Main Menu

Saturday, November 16th, 2019

 

Eliminatoires CAN 2021 de football: la Côte d’Ivoire bat le Niger (1-0)

Publié le 17.11.2019 à 01h18 par APA

Les Éléphants de Côte d’Ivoire ont battu samedi le Mena du Niger 1-0, dans le cadre de la première journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN 2021), au stade Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.Au premier quart d’heure, les pachydermes qui ont tenté de déstabiliser la défense adverse, se sont heurtés au mur de l’équipe du Niger. Mais grâce à une échappée ivoirienne, Pépé Nicolas obtient un penalty à la 21è minute qui a été dégagé par le portier nigérien après un tir de Max Gradel.   

A la suite de cette maladresse sur ce penalty, l’arbitre a renvoyé les deux équipes aux vestiaires. La fin de la première période a été ostensiblement dominée par les Éléphants de Côte d’Ivoire qui n’ont pas véritablement rassuré à l’entrée de jeu de cette campagne.  

Le Mena du Niger a réussi à jouer en bloc. Et, de multiples occasions de but des Éléphants n’ont pu être transformées. A la 68è minute, la Côte d’Ivoire obtient un second penalty sur une touche de main. Le milieu de terrain Franck Kessié, sociétaire du Milan AC, ouvre le score sur un contre-pied parfait.    

Les athlètes Ivoiriens ont décidé de célébrer l’ancien capitaine des Éléphants, Serey Dié, qui a pris sa retraite internationale. Selon le sélectionneur Ibrahim Kamara, « c’est un garçon qui a apporté beaucoup au groupe, si ses copains ont décidé de le célébrer, c’est qu’il le mérite ». 

La Côte d’Ivoire affronte l’Éthiopie le 19 novembre 2019 dans le cadre de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2021. Les Éléphants se trouvent dans le Groupe K avec Madagascar, le Niger et l’Éthiopie. 


Foot: premier match et première défaite pour Jean-Guy Wallemme avec le Niger

Publié le 16.11.2019 à 23h50 par AFP

Le Français Jean-Guy Wallemme, dont la nomination à la tête de l’équipe du Niger n’a toujours pas été officialisée, a vécu son premier match sur le banc de la Mena avec une défaite contre la Côte d’Ivoire (1-0), samedi, lors des qualifications de la CAN-2021.

Ancien joueur historique de Lens, Wallemme, 52 ans, n’a pas évoqué son avenir en conférence de presse.

Un membre de la Fédération a indiqué à l’AFP qu’un accord avait été trouvé avec l’entraîneur mais qu’il fallait encore attendre le feu vert du ministère des Sports qui doit entériner tous les contrats engageant de l’argent public.

Wallemme a connu de nombreuses expériences come entraîneur passant notammant par des clubs en Algérie, au Maroc, en France ou en Belgique. Il a notamment été sélectionneur du Congo en 2011-2012.


CGLU-Monde: le Marocain Mohamed Boudra élu président de l’Organisation Cités et gouvernements locaux

Publié le 16.11.2019 à 22h18 par APA

Le Président de l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC), Mohamed Boudra, a été élu par consensus, vendredi à Durban en Afrique du Sud, Président de l’organisation Cités et Gouvernements Locaux Unis-Monde (CGLU-Monde), à l’issue du 6ème Sommet mondial triennal de cette organisation.Le principal rival de M. Boudra était le maire de la ville russe de Kazan, Ilsur Metshin, qui s’est finalement retiré de la compétition. Pour rappel, la présidence sortante de l’organisation CGLU-Monde était sud-africaine.

Le choix porté sur le Maroc pour présider cette organisation mondiale, qui compte 240.000 villes et collectivités locales membres, est une reconnaissance des actions et chantiers de développement structurants multisectoriels initiés par le Roi Mohammed VI, depuis deux décennies, en faveur de la décentralisation, de la justice spatiale, de l’équité sociale, ainsi que de la promotion des valeurs de solidarité en matière de développement durable, dans toutes les régions du Royaume, et particulièrement dans les provinces du nord du pays.

