Main Menu

December, 2019

 

In 2020, UNICEF is calling on nations to invest in health workers to save every newborn

In 2020, UNICEF is calling for world leaders and nations to invest in health workers with the know-how and equipment to save every newborn

MONROVIA, 1 January 2020— An estimated 559 babies will be born in Liberia on New Year’s Day, UNICEF said today. Liberian babies will account for 0.14 per cent of the estimated 392,078 babies to be born on New Year’s Day.

“The beginning of a new year and a new decade is an opportunity to reflect on our hopes and aspirations not only for our future, but the future of those who will come after us,” said Henrietta Fore, UNICEF Executive Director. “As the calendar flips each January, we are reminded of all the possibility and potential of each child embarking on her or his life’s journey—if they are just given that chance.”

Fiji in the Pacific will most likely deliver 2020’s first baby. The United States, its last. Globally, over half of these births are estimated to take place in eight countries:

  1. India — 67,385

  2. China — 46,299

  3. Nigeria — 26,039

  4. Pakistan — 16,787

  5. Indonesia — 13,020

  6. The United States of America — 10,452

  7. The Democratic Republic of Congo — 10,247

  8. Ethiopia — 8,493

Each January, UNICEF celebrates babies born on New Year’s Day, an auspicious day for childbirth around the world.

However, for millions of newborns around the world, the day of their birth is far less auspicious.

In 2018, 2.5 million newborns died in just their first month of life; about a third of them on the first day of life. Among those children, most died from preventable causes such as premature birth, complications during delivery, and infections like sepsis. In addition, more than 2.5 million babies are born dead each year.

Over the past three decades, the world has seen remarkable progress in child survival, cutting the number of children worldwide who die before their fifth birthday by more than half. But there has been slower progress for newborns. Babies dying in the first month accounted for 47 per cent of all deaths among children under five in 2018, up from 40 per cent in 1990.

UNICEF’s Every Child Alive campaign calls for immediate investment in health workers with the right training, who are equipped with the right medicines to ensure every mother and newborn is cared for by a safe pair of hands to prevent and treat complications during pregnancy, delivery and birth.

“Too many mothers and newborns are not being cared for by a trained and equipped midwife or nurse, and the results are devastating,” added Fore. “We can ensure that millions of babies survive their first day and live into this decade and beyond if every one of them is born into a safe pair of hands.”

Notes to Editors

For complete un-rounded estimates on births for 190 countries, click here.

For the data, UNICEF worked with the World Data Lab. The estimates for the number of babies born on 1 January 2020 draw on the latest revision of the UN’s World Population Prospects (2019). Building on these datasets, World Data Lab’s (WDL) algorithm projects estimates of the number of births for each day by country.

To download photos to accompany this story, click here.

About UNICEF

UNICEF works in some of the world’s toughest places, to reach the world’s most disadvantaged children. Across 190 countries and territories, we work for every child, everywhere, to build a better world for everyone. For more information about UNICEF and its work for children visit www.unicef.org.

Follow UNICEF on Twitter and Facebook

For more information, please contact:

Mostafa Omar, UNICEF Liberia, +231 (0) 770 267 110, mosomar@unicef.org** **Sabrina Sidhu, UNICEF New York, +1 917 476 1537, ssidhu@unicef.org


Soro considère le mandat d’arrêt lancé contre lui comme une «trahison»

Publié le 01.01.2020 à 00h18 par APA

L’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, a déclaré mardi que le mandat d’arrêt lancé contre lui par la justice ivoirienne est « politique, injuste et infondé », le considérant comme « une trahison », dans un message de nouvel an sur Facebook.« Ce mandat d’arrêt lancé contre moi est politique, injuste et infondé. Je le considère comme une trahison, tout comme ces trois engagements pris avec moi en 2006 en présence d’un ancien chef d’Etat et par la suite renouvelé devant un grand guide religieux ivoirien et qui n’ont pas été respectés», a dit M. Guillaume Soro sans préciser l’identité de cet ancien chef d’Etat et de ce guide religieux.

