Main Menu

Monday, December 2nd, 2019

 

Le « roi de la cocaïne » dominicain arrêté en Colombie

Publié le 03.12.2019 à 01h50 par AFP

Le Dominicain César Emilio Peralta, surnommé « le roi de la cocaïne » parce qu’il aurait fait acheminer « des tonnes » de drogue des Caraïbes vers les Etats-Unis et l’Europe, a été arrêté lundi en Colombie, ont annoncé les autorités dominicaines.

Peralta, âgé de 44 ans et également surnommé « el Abusador » (la Brute), a été interpellé au petit matin à Carthagène, dans le nord de la Colombie, a déclaré le procureur général dominicain, Jean Alain Rodriguez, lors d’une conférence de presse.

En outre, a-t-il ajouté, le réseau de trafiquants de Peralta, qui selon le FBI avait des ramifications au Venezuela, à Porto Rico et en Colombie, a été « complètement démantelé » lors d’une soixantaine d’opérations où 18 personnes ont été arrêtées.

Trois suspects ont été extradés vers les Etats-Unis et un quatrième est en train d’être remis à la justice américaine, a précisé M. Rodriguez.

Le FBI promettait une récompense de 100.000 dollars pour toute information qui mènerait à l’interpellation de César Emilio Peralta.

« Nous sommes en contact avec le ministère colombien de la Justice pour organiser son extradition, que ce soit vers les Etats-Unis ou la République dominicaine », a encore indiqué le procureur général, en marquant sa « préférence » pour les Etats-Unis.

Le Trésor américain avait placé Peralta sur ses listes noires de narcotrafiquants étrangers en août dernier, le soupçonnant d’avoir organisé le transport de « tonnes de cocaïne et de quantités significatives d’opioïdes » de la République dominicaine vers les Etats-Unis, Porto Rico et l’Europe.


Crise sociale au Chili: le gouvernement présente un plan de plus de 5 milliards de dollars

Publié le 03.12.2019 à 01h50 par AFP

Le gouvernement chilien a présenté lundi un plan de 5,5 milliards de dollars pour tenter de résoudre la crise sociale qui agite le pays depuis 46 jours, a annoncé le ministre des Finances, Ignacio Briones.

La situation difficile « exige une action de l’Etat par une politique budgétaire ambitieuse pour l’année 2020 (…) Ce programme, que nous présentons aujourd’hui, prévoit des moyens à hauteur de 5,5 milliards de dollars », a déclaré le ministre, le jour où la Banque centrale a annoncé un effondrement de l’activité economique chilienne de 3,4% en raison de la crise, la pire baisse en dix ans.

Le plan de soutien prévoit une augmentation des dépenses publiques en 2020 de quelque 3 milliards de dollars, une aide financière de 1,9 milliard de dollars aux PME et 525 millions de dollars d’aides diverses, comme la reconstruction du métro de Santiago, très endommagé depuis le début de la crise, qui a éclaté le 18 octobre.

Le plan devrait « générer 100.000 emplois nouveaux l’an prochain », a souligné M. Briones, dans un message depuis le siège du gouvernement.

Le mouvement de contestation sociale au Chili a fait 23 morts, dont cinq après l’intervention des forces de l’ordre, et plus de 2.000 blessés. Après une mobilisation historique le 25 novembre, qui avait réuni 1,2 million de personnes, des manifestations plus ou moins suivies se poursuivent pour réclamer plus de justice sociale.


Banane dessert: la Côte d’Ivoire, 1er producteur africain avec près de 450 000 tonnes en 2019

Publié le 03.12.2019 à 01h18 par APA

Avec une production de près de 450 000 tonnes de bananes desserts en 2019, la Côte d’Ivoire est en peloton de tête des pays producteurs africains, et enregistre un chiffre d’Affaires de 145 milliards de Fcfa, soit 7% du Produit intérieur brut (PIB) agricole et 3% du PIB national.En dépit de ces performances, des défis majeurs demeurent, indique une analyse de la compétitivité de la filière banane dessert établie par l’Observatoire national sur la compétitivité des entreprises (ONCE) en partenariat avec le Secrétariat exécutif du Comité de concertation Etat/Secteur privé.   