A signaler qu’avec près de 3000 délégués venus de différentes régions du monde, le sommet mondial des Cités et Gouvernements Locaux Unis est considéré comme le plus grand rassemblement mondial de dirigeants locaux et régionaux ainsi que des acteurs intéressés par les affaires locales.

Lors de ce conclave, les élus se notamment sont penchés sur la définition de l’agenda mondial des villes et des régions pour les années à venir et ont également jeté la lumière sur l’évolution de cette organisation mondiale, qui fête son 15ème anniversaire.


250.000 manifestants à Prague contre le Premier ministre, 30 ans après la Révolution de velours

Publié le 16.11.2019 à 21h50 par AFP

Environ 250.000 Tchèques, selon le ministère de l’Intérieur, ont investi samedi le centre de Prague pour demander le départ du Premier ministre milliardaire Andrej Babis accusé de corruption, la veille du 30e anniversaire de la Révolution de velours qui avait renversé le communisme dans l’ancienne Tchécoslovaquie.

Les manifestants ont brandi des drapeaux tchèques et des banderoles appelant M. Babis à se retirer. Ils ont scandé « honte! » et « démission! ».

Le ministre de l’Intérieur, Jan Hamacek, cité par l’agence CTK, a estimé à environ 250.000 le nombre de personnes rassemblées au parc Letna, dans le centre de Prague.

La manifestation se tient la veille du trentième anniversaire de la Révolution de velours: des manifestations sans précédent et une grève générale qui ont mis fin à quatre décennies de totalitarisme imposé par l’Union soviétique dans ce qui était alors la Tchécoslovaquie.

Ancien communiste, le populiste Babis est confronté à une série d’accusations de corruption et à une enquête de la Commission européenne sur un conflit d’intérêts possible autour de son holding Agrofert regroupant différentes activités dans ses vastes exploitations agricoles, dans les médias et dans le secteur chimique.

Le chef du gouvernement tchèque rejette les accusations et son parti populiste ANO reste en tête des sondages avec environ 30% de soutien, indépendamment de ces controverses.

M. Babis est aussi identifié comme agent dans des dossiers secrets de la police des années 1980, ce que le milliardaire a fermement démenti.

– « Démocratie en danger » –

Des habitants d’une maison donnant sur le rassemblement ont déployé samedi une banderole clamant que « la vérité et l’amour doivent prévaloir sur les mensonges et la haine », la devise de l’ancien dramaturge dissident anticommuniste puis président tchèque Vaclav Havel.

Kristyna Kovarova, une étudiante de 20 ans, originaire du village de Malenice, dans le sud du pays, a déclaré à l’AFP qu’elle était « venue se battre pour la démocratie ».

« Je pense que la démocratie est en danger parce que de nombreuses personnes tentent de la modifier et d’imposer leurs propres règles. Ce n’est pas juste », a-t-elle insisté.

« Je n’aime vraiment pas les mensonges de notre Premier ministre », a déclaré de son côté Josef Plandor, venu de Zasova, dans l’est de la République tchèque.

« Son énorme conflit d’intérêts, ses mensonges, ses fraudes, c’est trop. Ce n’est pas un homme honnête », a insisté ce forestier de 43 ans.

D’origine slovaque, le chef du gouvernement, âgé de 65 ans, a été inculpé l’année dernière dans une affaire de fraude présumée aux subventions européennes d’une valeur de deux millions d’euros concernant son complexe hôtelier près de Prague mais le parquet de Prague a abandonné les charges en septembre.

– Grève d’étudiants –

M. Babis, la cinquième fortune tchèque selon Forbes, dirige le mouvement populiste centriste ANO dans un gouvernement de coalition minoritaire avec les sociaux-démocrates, appuyé au parlement par le parti communiste.

ANO a remporté les élections législatives de 2017 en promettant la lutte contre la corruption en République tchèque, pays membre de l’Union européenne et de l’Otan, fort de 10,6 millions de d’habitants.

Le vendredi 17 novembre 1989, la police tchécoslovaque avait dispersé brutalement une marche d’étudiants, ce qui avait déclenché leur grève le lendemain, et la création d’un mouvement d’opposition qui avait négocié l’abandon du pouvoir par le Parti communiste.