En 2006, Guillaume Soro, qui était à la tête de l’ex-rébellion ivoirienne des Forces nouvelles (FN), était très proche de l’ancien président burkinabè Blaise Compaoré, qui grâce à son implication dans la crise en Côte d’Ivoire, a favorisé l’Accord politique de Ouagadougou.  Cet accord a permis à la Côte d’Ivoire de sortir de la crise par l’élection présidentielle de 2010.

L’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, est en conflit avec son mentor Alassane Ouattara depuis 2017. Et ce, parce des promesses cachées de passation du flambeau à la magistrature suprême semblent ne plus être réalistes.

Vu cette situation, M. Guillaume Soro a décidé tout seul et sans un parrainage politique de conquérir le pouvoir d’Etat. En octobre dernier, il a officialisé sa candidature à l’élection présidentielle ivoirienne de 2020.

Alors qu’il revenait en Côte d’Ivoire le 23 décembre 2019 pour la pré-campagne, un mandat d’arrêt a été décerné contre lui pour complot contre l’autorité de l’Etat. En outre, une quinzaine de personnes dont des députés a été arrêtée.   

Au nombre des personnes mises aux arrêts, figurent cinq députés : Alain Lobognon, Soro Kanigui Mamadou, Yao Soumaïla, Camara Loukimane, Soumahoro Kando. Ils ont été inculpés et mis sous mandat de dépôt pour trouble à l’ordre public, diffusion de nouvelle fausse et atteinte à l’autorité de l’Etat. 

« Belle ironie de l’histoire, M. Ouattara, lui-même qui a été victime en 2000 de bannissement de sa candidature se trouve aujourd’hui dans le rôle et la posture de celui qui veut bannir », a déploré M. Soro qui, à l’entendre, laisse ne pas croire cela. 

« Ivoiriens, peuple de Côte d’Ivoire, c’est à vous qu’il appartient de juger les mérites des uns et des autres », a-t-il lancé, avant d’ajouter «  hier, je me suis engagé dans des causes que je croyais justes et salvatrices pour mes frères et sœurs, uniquement guidé par l’idéal de liberté et de justice ».

M. Soro qui était à la tête d‘une rébellion en 2002 qui a divisé la Côte d’Ivoire en deux avec le Nord sous contrôle de ses hommes et un Sud gouvernemental, a dit qu’il se «confesse humblement», estimant avoir «pu commettre des erreurs, voir des fautes ».

« Chaque pas, je vous l’assure que j’ai posé, n’a été dans l’unique but de servir mon pays, je me tiens aujourd’hui devant vous avec humilité pour réaffirmer ma détermination à défendre de toutes mes forces et au prix de tous les sacrifices les valeurs qui fondent notre Nation », a-t-il poursuivi.

L’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro,  a fait son adresse à ses concitoyens à 20 GMT  (heure d’Abidjan) depuis l’Europe où il se trouve, au même moment où le chef de l’Etat Alassane Ouattara s’adressait à la Nation pour son discours du nouvel an.


WFP forecasts global hunger hotspots as a new decade dawns

World Food Programme forecasts global hunger hotspots as a new decade dawns

Rome – Escalating hunger needs in sub-Saharan Africa dominate a World Food Programme (WFP) analysis of global hunger hotspots in the first half of 2020 with millions of people requiring life-saving food assistance in Zimbabwe, South Sudan, the Democratic Republic of Congo and the Central Sahel region in the coming months. The sheer scale and complexity of the challenges in Africa and other regions will stretch the resources and capacity of WFP and other agencies to the limit. Ramping up the humanitarian response will again require the generous support of donor governments to fund the assistance required to save lives and support development.

