Main Menu

Monday, November 18th, 2019

 

En un mois, le brutal « réveil » social qui a bouleversé le Chili

Publié le 19.11.2019 à 01h50 par AFP

Quelques milliers de manifestants se sont réunis lundi à Santiago pour commémorer le début, il y a tout juste un mois, d’un mouvement social sans précédent qui a remis en cause le modèle ultra-libéral chilien accusé de bénéficier seulement aux plus riches.

« Le Chili s’est réveillé ! » ont une fois de plus chanté les manifestants, environ 4.000, sur la Plaza Italia, devenue le centre névralgique du mouvement, a constaté l’AFP.

Mais la mobilisation semble avoir marqué le pas, bien loin du rassemblement historique du 25 octobre, lorsque 1,2 million de personnes s’étaient réunies pacifiquement sur la place, marquant un tournant dans la contestation.

« Je suis venue pour me souvenir d’un mois qui a changé à jamais le Chili. Je pense que le gouvernement pourrait apporter les changements qu’on lui réclame beaucoup plus rapidement », a expliqué à l’AFP Susana, une comptable de 51 ans.

Quelques très rares incidents isolés ont éclaté entre des groupes de manifestants et la police.

Un appel à frauder dans le métro lancé le 18 octobre par des lycéens à Santiago après une hausse du ticket aux heures de pointe, suivi d’une flambée de violence, s’est transformé en la pire crise sociale connue par le pays sud-américain depuis la fin de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

Jusqu’à cette date, les effets du changement climatique sur le pays et la préparation de la conférence internationale sur le climat COP 25 – depuis annulée – dominaient le débat politique. Aujourd’hui, le pays discute d’une nouvelle Constitution, ainsi que de la façon de réformer les systèmes de santé, d’éducation et de retraites, presque totalement privatisés.

« Au cours des quatre dernières semaines, le Chili a changé. Les Chiliens ont changé, le gouvernement a changé, nous avons tous changé », a admis dimanche le chef de l’Etat conservateur, Sebastian Piñera qui, à l’instar du Parlement, a dû revoir son programme politique.

Vendredi, les partis ont conclu un accord sur l’organisation d’un référendum en avril 2020 pour remplacer la Constitution, héritée de la dictature et accusée de maintenir de fortes inégalités dans la société en limitant au maximum l’intervention de l’Etat.

En trente ans de démocratie, aucune tentative de remplacement du texte fondamental, rédigé en plein régime militaire de façon à ce que les secteurs conservateurs de la société puissent se maintenir au pouvoir, y compris après la fin de la dictature, n’avait abouti.

« Nous sommes tous conscients que nous étions dans une camisole de force avec cette Constitution héréditaire et pétrifiée », a déclaré l’ex-président de centre gauche Ricardo Lagos (2000-2006), qui était parvenu en 2005 à une révision pour en éliminer les principes les plus anti-démocratiques.

Un sondage de l’Institut Cadem a révélé dimanche que 67% des Chiliens considèrent comme « positif ou très positif » l’accord sur le référendum constitutionnel.

– Retour à la normalité ? –

Le « réveil » a été brutal dans ce pays considéré comme un havre de stabilité politique et loué pour la solidité de son économie : la contestation a fait 22 morts – la plupart dans des incendies lors de pillages et cinq à la suite d’interventions des forces de sécurité – ainsi que plus de 2.000 blessés.

Symbole de la répression policière dénoncée par de nombreuses organisations des droits de l’Homme, les quelque 200 Chiliens blessés aux yeux, parfois jusqu’à en perdre la vue, par des tirs de chevrotine en caoutchouc utilisés contre les manifestants.

Le président Piñera a reconnu dimanche des violations des droits de l’homme de la part des forces de l’ordre, qui ont poussé l’ONU à envoyer une mission d’enquête dans le pays. « Il y a eu un recours excessif à la force, des abus ou des délits ont été commis et les droits de tous n’ont pas été respectés », a admis le chef de l’Etat, assurant qu’il n’y aurait pas « d’impunité ».

