on the core operations to take advantage of the removal of interest rate cap.

The 10 listed Kenyan banks recorded an 8.7 per cent average increase in core earnings per share while the deposit grew by 11 per cent.

An average loan growth came in at 11.6 per cent while non-funded income grew by 15.8 per cent.


German holds nerve to claim title at Vipingo Ridge

LARRY NGALABy LARRY NGALA
More by this Author

Germany’s Esther Henseleit produced course record score of eight under par 64 in a hotly contested final round, to claim the 2019 Magical Kenya Ladies Open title at the par-72 PGA Baobab course on Sunday.

It was a brilliant performance by the German, who not only claimed the first pay cheque of Sh5 million and a beautiful trophy, but also emerged the winner of the 2019 Ladies European Tour (LET) Order of Merit.

“I am overwhelmed. I just do not have enough words to express my happiness. I real wanted to win but also winning the Order of Merit for the season, is more than one can even imagine,” said thrilled Henseleit.

She said she had known that she needed to pile up as many birdies as possible in order to recover the seven shots the leader Julia Engstrom had established over her to win.

Aditi Ashok from India follows plays in the Aditi Ashok from India follows plays in the final round of 2019 Magical Kenya Ladies Open International golf tournament at Vipingo Ridge in Kilifi County on December 8, 2019. PHOTO | KEVIN ODIT |

“I need to make as many birdies in order to catch, and I am really happy that I hit excellent iron shots in addition to my take off from the tee,” said Henseleit.

Advertisement

She took off well, firing birdies on the first, fourth, sixth, seventh andf ninth holes which gave her the confidence and hope as the leader then Engstrom dropped a shot after the other.

At the back nine, the 20 year old Henseleit made birdies at the 11th, 13th and 15th for a bogey free eight under par which gave her a total of 14 under par 274.

“After the first nine, I knew I had a good chance if I stayed firm and the three back nine birdies actual made me have the confidence in need,” added Henseleit, who beat hot-charging Aditi Ashok of India by the narrow margin of shot.

Ashok made birdies on the first, second, fifth and sixth with a temporary set back caused by an awful triple bogey at the par three-eighth.

She made a birdie at the last hole of the opening nine, and set off for the back nine with a birdie at the 10th though it was the eagle at the 11th hole which re-stored a resolve to go for the title though she managed to make only two more birdies at the 16th and 18th, for the day’s seven under par 65 and a four rounds total of 13 under par.

But what a devastating day it was for Julia Engstrom who had led from day one, and starting the final round with a seven shots lead. She started with an early birdie at the second, but dropped shot after shot starting with the third hole and later on at the 10th, 13th, abd 17th with only a second birdie at the 15th hole.

She eventually finished in third place with a total of 11 under 277 after her final round two over par 74, with an earning of Euro 18,000 (about Sh 2 million) while the Indian girl Ashok took home Euro 27,000 (about Sh 3million).

America’s Cheyenne Woods put up a brave fight, firing four under par 68 with five birdies and one bogey, for a total of six under par 282.

A total of 70 players had made the second round cut out of the field of 106 players in the event sponsored by Magical Kenya, Safaricom’s Mpesa, KCB, EABL, Capital FM, Aquamist, Turkish Airlines, Vipingo Development, KPA and Wilken.


Algérie: fin de campagne électorale sur fond de rejet massif

Publié le 08.12.2019 à 18h50 par AFP

La campagne électorale pour la présidentielle prévue jeudi en Algérie, afin de remplacer l’ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika, a pris fin dimanche après trois semaines marquées par un rejet massif du scrutin par la population.

Les cinq prétendants ont eu le plus grand mal à faire passer leur message face au « Hirak », le mouvement de contestation qui ébranle l’Algérie depuis le 22 février, au point qu’il est difficile de désigner un favori.

Vendredi encore, des foules immenses ont défilé à Alger et dans le reste du pays contre le pouvoir et la présidentielle de jeudi, en criant à l’unisson « Makach (pas de) vote ».

