Main Menu

Wednesday, November 13th, 2019

 

Éliminatoires CAN 2021 : le Sénégal bat le Congo (2-0)

Publié le 14.11.2019 à 01h18 par APA

Le Sénégal a battu mercredi à Thiès (70km de Dakar) le Congo Brazzaville sur le score de 2 buts à 0, en match comptant pour la première journée du Groupe I des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021 prévue au Cameroun.Le premier but des Lions a été inscrit par Sidy Sarr à la 25è, à la suite d’un corner et d’un retourné acrobatique manqué du nouveau capitaine Kalidou Koulibaly. À la récupération, le milieu offensif de Nîmes Olympique (Ligue 1 France) trompe le portier congolais Christoffer Mafoumbi.

Deux minutes plus tard, le Messin Habib Diallo marque de la tête son premier but en sélection sur un centre de Sadio Mané.

A l’issue de la première journée, la Guinée Bissau qui s’est imposée à domicile ce mercredi face à l’Eswatini (3-0) est en tête du Groupe I, suivie par le Sénégal.

La deuxième journée sera marquée dimanche par le déplacement des Lions à l’Eswatini pendant que les Djurtus iront affronter les Diables Rouges à Brazzaville.


Destitution de Trump: les moments marquants des premiers témoignages télévisés

Publié le 14.11.2019 à 00h50 par AFP

Une révélation, des attaques républicaines, un peu de géopolitique: deux diplomates américains ont été longuement entendus mercredi lors des premières auditions publiques au Congrès depuis le début de l’enquête en destitution de Donald Trump.

Voici les moments les plus marquants des témoignages télévisés de William Taylor, le plus haut diplomate de l’ambassade des Etats-Unis à Kiev, et George Kent, haut responsable du département d’Etat spécialiste de l’Ukraine:

– La priorité de Trump en Ukraine –

William Taylor a rapporté un échange parvenu à ses oreilles récemment, qui donne l’image d’un Donald Trump obsédé par ses intérêts politiques personnels.

Le 26 juillet, un jour après avoir demandé à son homologue ukrainien d’enquêter sur son rival politique Joe Biden, le président américain s’est entretenu par téléphone avec un de ses proches, l’ambassadeur auprès de l’Union européenne, Gordon Sondland, qui se trouvait à Kiev.

Un des collaborateurs de M. Taylor, qui avait entendu les deux hommes discuter, avait ensuite demandé à M. Sondland ce que le locataire de la Maison Blanche pensait de l’Ukraine.

« L’ambassadeur Sondland a répondu que le président Trump s’intéressait davantage à l’enquête sur Biden » qu’à la situation dans ce pays, a révélé l’attaché d’affaires.

– « Témoin vedette » –

Plusieurs élus républicains ont reproché aux deux diplomates de n’avoir jamais parlé avec Donald Trump et d’extrapoler à partir de sources indirectes.

« Dans une phrase, on a six personnes impliquées dans quatre conversations », a ironisé Jim Jordan en interrogeant William Taylor: « Je ne peux pas y croire: vous êtes leur témoin vedette ! »

« Je pensais avoir été clair quand j’ai dit que je n’étais pas ici pour prendre parti pour un camp ou un autre », a rétorqué l’ambassadeur sans se départir de son calme.

– Le canal « irrégulier » –

Les deux diplomates ont décrit comment un canal diplomatique « irrégulier » avait peu à peu pris le pas sur le canal « officiel » en Ukraine.

Ce canal, mis en place par l’avocat personnel de Donald Trump Rudy Giuliani, allait « à l’encontre » des intérêts américains dans ce pays », selon M. Taylor.

M. Giuliani « cherchait de quoi salir » Joe Biden, bien placé pour affronter Donald Trump lors de la présidentielle de 2020, a déclaré George Kent. « A la mi-août, il m’est apparu évident que ses efforts » « contaminaient désormais » les relations entre Kiev et Washington, a-t-il ajouté.

– Le fils Biden –

Le fils de Joe Biden, Hunter, est entré au conseil d’administration d’un groupe gazier ukrainien, Burisma, en 2014. Au même moment, son père, en tant que vice-président des Etats-Unis, s’est impliqué dans les efforts américains pour soutenir ce pays en pleine révolution.

Or, Donald Trump accuse Joe Biden d’avoir réclamé peu après le limogeage d’un procureur ukrainien pour protéger ce groupe d’une enquête de corruption.