Depuis le 18 octobre, plus de 15.000 interpellations ont eu lieu, dont 3.500 pour des pillages, selon un bilan rendu public lundi par la police. Au total, 5.300 actes violents ont été perpétrés par les manifestants.

Après un mois de crise, les Chiliens se retrouvent désormais divisés entre ceux qui veulent revenir à la normalité et ceux qui souhaitent maintenir la pression sur le gouvernement.


Global leaders pledge US$2.6 billion to eradicate polio

Countries and partners announce commitments to vaccinate 450 million children against polio each year and to overcome barriers to reaching every child

ABU DHABI, 19 November 2019 – Today, global leaders convened at the Reaching the Last Mile (RLM) Forum in Abu Dhabi to affirm their commitment to eradicate polio and pledge US$2.6 billion as part of the first phase of the funding needed to implement the Global Polio Eradication Initiative’s Polio Endgame Strategy 2019-2023.

This pledging event comes on the heels of a major announcement last month that the world has eradicated two of the three wild poliovirus strains, leaving only wild poliovirus type 1 (WPV1) still in circulation. Additionally, Nigeria – the last country in Africa to have cases of wild polio – has not seen wild polio since 2016 and the entire WHO African region could be certified wild polio-free in 2020. Thanks to the dedicated efforts of health workers, governments, donors and partners, wild polio only circulates in two countries: Pakistan and Afghanistan.

“From supporting one of the world’s largest health workforces, to reaching every last child with vaccines, the Global Polio Eradication Initiative is not only moving us closer to a polio-free world, it’s also building essential health infrastructure to address a range of other health needs,” said Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Director-General of the World Health Organization and Chair of the Polio Oversight Board. “We are grateful for the generous pledges made today and thank governments, donors and partners for standing with us. In particular, I would like to thank His Highness Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, Crown Prince of Abu Dhabi for hosting the GPEI pledging moment and for his long-term support for polio eradication.”

The commitments announced today come at a critical time for the polio eradication effort. Barriers to reaching every child – including inconsistent campaign quality, insecurity, conflict, massive mobile populations, and, in some instances, parental refusal to the vaccine – have led to ongoing transmission of the wild poliovirus in Pakistan and Afghanistan. Further, low immunity to the virus in parts of Africa and Asia where not all children are vaccinated has sparked outbreaks of a rare form of the virus. To surmount these obstacles and protect 450 million children from polio every year, governments and donors announced significant new financial commitments toward the $3.27 billion needed to support the Polio Endgame Strategy.

Pledges are from a diverse array of donors, including: US$160 million from the host of the pledging moment His Highness Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, Crown Prince of Abu Dhabi; countries, including US$215.92 million from the United States, US$160 million from the Islamic Republic of Pakistan, US$105.05 million from **Germany, US$84.17 million from the Federal Government of Nigeria, US$10.83 million from Norway US$10.29 million from Australia, US$7.4 million from Japan, US$2.22 million from Luxembourg, US$1.34 million from New Zealand, US$116,000 from Spain, and US$10,000 from Liechtenstein; GPEI partners, including US$1.08 billion from the Bill & Melinda Gates Foundation and US$150 million from **Rotary International; philanthropic organizations, including US$50 million from Bloomberg Philanthropies, US$25 million from Dalio Philanthropies, US$15 million from the Tahir Foundation, US$6.4 million from the United Nations Foundation, US$2 million from Alwaleed Philanthropies, US$1 million from the Charina Endowment Fund, and US$1 million from Ningxia Yanbao Charity Foundation; and the private sector, including US$1 million from Ahmed Al Abdulla Group, US$1 million from Al Ansari Exchange, and US$340,000 from Kasta Technologies. Earlier this month, the United Kingdom announced it would contribute up to US$514.8 million to the GPEI.

“We are proud to host the GPEI pledging moment in Abu Dhabi and thank all the attendees for their continued commitment to the eradication of polio,” said Her Excellency Reem Al Hashimy, UAE Cabinet Member and Minister of State for International Cooperation. “Since launching in 2014, the Emirates Polio Campaign has delivered more than 430 million polio vaccines in some of the most remote areas of Pakistan. We remain firm in our mission to reach every last child and believe together we can consign polio to the pages of history.”

