Main Menu

Thursday, November 14th, 2019

 

Drogba « se décidera vite » pour briguer la présidence de la Fédération ivoirienne e foot

Publié le 15.11.2019 à 00h50 par AFP

Didier Drogba « se décidera vite » pour briguer ou non la présidence de la fédération ivoirienne de football (FIF), a affirmé jeudi le dirigeant d’un club de première division de Côte d’Ivoire, à l’issue d’une rencontre avec l’ancien attaquant international.

« Je lui ai dit qu’il faut qu’il se décide vite. Il a répondu qu’il se décidera vite », a déclaré le président de l’Afad Laurent Boli lors d’un point presse, alors que l’ancien attaquant vedette de Chelsea, retraité depuis un an, est pressenti depuis des mois pour prendre la tête de la FIF.

L’ex-capitaine de la sélection a rencontré mercredi et jeudi à Abidjan des dirigeants des clubs des trois premières divisions nationales. Il n’a pas souhaité s’exprimer devant la presse.

« Il nous a fait part de sa vision. Nous sommes là pour le même objectif, la passion du foot », a expliqué Laurent Boli.

« Le football ivoirien enregistre de maigres résultats alors que c’est une grande nation. Il (Drogba) en souffre », a-t-il poursuivi.

Héros dans son pays, Didier Drogba a clairement laissé entendre à plusieurs reprises qu’il souhaitait se porter candidat à la présidence de la FIF, qui est prévue en fin d’année.

Mais celui qui est depuis juillet collaborateur du président de la Confédération africaine de football (CAF) Ahmad Ahmad ne s’est pas encore déclaré officiellement.

« Je veux qu’on repense le football avec une vision nationale pour (le) développer », avait déclaré M. Drogba en septembre. « Les moyens sont là, il y a le talent, il y a le potentiel, il est sous-exploité », avait assuré l’ex-buteur de Marseille.

L’actuel président de la FIF, Augustin Sidy Diallo, en poste depuis 2011, en est à son dernier mandat. Le football ivoirien est dans l’impasse depuis le sacre à la Coupe d’Afrique des nations 2015, avec des résultats décevants depuis.

Les Eléphants ont été éliminés de l’édition 2019 de la CAN dès les quarts de finale, par l’Algérie, futur vainqueur.

Ils avaient été sortis dès le premier tour à la CAN-2017 et n’étaient pas parvenus à se qualifier pour le Mondial-2018, après avoir participé aux trois précédentes éditions (2006, 2010, 2014).


Refugees in Bosnia and Herzegovina at risk as winter approaches

NEW YORK, November 14, 2019—Thousands of people seeking safety in Europe are living in dangerously cold and harsh conditions in Bosnia and Herzegovina, the international medical humanitarian organization Doctors Without Borders/Médecins Sans Frontières (MSF) said today, warning that people may die without adequate shelter and other basic services.

Many are attempting to travel north to other destinations in Europe but are enduring harsh living conditions as border restrictions tighten in the region.

In recent months, Bosnian authorities have started to restrict people’s movements between the country’s cantons. Four official centers for migrants exist, but services are inadequate, and tensions are high, leading most people to stay elsewhere. Of the more than 6,100 migrants and asylum seekers around the border cities of Bihac and Velika Kladusa in Una Sana Canton, only 2,800 people are in the official centers, while the rest sleep in abandoned buildings or makeshift shelters in near-freezing temperatures. Most are from Pakistan, Iran, Syria, or Afghanistan.

In July, local authorities decided to move some of the migrants and refugees staying outside the official centers to Vucjak camp—a temporary site about five miles from Bihac. This tented camp does not meet minimum living standards, is not adequate for cold weather, and is surrounded by land mines. Medical services are provided in the camp by the Bosnian Red Cross and some volunteers, but access to medical care is limited. Despite the conditions, local police continue to forcibly transfer people from informal settlements to this camp. On November 13, the local authorities announced that Vucjak camp will stay open throughout the winter and will be used for new arrivals.

