Main Menu

Monday, November 25th, 2019

 

La RAM primée pour ses performances opérationnelles et financières

La compagnie marocaine d’aviation civile, Royal Air Maroc, a remporté deux prix en tant que meilleure compagnie dans les catégories « Global Operations » et « Best improved financial results » attribués par l’Association des Compagnies Aériennes Africaines (AFRAA) lors de sa 51ème assemblée générale annuelle tenue du 10 au 12 novembre à l’île Maurice.Ces prix traduisent la dynamique enclenchée par la compagnie nationale tant sur le plan opérationnel que financier en 2018, indique un communiqué de la RAM parvenu à APA.

« Nous sommes extrêmement fiers de cette reconnaissance internationale, d’autant plus que le jury est composé des professionnels du secteurde transport aérien à même de mesurer l’ampleur de nos efforts et de nos performances en matière de services en faveur de notre clientèle ainsi que dans le domaine financier. Cette consécration nous incite également à redoubler d’efforts pour la réalisation d’un marché unique africain du transport aérien qui permettra de supprimer les barrières de protectionnisme afin d’aboutir à un essor du trafic aérien dans notre continent, porté principalement par les compagnies africaines ; et ce, dans l’intérêt des économies de nos pays et de nos concitoyens », indique le Président Directeur Général de Royal Air Maroc, Hamid ADDOU, cité par le communiqué.

Placé sous le thème « Le succès dans une Afrique intégrée et interconnectée », ce sommet a réuni les responsables des compagnies aériennes africaines, les responsables des autorités de l’aviation civile, les partenaires stratégiques de l’industrie de l’aviation (dont notamment IATA, OACI, AFCAC) et les experts du transport aérien.

Les travaux de cette rencontre ont permis d’aborder des questions relatives au transport aérien en Afrique et de confronter les différents modèles et stratégies de développement du secteur. Les conclusions tirées des discussions et des travaux de l’assemblée générale constitueront ainsi des références continentales ainsi que des catalyseurs vitaux pour la croissance d’un secteur du transport aérien africain compétitif et intégré à l’échelle mondiale.

L’African Airlines Association (AFRAA), également connue sous le nom d’Association des compagnies aériennes africaines, est une organisation professionnelle regroupant les compagnies aériennes basées en Afrique. Fondée à Accra (Ghana) en 1968 et ayant aujourd’hui son siège à Nairobi (Kenya), l’AFRAA a pour objectif d’établir et de faciliter la coopération entre les compagnies aériennes africaines.

Elle s’est imposée comme mission de communiquer aux parties prenantes africaines les développements du secteur et de promouvoir l’industrie aéronautique africaine. Les nombreux événements organisés par l’association permettent aux opérateurs continentaux de débattre des défis et enjeux nationaux et régionaux et de développer des stratégies de partenariat et de coopération multilatérales.

 L’AFRAA compte aujourd’hui, 37 membres et près d’une quarantaine de partenaires représentant plusieurs activités liées au transport aérien et à l’industrie de l’aviation.

The post La RAM primée pour ses performances opérationnelles et financières appeared first on Journal de Bangui.


Wajir locals reject Sh2 billion World Bank project

WANJOHI GITHAEBy WANJOHI GITHAE
More by this Author

About 500 Wajir South residents have petitioned the World Bank to cancel a Sh2.2 billion project in the constituency, claiming it is being overseen by MP Mohamud Sheikh Mohammed Omar and that this raises a conflict of interest.

The residents claim the project, which aims to economically and socially empower local communities that host refugees, was awarded to Waso Resource Development Agency (Warda) for Sh160 million to oversee the World Bank billions.

They allege that the MP founded the agency and that it is currently being managed by his brother and relatives.

The money is part of Sh10 billion shared among three refugee-hosting communities in Garissa, Wajir and Turkana.

It is being administered by the Office of the President under the Kenya Development Response to Displacement Impacts Project.

The fund aims at enhancing access to basic social services, expanding economic opportunities and ensuring environmental management for communities hosting refugees in the targeted counties.

Advertisement

THE CLAIMS

The residents, in their petition sent to World Bank headquarters in Washington DC, US, state that there was a conflict of interest in the award of the contract.