In addition to overcoming barriers to reach every child, this funding will ensure the resources and infrastructure built by the GPEI can support other health needs today and in the future. Polio workers deliver Vitamin A supplements, provide other vaccines like those for measles and yellow fever, counsel new mothers on breastfeeding, and strengthen disease surveillance systems to anticipate and respond to outbreaks. As part of its commitment to advance gender equality and women’s empowerment, the GPEI is also working to ensure equal participation of women at all levels of the programme.

The future of polio eradication hinges on support and engagement at all levels of the programme – from individuals to communities to local and national governments to donors. If the strategies needed to reach and vaccinate children are fully implemented and funded, we are confident that we can deliver a world where no child lives in fear of polio.

Pledge values are expressed in US dollars. View the full list of donors and pledge amounts.

Media contacts:

Oliver Rosenbauer
Communications Officer, World Health Organization
Email: rosenbauero@who.int
Tel: +41 79 500 6536

John Butler
Vice President, Global Health Strategies
Email: jbutler@globalhealthstrategies.com
Tel: +44 7502 203498


Etat civil: le Pdci dénonce une loi et appelle à la tenue « urgente » d’audience foraine

Publié le 19.11.2019 à 00h18 par APA

Le groupe parlementaire du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-allié au pouvoir), a dénoncé lundi la loi instituant la procédure spéciale de déclaration de naissance, de rétablissement d’identité et de transcription d’actes de naissance, qui expire le 19 novembre 2019, appelant à la tenue « urgente » d’audience foraine, dans une déclaration.« Cette loi expire dans quelques heures, à minuit. Nous sommes au regret de constater que cette loi sur laquelle de nombreux Ivoiriens avaient fondé de réels espoirs, de voir régulariser leur situation à l’État civil n’est pas encore appliquée », a dit Olivier Akoto Kouassi, porte-parole du groupe parlementaire du Pdci, dans une déclaration.   

Selon le groupe parlementaire du Pdci, il ressort que « les décrets nécessaires à son application n’ont jamais été pris ouvrant ainsi à toute sorte d’interprétation de la loi de nature à favoriser la délivrance frauduleuse d’extrait de naissance ».  

« Même si la date de publication de la loi intervenue le 17 décembre 2018 dans le journal officiel de la Côte d’Ivoire devrait être retenue comme point de départ d’entrée en vigueur, il resterait un mois pour réaliser les opérations nécessaires, ce qui serait impossible », a fait observer le député Olivier Akoto.

Face à cette situation préoccupante au regard du nombre important des personnes nées en Côte d’Ivoire, qui auraient dû bénéficier des dispositions de cette loi et du contexte politique caractérisé par les échéances électorales de 2020, le groupe parlementaire du Pdci demande au gouvernement « l’organisation urgente d’une opération d’audience foraine gratuite sur l’ensemble du territoire national ».

Pour le groupe parlementaire Pdci, cette audience foraine, opération publique de délivrance d’actes d’état civil, devrait « permette à toutes les personnes concernées de se faire établir publiquement un acte de naissance et pour les Ivoiriens de bénéficier en plus d’un certificat de nationalité leur permettant de faire établir une carte nationale d’identité et de s’inscrire sur la liste électorale » pour 2020.

Les députés du Pdci dénoncent notamment « l’inertie du gouvernement dans la mise en œuvre de cette loi qui a pourtant fait l’objet de sensibilisation aussi bien par le ministère » tout en invitant les autorités ivoiriennes à prendre rapidement toutes les dispositions utiles pour la reconstitution des états civils.  

Et ce, pour « régler de manière définitive » les cas de personnes ne disposant pas d’actes de naissance et partant « doter en urgence des personnes dépourvues d’actes d’état civils, rétablir les identités » afin d’éviter les faux et usage des faux en matière d’état civil.

L’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a adopté le 14 novembre 2018 la loi instituant une procédure spéciale de déclaration de naissance, de rétablissement d’identité et de transcription d’actes de naissance.

Cette loi d’urgence avait pour but d’instituer une dérogation aux dispositions de la loi du 7 octobre 1964 sur l’état civil, instituant une procédure spéciale pour accélérer les déclarations hors délais des naissances,  de rétablissement d’identité et de transcription d’actes de naissance.  