“The situation is very hard here—I never had to sleep in a tent before,” said one young man from Pakistan, traveling with his 16-year-old brother. “At night the cold passes through the tent, and when it rains the water gets inside the tent. The food is really bad, the toilets are so dirty that we cannot use them, and the water for showers is freezing cold.”

In recent weeks, MSF began providing medical and mental health services in a local medical center near Vucjak camp, where 800 to 1,000 people are now living. The main conditions MSF treats are skin conditions such as scabies and body lice and respiratory tract infections. MSF also provides treatment to survivors of violence, including sexual violence.

“Vucjak camp is a dangerous and inhumane place—no human being should live like that,” said Nihal Osman, MSF’s deputy field coordinator. “People arrive at our clinic from Vucjak in flipflops, without socks or jackets, a lot of them suffering from respiratory infections and from skin diseases caused by the horrific living conditions. It’s heartbreaking to see and treat these people, knowing that at the end of the day they will have to go back to a tent and sleep on the floor. It is unacceptable to hear that this camp will remain open. It should be closed now.”

MSF has been present in the Balkans for the last four years responding to the needs of people along the migratory routes. MSF restarted its response in early August in cooperation with the Bosnian Ministry of Health and currently receives an average of 60 patients per day in two locations. MSF medical teams have already referred several patients for specialized care for injuries caused by violence that was allegedly committed by border authorities.

“People who are not registered in official camps have no access to any kind of services and are more exposed to the risk of violence,” said Osman. “Our response is designed to reach this group, who are most at need. Unless the authorities provide safe, appropriate, winterized accommodation and adequate services to these people, we fear that it’s only a matter of time before we see people dying.”


Authorities should resolve the rampant university strikes

Over the past few years, the operations at institutions of higher learning, particularly universities, have often been disrupted by student unrest.

Last month, Kenyatta University was closed following demonstrations by students, who were complaining about increased fees by the institution.

And on Monday, students from Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology (JKUAT) held what organisers had said would be a peaceful protest but turned out to be chaotic, causing massive disorder in Juja town and its environs.

A memo by the students association said the protesters were exercising their fundamental right to expression, accusing the local security apparatus of laxity.

They claimed that rising insecurity on and around the main campus had led to students being murdered in cold blood.

Early this year, the students had held a similar demonstration.

GRIEVANCES

On Monday, traders in Juja were forced to shut their shops and stalls to avoid damage while the institution ordered all the students to vacate the campus.

Then the local residents chipped in to “assist” the police in stopping the angry demonstrators, amid claims by the students that they robbed and seriously injured them.

But this is ironic because the students were protesting against insecurity in the first place!

So when will the violent protests end? A leading cause of the riots is claims by students that the institutions are poorly run and provide an unconducive environment for learning.

They cite “unilateral” and “unfair” fee increment by the universities, saying most of them come from poor families and are forced to do odd jobs to finance their needs.

Universities should charge fees that parents can afford while examination and graduation fees, especially for supplementary papers, remain constant.

County authorities, too, should beef up security on and around campuses since the lives of students are put at risk by robbers and hostile locals.

Cases of boda-boda operators being involved in crime should also be taken into consideration.

The police should not only improve security but also come up effective measures to stop such protests instead of brutally attacking innocent students who are only venting their frustration.

The neighbouring community should also play a role in ensuring the safety of these students since they hugely depend on them for business.

They should report to the police incidents of crime or suspicious characters and activities and alert the students of insecure places around the campus so that they do not stay out late.

Lastly, students, too, have a role in ending the strikes, which usually slow down their academic progress, resulting in delayed graduation.

The students associations leaders should work with the university administration on solutions to problems instead of luring their colleagues to engage in violent protests whose effects are more dangerous than the issues being addressed.

Mark Kipchumba, mass communication student, JKUAT


A Guantanamo, Diaz-Canel dit aux « yankees » que Cuba ne se rend pas

Publié le 14.11.2019 à 23h50 par AFP

« Zone ultra-sensible pour la défense », dit le panneau à l’entrée du village de Caimanera, à deux kilomètres de la base militaire américaine de Guantanamo: c’est l’endroit qu’a choisi le président cubain Miguel Diaz-Canel pour répéter jeudi aux « yankees » que Cuba ne cèdera pas aux pressions de Washington.

