Main Menu

Wednesday, December 4th, 2019

 

Samoa: deux jours de fermeture totale pour lutter contre la rougeole

Publié le 05.12.2019 à 01h50 par AFP

Les îles Samoa ont entamé jeudi matin deux jours de fermeture totale (bureaux, commerces etc.) afin d’effectuer une campagne de vaccination nationale contre la rougeole, une épidémie qui a tué plusieurs dizaines d’enfants.

Les autorités de cet archipel du Pacifique sud ont ordonné la fermeture de tous les commerces et services gouvernementaux non essentiels, coupé la liaison inter-îles par ferry et demandé aux véhicules privés de ne pas circuler.

Les personnes qui n’ont pas encore été vaccinées contre la rougeole doivent afficher un drapeau ou une étoffe rouge devant leur domicile pour aider les services de vaccination à les repérer.

Un drapeau rouge flottait d’ailleurs devant le domicile du Premier ministre Tuilaepa Sailele Malielegaoi, lequel a précisé que son neveu était récemment rentré d’Australie et avait besoin de se faire vacciner.

Le bilan des victimes de la rougeole atteignait jeudi les 62 décès, dont 54 concernant des enfants de quatre ans ou moins. Quelque 4.214 cas de contamination ont été recensés depuis la mi-octobre dans ce pays de 200.000 habitants.

« J’avais déjà vu des campagnes de mobilisation massives, mais jamais à travers tout un pays comme ça », a confié à l’AFP Sheldon Yett, le représentant de l’Unicef pour le Pacifique. « C’est ce que nous sommes en train de faire. Le pays entier est en train de se faire vacciner ».

Le taux de vaccination était de 30% de la population avant le début de l’épidémie, et se situait à plus de 55% lorsque la campagne de vaccination a commencé il y a deux semaines.

La campagne de jeudi et vendredi, prise sous l’état d’urgence décrété le mois dernier, est censée porter ce taux à plus de 90%, ce qui devrait faire refluer l’épidémie, selon M. Yett.

Les rues habituellements fréquentées de la capitale Apia étaient quasiment désertes jeudi matin, a-t-il affirmé.

« C’est très calme ici. On entend seulement quelques chien aboyer. Les rues sont vides. Il n’y a pas de voitures. Les gens restent chez eux et attendent la campagne de vaccination. Les équipes sont en train de rassembler leurs équipements et se préparent à sortir », a-t-il encore dit.


Une université et un institut polytechnique ivoiriens décrochent des prix internationaux

Publié le 05.12.2019 à 01h18 par APA

Les établissements universitaires publics ivoiriens, l’Institut national polytechnique Houphouët-Boigny (INP-HB) et Nangui Abrogoua, ont respectivement décroché les 2è et le 3è prix de « Nestlé R&D Innovation Challenge Afrique Subsaharienne », décernés mercredi.Le projet Moayé de l’INP-HB a remporté le 2è Prix, tandis que le projet Winners de l’Université Nangui Abrogoua, a décroché le 3è Prix. Ces projets étaient portés par deux groupes d’étudiants de ces universités publiques.

Leurs travaux ont été sélectionnés le 03 septembre 2019 dernier, après la présentation de leurs différents projets à la direction du groupe Nestlé. Ces deux universités ont reçu ce 4 décembre 2019 à Abidjan les prix d’une valeur de 5 000 francs suisses pour le 2è prix et 1 000 francs suisses pour le 3è prix.

Nestlé Côte d’Ivoire a remis ces chèques aux lauréats de l’édition 2019. En mai 2019, le groupe Nestlé a lancé le R&D Innovation challenge en Afrique subsaharienne dans le cadre de ses efforts pour stimuler des solutions innovantes dans quatre domaines.

Ces domaines concernent la nutrition accessible à tous, des emballages respectueux de l’environnement, des solutions durables tenant compte des modes de transport et de culture des plants de cacao ainsi que des nouveaux mécanismes de commercialisation de produits.