Selon l’analyse, une concurrence féroce des pays d’Amérique centrale et du Sud se dresse face à la Côte d’Ivoire, au regard de l’importante quantité de bananes desserts exportées par ces Etats vers l’Union européenne (4,6 millions de tonnes contre 1,2 million de tonnes pour les pays ACP) et du contexte de libéralisation des échanges.  

La filière banane dessert en Côte d’Ivoire représente 9 000 emplois directs et 35 000 emplois indirects. La faible consommation de la banane sur le marché local, le ratio de rendement à l’hectare encore faible (50 tonnes/hectares), et les coûts de production élevés (accès aux intrants, coûts de transports…) constituent des facteurs entravant la compétitivité de la filière.     

Face à ces différents défis, les  acteurs de la filière  réunis au sein de  l’Organisation des producteurs-exportateurs de bananes, d’ananas, de mangues et autres fruits de Côte d’Ivoire (OBAMCI)    souhaitent un soutien financier plus accru de l’Etat à l’endroit de la filière, une poursuite de la politique d’installation de nouveaux planteurs, une défiscalisation du carburant utilisé par les exploitants de la banane dessert et un accès facile aux intrants.

Vu la concurrence internationale dans la filière banane dessert marquée par la présence de plus en plus accrue des produits de l’Amérique centrale et du sud sur le marché européen, l’ONCE et les acteurs de la filière ont organisé le 21 novembre 2019 un atelier en vue de relever les défis et garantir la pérennité de la filière banane dessert en Côte d’Ivoire. 


Une faîtière des organisations syndicales de sécurité privée annoncée en Côte d’Ivoire

Publié le 03.12.2019 à 00h18 par APA

En vue de défendre la cause des agents de la sécurité privée en Côte d’Ivoire, Jéromi Kouassi Yao et Giscard Rabet, deux responsables syndicaux du secteur, ont décidé de créer une fédération des organisations professionnelles de la sécurité privée.Cette faîtière des organisations professionnelles de la sécurité privée, dont les statuts sont en cours, vise à dénoncer les « abus » des patrons vis-à-vis des employés, a indiqué à la presse, fin novembre 2019, M. Giscard Assalé Rabet, un ancien responsable syndical d’une société de sécurité privée.  

M. Rabet, secrétaire général d’un syndicat d’une société de sécurité privée, aujourd’hui déflaté, avoue ne plus avoir envie de reprendre le métier de sécurité. Avec son expérience syndicale et celle de président du collectif du personnel, il compte les capitaliser au sein de cette faîtière.

Quant à M. Jéromi Kouassi Yao, agent patrouilleur à Puissance 6 (SIS-P6), une entreprise de sécurité privée, il compte apporter davantage de pertinence au combat syndical des agents de sécurité. Ce dernier se retrouve actuellement dans une bataille juridique, entre licenciement et intégration. Et ce, à la suite d’une interview à la RTI (TV nationale) « sans autorisation sur un site gardé par SIS-P6», son employeur.          

L’entreprise lui reproche notamment qu’au travers d’un reportage diffusé sur la RTI et traitant des conditions de travail des agents de sécurité, il est apparu à l’écran des agents de SIS-P6. En civil, M. Yao s’affichait serrant la main des agents laissant supposer son appartenance à SIS-P6.  

De ce fait, la société a engagé  auprès de la direction de travail une demande d’autorisation de licencier. Car, en sa qualité de travailleur protégé, M. Jéromi Yao ne peut être licencié qu’après un avis favorable de l’inspection du travail dont la décision est jusque-là attendue.

Responsable syndical, Jéromi Kouassi Yao est le président de la centrale professionnelle de la sécurité en Côte d’Ivoire (CPS-CI). Avec M. Rabet, un professionnel roué aux arcanes des activités syndicales, ceux-ci veulent promouvoir le secteur à travers une nouvelle organisation syndicale.       