« Les yankees continuent de nous étrangler, mais nous résistons », a-t-il lancé à un groupe d’habitants du village, baptisé par les autorités « première tranchée anti-impérialiste » pour sa proximité avec la base.

Petit port de pêche, Caimanera et ses 10.000 habitants n’intéresseraient pas tant le chef de l’Etat s’ils n’étaient situés sur la côte ouest de la baie de Guantanamo, à seulement deux kilomètres au nord de la base navale américaine du même nom, qui occupe depuis 1903 un territoire de 117 kilomètres carrés.

De cette surface, seuls 49 kilomètres carrés sont sur la terre ferme. Le reste? De l’eau et des marécages. Et tout autour de la base navale, une zone minée.

L’entrée même à Caimanera est contrôlée par les militaires. Le village ressemble à tout autre village cubain: des rues balayées par la brise de mer, des bicyclettes et des carrioles à cheval comme moyens de transport. Sur la côte, on aperçoit des pêcheurs en train de lancer leurs filets.

On y croise régulièrement des soldats des Forces armées révolutionnaires, vêtus de l’uniforme vert olive, qui patrouillent aux abords de la baie militarisée.

– Première visite –

« Oh, c’est beau », s’exclame une dame du village, à l’arrivée du cortège présidentiel. Le chef de l’Etat y fait sa première visite depuis son arrivée au pouvoir en avril 2018, et à sa descente de voiture il est acclamé par des vivats pour ses prédécesseurs, Fidel et Raul Castro.

Miguel Diaz-Canel, qui a multiplié les voyages en province ces derniers mois pour mieux se faire connaître du grand public, s’approche des habitants, leur explique son programme, celui de ses ministres qui vont aussi être présents avec lui dans le village.

Il leur explique aussi que les Etats-Unis renforcent leur embargo contre l’île, en vigueur depuis 1962, avec un seul objectif: ils veulent « continuer à asphyxier l’économie, en pensant que ce peuple va se rendre ».

Et il leur rappelle que Washington tente d’empêcher la livraison de carburant à Cuba, ce qui a provoqué de graves pénuries et obligé les autorités à mettre en place un strict plan d’économies.

Les Etats-Unis accusent le gouvernement cubain d’opprimer son peuple, avec un système de parti unique – le Parti communiste – qui n’admet aucune opposition, et de soutenir militairement le Venezuela de Nicolas Maduro.

– « Nous allons résister » –

« Toutes les semaines apparaît une nouvelle mesure », assure le président Diaz-Canel. Le gouvernement cubain en a comptabilisé plus de 180 depuis juin 2017.

Parmi elles, l’activation en mai de la loi américaine Helms-Burton, qui menace de poursuites des entreprises étrangères présentes sur l’île. Des géants comme American Airlines, Carnival et Amazon sont depuis dans le viseur de la justice.

« A Cuba, nous allons résister, nous ne nous rendrons jamais, et avec le soutien de tous, nous allons continuer à développer nos idées, nos concepts et le pays continuera d’avancer », a promis le chef de l’Etat.

Cuba exige des Etats-Unis qu’ils lui rendent ce territoire, qui abrite depuis 2002 un centre de détention pour « combattants ennemis » ouvert dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » lancée par le président d’alors, Georges W. Bush, après les attentats du 11 septembre 2001.

Au plus fort de son activité, cette prison, dont les conditions de détention ont été souvent décriées, a hébergé jusqu’à 680 détenus, mais actuellement ils ne sont plus que 40.

Le président Barack Obama avait entamé les démarches pour fermer ce centre controversé, mais son successeur Donald Trump a signé en janvier 2018 l’ordre donné au Pentagone de le garder ouvert.


L’implacable répétition des fusillades à l’école en Amérique

Publié le 14.11.2019 à 23h50 par AFP

Les Etats-Unis sont le seul pays développé où se répètent désespérément les fusillades en milieu scolaire, comme celle qui a endeuillé jeudi un lycée en Californie. Voici les principales récentes, ainsi que les plus meurtrières de l’Histoire.