À la fin de décembre 1989, Vaclav Havel, alors chef de l’opposition, avait été élu président de la Tchécoslovaquie. Le pays s’est ensuite divisée pacifiquement en République tchèque et en Slovaquie en 1993.


Venezuela: Guaido mobilise plusieurs milliers de manifestants contre Maduro

Publié le 16.11.2019 à 21h50 par AFP

Quelques milliers de personnes ont manifesté samedi à Caracas contre Nicolas Maduro à l’appel de Juan Guaido, une mobilisation toutefois en demi-teinte pour l’opposant vénézuélien qui espère profiter des événements en Bolivie pour évincer le président socialiste.

« Nous n’allons pas fléchir, nous n’allons pas flancher », a lancé à la foule Juan Guaido.

Le chef de file de l’opposition vénézuélienne tente de jouer à fond sur le départ du président bolivien Evo Morales, qui a démissionné dimanche après des manifestations parfois très violentes de l’opposition qui l’accusait de « fraude » lors de la présidentielle du 20 octobre.

La Bolivie « a obtenu sa liberté grâce à l’union de toutes ses forces », a insisté Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays, lors d’un discours prononcé face à l’ambassade de Bolivie.

Le niveau de mobilisation populaire faisait figure de test pour le jeune dirigeant qui tente, en vain, d’évincer Nicolas Maduro de la présidence depuis le mois de janvier.

Les journalistes de l’AFP ont estimé à environ 5.000 le nombre de manifestants dans les rues de Caracas, soit bien moins que les dizaines de milliers de personnes que Juan Guaido réunissait en début d’année, juste après s’être proclamé président par intérim le 23 janvier.

La mobilisation de ce samedi est toutefois la plus forte depuis la grande manifestation du 1er mai organisée le lendemain de son appel au soulèvement contre Nicolas Maduro, un appel qui avait fait long feu.

Juan Guaido et l’opposition vénézuélienne accusent le successeur d’Hugo Chavez de s’être maintenu au pouvoir à la faveur de la présidentielle « frauduleuse » de l’année dernière et le qualifient d’ »usurpateur ».

« Nos attentes sont très élevées. Nous ne voulons surtout pas que cette manifestation soit l’une de celles où les politiciens montent sur une tribune pour dire deux ou trois trucs et que tout le monde rentre chez soi », a expliqué à l’AFP Omar Kienzler, un étudiant en droit de 19 ans.

Selon un sondage du cabinet Datanalisis réalisé entre le 18 et le 25 octobre, 32% des personnes interrogées sont disposées à manifester pour soutenir Juan Guaido, qui est également président du Parlement.

Le Venezuela traverse la pire crise économique et sociale de son histoire récente. L’inflation devrait y atteindre les 200.000% cette année, selon le FMI. En province, les coupures de courant sont quotidiennes et les pénuries de médicaments et d’essence monnaie courante.

L’opposition vénézuélienne met cette situation chaotique sur le dos de la « corruption » et de l’ »incurie » des dirigeants vénézuéliens.

En face, le président socialiste avait également appelé ses soutiens à défiler samedi dans la capitale vénézuélienne en soutien à Evo Morales, allié régional de Nicolas Maduro avec Cuba et le Nicaragua.

Plusieurs milliers de chavistes habillés en rouge ont suivi son appel, à l’image de David Perez, 41 ans, qui a dit manifester « pour défendre Evo et le peuple bolivien ».

Nicolas Maduro, qui est devenu président à la mort d’Hugo Chavez en 2013, accuse régulièrement l’opposition vénézuélienne de vouloir le renverser au moyen d’un « coup d’Etat » soutenu par les Etats-Unis et la Colombie.


Allies welcome normalisation of Kenya-Somali ties

AGGREY MUTAMBOBy AGGREY MUTAMBO
More by this Author

The UN and other Somalia’s partners say the recent decision by Kenya and Somalia to normalise their relations will help the region to concentrate on security challenges in the Horn of Africa.

In a statement on Saturday, the partners said the recent pronouncements by President Uhuru Kenyatta and his Somali counterpart to resume normalcy will benefit the people.