Après avoir obtenu en avril la démission de M.Bouteflika, président pendant 20 ans, le « Hirak » réclame désormais le démantèlement du « système », au pouvoir depuis l’indépendance en 1962.

Les contestataires estiment que la présidentielle ne vise qu’à permettre à un pouvoir discrédité de se régénérer.

Dans un ultime discours, le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée et l’homme fort du régime depuis le départ de M. Bouteflika, s’est dit convaincu que « le peuple algérien (…) s’engagera dans cette échéance nationale cruciale à travers une participation massive dans les prochaines présidentielles, en toute liberté et transparence ».

A partir de dimanche minuit, la loi impose un silence électoral de trois jours avant le scrutin, durant lesquels toute forme de publicité en faveur d’un candidat est interdite.

Ils sont cinq — tous des hommes — en lice: Ali Benflis, Abdelmajid Tebboune, Azzedine Mihoubi, Abdelaziz Belaid et Abdelkader Bengrina.

Tous ont participé ou soutenu, plus ou moins longtemps, la présidence d’Abdelaziz Bouteflika.

Et ils ont dû tenir leurs meetings électoraux sous forte protection policière. La police a fait parfois usage de gaz lacrymogène après des jets de pierres de manifestants anti élections.

Selon les organisations de défense des droits humains Amnesty International et Human Rights Watch (HRW), la répression s’est « intensifiée » à l’approche du scrutin, avec des « arrestations arbitraires » et des incarcérations de manifestants, de militants et de journalistes.

Au dernier jour de la campagne, dimanche, les candidats ont tenu soit des meetings électoraux, à Alger ou en province, soit des conférences de presse.

Hormis quelques endroits où ils avaient apposé leurs affiches, rapidement déchirées, la plupart des panneaux sont restés vierges ou ont été tagués de slogans hostiles.

– « VENDUS » –

Lors d’un débat présidentiel télévisé inédit vendredi soir, ils s’étaient efforcés de défendre leurs programmes mais en restant sur des généralités et dans un format très contrôlé, sans véritablement convaincre.

Quant au Mouvement de la société pour la paix (MSP), le principal parti islamiste en Algérie qui ne présente pas de candidat à la présidentielle, il a annoncé dimanche qu’il ne soutiendrait aucun des cinq prétendants.

Un appel à la grève générale à partir de dimanche et jusqu’à jeudi avait été lancé sur les réseaux sociaux.

Il était particulièrement bien suivi en Kabylie, selon un journaliste de l’AFP.

A Tizi Ouzou, à 100 km à l’est d’Alger, les rues étaient semi-désertes et les boutiques fermées, à l’exception des pharmacies.

En revanche, la situation était quasi normale dans la capitale.

Le vote de l’importante communauté algérienne à l’étranger a débuté dès samedi.

En France, il s’est ouvert sous tension avec des manifestations devant les consulats de plusieurs villes françaises, notamment à Paris.

Devant le consulat d’Algérie, dimanche dans la capitale, les rares électeurs sont escortés un à un par les policiers. Certains ont la tête dissimulée. Les fourgons sont placés devant l’entrée du bâtiment de sorte que les électeurs ne soient pas vus et photographiés. Des protestataires leur crient « vendus », selon un témoin.

Selon le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, le fichier électoral compte 24.474.161 électeurs, dont 914.308 inscrits à l’étranger.

Aucun sondage public n’est disponible en Algérie pour évaluer la possible participation au scrutin, mais l’abstention, longtemps vue comme l’unique voie de contestation d’un régime figé, était déjà forte lors des précédentes élections.


Un homme d’affaires libano-suisse donne le chapeau d’Hitler à Israël

Publié le 08.12.2019 à 18h50 par AFP

Un homme d’affaires libano-suisse a déclaré dimanche avoir acheté des objets ayant appartenu à Adolf Hitler et les remettre à des organisations juives afin de lutter contre la montée du racisme et de l’antisémitisme en Europe.

Lors d’une vente aux enchères le 20 novembre à Munich, Abdallah Chatila a déboursé environ 600.000 euros (660.000 dollars) pour acquérir huit objets, dont un chapeau haut-de-forme porté par Hitler.