Le programme a mis l’accent sur les universités et les start-ups en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Kenya, au Nigeria, au Sénégal et en Afrique du Sud.

Huit mois après, Nestlé récompense les trois meilleurs lauréats des projets, catégorie Université. Le 1er prix a été décerné à l’Université Gaston Berger de St Louis, Sénégal, le deuxième prix à l’INP-HB et le troisième prix à l’Université Nangui Abrogoua de Côte d’Ivoire.

Sélectionnés parmi plusieurs dossiers de quatre grandes universités d’Afrique, leurs projets ont été évalués comme les plus prometteurs par le panel de direction du groupe Nestlé par rapport à l’innovation en terme de solutions durables aux mécanismes de transport et culture des plants de cacao pour l’INPHB, et solutions d’emballage respectueuses de l’environnement, pour le projet de l’Université Nangui Abrogoua.

Outre le prix reçu, les deux lauréats intégreront, pour une durée de six mois, le nouvel accélérateur R&D de Nestlé pour l’Afrique subsaharienne, situé au Centre R&D Nestlé à Abidjan afin de parfaire leurs recherches.

Selon Joëlle Abega-Oyouomi, directrice du Centre de Recherche et Développement (R&D) Nestlé à Abidjan, « l’écosystème de l’innovation en Afrique subsaharienne est riche en énergie créatrice et forte de par la diversité des idées entrepreneuriales. Cependant, il n’y a pas assez d’infrastructures pour tester et valider de nouvelles idées, ce qui limite l’accès à un marché plus large ».

Elle a souligné que « l’expertise scientifique et technologique de Nestlé en matière de R&D contribuera en apportant une plateforme permettant de proposer des innovations adaptées aux besoins et préférences des consommateurs africains ».


Fête de fin d’année: l’usage des pétards interdit en Côte d’Ivoire en décembre et janvier

Publié le 05.12.2019 à 01h18 par APA

Pour éviter des troubles à l’ordre public, le ministère ivoirien de la Sécurité et de la protection civile, a pris un arrêté interdisant l’usage des pétards et des feux d’artifice durant la période des fêtes de fin d’année, notamment du 1er décembre 2019 au 31 janvier 2020.« L’usage de pétards et autres substances explosives du genre est interdit sur toute l’étendue du territoire national, pour la période allant du 1er décembre 2019 au 31 janvier inclus », indique une note signée du ministre de la Sécurité et de la protection civile, le général Vagondo Diomandé.

L’arrêté interdit également « l’usage de feux d’artifice sur toute l’étendue du territoire du 1er décembre au 31 janvier inclus, sauf dérogation accordée par arrêté du ministre de la Sécurité et de la protection civile ».

Les contrevenants aux dispositions de cet arrêté,  encore institué cette année, s’exposent aux sanctions prévues par les lois et règlements en vigueur, prévient le ministère de la Sécurité et de la protection civile.  


Côte d’Ivoire: baisse des exonérations fiscales et douanières de 243,4 à 222,8 milliards FCFA

Publié le 04.12.2019 à 23h18 par APA

Les coûts des exonérations fiscales et douanières accordées par l’État de Côte d’Ivoire ont baissé, passant de 243,4 milliards FCFA à fin septembre 2018 à 222,8 milliards FCFA à fin septembre 2019, soit une baisse de 8,5%, a annoncé mercredi le gouvernement ivoirien.«A la fin septembre 2019, les coûts des exonérations fiscales et douanières s’établissent à 222,8 milliards FCFA contre 243,4 milliards FCFA enregistré à fin septembre 2018, soit une baisse de 8,5%. Elles représentent 8,6% des recettes brutes mobilisées par les administrations fiscales et douanières contre 10% à fin septembre 2018», a indiqué Sidi Tiémoko Touré, le porte-parole du gouvernement ivoirien à l’issue d’un conseil des ministres présidé par le président Alassane Ouattara.