GOOD RELATIONS

“Somalia’s international partners welcome the measures agreed at a meeting between the President of Somalia, Mohamed Abdullahi Mohamed (Farmaajo), and the President of Kenya, Uhuru Kenyatta, held in Nairobi on 14 November, as a significant step in strengthening the good relations between the two countries.

“We note the value of mutually beneficial relations between Somalia and its neighbours which contribute to the prosperity of their peoples, and positively impact security and development in the wider Horn of Africa region.”

With tensions rising over the maritime boundary dispute in which Somalia has sued Kenya at the International Court of Justice, both sides had engaged in revenge policies that saw direct flights subjected to inconvenient stopovers as visas on arrival suspended.

Advertisement

Last week on the sidelines of a population conference though, Presidents Kenyatta and Farmaajo said they will be climbing down from those policies to resume normal relations as they await the ICJ to decide the verdict.

SECURITY CHECKS

The deal meant Kenya will, in the next one week lift the restriction that asked aircraft from Somalia to first land in Wajir for security checks, and allow visas on arrival for Somali officials.

UN, the African Union Mission in Somalia, Denmark, Egypt, Ethiopia, European Union, Finland, France and Germany signed off the statement. Other partners included Intergovernmental Authority on Development, Italy, Organisation of Islamic Cooperation, Sweden, Turkey, Uganda, United Nations Assistance Mission in Somalia and the United States.


Ouverture d’un nouveau site d’orpaillage dans l’extrême sud-est de la Mauritanie

Publié le 16.11.2019 à 21h18 par APA

La direction générale des mines en Mauritanie a donné son feu vert pour l’ouverture d’une nouvelle zone d’orpaillage à l’intérieur d’une zone militaire fermée dans l’extrême sud-est du pays, a appris APA de source sécuritaire à Zouerate (650 kilomètres au nord de Nouakchott).Large de 300 kilomètres carrés, cette zone est située aux confins de la frontière avec le Mali, a précisé la même source.

Elle est adjacente à une autre zone d’exploration artisanale de l’or dans la même région mais qui a été épuisée par les orpailleurs qui s’y trouvaient depuis plusieurs années.

La nouvelle zone autorisée comporte un site déjà exploré clandestinement, il y a quelques années, par des orpailleurs soudanais qui ont fini par être arrêtés et expulsés vers le pays.

Elle est très convoitée par les explorateurs qui la suspectent de regorger d’importantes quantités d’or superficielles ou proches de la surface.

L’orpaillage en Mauritanie implique des milliers d’acteurs qui utilisent des moyens artisanaux pour le creusage des fosses et des machines pour la destruction des roches et la séparation du métal jaune.

Il occasionne cependant de nombreux accidents mortels causés par l’effondrement des puits pendant que des orpailleurs s’y trouvent en l’absence de moyens de secours développés.


G’Bissau: La CEDEAO reporte sa mission

Publié le 16.11.2019 à 21h18 par APA

La visite de la mission de la CEDEAO en Guinée Bissau pour tenter de convaincre le président José Mario Vaz de revenir sur le limogeage de son Premier ministre Aristide Gomes, a été reportée à une date ultérieure, selon un communiqué du gouvernement Bissau-guinéen parvenu à APA.Selon la note envoyée ce samedi a la presse, la visite des présidents de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée Conakry, du Niger et du Nigéria, qui devait avoir lieu ce samedi a été finalement reportée. Mais, elle pourrait se tenir selon le communiqué dans une date qui reste à déterminer.

La note du gouvernement  a ajouté  que les six chefs d’Etat de l’organisation attendaient le rapport de la mission des chefs militaires de quatre pays de la CEDEAO (Sénégal, Niger, Nigeria et Togo) en visite depuis mercredi à Bissau pour discuter avec les autorités militaires et gouvernementales bissau-guinéennes. La possibilité de renforcer le contingent de soldats de la CEDEAO en Guinée-Bissau, l’ECOMIB est à l’ordre du jour.

À la lumière du rapport des chefs militaires, les présidents fixeront la date de leur voyage à Bissau, qui pourrait avoir lieu avant les élections présidentielles prévues pour le 24 novembre, a indiqué le même communiqué du gouvernement bissau-guinéen.