S’il avait d’abord envisagé de les brûler, il a finalement décidé de les remettre au Keren Hayessod, un organisme de collecte de fonds israélien, qui a proposé de les confier à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem.

Ce fut une décision « très facile » à prendre, a confié M. Chatila lors d’une conférence de presse à Jérusalem. Craignant que ces objets ne « tombent entre de mauvaises mains », « j’ai considéré que je n’avais pas d’autre choix que d’aider la cause », a t-il précisé.

Selon lui, « ce qui s’est passé ces cinq dernières années en Europe nous a prouvé que l’antisémitisme, le populisme, le racisme sont de plus en plus forts, et nous sommes ici pour le combattre et montrer aux gens que nous n’avons pas peur ».

« Aujourd’hui, avec la désinformation, les médias, le pouvoir que procure Internet, avec les réseaux sociaux », quelqu’un d’autre pourrait manipuler le public, a-t-il poursuivi, évoquant Hitler. Ces objets pourraient selon lui être utilisés par des groupes néonazis ou des personnes voulant attiser l’antisémitisme et le racisme en Europe.

« C’est pourquoi j’ai senti que je devais le faire », a déclaré M. Chatila évoquant son achat.

Les objets, toujours à Munich, devraient être transférés à Yad Vashem et s’ajouter à une collection d’effets personnels de nazis, pour lutter contre le négationnisme. Mais ils ne seront pas exposés de façon permanente, a précisé Avner Shalev, directeur du musée.

Dimanche, M. Chatila a visité Yad Vashem et rencontré le président israélien Reuven Rivlin.

– Optimisme –

Né en 1974 à Beyrouth dans une famille de joailliers chrétiens, M. Chatila a fait fortune dans les diamants et l’immobilier à Genève.

Il est l’une des 300 plus grandes fortunes de Suisse et soutient notamment l’aide aux réfugiés syriens et libanais.

La vente aux enchères avait suscité un tollé en Allemagne, notamment dans la communauté juive. Mais pour le président de l’Association juive européenne, le rabbin Menachem Margolin, le geste de M. Chatila reste un message fort contre le racisme et la xénophobie.

D’autant plus qu’il émane d’une personne non-juive et d’origine libanaise, selon lui, alors que le Liban et Israël sont techniquement en état de guerre.

« Il ne fait aucun doute qu’un message venant de vous est 10 fois ou 100 fois plus puissant qu’un message de nous », a affirmé le rabbin à M. Chatilla.

Cela montre comment une seule personne « peut changer considérablement les choses », a-t-il poursuivi, estimant qu’ »il y a de quoi être optimiste ».


Mombasa club to play in top league

AGNES MAKHANDIABy AGNES MAKHANDIA
More by this Author

Coastal side Mombasa Sports Club (MSC) will play in the Kenya Hockey Union men’s Premier next season.

MSC joined champions of the second-tier Super League, Parkroad Badgers, who finished the league with 48 points in qualifying for the top-fligh league after Sunday’s matches played at City Park Hockey Stadium in Nairobi.

Parkroad finished five points ahead of MSC and Kenya College of Accountancy College.

MSC returned to the top-tier league, thanks to their 2-1 win against Impala on Saturday and a deserved 3-0 win against Kisumu Youngster.

But it was team’s captain Mariano Emadau who had a perfect 33ed birthday gift as he scored the team’s first goal in the 16th minute before Adaka Kilaini (20th) and Marvin Barasa (48th) scored one goal each.

MSC last played in the top league in 2016 and coach Fredrick Arika has welcomed the opportunity to play among Kenya’s top teams.

Advertisement

“It’s one thing to earn the promotion and totally a different thing to stay at the top. Ours has been a team effort and I believe the script will not be any different in the premier league,” said Arika.

He added: “We are reaching out to sponsors and people of good will to come on board and support us. Whereas we get support from MSC, it has not been enough to sustain the club the whole season. I’m happy that we are back in the top-tier league,” he said.