« Les exonérations accordées à fin septembre 2019 au titre de la fiscalité de porte se chiffrent à 127,5 milliards FCFA, soit 57,2% de la dépense fiscale et en régime intérieur à 95,3 milliards FCFA représentant 42,8%», a ajouté M. Touré qui est également le ministre de la communication et des médias.

« Ces exonérations ont été particulièrement importantes en matière de TVA, de droits de douanes et d’impôts sur le bénéfice dont les montants cumulés se chiffrent à 171,5 milliards FCFA,  soit 77% des exonérations globales », a ajouté le ministre de la communication et des médias.

Poursuivant, il a précisé que les secteurs d’activités ayant bénéficié  d’exonérations sont principalement l’industrie, les BTP, les services et l’administration.


BBI report is otiose, offers nothing new

The conventional path to constitutional reform is a bottom-up approach, where the public express disenchantment with the order and direct efforts towards a public discourse to change it. But the Building Bridges Initiative (BBI) is top-down, where a political establishment with a predetermined outcome seeks to direct a conversation with the public with the aim of directing a discourse for constitutional reforms.

It shows a chronic failure to comprehensively address the issues it raises and give effect to the Constitution. The Constitution’s shortcomings, as captured in BBI, can be attributed to Executive control over Parliament; 80 per cent of the recommendations can be implemented by an effective Parliament. The remainder, constituting the change in governance, would not be required with Parliament’s oversight.

The BBI can be passed by a parliamentary initiative under Article 256 of the Constitution. The proposed position of Premier and the envisaged parliamentary approval of the nominee alters the function of Parliament (Art. 255 (1)(h), hence the need for a referendum.

The BBI is an attempt at circumventing the Constitution by creating a political elite fiat on reforms to achieve a pre-determined political outcome. We need a genuine call for constitutional reforms; for that, the BBI must fall.


Ile-de-France: quelques « cars Macron » à la rescousse pendant la grève

Publié le 04.12.2019 à 22h50 par AFP

Quelques « cars Macron » devraient venir renforcer vendredi les transports publics d’Ile-de-France, très affectés à partir de jeudi par la grève contre la réforme des retraite.

« Ceux qu’on appelle les +cars Macron+ pourront circuler demain (jeudi) entre Saint-Denis et Massy en desservant Paris intra-muros. Nous avons veillé à ce que les tarifs proposés soient accessibles », a annoncé le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, mercredi soir.

« Nous avons évidemment respecté le cadre réglementaire », a-t-il précisé, évoquant « 15 à 20 » autocars et notant que « des discussions sont encore en cours » tant avec les opérateurs qu’avec la mairie de Paris.

S’il sera théoriquement possible de faire rouler ces véhicules dès jeudi, dans les faits, ces cars ne circuleront qu’à partir de vendredi, selon leurs exploitants.

Contacté par l’AFP, un porte-parole de FlixBus a indiqué que la compagnie allemande assurerait cette desserte à partir de vendredi. « Ce sera gratuit », a-t-il ajouté, notant que le parcours n’était pas définitivement arrêté.

Ce parcours devra être allongé, la distance entre Saint-Denis et Massy via Paris ne dépasse pas les 30 km. Réglementairement, les « cars Macron » n’ont en effet pas le droit de faire des trajets de moins de 40 kilomètres en Ile-de-France.

L’autre opérateur de « cars Macron », BlaBlaBus (BlaBlaCar), ne lancera pas non plus cette ligne francilienne jeudi, selon un porte parole resté très évasif pour les jours suivants.

Avant l’annonce du secrétaire d’Etat, la CGT de la RATP s’était déjà élevée contre cette initiative, la jugeant « inutile » car très peu capacitaire, « dangereuse » et « illégale ».

M. Djebbari a en outre indiqué qu’il avait demandé aux opérateurs de VTC « de ne pas augmenter leurs tarifs ». Ceux-ci ne seront pas plus majorés qu’un samedi soir, a-t-il ajouté.

Côté transports publics, la RATP « a mis le paquet sur les lignes structurantes », a souligné sa PDG Catherine Guillouard.