“WFP is fighting big and complex humanitarian battles on several fronts at the start of 2020,” said David Beasley, Executive Director of WFP. “In some countries, we are seeing conflict and instability combine with climate extremes to force people from their homes, farms and places of work. In others, climate shocks are occurring alongside economic collapse and leaving millions on the brink of destitution and hunger.”

The WFP 2020 Global Hotspots Report highlights grave challenges in sub-Saharan Africa over the next six months with Zimbabwe, South Sudan, the Democratic Republic of Congo and the Central Sahel region standing out when it comes to the needs of hungry children, women and men. The WFP report notes that amidst an imploding economy, the situation in Zimbabwe is increasingly precarious as the country enters the peak of its “lean season” when food is at its most scarce and the number of hungry people has reached its highest point in a decade. WFP is planning assistance for more than 4 million people in Zimbabwe as concerns grow that the impact of a regional drought could drag yet more countries down in the first months of the year.

“Last year, WFP was called upon to bring urgent large-scale relief to Yemen, Mozambique after Cyclone Idai, Burkina Faso and many other crises to avert famine,” said Margot Van Der Velden, WFP Director of Emergencies, “But the world is an unforgiving place and as we turn the page into 2020 WFP is confronting new, monumental humanitarian challenges that we need to address with real urgency.”

A rapidly evolving crisis in Haiti is of deep concern at the turn of the year as escalating unrest paralyzes the economy, driving food prices out of reach of many people (+40% between October 2018 and October 2019). According to a recent IPC survey on food insecurity, this has left 3.7 million people – or one-third of the population – in need of assistance

In Asia, Afghanistan faces insecurity combined with drought, leaving more than 11 million people – over a third of the country’s population – severely food insecure.

In the Middle East, WFP can look back on its success in Yemen where it scaled up by 50% from providing food assistance to 8 million people a month at the beginning of 2018 to 12 million by the end of the year. As it looks forward into 2020, WFP remains alert to growing food needs in Iraq and Lebanon, where civil unrest and macro-economic crisis are leading to an increase in food insecurity.

WFP estimates it will require more than US $10 billion to fully fund all its operations in more than 80 countries around the world in 2020.

“Every year at WFP we plan ahead for the next 12 months and ask for support from the generous governments, private sector institutions and members of the public who help us reach our humanitarian and development goals,” said Beasley. “As an agency that depends entirely on voluntary donations, we have a responsibility to show WFP can continue to be the most efficient and effective global organization delivering the kind of food assistance that saves lives and changes lives across the world.”

Photos of Hunger Hotspot countries available here

The United Nations World Food Programme is the world’s largest humanitarian organization, saving lives in emergencies, building prosperity and supporting a sustainable future for people recovering from conflict, natural disasters and the impact of climate change.

Follow us on Twitter @wfp_media

For more information please contact (email address: firstname.lastname@wfp.org):

Frances Kennedy, WFP/ Rome, Tel. +39 06 6513 3725, Mob. +39 346 7600 806

Anne Poulsen, WFP/Copenhagen Mob. +45 40 50 3993

Bettina Luescher WFP/ Geneva Berlin, Mob. +49 160. 9926 1730

Steve Taravella, WFP/Washington, Tel. +1 202 653 1149, Mob. +1 202 770 5993


New year offers chance to fight graft, develop

EDITORIALBy EDITORIAL
More by this Author

The New Year is the time for reflection and setting goals for growth and expansion as a country and a people.

For the Jubilee administration, 2020 is the year of reckoning.

It has to take stock of what it has done, based on the election pledges it made in 2013 and 2017, and commit to realising them.

On balance, most of the pledges are unfulfilled yet time is running out as we head towards a general election in 2022.

The election mood is soon setting in and could scuttle all development plans.

President Kenyatta has since distilled his development plan into the ‘Big Four Agenda’ — universal health coverage (UHC), food security, manufacturing and affordable housing.

Advertisement

There is progress, for instance in piloting UHC in four counties and the launch of affordable housing projects. Even so, away from the public show, little has been done to make the dream come true.