“The current Member of Parliament is the founder, owner, and patron of Warda and used the positive public exposure he gained whilst active in his organisation to launch his career in politics,” they stated.

“While the current MP was active in the FP’s operations, he exhibited favouritism by implementing projects funded from Australia in areas only dominated by his sub-clan, the Mohamed Zubeir or areas serving his political interests. This favouritism was instrumental in elevating his profile and securing him the Wajir South parliamentary seat.”

But speaking to the Nation, Mr Omar refuted the claims in the petition.

“You can go check with the NGOs Coordination Board and you will find those are lies. I do not own the NGO; if anything there are many Sheikh Omars in this country. An NGO does not belong to an individual; it is an organisation. The project has not even commenced fully on the ground,” he said.

WB’S RESPONSE

The petition is copied to World Bank Kenya office, Office of the President and Head of Public Service.

The petitioners add that due to the volatile nature of historical and resource-based conflicts in Wajir South, communities in the area have a marked preference for their organisations or non-partisan ones that are sensitive to clan and sub-clan dynamics.

World Bank’s Grievance Redress Service (GRS), that deals with such complaints, replied to the petition on November 14 2019.

“The issues you bring to our attention relates to issues of fraud or corruption and we will, therefore, forward the complaint to the Integrity Vice Presidency of the World Bank for its review,” stated the GRS team.

The petitioners said there is evidence of bias on the ground.

“Resource distribution is skewed towards areas that are outside the target communities hosting refugees and that do not fit into the UNHCR definition of a community.

“Banane Ward is most affected area due to its proximity to refugee camps yet it’s the least area likely to benefit from this project,” they stated.


Federal judge says former Trump counsel Don McGahn must speak to Congress

A federal judge said Monday that former White House counsel Don McGahn must comply with a House subpoena.

Donald Francis McGahn II is an American lawyer who served as White House Counsel for U.S. President Donald Trump, from the day of Trump’s inauguration through October 17, 2018, when McGahn resigned. Previously, McGahn served on the Federal Election Commission for over five years /

Congress wanted McGahn to testify about former special counsel Robert Mueller’s final report; McGahn left the White House in October 2018, long before the events this year surrounding Trump’s communications with Ukraine. But the investigation into whether Trump was involved in a quid pro quo with the Ukrainian government — withholding US financial aide in exchange for help investigating Joe Biden and undermining the Mueller investigation — loomed over arguments in court

Over nearly four hours of arguments, US District Judge Ketanji Brown Jackson repeatedly expressed skepticism as Justice Department lawyer James Burnham argued that the courts lacked authority to intervene in a fight over congressional demands for information. Like the immunity argument, the role of the courts also bears on Democrats’ impeachment inquiry — there’s already one lawsuit filed by a potential impeachment witness asking a judge to decide if he has to comply with a subpoena or go with the White House’s claim of immunity

However in this evening’s ruling, the federal judge strengthened the power of Congress in its battles with President Trump, ruling that former White House Counsel Donald McGahn may be required to testify under oath about what he heard and saw during special counsel Robert S. Mueller III’s probe of Russian election meddling.
The judge’s decision upholding a congressional subpoena is a victory for House Democrats who have been anxious to establish a legal precedent that could force other top Trump administration officials to testify before Congress.

U.S. District Court Judge Ketanji Brown Jackson rejected Trump’s claim that McGahn was “absolutely immune” from being called to testify, even though he was no longer a White House employee. McGahn was following Trump’s order not to cooperate with House investigators.

The post Federal judge says former Trump counsel Don McGahn must speak to Congress appeared first on The Maravi Post.


Stop Mombasa terror gangs

EDITORIALBy EDITORIAL
More by this Author

Deadly gangs armed with machetes, knives and other crude weapons have been left to roam and attack people in some areas of Mombasa city for far too long.

Knife-wielding youths have made life unbearable for residents and visitors to the historic Old Town. This is an important tourist attraction and, therefore, must be fully protected from these goons.

Also to have lately come under the terror of these youthful criminals is Kisauni, where they often take advantage of inadequate policing, especially of slums.

The problem is spreading and, feeling the heat now is the upmarket Nyali suburb, where, in the past few days, gangs have attacked and injured scores of people.