– Santa Clarita, Californie, 14 novembre 2019 –

Un adolescent de 16 ans marque le jour de son anniversaire en tirant sur des élèves de son lycée, tuant deux camarades et en blessant trois autres avant de tenter de se suicider. Les victimes ont 14/15 ans.

– Highlands Ranch, Colorado, 7 mai 2019 –

Deux adolescents ouvrent le feu dans un établissement scolaire de la banlieue de Denver, tuant un lycéen de 18 ans et faisant huit blessés.

– Santa Fe, Texas, 18 mai 2018 –

Un élève de 17 ans fauche sous ses balles 20 personnes dans son lycée: deux adultes et huit jeunes succombent. Le tireur est depuis emprisonné.

– Parkland, Floride, 14 février 2018 –

Le jour de la Saint-Valentin, un jeune homme de 19 ans, Nikolas Cruz, décharge son fusil semi-automatique au lycée Marjory Stoneman Douglas, dont il avait été exclu pour raisons disciplinaires. On déplore 17 morts dont une majorité d’adolescents. Le tireur est arrêté.

– Benton, Kentucky, 23 janvier 2018 –

Un élève de 15 ans abat à l’arme de poing deux autres élèves du même âge au lycée de Marshall County. Dix-huit autres personnes sont blessées par balle ou dans le chaos créé par les tirs.

– Roseburg, Oregon, 1er octobre 2015 –

Un étudiant de 26 ans abat neuf personnes à l’université d’Umpqua. Blessé, il se tire une balle dans la tête.

– Oakland, Californie, 2 avril 2012 –

Un homme abat méthodiquement sept personnes dans la petite université Oikos en Californie. Le tireur, un ancien étudiant d’origine coréenne, est arrêté et meurt sept ans plus tard en prison.

– Newtown, Connecticut, 14 décembre 2012 –

Après avoir abattu sa mère, un déséquilibré de 20 ans, Adam Lanza, tue 26 personnes, dont vingt enfants âgés de 6 et 7 ans, à l’école primaire Sandy Hook. Il se suicide après. Les Etats-Unis restent hantés par ce massacre en raison des nombreux enfants tués.

– Université Virginia Tech, Virginie, 16 avril 2007 –

Un étudiant déséquilibré originaire de Corée du Sud fait 32 morts avec ses deux pistolets semi-automatiques, avant de se suicider dans cet établissement d’enseignement supérieur réputé.

– Columbine, Colorado, 20 avril 1999 –

Deux élèves du lycée Columbine, âgés de 17 et 18 ans et lourdement armés, abattent en quelques minutes douze camarades et un professeur avant de se suicider dans la bibliothèque. Le bilan aurait été pire encore s’ils avaient réussi à faire détoner leurs bombes artisanales.

– Austin, Texas, 1er août 1966 –

Un ancien Marine juché au sommet de la tour du bâtiment principal de l’université du Texas à Austin tire au hasard durant plus de 90 minutes sur toutes les personnes qu’il aperçoit en bas. Il fait une quinzaine de morts et une trentaine de blessés avant d’être tué.


Partout en France, les personnels hospitaliers crient misère

Manque de bras, de temps et de matériel: dans tous les cortèges de personnels hospitaliers qui ont défilé jeudi dans les grandes villes françaises, les mêmes histoires reviennent et racontent un système détraqué, qui laisse les patients « sur le carreau » et fait « craquer » les soignants.

A Toulouse, « c’est allé trop loin »

Isabelle Roger, kinésithérapeute

« Là, c’est allé trop loin. On est tout le temps obligé de trier, de prioriser. Parfois on ne peut même pas sortir un patient de son lit pendant deux jours. »

« On fait des journées très longues, mais le plus dur c’est le poids psychologique par rapport aux patients, quand on en laisse la moitié sur le carreau. »

A Marseille, « économies à tous les niveaux »

Morgane Girard, psychologue clinicienne

« On a un bureau pour cinq, une demi-heure par patient, et une liste d’attente pour consulter un psychologue qui atteint un an pour certains. »

« Les économies se font à tous les niveaux, de la pâte à modeler pour les enfants patients aux boîtes de mouchoirs en papier pour lesquelles on doit se battre ».