ECONOMIC REVIVAL

Kenya is at an inflection point in its social, economic and political life.

Security has become a particularly thorny issue, with terrorism taking centre stage within and outside the borders.

Last year, the country went through economic hardships characterised by rising prices, collapsing businesses and spiralling unemployment.

No less than 20 companies listed in the Nairobi Securities Exchange declared profit warnings — the clearest signal of a non-performing economy.

Unemployment continued unabated and job opportunities snuffed out as businesses struggled.

Economic revival and progression, therefore, should be the priority agenda for the government and the public at large.

But achieving that requires strategic direction. There are reasons why the economy has been flagging.

Infrastructural, as well as legal and policy interventions, are cardinal in creating a conducive business environment.

Granted, international reports on the ease of doing business globally have progressively given Kenya good ratings.

Erstwhile cumbersome and bureaucratic practices that obstructed trade have been unlocked. But the challenges remain.

Over the years, corruption has emerged as the single most dangerous threat to the country’s well-being.

Corruption permeates all sectors of the economy. Independent reports show that a sizeable chunk of national resources is lost through graft.

Infrastructure and supplies count among the major avenues through which the government loses money due to graft.

Whereas in the past corruption was domiciled within the national government, under devolution it has percolated to the counties.

Large sums of money meant for national and county development disappear through dubious deals.

YEAR OF POLITICKING

For two straight years, the government went out of its way to tackle this vice by strengthening the Directorate of Criminal Investigations, Ethics and Anti-Corruption Commission, Directorate of Public Prosecution and, subsequently, the agencies mounted aggressive campaigns to rein in the corrupt.

After sting operations, the fire seems to have died. Matters have been made worse by a lethargic Judiciary and convoluted litigation processes, whereby cases flounder for lack of evidence or procrastinating judicial officers and counsel.

The net result is that the war on corruption is stuck and the public is galled.

As the President has repeatedly declared, the war on corruption must be fought to the logical end.

Graft suspects must face the law and, importantly, proceeds of corruption returned to the public.

With two and a half years to the 2022 polls, this year promises hot politics.

BBI REPORT

Already, political contestations have started in earnest in respect to the Building Bridges Initiative (BBI) that proposes far-reaching changes to the structure of government.

Indications are that the country may be forced into a referendum to ratify or expunge the suggested changes. Should that come to pass, then the political climate is bound to be extremely volatile.

Whichever the case, it’s incumbent on politicians to moderate their acts. High-octane politics rife with insults is unacceptable.

But of significance to the political equation is the Independent, Electoral and Boundaries Commission (IEBC), which is more or less moribund and cannot be relied upon to preside over a national poll.

Since it was strangled through external and self-inflicted blunders, the commission must be reorganised. Failure to do so is a sure recipe for electoral chaos.

PROSPERITY

The government also has to give attention to the social sector, including education and infrastructural development.

In sum, the New Year should not just give hope to Kenyans, but become the moment for putting the country on the path for growth and prosperity.

We wish everyone a happy and prosperous New Year.


Kim annonce la fin du moratoire nord-coréen sur les essais nucléaires

Publié le 31.12.2019 à 23h50 par AFP

Le leader nord-coréen Kim Jong Un a annoncé la fin du moratoire sur les essais nucléaires et sur les essais de missiles balistiques intercontinentaux que Pyongyang observait, a rapporté mercredi l’agence d’Etat nord-coréenne KCNA reçue à Séoul.

« Nous n’avons aucune raison de continuer à être liés unilatéralement par cet engagement », a indiqué KCNA, rapportant des propos de Kim aux dignitaires de son parti au pouvoir. « Le monde va découvrir dans un proche avenir une nouvelle arme stratégique que détient la Corée du Nord ».