Sous « mise à pied provisoire » M. Jéromi Yao estime que le fait que «la procédure (de licenciement) soit engagée, cela constitue un abus pour l’activité syndicale parce que le Code du travail nous autorise à exercer notre travail librement sans aucune autorisation de notre employeur ».

Interrogé par APA, le directeur général de SIS-P6, Aujas Philippe, a indiqué que « pour l’instant il (Jéromi Kouassi) est suspendu », assurant suivre les procédures légales et attend le retour de l’inspection du travail. Selon la direction de l’entreprise « c’est un problème d’atteinte d’image » et « une perte de confiance ».

Pour M. Rabet, il faut « assainir ce corps de métier parce qu’il emploie des jeunes Ivoiriens et Africains» afin que « cessent les abus des employeurs ». En outre, « ce n’est pas normal que dans ce 21è siècle, les agents de sécurité soient payés en dessous de 100 000 Fcfa par mois » alors que des «contrats juteux sont signés avec des entreprises ».

« Notre objectif, c’est de pouvoir lutter  contre ces abus des chefs d’entreprises qui s’adonnent à licencier des gens qui sont prêts à lutter pour les intérêts de l’ensemble des travailleurs de ce corps de métier », a-t-il déclaré.   


Le président mozambicain au Rwanda pour assister au forum ICASA 2019

Publié le 03.12.2019 à 00h18 par APA

Le président du Mozambique, Filipe Jacint Nyusi, est arrivé lundi à Kigali pour assister à la Conférence internationale sur le sida et les IST en Afrique (ICASA) qui attire environ 10.000 délégués de 150 pays du monde entier.Organisée sous le thème « Innovation, leadership communautaire et politique pour une Afrique sans sida », les scientifiques, décideurs, militants, personnes vivant avec le VIH, leaders gouvernementaux – ainsi que des représentants de la société civile – se joindront au débat sur la manière de réaliser un agenda pour une Afrique sans sida.

 Les organisateurs ont déclaré que l’ICASA 2019 cherche à offrir à toutes les parties prenantes, en particulier aux gouvernements, l’occasion de comparer leurs notes, de tirer des enseignements des meilleures pratiques et de renouveler leur engagement à intensifier et accélérer la riposte au VIH/SIDA.

 Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sur les 34 millions de personnes séropositives dans le monde, 69% vivent en Afrique subsaharienne.

 Il y a environ 23,8 millions de personnes infectées dans toute l’Afrique. 91% des enfants séropositifs dans le monde vivent en Afrique, où plus d’un million d’adultes et d’enfants meurent chaque année du VIH/SIDA en Afrique seulement, selon la même source.

 Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Winny Byanyima, le Président du Conseil d’administration du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Donald Kaberuka et le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sont parmi les autres personnalités présentes.


Côte d’Ivoire : Nathalie Yamb sera expulsée par les autorités ivoiriennes, annonce son parti

Publié le 03.12.2019 à 00h18 par APA

La conseillère exécutive de l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly, Nathalie Yamb sera expulsée par les autorités ivoiriennes après son audition à la préfecture de police d’Abidjan, a annoncé lundi soir, Liberté et Démocratie pour la République ( LIDER), son parti politique. «C’est décidé, la conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly, Nathalie Yamb sera expulsée par les autorités ivoiriennes… Sous escorte policière et sans son avocat, elle est conduite à l’aéroport pour y être expulsée», annonce sa formation politique dans une note d’information. 

Selon le fondateur de LIDER, par ailleurs ancien président du parlement ivoirien, Mamadou Koulibaly, Mme Yamb a été convoquée à la préfecture de police d’Abidjan pour trois griefs qui sont «trouble à l’ordre public, militante politique alors qu’elle est étrangère et critiques acerbes contre les autorités ». 

De double nationalité Camerounaise et Suisse, Mme Yamb s’est engagée politiquement auprès de l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly depuis plusieurs années. Ce dernier a déclaré récemment sa candidature pour la présidentielle ivoirienne de 2020.