A Strasbourg, « il faut avoir la foi »

Elodie Lehacaut, infirmière

« On ne prend plus en charge que la phase aiguë, plus les patients en convalescence. C’est du travail humain mais à la chaîne. Et on n’a pas de pause fixe, c’est seulement si le service le permet. »

« Moi j’aime mon métier, mais il faut avoir la foi. On se demande dans quel état on va arriver à la retraite. On voit les collègues craquer les uns après les autres. »

A Lille, « on ne s’y retrouve plus »

Clément Fournier, pneumologue

« La situation du service public hospitalier ne fait que se dégrader avec des soignants qui sont de plus en plus en souffrance. On reste sur l’idée qu’on a le meilleur système de santé du monde, ça n’est plus vrai depuis plusieurs années. »

« Soit ça change, soit on va être de nombreux médecins à se poser la question de quitter l’hôpital public, parce qu’on ne s’y retrouve plus. »

A Bordeaux, « des histoires de rentabilité »

Gilles Combeau, infirmier anesthésiste

« Au bloc opératoire, au lieu de faire un programme des opérations de 8h à 16h, on est obligé de le faire de 8h à 23h: pour des histoires de rentabilité, on ne travaille plus qu’avec trois salles alors qu’on en a cinq. »

« Normalement, les opérations programmées devraient être réglées plus tôt. Ca fait forcément une mauvaise prise en charge. »

A Besançon, « plus assez de matériel »

Cécile Fourgeux, étudiante en 6e année de médecine

« Les médecins ont tellement de travail qu’ils n’ont plus le temps de nous apprendre le métier, on est de moins en moins bien formés. Nous, étudiants, il nous arrive de faire du travail administratif et de remplacer les secrétaires. »

« Et on n’a plus assez de matériel. Une fois, j’ai entendu un chirurgien dire +On n’a plus un bistouri qui coupe correctement+. Vous imaginez, un bistouri qui ne coupe pas bien, pour une opération ? »

A Rennes, « on tire sur la corde »

Céline Vigneau, néphrologue

« Nous ne sommes pas en grève contre notre direction, mais pour sauver l’hôpital public, pour augmenter le financement de la santé. »

« Nous manquons de lits parce qu’on ne peut pas embaucher de personnel, on tire sur la corde avec un personnel qui doit s’occuper de plus en plus de malades. Nous avons une médecine moins humaine. Nous n’avons plus de temps à consacrer à nos malades. »

A Paris, « la méthode du tourniquet »

Mareva Lhermitte, interne en pédo-psychiatrie

« Je peux être de garde le vendredi, c’est à dire travailler de 18h à 8h30 le lendemain, sans qu’on me donne mon temps de repos sécuritaire derrière. »

« En psychiatrie, il y a parfois des listes d’attente de 10 à 12 patients, donc nous appliquons la méthode du tourniquet: les patients sont hospitalisés pendant trois semaines uniquement, avant d’être +relâchés+, ce qui n’est souvent pas assez. »

burs-gbh/cel/cam


Rohingyas: feu vert de la CPI à une enquête sur des crimes présumés

Publié le 14.11.2019 à 22h59 par AFP

La Cour pénale internationale (CPI) a donné jeudi son feu vert à une enquête sur les crimes présumés commis contre la minorité musulmane rohingya en Birmanie, pays confronté à une pression juridique croissante à travers le monde.

Les juges de la Cour, chargée de juger les pires atrocités commises dans le monde, ont donné leur aval à la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, pour mener une enquête approfondie sur les actes de violence et la déportation alléguée de cette minorité musulmane, qui pourrait constituer un crime contre l’humanité.