Pour le métro, il s’agit de la ligne 1 (est-ouest, automatique), la 4 (nord-sud), la 7 (nord-est/sud-est, avec une large courbe dans le centre de Paris), la 9 (vers Montreuil à l’est) et la 14 (nord-ouest/sud-est, automatique).

Onze lignes de métro seront fermées (2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 8, 10, 11, 12 et 13). La 1 et la 14 –automatiques– devraient fonctionner normalement tandis que les 4 et 7 fonctionneront seulement aux heures de pointe (de 06H30 à 09H30 et de 17H00 à 20H00), de même qu’un petit bout de la 9.

Certaines stations importantes resteront cependant fermées, comme Barbès-Rochechouart, Gare de l’Est, Montparnasse-Bienvenüe, Opéra, Place d’Italie ou Porte d’Orléans.

Quelques tramways devraient circuler, mais le trafic du RER et des trains de banlieue de la SNCF sera squelettique et concentré sur les heures de pointe.

Restent les autobus, plutôt moins affectés par le mouvement: la RATP prévoit d’assurer 30% du trafic, toute la journée. Certaines lignes seront renforcées –notamment la 38, axe nord-sud parisien–, et d’autres supprimées.

Hors du périmètre de la RATP en grande couronne, les opérateurs du réseau Optile comptent sur 8 bus sur 10.

Toutes les sociétés de scooters, vélos et trottinettes en libre-service, de même que les plates-formes de covoiturage et d’autopartage sont également sur le pont pour proposer des solutions alternatives pendant la grève.


Sundar Pichai, l’ingénieur d’origine indienne à la tête de la multinationale Alphabet

Publié le 04.12.2019 à 22h50 par AFP

Sundar Pichai, l’ingénieur qui vient de prendre les rênes d’Alphabet, la maison mère de Google, rejoint le cercle grandissant des patrons de multinationales américaines d’origine indienne à un moment épineux pour la Silicon Valley.

Voix posée, barbe taillée, lunettes rectangulaires, physique affuté, le nouveau dirigeant du géant de l’informatique, 47 ans, a grandi à Chennai, dans le sud de l’Inde, dans une famille modeste où il dormait à même le sol du salon.

« Des amis, jouer au cricket dans la rue, lire des livres – c’était toute ma vie. Mais je n’ai jamais eu l’impression de manquer de quoi que ce soit », racontait-il dans une interview au New York Times fin 2018.

Lecteur vorace pendant son enfance, il a étudié à l’Institut indien de technologies Kharagpur, dans le Bengale occidental, avant de poursuivre ses études aux Etats-Unis, à l’université californienne de Stanford puis à la Wharton School, en Pennsylvanie.

Après avoir débuté sa carrière chez le fournisseur d’équipements et de services pour des fabricants d’électroniques Applied Materials puis chez le cabinet de conseil McKinsey, il entre chez Google en 2004.

Il y participe notamment au développement du populaire navigateur Chrome avant d’être chargé de tous les produits du groupe, comme le service de cartographie Google Maps ou le système d’exploitation Android.

Sundar Pichai est propulsé à la tête de Google en 2015 quand ses deux co-fondateurs Sergey Brin et Larry Page décident de créer Alphabet, une entité plus large englobant également des projets annexes comme les voitures autonomes. Il rejoint le conseil d’administration de la maison mère en 2017 avant d’en être nommé directeur général mardi.

– ‘Humilité et passion’ –

Cet adepte des baskets de ville Lanvin s’inscrit ainsi dans les traces d’autres dirigeants américains d’origine indienne dans le secteur informatique comme Satya Nadella chez Microsoft, Shantanu Narayen chez Adobe Systems ou Sanjay Mehrotra chez Micron Technology.

L’émetteur de cartes de crédit Mastercard est également dirigé par Ajaypal Singh Banga tandis que le groupe connu pour ses snacks et sodas Pepsico a longtemps été mené par Indra Nooyi.