What should concern the authorities, and especially the National Police Service, is the rise in the violence against innocent people.

RESTORE PEACE

Advertisement

The primitive gangs have been raiding homes and inflicting deep panga cuts on their victims. They also chop off the limbs of some.

And they have the temerity to brand themselves as ‘86 Batallion’ in a crude parody of the military.

Had these attacks not persisted for so long, we would not even have had a reason to write about them.

Some people blame joblessness and widespread poverty for the increase in crime. However, nothing can justify the lawlessness and suffering inflicted on law-abiding citizens.

Mombasa is a cog in the coastal beach tourism that is a major foreign exchange earner for the country.

The town has, for ages, been known for its hospitality, and has always been welcoming to foreigners and other Kenyans flocking to the sandy beaches to enjoy their holidays.

The authorities, especially the police bosses, must get their officers to the ground in Kisauni, Nyali and other residential areas of Mombasa to end this madness and restore peace and tranquillity.


Our disaster response and planning wanting

EDITORIALBy EDITORIAL
More by this Author

The heavy rains that have pounded the country for the past few weeks have precipitated a humanitarian crisis of monumental proportions.

The deaths of more than 50 people in West Pokot from raging floods that destroyed homes and caused landslides that buried residents is the worst natural tragedy in recent years.

But we are not safe yet. More cases of devastation and death are being reported across the country — including the central, coast and northeastern regions — with experts warning of possible worse occurrences.

Worse is the fact that regions that ordinarily do not receive heavy rains and experience massive flooding are heavily affected.

The meteorological department predicts more downpours until next month, defying the cyclic weather trends where short rains come in October and November in relatively less quantities.

This time around, they are taking longer and coming in a deluge.

Advertisement

RESCUE EFFORTS

But the rains have once again exposed our inability to manage crisis. The deaths in West Pokot could have been minimised with proper disaster preparedness.

There was no proper warning about heavy showers and devastating consequences. It is troubling that several days after the calamity hit, many people cannot be accounted for, presumably as they may have perished.

On Monday, top government officials, led by Interior Cabinet Secretary Fred Matiang’i, could not reach the village where dozens of people met their cruel death.

Providing interventions, including food, clothing and medicines, is simply impossible. Families have been thrown out to the elements.

All that shows that many parts of the country are inaccessible and, when calamity strikes, rescue operations are heavily constrained.

That should be addressed. The government has to find a way to reach the afflicted and assist them with relief provisions.

Displaced persons should be assisted with accommodation and saved from the agony of harsh weather and health risks.

WATER HARVESTING

Besides the humanitarian crisis, the rains are demolishing infrastructure, including roads, which will require massive repairs and restoration at a time when the government’s coffers are running empty.

The government will have to assess the full impact of the damage and adopt corrective measures.

Even so, it is noted that the torrential rains are going to waste. There is very little being done to dam the rainwater for a lean day, which is sure to come early next year.

That presents the paradox of our circumstances: When the rains come, they are overwhelming and go to waste, but they are soon followed by razing drought that destroys crops and vegetation and occasions water and power shortages and humanitarian crises.


Dopage: ce qui est reproché à la Russie, les sanctions que préconise l’AMA

Publié le 25.11.2019 à 23h50 par AFP

Données incomplètes ou inauthentiques et disparition de contrôles positifs ou de preuves de dopage sont reprochés à la Russie, contre laquelle un comité indépendant de l’Agence mondiale antidopage (AMA) a recommandé lundi une exclusion pour 4 ans de toute compétition internationale.

Le comité exécutif de l’AMA doit se réunir le 9 décembre à Paris pour décider ou non de suivre ces recommandations, qui priveraient donc la Russie des JO de Tokyo-2020, notamment.

– Ce qui est reproché à la Russie –

Le comité estime en premier lieu que les données transmises à l’AMA par le laboratoire antidopage russe ne sont « ni complètes ni totalement authentiques », écrit l’agence dans un communiqué. Les experts observent notamment des anomalies entre la base de données remise à l’AMA en 2015 et celle transmise à l’agence en janvier 2019.