George Kent a reconnu avoir signalé à la Maison Blanche que la nomination d’Hunter Biden risquait de créer « l’impression d’un conflit d’intérêt ».

« Je n’ai toutefois jamais vu aucun effort américain pour protéger Burisma d’une enquête », a-t-il ajouté, en assurant qu’il n’existe « aucune » base pour soutenir les accusations du président.

– Les morts ukrainiens –

Tout au long de l’audition, les deux diplomates ont tenté de rappeler les enjeux du dossier pour l’Ukraine.

Les Etats-Unis ont suspendu au début de l’été une aide militaire de 400 millions de dollars destinée à ce pays, finalement débloquée à la mi-septembre. M. Trump est soupçonné de s’en être servi pour faire pression sur Kiev.

Or, cette aide était « cruciale pour la défense de l’Ukraine » engagée depuis cinq ans dans un conflit armé avec la Russie, a souligné M. Taylor.

Le diplomate a raconté s’être rendu la semaine dernière sur la ligne de front où un soldat ukrainien venait de mourir, laissant entendre que, sans cette aide, le bilan aurait pu être plus lourd.


Côte d’Ivoire : création d’une école supérieure du pétrole et de l’énergie

Publié le 14.11.2019 à 00h18 par APA

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi au terme d’un Conseil des ministres, la création d’une Ecole supérieure du pétrole et de l’énergie ( ESPE), une institution à vocation sous-régionale qui formera des techniciens du secteur pétroliers et qui ouvrira ses portes à la rentrée prochaine en septembre 2020.« Le Conseil a adopté une communication relative à la création de l’Ecole supérieure du pétrole et de l’énergie ( ESPE) au sein de l’Institut national polytechnique Houphouët-Boigny ( INPHB) de Yamoussoukro en partenariat avec l’Institut français du pétrole. L’ESPE est une école à vocation sous régionale qui permettra de former des techniciens du secteur pétrolier.», a dit Sidi Tiémoko Touré, le ministre ivoirien de la communication et des médias, par ailleurs porte-parole du gouvernement  dans une conférence de presse au terme de cette rencontre hebdomadaire de l’exécutif ivoirien. 

 La formation d’une durée de 14 mois sera sanctionné par deux mastères, l’un dédié à l’exploration de production des hydrocarbures et l’autre à la transformation et à la distribution des produits pétroliers.

La création de cette école, la première du genre en Côte d’Ivoire donnera la possibilité aux jeunes ivoiriens ( niveau ingénieur BAC+5 ou équivalent), notamment ceux qui n’ont  pas les moyens d’étudier à l’étranger, d’avoir accès à une formation d’excellence et de haut niveau en Côte d’Ivoire, se félicite le ministère ivoirien du Pétrole, de l’énergie et des énergies renouvelables dans une note d’information transmise à APA. 

« Ce projet, le ministre du Pétrole, de l’énergie et des énergies renouvelables, Abdourahmane Cissé, dès sa prise de fonction, en décembre 2018, n’avait pas caché sa volonté de l’implémenter.  Au point de multiplier les contacts, les réunions et des missions à l’extérieur du pays avec le Directeur général de l’INPHB. Et cela, avec l’appui du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Albert Toikeusse Mabri », indique en outre la note. 

L’ouverture de cette nouvelle école, s’inscrit dans la vision des autorités ivoiriennes de faire de la Côte d’Ivoire, le hub d’excellence de la sous-région en matière de formation dans le secteur des hydrocarbures.


Les USA saluent des « avancées significatives » sur le travail des enfants en Côte d’Ivoire

Publié le 14.11.2019 à 00h18 par APA

La Côte d’Ivoire a réalisé des « avancées significatives » sur les questions liées au travail des enfants, indique le rapport 2018 sur les pires formes de travail des enfants du Département du Travail des États-Unis d’Amérique.La Côte d’Ivoire a reçu en 2018, la plus haute évaluation des avancées significatives, et fait partie des 12 pays qui ont obtenu ce rang sur un total de 134 pays évalués. Et ce, grâce au leadership de la Première dame, Dominique Ouattara, très impliquée dans les questions liées au travail des enfants dans son pays.  

Selon ce dernier rapport du Département du Travail des États-Unis d’Amérique, l’Etat de Côte d’Ivoire a franchi en 2018 une autre étape importante, en affichant la plus haute évaluation durant six années consécutives.  

Le rapport note que la Côte d’Ivoire a ratifié plusieurs Conventions telles la Convention n° 138 de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur l’âge minimum d’admission à l’emploi et la Convention n° 182 de l’OIT sur l’interdiction des pires formes de travail des enfants et l’action immédiate en vue de leur élimination. 