Le milliardaire indien Anand Mahindra, dont l’empire s’étend des voitures à l’immobilier, a félicité mercredi Sundar Pichai sur Twitter, soulignant avec humour que « le produit que l’Inde exporte le mieux est probablement +le patron de multinationale+ ».

« Si seulement on pouvait monétiser ces +exportations+, l’Inde aurait un excédent perpétuel de balance des paiements », a-t-il ajouté.

« Sundar apporte de l’humilité et une grande passion pour la technologie à nos utilisateurs, à nos partenaires et à nos employés au quotidien », écrivent Mrs Brin et Page dans la lettre annonçant le changement à la tête de leur entreprise, créée dans un garage en 1998. « Nous n’aurions pas pu trouver mieux pour mener Google et Alphabet vers l’avenir », ajoutent les deux entrepreneurs, peu présents depuis plusieurs années dans la vie quotidenne de l’entreprise mais gardant toujours, grâce à leurs actions préférentielles, la main haute sur les décisions stratégiques.

Sous la houlette de M. Pichai, marié et père de deux enfants, Google « s’est concentré sur le développement de produits et services, optimisés par les dernières avancées en matière d’intelligence artificielle », a rappelé mardi le groupe dans une présentation de son travail.

Google a aussi « investi dans de nouvelles opportunités, telles que Google Cloud et YouTube, et continue d’être un chef de file des technologies de pointe, notamment l’apprentissage automatique et l’informatique quantique », y est-il ajouté.

« Il est très intelligent et très compétent, il a une attitude très discrète et mesurée », estime Bob O’Donnell, analyste chez Technalysis Research pour qui il représente une certaine « force tranquille ». Mais il va devoir, selon l’expert, s’attaquer frontalement à certaines problématiques.

M. Pichai doit en effet faire face aux nombreuses controverses entourant actuellement Alphabet, depuis sa position dominante sur internet, ses pratiques en termes de protection de la vie privée, ses relations avec les gouvernements américains ou chinois jusqu’aux reproches de plus en plus vindicatifs de salariés sur des sujets comme le harcèlement sexuel.

« Quand je suis arrivé à Google j’ai été frappé par l’idéalisme et l’optimisme qui y régnait », soulignait-il dans l’interview au New York Times. Si ces traits sont toujours présents, « le monde est différent », ajoutait-il. « Peut-être est-on devenu plus réaliste sur la difficulté de certaines choses. »


Rashford strikes twice to end Mourinho's perfect start

Manchester,

Marcus Rashford spoiled Jose Mourinho’s return to Old Trafford on Wednesday, scoring twice as Manchester United beat Tottenham 2-1 to end their former manager’s perfect start to his tenure at his new club.

The England forward put United in front early in the first half and converted a second-half penalty to restore their lead after Dele Alli’s exquisite equaliser as United leapfrogged Spurs in the Premier League table.

Spurs went into the match two points ahead of United after their mini-revival under their new boss, who replaced the sacked Mauricio Pochettino at the London club last month.

Struggling United had made their worst start to a season in 31 years but started brightly against the visitors, playing with energy and adventure and cutting through the Spurs midfield with ease.

The home side deservedly took the lead when Rashford beat Paulo Gazzaniga at his near post in the sixth minute — the forward’s 11th goal in his past 13 games for United and England.

Advertisement

Man-of-the-match Rashford, attacking from the left, surprised the goalkeeper with the power of his shot but Gazzaniga may feel he should have done better.

Ole Gunnar Solskjaer’s side could easily have stretched their lead but Gazzaniga made amends by touching a thunderous Rashford shot onto the crossbar.

 The Spurs goalkeeper made another smart stop minutes later, keeping out a curling effort from Rashford and Jesse Lingard also went close.

It was a far cry from recent disjointed performances against Sheffield United and Aston Villa. Both of those matches ended in draws after United had taken the lead.

But despite being a clear second best, Tottenham edged their way back into the game and were on level terms six minutes before half-time thanks to an audacious piece of skill from the in-form Alli.