Macky Sall salue l’avènement de la monnaie Eco en zone Uemoa

Publié le 31.12.2019 à 23h18 par APA

Le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall a, dans son message à l’occasion du nouvel an, salué l’avènement de l’Eco comme monnaie commune aux huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) utilisant actuellement le franc CFA.« C’est une heureuse perspective », a notamment dit Macky Sall, précisant que « d’ici l’entrée en vigueur effective de l’Eco (en 2020), rien ne changera quant à la parité fixe de notre monnaie ».

Le 21 décembre dernier, le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé lors d’une conférence de presse commune avec le président français Emmanuel Macron, en visite officielle de trois jours en Côte d’Ivoire, que l’Eco remplacerait le franc CFA au sein des huit pays (le Bénin, le Burkina, la Côte-d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo) membres de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa).

Cette réforme du franc CFA comporte trois changements majeurs : le changement du nom de la monnaie du franc CFA à l’éco ; la centralisation de 50% des réserves de change au Trésor français et la fermeture du compte d’opération ; le retrait des représentants de la France de tous les organes de décision et de gestion de l’UEMOA.

Toutefois, l’Eco gardera une parité fixe avec l’Euro et la France jouera un rôle de garant en cas de défaut de l’un des Etats membres.

Le président Macky Sall a profité de l’occasion pour magnifier les performances économiques de son pays, malgré « une conjoncture mondiale difficile ».

« Les fondamentaux de notre économie restent solides, avec une inflation maîtrisée, un endettement prudent et productif, la réduction constante du déficit budgétaire, de 6,7% en 2011, à 3,7% en 2019, et un taux de croissance encore supérieur à 6% cette année », s’est-il réjoui.

Toutefois, relativise-t-il, « nous devons aller de l’avant et plus vite car, pour les peuples qui marchent à l’appel de leur destin, le progrès se mesure par leur capacité de presser le pas pour mieux répondre au commandement de l’histoire ».

A l’en croire, le Sénégal est aujourd’hui à une étape de sa marche où l’histoire lui commande d’atteindre l’objectif d’émergence à l’horizon 2035, pour se libérer, par le travail, des avatars de la pauvreté et du sous-développement.


Plus de 2,9 millions de personnes enrôlées pour la Couverture maladie universelle en Côte d’Ivoire

Publié le 31.12.2019 à 23h18 par APA

Plus de 2,9 millions de personnes ont déjà été enrôlées pour la Couverture maladie universelle (CMU) en Côte d’Ivoire, une assurance sociale destinée aux secteurs formel et informel du pays, a appris APA mardi de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.« Au niveau de la protection sociale, les enrôlements pour la Couverture maladie universel (CMU) s’accélèrent. Ce sont déjà plus de 2,9 millions de personnes qui ont été enrôlées dont la moitié bénéficient pour la première fois de leur vie d’une assurance maladie», a fait savoir le président ivoirien Alassane Ouattara dans un discours du nouvel an à la nation diffusé sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI, service public).

Dans le même élan, M. Ouattara a égrené une série de réalisation à l’actif de son gouvernement au profit des populations ivoiriennes, notamment dans le domaine de la santé.

« Pour réduire la mortalité infantile et maternelle, plus de 1 250 000 enfants ont été vaccinés gratuitement et près de 465 000 femmes ont bénéficié gracieusement de kits d’accouchement et de césarienne », a indiqué le numéro un ivoirien soulignant que « la finalité de mon action à la tête de l’État est d’améliorer le quotidien des ivoiriens».

 La Couverture maladie universelle est une assurance sociale qui prend en compte le secteur formel et informel en Côte d’Ivoire. Les soins de santé de cette assurance se feront dans les centres de santé conventionnés. L’assuré devrait payer un ticket modérateur de 30% et l’assurance le reste à hauteur de 70%. Quant à la cotisation, elle s’élève à 1000 FCFA par mois et par personne.