Selon le groupe parlementaire du Pdci, « plus de 3 millions de personnes en Côte d’Ivoire n’ont pas d’actes de naissance » au regard du Recensement général de la population en 2014, où « au moins 800.000 élèves dans le système scolaire sont dépourvus d’actes de naissance ».  

Ce nombre élevé d’actes de naissance détruits et non reconstitué intervient en raison des crises socio-politiques qu’a connues la Côte d’Ivoire, des mauvaises conditions de conservation, des difficultés d’accès aux services de l’état civil et du coût des actes de l’état civil pour certaines populations.

La loi a été prévue pour être appliquée sur une période d’un an à partir de son entrée en vigueur. Le groupe parlementaire Pdci qui souhaite une audience foraine, appelle les populations à la vigilance sur les risques de fraudes à l’état civil.

En demandant l’organisation d’une opération d’audience foraine, le Pdci veut davantage enrôler des militants pour l’élection présidentielle de 2020. Un enjeu capital pour l’ex-parti unique qui veut reconquérir le pouvoir d’Etat en 2020.


Dix neuf anciennes gloires célébrées à un salon des sports et loisirs à Abidjan

Publié le 19.11.2019 à 00h18 par APA

Dix neuf anciennes gloires ivoiriennes issues du monde de la musique et du sport, ont été célébrées à la 8è édition du Salon des sports et loisirs d’Abidjan (Sisla), une plate-forme visant à honorer des personnalités qui ont marqué de leurs empreintes leur époque.Ces personnalités ont reçu des prix symboliques de la part des promoteurs de l’événement, au cours de cette soirée dénommée « la nuit des légendes », organisée le jeudi 14 novembre 2019, au Parc des sports d’Abidjan.   

A cette occasion, Philippe Ibitowa, président de la Fondation valeurs sportives, entité initiatrice du Sisla, a expliqué l’esprit qui sous-tend ce salon. Pour lui, « il n’y a pas d’ancienne gloire, ni d’ancienne légende. Une légende reste une légende », honorée « pour services rendus à la nation ». 

Parmi ces 19 légendes distinguées figurent Eugène Djé Kacou, journaliste sportif de renom, N’Da Lucienne qui détient jusqu’à présent le record d’Afrique du saut en hauteur, Soumahoro Moriféré, légende du Rallye et Alla Thérèse, artiste chanteuse, icône de la musique tradi-moderne. 

 Eba Aka Jérome, également une légende de la musique tradi-moderne a été célébrée, de même que Séa Robinson, ancienne gloire de la boxe dont les matchs étaient très suivis par feu le président Félix Houphouët-Boigny et Sakanoko Soungbé, légende de l’athlétisme ayant à son compte plusieurs médailles.  

Ces personnalités ont exprimé toute leur gratitude aux organisateurs pour cette marque de considération. Elles ont par ailleurs souhaité la pérennité de l’initiative et qu’elle touche le plus grand nombre de légendes ivoiriennes qui, très souvent sont laissées pour compte. 

Elles ont traduit leur disponibilité à transmettre leurs expériences aux jeunes générations afin que celles-ci ramènent d’autres lauriers à la Côte d’Ivoire,  pays qui ambitionne d’être un Hun culturel et sportif. 

Le Salon International des Sports et Loisirs d’Abidjan qui a  ouvert le 12 novembre 2019 au public , a fermé ses portes le samedi 16 novembre dernier. 


After fair KCPE result, tackle transition mess

EDITORIALBy EDITORIAL
More by this Author

The performance of the Kenya Certificate of Primary Education (KCPE)examination dropped noticeably this year.

The top candidate scored 440 marks, compared with 453 last year, with the number of those with 400 marks and above falling to 9,770, down from 12,205 in 2018 and 9,846 in 2017.

That shows the days of super-high grades are gone as strict exam rules take root.

And it’s not about candidates scoring super grades but obtaining what they rightly deserve.

An analysis of 2019 results shows that candidates in the 300-400 mark bracket rose to 243,320 from 223,862 last year.