L’AMA accuse en outre la Russie d’avoir fait disparaître des contrôles présumés positifs ou des preuves entre 2016 et 2017, après la révélation par un médecin russe du système mis en place pour camoufler le dopage d’athlètes russes. « Davantage de suppressions et/ou d’altérations ont été effectuées en décembre 2018 et en janvier 2019 », est-il écrit dans le communiqué.

Le comité assure enfin que « quelqu’un au sein du laboratoire moscovite » aurait inscrit des éléments falsifiés dans la base de données remise par le laboratoire à l’AMA en janvier 2019.

– Les sanctions préconisées –

Parmi ses recommandations, le comité préconise une exclusion de la Russie de toute compétition internationale pour une durée de quatre ans. Cela priverait notamment le pays des Jeux olympiques et paralympiques d’été de Tokyo 2020 et des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Pékin 2022. Des athlètes russes ne pourraient participer à ces compétitions qu’à condition de démontrer qu’ils ne sont pas impliqués dans ce scandale de dopage, mais ils ne pourraient pas y représenter la Russie et devraient donc concourir sous drapeau neutre, comme c’est le cas en athlétisme depuis 2015.

Autre recommandation: l’interdiction pour tout officiel russe ou représentant de la Russie d’être membre d’un conseil ou d’un comité signataire du code mondial antidopage.

Enfin, la Russie ne pourrait héberger aucun événement sportif international sur cette période, et ne pourrait pas présenter de candidature à l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de l’été 2032.


Adesina invite à une modification de l’écosystème bancaire pour faciliter l’accès des femmes aux crédits

Publié le 25.11.2019 à 23h18 par APA

Le président de la Banque africaine de développement (BAD) Dr Akinwumi Adesina a plaidé, lundi à Kigali, auprès des établissements bancaires pour faciliter l’accès des femmes aux crédits, invitant à une modification de l’écosystème financier en leur faveur.Selon le patron de la BAD, son institution portera un traitement particulier aux établissements qui appliqueront cette mesure. Les femmes qui représentent la majorité des exploitants agricoles en Afrique font face à un déficit de financement de près de 16 milliards de dollars. Pour Dr Akinwumi Adesina, les femmes ont souffert dans les rangs des victimes de la soustraction.

«Elles ont été soustraites de l’éducation, soustraites de l’accès aux droits légaux à la terre et à la propriété, soustraites de l’accès au financement, soustraites des postes de direction dans les Conseils d’administration, soustraites des processus politiques. Pour changer le monde, il suffit de revenir à l’essentiel, à l’arithmétique de l’école primaire et d’ajouter un à un pour en faire deux », a-t-il expliqué.

« L’écosystème doit être modifié pour faire faveur à la femme. Si une banque vient demander un appui à la BAD je lui demanderai la liste de son programme sur les femmes …  Je suis très fier d’affirmer que j’ai toujours été un ardent défenseur des femmes et des problématiques féminines ! » a poursuivi Dr Akinwumi Adesina.

Selon lui, les femmes donnent la vie. Alors priver les femmes des possibilités d’exceller, c’est manquer de  « bon sens ».

« La chose élémentaire de base que l’on enseigne à un enfant est que 1 + 1 = 2. De toute évidence, les additions donnent des valeurs plus élevées. Et la soustraction diminue la valeur. Ainsi 2 – 1 = 1. On pourrait donc supposer que le monde serait assez intelligent pour comprendre que les choses iront mieux avec l’addition, et non avec la soustraction », a encore ajouté le président de la BAD.

Convaincu que les femmes sont une proportion écrasante de 90 % en termes de remboursement des prêts à l’échelle mondiale, Dr Akinwumi Adesina  pense que « c’est le lieu et l’occasion de réfléchir sur la manière d’accroître les possibilités économiques, sociales et politiques pour les femmes et les filles ».

« Un monde plus intelligent doit investir dans les femmes et les filles. Soyons intelligents et sages : les femmes sont les meilleurs investissements que peut réaliser une société », a-t-il insisté, révélant qu’il « existe un déficit de financement de près de 1 500 milliards de dollars dont souffrent les petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes ».

En Afrique, 70 % des femmes sont victimes d’exclusion financière. Il existe un déficit de financement de 42 milliards de dollars entre les hommes et les femmes sur le continent.