Un Cameroun nouveau prend forme, affirme Paul Biya

Publié le 31.12.2019 à 22h18 par APA

Le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, a invité mardi soir ses compatriotes à s’engager pour «un Cameroun nouveau qui prend forme».«Un Cameroun nouveau prend forme. Un Cameroun adapté au temps présent. Un Cameroun qui regarde vers l’avenir », a dit le président BiyaBiya dans son discours de nouvel an d’une vingtaine de minutes.

Il a rappelé que l’objectif majeur du gouvernement reste l’amélioration des conditions de vie et, à terme, l’éradication de la pauvreté. Il a appelé à des efforts supplémentaires pour rester sur la trajectoire du redressement économique durable.

«Notre croissance a repris, l’inflation est maîtrisée, les déficits budgétaires et extérieurs sont contenus, notre dette publique reste soutenable», a-t-il souligné, constant que la croissance avait repris, l’inflation maîtrisée, les déficits budgétaires et extérieurs contenus et la dette publique soutenable.

S’attardant davantage sur le conflit sécessionniste dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, considéré comme «l’un des problèmes les plus urgents», Paul Biya a regretté que l’activité criminelle des groupes armés continue de perturber la vie publique, économique et sociale dans ces zones alors que diverses mesures ont été prises, ces derniers mois, pour ramener à la raison des jeunes qui, pour la plupart, se sont laissé endoctriner.

«Pour ceux qui s’obstinent à demeurer dans la mauvaise voie et qui continuent à avoir recours à la violence, nous n’aurons pas d’autre choix que de les combattre pour protéger tous nos concitoyens. Nos forces de défense et de sécurité feront une fois de plus leur devoir avec mesure, mais sans faiblesse», a-t-il lancé, assurant par ailleurs l’armée de son total soutien et de sa haute considération.

Rappelant qu’un Grand dialogue national s’est tenu du 30 septembre au 4 octobre en vue de parvenir à une sortie de la crise séparatiste, le chef de l’État, après avoir rappelé les multiples mesures prises depuis lors, a condamné les actes d’«une minorité, au Cameroun comme dans la diaspora, (qui) paraît avoir oublié les règles qui gouvernent la vie démocratique».

Évoquant les élections municipales et législatives du 9 février prochain, le président de la République a annoncé que des dispositions sécuritaires ont été prises afin que, sur toute l’étendue du territoire, tous les citoyens puissent exercer leur droit de vote, ces moyens pouvant être «davantage renforcés» si cela s’avérait nécessaire.


Côte d’Ivoire : le taux de pauvreté en « net recul» passant de 58% à 35% (Ouattara)

Publié le 31.12.2019 à 22h18 par APA

Le taux de pauvreté est en « net recul » en Côte d’Ivoire et devrait se situer aux alentours de 35% en 2018 contre 58% en 2011, a annoncé mardi soir le président ivoirien Alassane Ouattara qui s’exprimait dans un message du nouvel 2020 diffusé sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI, service public).« Nous avons inversé la courbe de la pauvreté qui est en net recul selon les résultats préliminaires des rapports et des études qui seront publiés dans le courant du premier trimestre 2020. Ainsi vous verrez, le taux de pauvreté devrait se situer aux alentours de 35% en 2018 contre 51% en 2011»,  a indiqué M. Ouattara, soulignant que « nous avons redonné à la Côte d’Ivoire sa place dans le concert des nations ».

Poursuivant le chef de l’exécutif ivoirien s’est félicité de l’embellie économique de la Côte d’Ivoire sous sa gouvernance passant en revue les acquis.

« Les fruits de la croissance ont permis de débloquer les salaires… Nous avons fait des investissements massifs. Nous avons construit et restaurer des dizaines de centres de santé », a entre autres énuméré M. Ouattara assurant que « nous allons maintenir le cap ».