Most learners belong here, a reflection of the true bell curve. Exams should reflect a candidate’s true ability and not embellished reality as in the past.

Advertisement

EXAM CHEATING

Teachers and parents should appreciate the true meaning of learning, which is about inculcation of knowledge, skills and attributes.

That requires emphasis on learning outcomes and learners’ ability to internalise and apply knowledge and develop affective senses to enable them to coexist with others in society.

Before 2016, exams were milling plants where candidates were drilled to pass with flying colours without mastering the needed knowledge and skills.

Cartels perfected cheating and those with cash and connections could get grades that never reflected a learner’s abilities.

The 2019 KCPE results also show a positive outcome: the rebound of public primary schools.

Although the top candidate was from a private school, two of the three runners-up, both girls, were from public schools.

Private schools used to dominate the top positions, eclipsing and relegating public schools to the bottom.

SUBJECT PERFORMANCE

The message is clear: given a level playing field, pupils can perform well regardless of their school.

Education should be an equaliser. Social divisions manifest in exceedingly “good performance” by children in private schools perpetuated inequality and its attendant challenges.

Performance improved in four of the six KCPE papers — English, Kiswahili, Kenya Sign Language, social studies and religious education.

In contrast, performance dropped in mathematics and sciences. The latter should worry us.

Maths and sciences are the foundation for engineering and technology — the desired areas of study for an industrialising nation.

It does not augur well when candidates start getting low grades in those subjects at this early stage.

Irregularities have remarkably declined, owing to strict rules for administering the tests.

CREDIBILITY

Only four impersonation cases were recorded and the results cancelled. Strict enforcement of exam administration must continue.

There will always be those trying to short-circuit the system and these have to be spotlighted and sanctioned.

Kenya must operate a cheat-free exam system to restore credibility to our education system.

With the results here, the focus is now on transitioning the children to Form One.

Education Cabinet Secretary George Magoha on Monday restated the government policy of 100 per cent transition.

All those who sat the exam have to proceed to secondary school — a step towards realising universal basic education.

Children should never drop out after Standard Eight, when most of them are still too young and unprepared for independent life. They need secondary education to prepare them for the world.

PROVIDE RESOURCES

However, the 100 per cent transition policy comes at a price. What was experienced in secondary schools this year was atrocious.

Schools could not cope with the huge numbers. Since the government is committed to pushing all the Standard Eight leavers to secondary school, it must provide the requisite resources to support the endeavour.

And it must rethink funding for secondary schools. With fees capped at Sh53,000 a year and capitation pegged at Sh22,000 per student annually, which cash is never remitted on time and in full amounts, secondary schools are suffering a serious financial crunch.

Many are in the debt stranglehold. Add to that the perennial biting teacher shortage and the crisis worsens.

The quality of learning is severely compromised, which is why there must be open and candid talks on secondary education funding.

The ideal of sending all learners to secondary school is commendable but it must be supported with proper financing. Otherwise, we will be giving the learners a raw deal.

Overall, the country can now look back with some confidence that sanity has, finally, been restored in national exams.


Haïti: la commémoration de la bataille d’indépendance émaillée de violences

Publié le 18.11.2019 à 23h50 par AFP

Quatre personnes ont été blessées par balle lundi à Port-au-Prince lors d’une manifestation de l’opposition à l’occasion de l’anniversaire de la bataille qui a mené Haïti à l’indépendance, événement fêté a minima par le président, conspué par une large partie de la société.

Deux manifestants ainsi qu’un journaliste d’une radio locale et un policier ont été blessés alors que plusieurs centaines de sympathisants de l’opposition défilaient sur un des axes majeurs de la capitale, ont observé les journalistes de l’AFP. De nombreux tirs ont été échangés sans que leurs auteurs ne puissent être identifiés.

Des manifestations répétées exigent la démission du président Jovenel Moïse depuis plus de deux mois. Début novembre, les partis d’opposition et des groupes de la société civile sont parvenus à un accord visant à organiser une transition politique: ils voudraient choisir dès que possible le futur président parmi les juges de la Cour de cassation et le prochain Premier ministre au sein des partis de l’opposition.