Le Sommet mondial du Genre est un événement biennal organisé par les banques multilatérales de développement qui réunit des responsables de gouvernements, d’institutions de développement, du secteur privé, de la société civile et du monde universitaire.

Le premier Sommet mondial du Genre s’est tenu en 2012 à Istanbul, le deuxième a eu lieu 2014 à Manilles, et le troisième s’est déroulé en 2016 à Washington DC. L’Afrique accueille pour la première fois ce sommet.


Kenya’s government struggles to pay contractors timely is causing massive layoffs

Uhuru Kenyatta
Uhuru Kenyatta – The Leader of Kenya Worth – $500 Million (KSh 5 billion).

Daniel
Mwangi’s construction company in Nairobi is battling to stay afloat and has fired
about 1,000 workers in the past year as Kenya’s government struggles to pay
contractors.

The 36-year-old Nyoro Construction Co., where Mwangi serves as director, is just one of many Kenyan firms that have fallen victim to a funding crisis exacerbated by a weak tax take, rising debt and a public wage bill that eats up more than a third of government revenue.

Companies Struggle With Late Payments as Kenya Faces Cash Crisis

“We’re not operating at full throttle,” said Mwangi, who says he’s owed bills dating back five years. Letters to state departments and meetings with government officials haven’t yielded payments, he said.

Along with many African nations, Kenya has struggled to collect and grow revenue while raising spending. The current payments crisis hasn’t been helped by seemingly contradictory policies.

Government takes on Debt

While attempting to plug the widening hole in its budget, East Africa’s largest economy has also splurged on debt to fund President Uhuru Kenyatta’s flagship Big Four Agenda — aimed at boosting manufacturing, health care, housing and farming in a bid to create one million jobs annually.

First Posted Bloomberg.com

The post Kenya’s government struggles to pay contractors timely is causing massive layoffs appeared first on The Maravi Post.


UNICEF Malawi Humanitarian Situation Report No. 13 – Floods Situation Report (Reporting Period: 11 October 2019 to 11 November 2019)

MDF helicopter airlifted four people to safety in Lilongwe when the city was hit by floods

A single case of cholera was detected on 31 October 2019 in Lilongwe district in central Malawi. This is the first cholera case registered in the cholera season of 1 November 2019 to 31 October 2020. The case has been successfully treated and discharged. Since then no additional cases have been identified. UNICEF is supporting preparedness efforts in the cholera prone districts.

Following the release of the 2019 Malawi Vulnerability Assessment Committee (MVAC) Annual Assessment, which projects that 1,062,674 people in 27 districts are food insecure and would require humanitarian assistance during the period of November 2019 to March 2020, a national response plan has been prepared and was launched on 20 October 2019.

Although the nutrition situation seems to be within acceptable levels based on the prevalence of global acute malnutrition (GAM) per the June 2019 SMART survey, there is need keep a constant watch of the nutrition situation to maintain levels within acceptable ranges given the MVAC projected number of one million food insecure people.

Since the last report, UNICEF’s support to community management of acute malnutrition has enabled 5,328 more children to receive treatment for severe acute malnutrition (SAM), bringing the total number of children so far admitted in the programme in the period of January to September 2019 to 30,109 children with SAM

First Posted on Reliefweb.int

The post UNICEF Malawi Humanitarian Situation Report No. 13 – Floods Situation Report (Reporting Period: 11 October 2019 to 11 November 2019) appeared first on The Maravi Post.


Violences contre les femmes : manifestations dans le monde, Paris annonce un plan

Lundi était la 4e journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, une cause qui a jeté dans la rue des dizaines de milliers de manifestants depuis samedi, notamment en France, en Italie, en Belgique et en Espagne, et encore lundi en Russie et en Turquie.

Appelant à un « électrochoc » pour « briser la chaîne du silence », le Premier ministre français Edouard Philippe a annoncé des initiatives pour mettre fin à des « dysfonctionnements dont nous n’avons pas jusqu’à aujourd’hui voulu prendre conscience ».