Sur le plan de l’éducation et de la protection des enfants le texte mentionne qu’en Côte d’Ivoire l’école est obligatoire pour tous les enfants de 6 à 16 ans et gratuite. En outre, la traite des enfants est interdite, ainsi que l’exploitation sexuelle des enfants et le recrutement forcé des enfants dans l’armée. 

Au niveau de l’application de la loi pénale, le rapport souligne que les services chargés de l’application de la loi ont été renforcés des enquêtes de police ont été réalisées, ce qui a permis la condamnation de 79 trafiquants à des peines d’emprisonnement fermes. 

En Côte d’Ivoire, les autorités ont mis en place des structures de coordination qui sont opérationnelles. Il s’agit du Comité interministériel de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CIM) et du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS). 

Un plan d’action national 2019-2021 de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants  a été mis en place, à la suite du Plan d’Action National et la Stratégie nationale 2016-2020 de lutte contre la traite des personnes. 

Des gaps ont été relevés par le rapport qui note qu’en dépit des avancées significatives réalisées, « des enfants sont impliqués dans les pires formes de travail des enfants dans la culture du cacao et du café ». Le rapport conclut que ces enfants sont parfois des victimes de la traite des personnes.

Le rapport souligne en outre que des lacunes subsistent dans certains domaines à savoir en matière  de ressources financières, de personnel et de formation à l’intention des services de répression, ce qui entrave les efforts en matière de répression du travail des enfants.

De surcroît, « l’inspection du travail n’est pas autorisée à imposer des sanctions », fait état le rapport qui recommande le renforcement de l’inspection du Travail en autorisant les Inspecteurs du travail à imposer des sanctions, ce qui devrait permettre de progresser encore plus sur la voie de l’élimination du travail des enfants. 

Le texte suggère qu’ il soit amélioré la coordination en matière de collecte des données au niveau des ministères et au niveau des régions. Et de veiller à ce que toutes les politiques existantes soient mises en œuvre comme prévu. 

Pour le Département du Travail des États-Unis d’Amérique, il faut améliorer l’accès à l’éducation en éliminant tous les frais liés à la scolarités, en améliorant l’accessibilité des écoles, augmenter le nombre d’enseignants, d’installations sanitaires et d’écoles, en particulier dans les zones rurales. 

Le rapport relève qu’ il faut par ailleurs veiller à ce que les victimes des pires formes de travail des enfants aient accès à des services sociaux dans tout le pays.

 Le Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS) en Côte d’Ivoire est présidé par la Première dame, Dominique Ouattara. A côté de cette structure, il existe le Comité interministériel de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CIM).

  


Les Iles Comores ouvrent bientôt un consulat à Laayoune

Publié le 14.11.2019 à 00h18 par APA

Les Iles Comores ont annoncé, mercredi à Rabat, l’ouverture prochaine d’un Consulat général à Laâyoune.L’annonce a été faite par l’émissaire du président comorien, M. Bianrifi Tarmidi, à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita.

Cette annonce intervient après l’ouverture, au mois de juin, d’un Consulat honoraire de la Côte d’Ivoire dans les provinces du Sud du Royaume, à Laâyoune, dans le cadre des efforts visant à promouvoir davantage les relations diplomatiques et économiques liant les deux pays.


Initiative Desert to Power : Mustapha Bakkoury désigné président du Comité de pilotage

Publié le 14.11.2019 à 00h18 par APA

Le Président Directeur-Général de l’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen), Mustapha Bakkoury, a été désigné, mardi à Johannesburg, président du comité de pilotage de l’initiative «Desert to Power», qui ambitionne de développer l’usage de l’énergie renouvelable dans plusieurs pays africains.Cette désignation, qui a eu lieu en marge de la deuxième édition de l’Africa Investment Forum (AIF-2019) qui se tient actuellement à Sandton (quartier financier de Johannesburg), s’inscrit dans le cadre de l’opérationnalisation de l’initiative, qui couvre cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Brukina Faso, Niger et Tchad) outre six autres pays à savoir le Sénégal, le Nigeria, le Soudan, Djibouti, l’Ethiopie et l’Erythrée.

En novembre 2018, Masen et la BAD ont scellé un partenariat stratégique pour déployer « Desert to Power ». Moins d’un an plus tard, en septembre à Ouagadougou, une première action a été franchie notamment avec la mise en œuvre de l’initiative auprès du G5 Sahel.