« Jovenel avait dit qu’il n’avait personne à qui remettre le pouvoir, mais le peuple a pris l’initiative et on a notre institution qui s’appelle la Cour de Cassation », clamait avant les incidents Phanel Jean-Louis, un manifestant marchant avec le drapeau national sur les épaules.

Dans la matinée, Jovenel Moïse a commémoré la bataille qui a mené le pays à l’indépendance, depuis la capitale et sous haute protection policière, sans se rendre sur le site historique.

« Des soldats, des va-nu-pieds, des esclaves se sont révoltés et se sont donnés leur indépendance mais, après 216 ans, je pense que la bataille pour l’indépendance économique doit commencer et c’est pour ça qu’il faut détruire ce système exploiteur », a déclaré Jovenel Moïse lundi matin sur le parvis du musée du panthéon national haïtien.

Chaque 18 novembre, Haïti célèbre la bataille de Vertières qui, en 1803, a vu la victoire de l’armée indigène sur les troupes napoléoniennes, prélude à l’indépendance de la première République noire de l’Histoire le 1er janvier 1804.

Situé à 240 km au nord de Port-au-Prince, le site de Vertières est traditionnellement le lieu des commémorations. Mais Jovenel Moïse qui n’a pas fait le déplacement s’est contenté d’un dépôt de gerbe de fleurs au musée qui jouxte le palais national, où s’est tenu un défilé militaire.

Les accès à la place du Champ de Mars où se situent musée et palais, étaient gardés par un important dispositif policier interdisant l’accès au public le temps des cérémonies.

Plusieurs manifestations populaires exigeant le départ du pouvoir de M. Moïse ont également été organisées dans les villes de province lundi.

Majoritaires dans les manifestations, les habitants des quartiers les plus pauvres exigent d’autant plus la démission du chef de l’État que des entreprises qu’il dirigeait avant son entrée en politique ont été épinglées par la Cour supérieure des comptes comme étant « au cœur d’un stratagème de détournement de fonds ».


Stowaway incident is a wake-up call to KAA on airport security

The airport is one of the most highly secured places.

However, a British television channel recently reported that the man who fell from a Kenya Airways plane in London in June was Kenyan.

The victim of the incident involving the flight that is suspected to have originated from Jomo Kenyatta International Airport in Nairobi was identified by the reporter as Paul Manyasi from Kakamega.

The story has had me questioning the effectiveness of security measures and scrutiny in our airports, particularly JKIA.

Does this incident portray insecurity in our airports? It’s not yet clear how the man bypassed security to secretly enter the plane’s landing gear compartment and yet he was neither a passenger nor crew.

The incident is a wake-up call to the airport management and the Kenya Airports Authority to review and tighten the security systems in the airport.

If it was negligence by the people obliged to ensure and provide safety, appropriate legal and disciplinary measures should be taken against the culprit(s).

Benard Lusigi, Kakamega

The story of the KQ stowaway has raised more questions than answers.

One, how did the Sky News reporter know his name and home yet he did not have identification documents on him?

Secondly, how did the man, whom the British television channel has identified as Paul Manyasi, bypass the security checks? For an international flight, checks can go up to two hours.

Thirdly, why is the family now changing their story yet they had confirmed that the victim was their son? And why did KAA and Colnet refuse an interview with Sky News before this came out?

There are several gaps in this story but two things stand out in it: insecurity at the largest airport in Kenya and the many challenges the country’s youth are battling.

The unfriendly environment forces them to take risks in a bid to get to a Western country for “greener pastures”.

Florence Nzive, Kajiado

Whether the stowaway who fell from a KQ plane in London was Kenyan or not, investigations linked the time of the drop to the aircraft landings at Heathrow at that time, and Kenya Airways was a most likely culprit.

But how did he get into the wheel hold and ride all the way to London? This is the crux of the matter, if you ask me.

And how did he manage to get to the plane without being noticed?

Catherine Wachera Mutahi, Nairobi

That the Kenya Airports Authority has not released the relevant CCTV footage of the activities at JKIA since an alleged Kenyan stowaway fell from a Kenya Airways plane moments before it landed at a UK airport in June smirks of a scheme to avoid responsibility.