En août 2017, plus de 740.000 musulmans rohingyas ont fui la Birmanie, majoritairement bouddhiste, après une offensive de l’armée en représailles d’attaques de postes-frontières par des rebelles rohingyas. Persécutés par les forces armées birmanes et des milices bouddhistes, ils se sont réfugiés dans d’immenses campements de fortune au Bangladesh.

Mme Bensouda a salué la décision de la Cour, estimant qu’elle « envoie un signal positif aux victimes des atrocités en Birmanie et ailleurs ».

« Mon enquête visera à découvrir la vérité », a-telle ajouté dans un communiqué, en promettant une « enquête indépendante et impartiale ».

La décision de la CPI intervient après une rude semaine pour le pays de l’Asie du Sud-Est : mercredi, une plainte a été déposée en Argentine concernant les crimes contre les Rohingya en Birmanie, en invoquant le principe de justice universelle. Cette plainte vise notamment l’ancienne icône de la démocratie, Aung San Suu Kyi, cheffe de facto du gouvernement.

La plainte pour torture, disparition et abus sexuels notamment, a été déposée devant un tribunal de Buenos Aires, où la juge Maria Servini doit déjà instruire des plaintes concernant des crimes commis pendant la Guerre civile espagnole (1936-39) et la dictature de Francisco Franco (1939-75).

– Justice internationale –

Lundi, la Gambie, mandatée par les 57 États membres de l’Organisation de la coopération islamique, a entamé une action judiciaire devant la Cour internationale de justice (CIJ) contre la Birmanie pour ses « actes de génocide » à l’encontre de la minorité musulmane des Rohingyas.

La Gambie demande notamment à la CIJ, plus haute juridiction de l’ONU basée à La Haye, d’ordonner à la Birmanie de « cesser ses actes de génocide » et « d’en punir les auteurs ». La CIJ devrait tenir des audiences sur l’affaire dans les prochains mois.

De leur côté, les juges de la CPI, également basée à La Haye, ont évoqué des allégations « d’actes de violence systématiques », d’expulsion en tant que crime contre l’humanité et de persécution fondée sur l’appartenance ethnique ou la religion contre les Rohingya.

Bien que la Birmanie ne soit pas un État membre du Statut de Rome, traité fondateur de la Cour, celle-ci s’était déclarée compétente pour enquêter sur la déportation présumée de cette minorité vers le Bangladesh, qui est lui un État partie.

La Birmanie, qui a toujours réfuté les accusations de nettoyage ethnique ou de génocide, avait « résolument » rejeté la décision de la CPI, dénonçant un « fondement juridique douteux ».

En septembre 2018, un examen préliminaire avait déjà été ouvert par la procureure, qui avait ensuite demandé l’ouverture d’une véritable enquête, pour laquelle les juges ont donné jeudi leur feu vert.

Les investigations pourraient à terme donner lieu à des mandats d’arrêt contre des généraux de l’armée birmane.

Des enquêteurs de l’ONU avaient demandé en août 2018 que la justice internationale poursuive le chef de l’armée birmane et cinq autres hauts gradés pour « génocide », « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre ». Des accusations rejetées par les autorités birmanes.


Destitution: les soutiens de Trump organisent sa défense

Publié le 14.11.2019 à 22h59 par AFP

Minimiser, dénigrer, contre-attaquer: la Maison Blanche a repris jeudi la stratégie de défense développée la veille par les élus républicains lors des premières auditions télévisées de l’enquête en destitution qui menace Donald Trump.

Alors que deux hauts diplomates témoignaient au Congrès des pressions exercées sur l’Ukraine pour qu’elle salisse un rival du président américain, celui-ci recevait son homologue turc à la Maison Blanche.

Les deux dirigeants ont parlé « de la lutte contre le groupe Etat islamique » et de « milliards de dollars » de contrats militaires, « des sujets importants », a souligné jeudi la conseillère de la Maison Blanche, Kellyanne Conway, comme pour minorer la portée des auditions.

Donald Trump, soupçonné d’avoir abusé de ses pouvoirs à des fins personnelles, avait lui-même déclaré être « trop occupé » pour suivre les déclarations des deux témoins.

Cela ne l’a pas empêché de leur consacrer une salve de tweets… en plein interrogatoire.