La colère est montée d’un cran ces dernières semaines dans de nombreux pays face aux féminicides – 87.000 femmes tuées dans le monde en 2017, dont la moitié par des proches, selon l’ONU -, un phénomène longtemps ignoré ou minoré. Et les appels au changement se multiplient.

Lundi, la mission des Nations unies en Afghanistan a demandé un effort au gouvernement de Kaboul contre les violences faites aux femmes, massives dans le pays et en hausse, selon un récent rapport de la Commission afghane des droits de l’Homme.

« Les femmes et filles afghanes continuent de subir des violations étendues de leurs droits humains et une violence persistante », a regretté Aleta Miller, représentante d’ONU-Femmes pour l’Afghanistan.

– La fin du « crime passionnel » –

En France, où ce type de meurtre a longtemps été qualifié de « crime passionnel », au moins 117 femmes ont été tuées en 2019 par leur conjoint ou ex-conjoint, selon un décompte de l’AFP.

Pour y parer, le gouvernement a prévu plusieurs mesures juridiques: création d’une « nouvelle circonstance aggravante pour les auteurs de violences dans le cas de harcèlement ayant conduit au suicide », inscription dans la loi de la notion d’ »emprise » psychologique, qui « prépare souvent la violence physique », secret médical réaménagé pour les situations « où il existe un risque sérieux de renouvellement de violence », ligne d’écoute pour les victimes de violences conjugales fonctionnant 24 heures sur 24…

Aux associations qui réclament davantage de moyens, il a promis 360 millions d’euros dédiés l’an prochain à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Très attendues, ces mesures ont souvent été jugées insuffisantes par les militantes féministes, qui ont mobilisé des dizaines de milliers de manifestants dans toute la France samedi.

« Le gouvernement rate le coche », a réagi Caroline De Haas, du collectif #NousToutes, ajoutant que « la déception est à la hauteur de l’immense mouvement ».

Saluant « des avancées très concrètes », la présidente de la Fondation des femmes Anne-Cécile Mailfert a néanmoins regretté que « le gouvernement ne prenne pas conscience que ces campagnes de sensibilisation aux violences conduisent de nombreuses femmes à solliciter les associations, et qu’elles n’ont pas plus de moyens pour les aider ».

« Pourquoi l’Espagne réussit contre les violences conjugales ? Ce pays ne se contente pas d’opérations de communication », a tweeté le député Les Républicains (droite) Aurélien Pradié, demandant plus de moyens au gouvernement.

– L’Espagne, pays pionnier –

Plusieurs autres pays ont saisi l’occasion de cette journée internationale pour afficher ou renouveler leur détermination à lutter contre les violences faites aux Femmes.

En Afrique du sud, où une femme est assassinée toutes les trois heures, le président Cyril Ramaphosa a exhorté les hommes à renoncer aux « attitudes sexistes et patriarcales », en lançant un plan d’urgence doté de plus d’un milliard et demi de rands (100 millions d’euros).

Face à une violence domestique qui « a pris des dimensions inquiétantes ces dernières années », avec une hausse de 34,5% entre 2014 et 2018, la police grecque a quant à elle annoncé la mise en place d’un nouveau service dédié, comprenant juristes, sociologues et psychologues.

En Espagne, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé à travers le pays, à Madrid, Barcelone, Valence, Saragosse et Bilbao.

L’Espagne est un pays pionnier dans la lutte contre les crimes spécifiques contre les femmes. En 2004, une loi contre les « violences de genre » y avait été adoptée, à l’initiative du gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero, suivie d’un Pacte national en 2017 quand le conservateur Mariano Rajoy était au pouvoir.

En Russie, où les violences domestiques ont été décriminalisées en 2017, un millier de personnes ont manifesté lundi soir à Moscou. L’été dernier, la Cour européenne des droits de l’homme avait épinglé fermement le droit russe, qui « ne reconnaît pas » ces violences, et les autorités « réticentes à reconnaître la gravité du problème ».

Et en Turquie, la police a dispersé par la force, à coups de gaz lacrymogène et balles en plastique, plusieurs milliers de manifestants, des femmes pour la plupart, qui défilaient à Istanbul pour demander la « fin de l’impunité » pour les auteurs de violences contre les femmes, un mal endémique dans le pays.

burs-mw/mba/glr