Serge Aurier’s shot was saved and the rebound landed to Alli, whose sweet first touch took the ball away from Ashley Young and Fred. He let it bounce before shooting past David de Gea into the far corner.

The England man looked a pale shadow of himself in the early weeks of the season but has bounced back in style, scoring four times in his past three matches.

United would have been disappointed to have been trailing at the break after their impressive first-half showing but they were back in front in the 49th minute when Rashford sent Gazzaniga the wrong way from the spot after being brought down by Moussa Sissoko.

The match then fell into a familiar pattern, with United surging forward in search of another goal, with Rashford a constant threat down the left and Daniel James also looking dangerous.

Mourinho threw on Christian Eriksen in search of an equaliser as the game remained in the balance but despite some late pressure against a nervy United, they left Old Trafford empty-handed.

Mourinho, sacked by United last December, won his first three matches in charge of Spurs, with his team scoring 10 goals in the process but he has problems to sort out at the back as he targets a Champions League spot.

United are also eyeing the top four despite a big gap to close.


Douala : Bolloré gagne aux points en justice contre l’Autorité portuaire

Publié le 04.12.2019 à 22h18 par APA

La chambre administrative de la Cour suprême du Cameroun a, mercredi en fin de journée, rejeté le pourvoi en cassation formé par le Port autonome de Douala (PAD), la métropole économique, au sujet de l’éviction irrégulière du consortium franco-danois Bolloré-Maerks (APMT) de l’exploitation du terminal à conteneurs, a appris APA de source judiciaire.Le 25 octobre dernier, le président Paul Biya avait, en attendant l’aboutissement des procédures judiciaires engagées par le groupement, exerçant dans le pays sous le label de Douala International Terminal (DIT), suspendu l’attribution à compter du 1er janvier prochain de l’exploitation dudit terminal à l’opérateur italo-suisse Terminal Investment Limited (TIL). 

APMT avait, au départ, saisi les tribunaux compétents pour dénoncer sa mise à l’écart de la phase de pré-qualification pour le recrutement d’un nouvel opérateur dans cette plateforme, où il exerce depuis 2005. Par la suite, le groupe Bolloré avait saisi le chef de l’État camerounais en vue de solliciter son arbitrage sur des «traitements injustes», subis de la part du PAD, souhaitant par ailleurs la reprise de l’appel à sélection «sur une base équitable». 

Ces derniers jours, dans la perspective du départ de l’exploitant, en outre soupçonné de vouloir «saboter» les réseaux informatiques avant de plier bagages, l’Autorité portuaire avait réquisitionné des dizaines d’éléments de la gendarmerie et de la police, transformant du coup la zone en un camp sous couvre-feu.


Le naufrage d’une pirogue de migrants fait 55 morts en Mauritanie

Publié le 04.12.2019 à 22h18 par APA

Quelque 55 migrants illégaux ont péri, mercredi, sur les côtes mauritaniennes, au large de Nouadhibou, a-t-on appris de sources sécuritaires basées dans cette ville.Leur corps ont été rejetés par la mer et ramassés par les éléments d’une patrouille militaire mauritanienne, ont précisé nos sources.   

Pendant ce temps, 73 autres migrants sont rescapés en parvenant à la nage à la plage. Ils ont été cueillis et amenés vers un endroit sûr à Nouadhibou où ils ont reçu de la nourriture, des habits et des médicaments.

Quant aux victimes dont les nationalités n’ont pas été précisées, leurs corps seront entrés ce soir à l’extérieur de Nouadhibou.

Selon la version des rescapés relayée par les sources sécuritaires, la pirogue sinistrée qui tansportait plus de 150 personnes était partie il y a quelques jours de la Gambie avec pour destination l’Espagne.

Elle a fini par être renversée après s’être heurtée à un rocher. Ses occupants se sont tous jetés à l’eau pour tenter l’aventure d’atteindre la côte.

Les autorités mauritaniennes continuent toujours les recherches pour d’éventuels autres survivants, même si cette probabilité s’amenuise de plus en plus.