KAA, the cleaning company and security agencies should shoulder the responsibility since it might see JKIA’s security rating lowered globally. KAA should tell the truth; the truth will save it.

Robert Musamali, Nairobi


Washington ne considère plus les colonies israéliennes contraires au droit international

Publié le 18.11.2019 à 22h51 par AFP

L’administration de Donald Trump a donné lundi un nouveau coup de canif au consensus international sur le conflit israélo-palestinien, en annonçant que les Etats-Unis ne considéraient plus comme illégales les colonies de l’Etat hébreu en Cisjordanie occupée.

Après la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël et celle de la souveraineté de l’Etat hébreu sur le Golan syrien, il s’agit d’une nouvelle décision spectaculaire en rupture avec la tradition diplomatique américaine, aussitôt saluée par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et dénoncée par l’Autorité palestinienne.

« Après avoir examiné soigneusement tous les arguments de ce débat juridique », l’administration Trump conclut que « l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international », a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo devant la presse.

Il a tenu à présenter cette annonce comme un retour à l’interprétation du président Ronald Reagan au début des années 1980, se démarquant surtout de la précédente administration démocrate de Barack Obama qui avait vivement condamné la colonisation.

Mais la politique américaine s’appuyait en fait jusqu’ici, au moins théoriquement, sur un avis juridique du département d’Etat remontant à 1978, selon lequel « l’établissement de colonies de population dans ces territoires » n’était « pas conforme au droit international ». Ces colonies installées sur les territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967 sont en effet jugées illégales par l’ONU, et une grande partie de la communauté internationale voit en elles un obstacle majeur à la paix.

Mike Pompeo a donc décidé que cet avis de 1978 était caduc.

« La vérité, c’est qu’il n’y aura jamais de solution judiciaire au conflit, et que les débats sur qui a raison et qui a tort au regard du droit international n’apporteront pas la paix », a-t-il estimé, assurant qu’il ne s’agissait ni d’une ingérence dans la politique israélienne, ni d’un feu vert généralisé à la colonisation.

– « Vérité historique » –

Il a également fait valoir que cette décision ne préjugeait pas du « statut final » de la Cisjordanie, dont le sort dépendra de futures négociations entre Israéliens et Palestiniens, rendues très hypothétiques par un processus de paix au point mort. L’administration Trump tarde d’ailleurs à dévoiler son propre plan de paix, rejeté par avance par les Palestiniens.

Mais la décision américaine pourrait être interprétée comme un nouveau coup de pouce à Benjamin Netanyahu, qui a proposé d’annexer une partie des colonies de Cisjordanie occupée, au moment où les partis israéliens mènent de difficiles tractations pour former un gouvernement.

Pour le chef du gouvernement sortant, l’interprétation de son plus proche allié « est le reflet d’une vérité historique: que les juifs ne sont pas des colonisateurs étrangers en Judée-Samarie », selon le nom biblique utilisé en Israël pour désigner la Cisjordanie occupée.

Washington n’est « pas qualifié ou autorisé à annuler des dispositions de droit international et n’a pas le droit de légaliser des colonies israéliennes », a au contraire protesté le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina.

Le gouvernement républicain au pouvoir depuis 2017 aux Etats-Unis, qui a multiplié les marques de soutien à l’Etat hébreu, s’était déjà montré beaucoup plus souple sur cette question ultrasensible.

L’ambassadeur des Etats-Unis à Jérusalem David Friedman est allé jusqu’à estimer qu’Israël avait « le droit » d’annexer « une partie » de la Cisjordanie occupée. Et Mike Pompeo avait refusé en avril de dire si Washington s’opposerait à une éventuelle annexion des colonies de Cisjordanie par l’Etat hébreu.

Parallèlement, Washington a cessé toute aide aux Palestiniens, avec lesquels la rupture est consommée depuis l’annonce tonitruante concernant Jérusalem. L’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas ne considère plus les Etats-Unis comme un médiateur possible, ni même un simple interlocuteur, et a mis fin à tous ses contacts avec les Américains.