– « Commères » –

Le président a ainsi relayé le tweet d’une journaliste de la chaine conservatrice Fox News qui dénonçait une « audition basée sur des ouï-dire » et soulignait que « les témoins » n’avaient « jamais rencontré le président ! »

L’argument a été développé avec insistance par les républicains de la Chambre des représentants et repris par Kellyanne Conway lors de sa tournée sur plusieurs plateaux de télévision.

« Je ne peux pas y croire, vous êtes le témoin-vedette ! », s’était étranglé l’élu Jim Jordan en reprochant à William Taylor, l’ambassadeur américain de facto en Ukraine, d’extrapoler à partir de témoignages indirects

Le chargé d’affaires à Kiev venait de déclarer avoir appris par l’entremise d’un autre ambassadeur, que le président Trump avait posé comme condition au déblocage d’une aide militaire destinée à l’Ukraine l’ouverture d’une enquête sur Joe Biden, bien placé porter les couleurs démocrates lors de la présidentielle de 2020.

« +Il a dit, elle a dit, il a dit, elle a dit+: on aurait dit un groupe de commères… », a dénigré la conseillère présidentielle, connue pour sa férocité.

Pour elle, il n’y a qu’un enseignement à tirer de cet épisode: « les démocrates n’ont vraiment rien contre le président. »

– « Calomnies » –

Donald Trump jure être victime d’une « chasse aux sorcières », organisée par les démocrates avec le soutien de « médias bidons » et partiels qui, selon lui, ne se sont jamais remis de son élection en 2016.

En ouverture des auditions publiques, le parlementaire républicain Devin Nunes a repris ces arguments.

« Tous ceux qui sont habitués à la guerre totale menée par les démocrates contre le président Trump reconnaîtront les marqueurs d’une campagne orchestrée de calomnies », a-t-il lancé, en dénonçant une procédure totalement « biaisée ».

Kellyanne Conway s’est elle insurgée contre « un tribunal fantoche » et a réclamé, comme le font les républicains depuis plusieurs semaines, de connaître l’identité du lanceur d’alerte à l’origine de l’affaire.

« Si nous étions dans un procès civil ou criminel, nous aurions le droit de confronter notre accusateur », a-t-elle assuré.

– Le contre-feu –

A cause de ce lanceur d’alerte, la Maison Blanche a été contrainte de publier le compte-rendu d’un échange téléphonique, dans lequel Donald Trump demande à son homologue ukrainien de « se pencher » sur Joe Biden et les affaires de son fils Hunter en Ukraine.

Depuis, le locataire de la Maison Blanche assure avoir été dans son rôle, en demandant une enquête sur des soupçons de corruption dans un pays qui bénéficie d’aides américaines.

Lors des auditions, un juriste chargé d’interroger les témoins pour le compte des républicains a pris le soin de souligner qu’Hunter Biden a longtemps reçu 50.000 dollars par mois pour siéger au conseil d’administration d’un groupe gazier ukrainien, un temps visé par une enquête pour corruption.

Au même moment, « le vice-président Joe Biden avait l’Ukraine dans son porte-feuille », a renchéri Kellyanne Conway. « C’est pour le moins troublant… »

La chef des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, a dénoncé une manoeuvre de diversion, accusant les soutiens du président de ne pas répondre « sur le fond » du dossier.

Pour elle, pas de doute, « les témoignages accablants » des deux diplomates « ont corroboré » les soupçons de « corruption » qui pèsent sur le président.


Soccer-African champions Algeria begin title defence with rout of Zambia

JOHANNESBURG, Nov 14 (Reuters) – Algeria thrashed Zambia 5-0 on Thursday in a successful start to the defence of their continental crown, winning their opening qualifier for the 2021 African Cup of Nations 117 days after lifting the trophy.

Baghdad Bounedjah scored twice, one from the penalty spot, with Ramy Bensebaini, Youssef Belaili and substitute El Arabi Hilal Soudani completing a pleasing performance for the home fans in Blida.