Le sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO tenu le 8 novembre au Niger pour analyser exclusivement l’aggravation de la crise politique en Guinée-Bissau, a chargé les six présidents de se rendre à Bissau pour informer leur homologue bissau-guinéen José Mário Vaz des décisions de la réunion. José Mário Vaz n’était pas présent au sommet du Niger, car il est en campagne électorale pour sa réélection.


KDF officer arrested over murder of wife, children

NICHOLAS KOMUBy NICHOLAS KOMU
More by this Author
JAMES MURIMIBy JAMES MURIMI
More by this Author

Three bodies believed to be of the estranged wife of a military officer and their two children who disappeared three weeks ago were Saturday evening found buried in a shallow grave at Thingithu Estate in Nanyuki.

Detectives from the Directorate of Criminal Investigations (DCI) and Military Police found the bodies after being led to the scene by the military man who is the main suspect in the suspected triple homicide. Major Peter Mwaura of Laikipia Airbase in Nanyuki was arrested on Thursday by military police and handed over to the DCI.

After more than 24 hours of grilling at Nanyuki Police Station and at his house inside the army barracks, the suspect led police to an abandoned cemetery in Thingithu Estate, barely a kilometre from the army base.

THREE GUNNY BAGS

Still in a combat t-shirt, the army man led a team from the DCI and KDF officers to the spot the three bodies were buried.

After about 30 minutes of analysis and digging, police found three gunny bags in containing the body of an adult and two children.

Advertisement

The decomposing bodies were tied up using plastic ropes and piled onto each other inside the shallow grave.

All this time the suspect sat in the unmarked DCI vehicle, constantly trying to catch a glimpse of the discovery and hiding his face from cameras and the curious crowd.

Laikipia County Criminal Investigations Officer (CCIO) Peter Muinde declined to confirm if the bodies found were of the missing woman and her two children.

“We still have to do some more forensic tests to identify the bodies. A source led us to the scene and we are working to confirm if the bodies are of the missing woman and the two children,” Mr Muinde said.

Joyce Syombua, 31, and her children Shanice Maua, 10 and Prince Michael, 5 were reported missing on October 27 after spending two days at Major Mwaura’s home.

They had arrived at the Laikipia barracks on October 25.  

MISSING WOMAN

Ms Farizana Syombua, a relative of the missing woman told the Nation that she texted her to enquire about their journey to Nanyuki and she replied that all was well.

In a text message, Syombua informed Ms Farizana that Mr Mwaura had taken the children for a walk within the military base.

Mr Mwaura claimed that he had left the children with a friend because he wanted to have a private conversation with his estranged wife.

He had initially told the police that Ms Syombua left for Nairobi with the children in a matatu.

He claimed that he released his family back to the base after being called in to work urgently.

He alleged that he took Syombua and the children to Nanyuki bus terminus where they boarded a 4NTE Sacco matatu to Nairobi.

The trio however never arrived at their home in Kayole, Nairobi, raising suspicion over their safety.

A report was initially made at Soweto and Nanyuki Police stations, prompting investigations into their disappearance of the woman and her children.

The discovery of her mobile phone inside a matatu would later open a can of worms into what is turning out to be a brutal triple homicide and a well calculated cover up.

THREE GUNNY BAGS

Detectives would later discover that the matatu in which the phone was found never made a trip to Nairobi after all.

Officials from the sacco told police that the matatu had been hired for a private function in the Rift Valley on October 28 and did not make a trip to Nairobi as claimed by Major Mwaura.  

A statement from a classified witness would later give the police the biggest lead.  

The witness told the police that the army officer had sent him to buy three gunny bags.  

Major Mwaura was arrested on Thursday by Military Police before he was handed over to the DCI.

The suspect will be arraigned on Monday.  


Bodies of missing woman, two children found in Nanyuki

NICHOLAS KOMUBy NICHOLAS KOMU
More by this Author

Three bodies believed to be those of missing wife and children of military officer were on Saturday found in a shallow grave in Thingithu Estate, in Nanyuki. The three had been missing for three weeks. The bodies were found stuffed in three sacks.

More follows…