Ballon d’Or, les espoirs déçus de l’Afrique

Publié le 02.12.2019 à 23h18 par APA

Lionel Messi est désormais seul au monde après son sixième ballon d’or remporté ce lundi à Paris. L’Afrique se console avec les quatrième et cinquième places de Sadio Mané et Mohamed Salah.Annoncé parmi les favoris pour le ballon d’or 2019, Sadio Mané absent de la cérémonie, se console avec une quatrième place. L’international sénégalais devance un autre africain, l’égyptien Mohamed Salah, classé cinquième cette année. Un lot de consolation pour l’Afrique qui place deux de ses fils dans le quintet du ballon d’or.

Déjà titré à cinq reprises, Lionel Messi est lauréat pour la sixième fois, s’adjugeant un record historique dans ce trophée qui récompense le meilleur footballeur de l’année dans le monde. Il devance au classement le néerlandais de Liverpool Virgil Van Djik, et le Portugais de la Juventus Cristiano Ronaldo.


Ballon d’Or 2019: le palmarès complet

Publié le 02.12.2019 à 22h50 par AFP

Le palmarès des quatre trophées décernés lors de la cérémonie du Ballon d’Or 2019, organisée lundi à Paris par l’hebdomadaire France Football:

. Ballon d’Or masculin

1. Lionel Messi (ARG/FC Barcelone) GAGNANT

2. Virgil van Dijk (NED/Liverpool)

3. Cristiano Ronaldo (POR/Juventus Turin)

4. Sadio Mané (SEN/Liverpool)

5. Mohamed Salah (EGY/Liverpool)

6. Kylian Mbappé (FRA/PSG)

7. Alisson Becker (BRE/Liverpool)

8. Robert Lewandowski (POL/Bayern Munich)

9. Bernardo Silva (POR/Manchester City)

10. Riyad Mahrez (ALG/Manchester City)

. Ballon d’Or féminin

1. Megan Rapinoe (USA/Reign FC) GAGNANTE

2. Lucy Bronze (ENG/Lyon)

3. Alex Morgan (USA/Orlando Pride)

4. Ada Hegerberg (NOR/Lyon)

5. Viviane Miedema (NED/Arsenal)

6. Wendie Renard (FRA/Lyon)

7. Sam Kerr (AUS/Chicago Red Stars)

8. Rose Lavelle (USA/Washington Spirit)

9. Ellen White (ENG/Manchester City)

10. Dzsenifer Marozsan (GER/Lyon)

.Trophée Kopa

(meilleur joueur de l’année civile âgé de moins de 21 ans au 31 décembre)

1. Matthijs de Ligt (NED/Ajax Amsterdam puis Juventus Turin) GAGNANT

2. Jadon Sancho (ENG/Borussia Dortmund)

3. Joao Felix (POR/Benfica puis Atlético de Madrid)

. Trophée Yachine

(meilleur gardien, nouvelle récompense)

1. Alisson Becker (BRE/Liverpool) GAGNANT

2. Marc-André ter Stegen (GER/FC Barcelone)

3. Ederson (BRE/Manchester City)


Jealously safeguard heritage sites, our top national treasures

By LETTER
More by this Author

It is unfortunate to read that Kenyatta House in Lodwar, Turkana County, has been neglected yet it holds an important part of the history of Kenyans’ struggle against British imperialism.

This is where Mzee Jomo Kenyatta was jailed together with four of the Kapenguria Six in separate but identical houses in the same compound.

Turkana boasts many historical feats. First, it holds a connection with the country’s liberation from the British colonial rule.

Secondly, it houses Lake Turkana National Park, which was inscribed onto the Unesco World Heritage List in 1997.

Thirdly, it has one of the longest living histories on earth and recent fossil evidence unearthed at Koobi Fora has led to the Lake being referred to as ‘The Cradle of Mankind’.

In the Kenya Vision 2030, under the economic and macro pillar lies tourism, one of the targets is Eden Cradle of Humankind, whose broad objective is to position the Lake Turkana Basin as the renowned place for human origin while opening it up for economic growth and poverty alleviation.