Bédié appelle à l’ouverture «urgente d’un dialogue politique» en Côte d’Ivoire

Publié le 31.12.2019 à 22h18 par APA

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) Henri Konan Bédié a appelé, mardi soir, dans un message de nouvel an à «l’ouverture urgente d’un dialogue politique constructif avec l’opposition significative» pour adopter les mesures garantissant la tenue d’un scrutin «présidentiel juste et transparent» en octobre 2020.Dans son message d’un peu plus d’un quart d’heure diffusé sur la web télévision du PDCI, M. Bédié a invité le pouvoir exécutif à l’acceptation de « l’ouverture urgente d’un dialogue politique constructif avec l’opposition significative pour adopter, les mesures garantissant la tenue d’un scrutin présidentiel juste et transparent ».

Poursuivant, il a souligné que ces mesures concernent principalement la révision de la loi promulguée portant création de la commission en charge des élections et la gratuité de l’acquisition des nouvelles cartes nationales d’identité, avec la prorogation du délai de validité, au-delà de 2020, de celles arrivées à expiration.

« Cette gratuité s’impose, en raison des charges élevées pour l’obtention des pièces administratives nécessaires à l’établissement de la carte nationale d’identité », a expliqué M. Bédié, précisant cependant que « ces conditions seules ne suffisent pas pour garantir un environnement apaisé pour l’élection présidentielle d’octobre 2020 ».

« Il reviendra au peuple souverain de Côte d’Ivoire d’exprimer son droit légitime de dévolution du pouvoir d’État en faveur de l’opinion politique majoritaire, dans un environnement que je souhaite, vivement, apaisé », a ajouté l’ex-chef de l’Etat ivoirien (1993-1999).

A ce jour, a-t-il poursuivi,  « je note qu’aucun progrès significatif n’a été effectué par le gouvernement en termes de réponse efficace aux dérives constatées et dénoncées, régulièrement, par mes soins ».

A ce propos, le leader du PDCI a rappelé avoir dénoncé toute l’année 2019,  « l’instrumentalisation de la justice par le pouvoir exécutif », ce qui met selon lui, en péril les droits humains du justiciable et rabaisse l’état de droit et la démocratie.

Il en a pris pour preuve, « la condamnation, par contumace » de deux cadres de son parti, « Noël Akossi Bendjo, contraint à un exil pour des faits non fondés et celle de Jacques Mangoua, pour délit imaginaire ».

« Ce bilan, peu reluisant, impose au PDCI-RDA, aux partis politiques membres de la coalition CDRP (Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix) et leurs alliés de EDS (Ensemble pour la démocratie et la souveraineté) un engagement politique soutenu sur le terrain au cours de l’année 2020 », a lancé Henri Konan Bédié.

Pour lui, l’engagement et la détermination du personnel politique de « nos partis respectifs permettront une mobilisation de nos militants pour une victoire certaine à l’élection présidentielle d’octobre 2020 ».

Au regard du contexte actuel, a-t-il encore ajouté, « nous devons être solidaires pour obtenir les meilleures conditions d’organisation de l’élection présidentielle d’octobre 2020 ».

« Nous devons œuvrer à la reconstitution des ressorts sociaux indispensables à la cohésion nationale pour le triomphe de la démocratie et de l’état de droit », a encore lancé M. Bédié à l’endroit de ses alliés, appelant à un déploiement sur le terrain pour « encadrer, organiser et accompagner nos braves populations dans l’acquisition de toutes les pièces requises afin qu’elles puissent exprimer leur droit de vote, lors du scrutin présidentiel à venir ».

Au plan économique, M. Bédié a dénoncé « la paupérisation accrue des masses paysannes en raison de la baisse des revenus des principaux produits de rente que sont le cacao, le café et l’hévéa, faute d’une stabilisation efficace ».

Cela s’est traduit selon lui,  « par une tendance baissière du taux de croissance du PIB qui est passé de 8,2% en 2016 à 7,4% à fin 2018 et un accroissement du niveau du chômage dont le taux se situe entre 70 et 90% de la population active ».