Affaire Blé Goudé ne peut pas être jugé en Côte d’Ivoire: «les poursuites ne sont pas identiques» (Gouvernement)

Publié le 14.11.2019 à 00h18 par APA

Le gouvernement ivoirien a estimé mercredi que les poursuites engagées par la justice ivoirienne contre l’ancien ministre de Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé pour « crimes contre les populations civiles et crimes contre prisonniers de guerre » ne sont pas « identiques » à celles pour lesquelles il a été jugé et acquitté par la Cour pénale internationale (CPI).« Il n’y a pas d’identité de poursuites par rapport aux différents sujets. Il faut que cela soit clair. Il y a des matières spécifiques qui sont adressées à la CPI et en Côte d’Ivoire, d’autres matières spécifiques sont adressées. (…) nous sommes tous justiciables quelle que soit notre qualité et quelle que soit notre ambition», a soutenu Sidi Tiémoko Touré, le porte-parole du gouvernement ivoirien à l’issue d’un Conseil des ministres présidé par le chef de l’État Alassane Ouattara.

Poursuivant, M. Touré qui est par ailleurs, le ministre de la communication et des médias, a insisté que «  la Côte d’Ivoire est un Etat de droit où les droits et les devoirs de tout un chacun sont sacrés».

En liberté conditionnelle depuis février dernier ( en attente de la fin de la procédure) M. Blé Goudé et  l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo étaient poursuivis par la CPI pour leur implication dans les violences post électorales ivoiriennes de 2010-2011.

Fin octobre,  la justice ivoirienne a engagé de nouvelles poursuites contre M. Blé pour «crimes contre les populations civiles et crimes contre prisonniers de guerre ».

Ses avocats qui dénoncent un « acharnement judiciaire» contre leur client estiment que celui-ci ne peut pas être jugé en Côte d’Ivoire pour des faits relatifs à la crise pré-électorale.

Selon les avocats de M. Blé qui se sont finalement retirés de l’affaire,  « les autorités judiciaires ivoiriennes ont  renoncé à  leur droit de poursuivre leur national au profit d’une juridiction internationale ».

Dans une conférence de presse jeudi dernier, le procureur de la République près la Cour d’appel d’Abidjan, Marie-Léonard Lébry a annoncé que l’ancien patron des «Jeunes patriotes» ivoiriens va être jugé en procès devant un Tribunal criminel.


Egypte : Incendie d’un pipeline de pétrole fait 7 morts

Publié le 14.11.2019 à 00h18 par APA

Sept personnes ont été tuées dans un gigantesque incendie qui s’est déclaré mercredi, suite d’une fuite d’oléoduc à Ezbet El-Masoud, dans le gouvernorat d’Al Buhayra, une province côtière située dans la partie nord de l’Egypte, dans le delta du Nil, indique un communiqué du ministère de la Santé.Par Mohamed Fayed

Selon le président de la Petroleum Pipelines Company, Abdel-Moneim Hafed, la fuite du pétrole a eu lieu suite à un trou creusé par des voleurs pour s’emparer du pétrole, assurant que le trou a été fermé et l’incendie maitrisé par une  équipe de techniciens de la compagnie.

L’Egypte dispose de réserves prouvées de 3,3 milliards de barils de pétrole en 2017, les 6ème d’Afrique derrière la Libye, le Nigéria, l’Algérie, l’Angola et le Soudan du Sud, soit 0,2% des réserves mondiales et moins de 14 années de réserve au rythme de consommation actuel.


A Cuba, le roi d’Espagne face à l’arbre fondateur de La Havane, 500 ans après

Publié le 13.11.2019 à 23h50 par AFP

C’est à l’ombre d’un arbre comme celui-ci que La Havane s’est fondée, le 16 novembre 1519 : le roi et la reine d’Espagne ont pu admirer mercredi le ceiba (fromager), un arbre autour duquel les habitants tournent trois fois à chaque date-anniversaire de la naissance de la capitale cubaine, pour avoir de la chance.

Pour leur première visite d’Etat à Cuba, entamée mardi, le couple royal s’est promené mercredi matin dans le quartier historique de La Havane, accompagné de l’historien officiel de la ville, Eusebio Leal.

Leur présence, à l’occasion des 500 ans de la capitale, est considérée comme un geste politique fort à un moment où ce pays socialiste est soumis à une intense pression diplomatique des Etats-Unis, qui accusent le gouvernement cubain d’opprimer son peuple et de soutenir militairement le Venezuela de Nicolas Maduro.