Thomas Partey’s long-range shot gave Ghana the lead and 19-year-old debutant Mohammed Kudus added the second in a 2-0 home win over South Africa in Cape Coast, but Egypt, who hosted the finals this year, were held 1-1 at home by Kenya.

Mohamed Salah’s absence due to an ankle injury left Egypt looking ineffective in attack although they did take the lead when Mahmoud Kahraba picked up on a weak back pass.

Michael Olunga stunned the home crowd in Alexandria with a 67th-minute equaliser for Kenya.

Pierre-Emerick Aubameyang captained Gabon as they forced a goalless draw away to Democratic Republic of Congo in Kinshasa while Mali twice surrendered the lead as they were held 2-2 by Guinea, for who Naby Keita scored their first goal.

The Comoros Islands, who only became FIFA members in 2005, notched their first away win in a competitive international as Faiz Selemani scored early in the second half to beat Togo 1-0 in Lome.

The small Indian Ocean island nation host Egypt on Monday, looking to keep up their giant-killing start in Group G.

Mozambique beat Rwanda 2-0 at home in Thursday’s other qualifier.

Qualifiers continue through to Tuesday, by which time each of the 48 participating countries will have played two matches each.

The top two in each of the 12 groups advance to the finals, to be hosted in Cameroon in mid-2021. (Reporting by Mark Gleeson; Editing by Ed Osmond)


Tanger : Le Président Macky Sall reçoit le Grand prix MEDays

Publié le 14.11.2019 à 22h18 par APA

Le Président sénégalais, Macky Sall a reçu mercredi soir à Tanger, le Grand Prix de la 12ème édition du forum MEDays 2019, organisée sous le thème « Crise globale de confiance : faire face aux incertitudes et à la subversion ».S’exprimant à cette occasion, le chef de l’Etat sénégalais a tenu à adresser son salut fraternel au Roi Mohammed VI, exprimant dans ce sens ses sincères remerciements pour l’accueil toujours convivial qui lui a été réservé dans la pure tradition d’hospitalité marocaine.

« Le Maroc nous est familier parce que nos relations sont anciennes, diverses et fortes», a ajouté le Président sénégalais, notant qu’« en effet, de tout temps, l’espace sahélo-saharien a été un continûment de flux intenses rythmés par des caravanes commerciales, des missions diplomatiques et des échanges spirituels et notre présence à Tanger s’inscrit dans la continuité de cette longue histoire».

J’accepte avec plaisir le Grand Prix MEDays 2019, a dit Macky Sall, précisant qu’il y voit certes la reconnaissance des efforts déjà consentis, mais surtout un encouragement à poursuivre ces efforts tant les défis sont encore nombreux dans le Continent Africain.

Pour le Président sénégalais, il n’est possible de relever ces défis que dans un environnement de paix, de sécurité et de stabilité, qui offre la quiétude nécessaire au développement économique et social, ce qui donne sens au thème de cette 12e édition du Forum MEDays.

Il est vrai que le cours de l’histoire n’est pas rassurant, notamment en ces temps de crise aiguë et de vulnérabilité multiples, crise et vulnérabilité environnementales qui mettent en péril le devenir de la planète, de ses habitants ainsi que de ses ressources, crise et vulnérabilité sécuritaires et humanitaires, et crise et vulnérabilité économiques et sociales qui mettent à nue le paradoxe d’un monde d’extrême opulence et d’extrême pauvreté, a ajouté Macky Sall, relevant qu’au sein et entre les Etats, les inégalités persistent.

« Nous ne pouvons pas nous résigner à la perte de confiance, nous ne devons céder ni à l’hégémonisme civilisationnel, ni à l’inquiétude du présent, ni à la peur du lendemain, au risque de ne pas agir», a estimé le Président sénégalais, soulignant que le devoir d’agir engage tout le monde, que ce soit le pouvoir public, le secteur privé, la société civile ou les citoyens.

La 12e édition du Forum international MEDays, qui se tient du 13 au 16 novembre à Tanger, traite une série de thématiques allant de la croissance économique à la complexité du dialogue Nord-sud, en passant par les défis sécuritaires.