For a county that holds such a rich history and economic potential, the national government ought to go above and beyond the normal to guard such a heritage site.

Having categorised Kenyatta House as a national museum, it should note that preserving the culture of the country strengthens community engagement, promotes cultural diversity and creates new job opportunities for the less developed communities.

In Cape Town, the Robben Island housed Nobel laureate and first elected black South African president Nelson Mandela, who spent 18 of the 27 years he was jailed by the apartheid regime there.

The buildings on the island are a reminder of its sad history and also show the power of the human spirit, freedom and the victory of democracy over oppression.

There are daily guided tours by several former prisoners, who speak openly of their experiences on the island.

The stroke of genius allows visitors to interact first-hand with ex-detainees with the valuable history at their fingertips.

Indeed, it is worth noting that Lodwar residents appreciate the jewel in their midst and have appealed to the Tourism ministry not to neglect it.

Let there be visible signage that clearly identifies Kenyatta House. As it may be impossible to get the former prisoners to narrate their ordeal, let a booklet or even pamphlet be published to be given out to visitors.

Information boards, blown-up pictures of past prisoners can also be put up in the houses to tell the real story.

The Turkana County Government portal is a gateway for local and international tourists and should have adequate and updated information.

Lastly, let the ministry form a committee to protect and promote heritage sites. The National Museums of Kenya should get serious with this site. Cultural sites are worth saving for their intrinsic value.


Soudan: les rebelles demandent un délai pour un accord de paix avec Khartoum

Publié le 02.12.2019 à 21h50 par AFP

Un leader des rebelles soudanais a demandé lundi un délai de trois mois pour finaliser un accord de paix avec le gouvernement à Khartoum, alors que les pourparlers entre les deux parties doivent reprendre la semaine prochaine.

Le chef adjoint de la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N), Yasser Arman, a également exhorté Washington à retirer le Soudan de sa liste noire des « Etats soutenant le terrorisme ».

Des pourparlers sont en cours depuis mi-octobre à Juba, au Soudan du Sud, entre le nouveau gouvernement de Khartoum et les rebelles qui ont combattu les forces du président déchu Omar el-Béchir au Darfour, dans les Etats du Nil Bleu et du Kordofan Sud.

Un nouveau cycle de pourparlers doit débuter mardi prochain, et la conclusion d’un accord de paix était espéré pour le 14 décembre.

Mais M. Arman a demandé un délai de « trois mois, jusqu’au 8 mars », a-t-il indiqué lundi à des journalistes à Khartoum.

« Nous espérons que le cycle du 10 décembre sera le dernier et que la paix sera réalisée », a-t-il ajouté, sans donner de raisons spécifiques pour le délai demandé.

A la suite d’un accord conclu en août entre l’armée et les meneurs de la contestation qui a entraîné la destitution d’Omar el-Béchir en avril, un Conseil souverain formé de civils et de militaires est chargé d’assurer la transition vers un régime civil et un nouveau gouvernement a promis de pacifier les régions en conflit.

Les conflits ont fait des centaines de milliers de morts et déplacé des millions de personnes au Darfour, au Kordofan-Sud et au Nil Bleu.

« Nous soutenons la paix. Nous voulons un projet national et une issue stratégique pour les mouvements rebelles armés », a affirmé M. Arman.

« Nous ne voulons pas que notre pays s’effondre. La situation du pays est fragile et nécessite une action commune », a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs appelé Washington à retirer le Soudan de sa liste noire, assurant qu’après la dissolution jeudi du Parti du Congrès national (NCP) de M. Béchir par les autorités, « le Soudan n’est plus un Etat qui soutient le terrorisme ».

Les Etats-Unis ont placé le Soudan sur leur liste noire en 1993, l’accusant d’appuyer des groupes extrémistes islamistes. Le fondateur d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, a vécu dans ce pays entre 1992 et 1996.

Le Premier ministre Abdallah Hamdok est actuallement aux Etats-Unis où il a prévu de parler de cette question.