Entouré d’un important dispositif de sécurité, le roi Felipe VI, portant une guayabera, la traditionnelle chemise cubaine, et la reine Letizia ont foulé les rues pavées de la vieille Havane, classée en 1982 par l’Unesco au Patrimoine mondial.

Le 16 novembre 1519, c’est à l’ombre d’un fromager qu’avaient été organisés la première messe et le premier conseil municipal de San Cristobal de La Havane. Pour les spécialistes, c’est l’acte fondateur de la cité, créée par des colons espagnols, l’île étant ensuite restée dans le giron de Madrid jusqu’en 1898.

Face à l’arbre, Eusebio Leal a expliqué aux monarques la tradition populaire qui consiste, tous les 15 novembre à minuit, à en faire trois fois le tour en formulant le même nombre de voeux.

Dans l’après-midi, le couple royal recevra les représentants de la communauté espagnole à Cuba (150.000 personnes) et de la société civile cubaine.

Jeudi, Felipe et Letiza visiteront le Musée national des Beaux Arts auquel ils remettront un autoportrait de Goya, prêté pour un mois par le musée madrilène du Prado, avant de se rendre dans l’après-midi à Santiago de Cuba (sud-est), la dernière étape de leur périple cubain.

Le couple royal quittera l’île avant la date officielle des 500 ans de La Havane, occasion de célébrations organisées vendredi et samedi où sont attendus plusieurs dirigeants latinoaméricains.


« Candidat » à la présidence de la FIF Drogba entame une série de rencontres avec les présidents des clubs

Publié le 13.11.2019 à 23h18 par APA

L’ex-international ivoirien de football, Didier Drogba, « candidat » à la présidence de la Fédération ivoirienne de football (FIF), a entamé mercredi à Abidjan une série de rencontres avec les présidents de clubs, a constaté un journaliste de APA.Cet échange franc, tenu à huis clos dans un hôtel de luxe à Cocody, dans l’Est d’Abidjan, a regroupé plus d’une vingtaine de présidents et représentants de clubs de troisième division du championnat Ivoirien, premiers acteurs d’une série de rencontres des présidents de clubs.   

M. Drogba a affiché, sans ambages devant ses hôtes, sa volonté de prendre les rênes de la Fédération ivoirienne de football. Et ce, en vue d’apporter sa contribution à l’édification du football ivoirien, tout en partageant ses expériences dans la gouvernance de cette discipline.  

« Je n’ai jamais dirigé une institution comme la FIF, mais j’ai une expérience dans ce domaine qui n’est pas négligeable. Il faut savoir s’entourer et je pense qu’en Côte d’Ivoire, il y a des personnes très compétentes pour m’accompagner sur ce projet », a déclaré le 12 septembre 2019 à Abidjan Didier Drogba, lors de la 3e édition de CEO Talk HEC Paris, sous des salves d’applaudissements.  

« Candidat », Didier Drogba « nous a présenté son programme avec beaucoup de maturité et d’humilité que j’avoue est très alléchant et prometteur », a dit à la presse Anzouan Kouakou, dirigeant de Séraphin football club, au terme des échanges.    

« Je pense que ce serait très intéressant pour nous de pouvoir avoir un leader comme président de fédération (il) nous a surpris par sa maturité au niveau de la gestion du football, et aujourd’hui c’est une icône qui a une image qui peut redorer le blason du football ivoirien », a-t-il estimé. 

Antoine Gnapo, président de Gbalet sport de Buyo, qui note qu’ il n’a pas caché qu’ il est candidat, a fait savoir qu’après avoir exposé son programme, les présidents de clubs ont soulevé des préoccupations, posé des questions et fait des « propositions pertinentes ».  

L’ex-capitaine des Éléphants de Côte d’Ivoire compte les rencontrer une prochaine fois pour poursuivre les échanges. Il a engagé ce mercredi une série de rencontres avec les présidents des clubs de football des différents championnats de D3, D2 et D1. 

Jeudi, Didier Drogba rencontre dans la matinée les présidents des clubs de deuxième division du championnat ivoirien puis dans l’après-midi les présidents des clubs de première division du championnat Ivoirien.   

Ces différents rencontres interviennent en prélude à la campagne qui n’est pas encore officiellement ouverte. Déjà, Didier Drogba ménage sa monture afin de mobiliser autour de son projet l’ensemble des acteurs du football ivoirien,  avec qui il compte travailler dans un élan démocratique.