Soccer-Toothless Egypt held by Comoros as Algeria, Ghana win

JOHANNESBURG, Nov 18 (Reuters) – Egypt, without injured striker Mo Salah, lacked a cutting edge in front of goal as they were held to a 0-0 draw by tiny Comoros Islands in their 2021 Africa Cup of Nations qualifier on Monday.

Midfielder Kahraba struck the crossbar early on and forward Trezeguet missed a one-on-one chance in the second period, but Egypt also had goalkeeper Mohamed El Shenawy to thank for important saves.

The result follows a 1-1 home draw with Kenya in their Group G opener on Thursday and was wildly celebrated by the home fans, who invaded the pitch at the final whistle.

In the other Group G game, Kenya and Togo drew 1-1. Johanna Omolo put the east Africans in front before Hakim Ouro-Sama equalised for the visitors.

African champions Algeria were made to sweat but collected a 1-0 victory in Botswana as Youcef Belaili netted after 15 minutes to ensure a full haul of six points from their opening two games in Group H.

Ghana needed a second half penalty from Jordan Ayew to claim a 1-0 success over Sao Tome and Principe on a difficult artificial surface as they also made it two wins from two in Group C.

Pa Modou Jagne scored an injury-time equaliser for Gambia in a 2-2 draw with the Democratic Republic of Congo in Group D to follow on from their surprise 3-1 success in Angola last week.

Cedric Bakambu and Jackson Muleka netted for the Congolese, who led twice in the contest, but Bubacarr Jobe and Jagne rescued a point for the home side.

It was a similar story in Praia, where Mozambique scored in injury time at the end of the game to salvage a 2-2 draw against hosts Cape Verde Islands.

The home side also led twice as Garry Rodrigues and Ryan Mendes netted, but Edson Mexer found the first equaliser before striker Witi netted for the visitors in injury-time to secure an excellent away point.

The top two nations in each pool advance to the 24-team finals scheduled to be held in Cameroon. (Reporting By Nick Said, editing by Pritha Sarkar)


Le Maroc célèbre le 64ème anniversaire de son indépendance

Publié le 18.11.2019 à 22h19 par APA

Le peuple marocain célèbre ce lundi le 64ème anniversaire de la proclamation de l’Indépendance, un événement majeur de la vie nationale et une occasion de faire un retour rétrospectif sur l’une des plus glorieuses périodes de l’histoire marocaine.La célébration de cet évènement marquant de l’histoire contemporaine du Royaume se veut également une occasion de rendre hommage à la lutte interrompue menée par le Trône et toute la nation et à leurs efforts acharnés pour poser les jalons d’un Maroc indépendant, moderne, uni et solidaire.

Moment de communion de toute une nation, cet anniversaire donne ses lettres de noblesse au combat courageux d’un peuple uni derrière son Souverain, dont le détonateur fut la révolution du Roi et du peuple, le 20 août 1953, tout comme il permet aux nouvelles générations d’apprécier toute la mesure des sacrifices consentis pour s’affranchir du joug du colonialisme et le recouvrement de l’indépendance du Maroc en 1955.

La Fête de l’indépendance permet aussi de rendre un vibrant hommage au père de la nation, feu le Roi Mohammed V qui, par sa foi inébranlable, sa détermination sans faille et son dévouement exemplaire au service de la cause de son peuple, a su mener le Royaume vers une nouvelle ère, signifiant la victoire du droit sur l’injustice et de la dignité sur l’asservissement.

« Nous nous réjouissons de pouvoir annoncer la fin du régime de tutelle et du protectorat et l’avènement de la liberté et de l’indépendance », déclara le regretté Souverain le 18 novembre 1955 à son retour de Madagascar, où il était exilé, en compagnie de sa famille, par les autorités coloniales françaises.

Véritable feuille de route, ce premier discours de l’indépendance prononcé par feu le Roi Mohammed V devant un peuple en liesse, a réaffirmé l’engagement de la nation dans le processus de construction d’un Maroc moderne et libre.

Fort de son indépendance, le peuple marocain s’est alors engagé dans l’effort d’édification nationale pour bâtir un Maroc libre et jeter les bases de la modernisation économique du Royaume et de la consécration des valeurs de démocratie et de citoyenneté.