Main Menu

Monday, November 11th, 2019

 

Arabie: 3 blessés dans une attaque au couteau lors d’un spectacle musical

Publié le 12.11.2019 à 01h50 par AFP

Trois personnes ont été blessées lundi dans une attaque au couteau à Ryad alors qu’elles participaient à un spectacle musical, a rapporté la télévision d’Etat saoudienne faisant état de l’arrestation de l’assaillant.

« La police de Ryad a arrêté un résident arabe en possession d’un couteau, après qu’il a poignardé deux hommes et une femme faisant partie d’une troupe de théâtre », a indiqué la chaîne Al-Ekhbariya, précisant que les blessés étaient dans un état stable.

Selon des images de la télévision d’Etat, l’homme s’est rué sur la scène pour attaquer les comédiens, vêtus de costumes.

La télévision n’a pas précisé la nationalité de l’assaillant, mais le journal pro-gouvernemental Okaz a avancé qu’il s’agissait d’un Yéménite de 33 ans, en citant la police de la capitale.

C’est la première attaque du genre depuis la mise en place d’un plan de promotion du divertissement par les autorités auprès des citoyens saoudiens.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane souhaite débarrasser l’Arabie saoudite de son image de pays ultraconservateur avec l’autorisation de conduire pour les femmes, la réouverture de salles de cinéma, des concerts mixtes et autres spectacles.

– « Vision 2030 » –

Des stars internationales comme la chanteuse américaine Janet Jackson, le rappeur américain 50 Cent ou encore le groupe sud-coréen BTS se sont ainsi déjà produites sur une scène saoudienne, chose inimaginable il y a encore deux ans.

Le développement de l’industrie du divertissement mais aussi du tourisme fait partie du plan « Vision 2030 » du prince héritier, qui vise à diversifier l’économie du royaume ultradépendant du pétrole.

Mais ces réformes ont entraîné la crispation des plus conservateurs dans le royaume.

Cette année, des militants des droits de l’homme ont annoncé l’arrestation du religieux Omar al-Muqbil pour avoir critiqué l’organisme chargé du plan de promotion du divertissement, affirmant que les concerts qu’il organisait étaient en train « d’effacer l’identité originale de la société saoudienne ».

« Le risque de ce type d’attaque contre l’introduction récente de divertissements publics, que de nombreux membres du clergé ont provoqué, est l’une des raisons principales qui expliquent que (le gouvernement) ait poursuivi une politique de tolérance zéro à l’égard de leurs attaques publiques contre le changement et la réforme », a estimé l’analyste saoudien Ali Shihabi sur Twitter.

Le royaume a essuyé des critiques de la communauté internationales et d’ONG en matière de droits humains et dans le dossier concernant le journaliste Jamal Khashoggi, critique du régime de Ryad et tué l’année dernière dans le consulat saoudien d’Istanbul.


Culture, cost limit access to family planning services

Study finds that two in five last births are either intended for later or not at all

By VICTOR OLUOCH

More by this Author

Zubedah Mwinyi, a 39-year-old resident of Zowerani sub-location in Kilifi North sub-county, has given birth to eight children in the last 17 years, all of whom are alive. She is proud of her family, speaking of her children with the tone of a career overachiever, and justifiably so – she doesn’t remember a period when, as a wife, she wasn’t either carrying a baby in her womb or in her arms.

Sitting side by side are her religious and cultural beliefs that having many children is a blessing and the struggle her husband, a fisherman, has to endure without ever meeting their daily needs. For years, she has lived in the middle – between triumph and regret, tradition and reality.

“Life is hard but what can you do? If God has already blessed you with children, how then do you complain?” she says.

Their firstborn, a 17-year-old girl, sat the Kenya Certificate of Primary Education exam last month after being in and out of school due to the family’s financial hardships. Her other children have not been lucky either, with the much younger ones occasionally put down by illnesses related to malnutrition.

Zubedah and her husband know just too well that there’s little she can do to change the past. But even as they remain careful not to antagonise divine providence, they have resolved to be more involved in planning their future. Their one-year-old son will be their last, the reason she used a modern contraceptive for the first time two months ago. For three years, the implant will help them avoid another pregnancy after which they will seek a more permanent measure.

It was not the first time she was hearing of modern contraceptives. “I had wanted to have just four children but somehow I just found myself postponing using this family planning. That is how I have ended up where I am today,” she says.
Initially, I had heard from fellow women only of how modern contraceptives will harm me, especially that they cause cancer,” she recalls.

Like Zubedah, one in seven married women age 15-49 who need contraceptives to space or delay their next birth lack them, resulting in many unintended pregnancies, according to data from the Performance Monitoring and Accountability 2020 (PMA2020), which monitors family planning indicators in 11 counties in Kenya.

The reason given for non-use of birth control among all women seeking to delay the next birth two or more years are health-related concerns (26 percent), opposition to use (13 percent) and lack of access/knowledge (four percent).

Unmet needs

A NationNewsplex review of family planning data shows that women in the lowest wealth quantile have the highest share of unmet needs of 20 percent, compared with their counterparts in the highest wealth quantile (12 percent), implying that equality and equity are some of the issues that still needs to be looked into.

“If you live in a good neighbourhood, chances are that you will go to a good hospital that offers high-quality family planning services. That is not the case for the poor,” says Dr Griffin Manguro, director and CEO at the International Centre for Reproductive Health Kenya (ICRHK).

It is therefore little surprise that one in 13 public health facilities did not provide at least three modern contraceptive options in 2018, according to PMA2020. The study also finds that a few public health facilities (five percent) charge general user fees and three-quarters of modern contraceptives are paid for out of pocket. This too locks out many needy people.
Additionally, most women of lower socio-economic status also have less education, undermining their ability to learn about family planning and decide to take it up. “Poor women are not the final decision-makers on family planning, because it is when the woman is more educated that she becomes intellectually liberated and empowered to make a choice on family planning,” says Dr Manguro.

Zubedah’s breakthrough and that of many other women in her village are a result of the efforts of a team of community health workers (CHWs) who go from door to door with information and service, essentially reaching women who need the services but somehow find themselves waiting another day, by what time they have conceived against their wish.
“She (health worker) passed by my house and explained to me all the options available,” she tells Newsplex.

After she discussed the options with her husband and agreed to try a family planning method, they invited the health worker home and in minutes she had her implant in place.
“Sometimes they want to go to the health centre but they lack transport. Other times when they get there on a busy day, they are turned away because there is no room where the woman can be attended,” explains Martha Kaingu, the CHW who served Zubedah. Many of the women turned away from health facilities, though in dire need of contraception, hardly follow up. “Many times I meet women in the hospital and go with them to their homes for the procedure so that the opportunity is not lost,” she says.
Zubedah wishes she had met Martha much earlier. However, that does not water down her newfound freedom. “I am really grateful because this happened when I was just a few months from getting pregnant again. Now we can concentrate on raising the eight, which is already a big challenge.”
As the International Conference on Population and Development kicks off tomorrow (Tuesday) in Nairobi, participants from African countries will most certainly be reflecting on some of the key actions necessary to turn the continent’s population bulge into a socio-economic success.
“The conference represents a call to action to achieve zero unmet need for family planning information and services, zero preventable maternal deaths, zero sexual and gender-based violence and harmful practices against women and girls,” said Mr Dereje Wordofa, the United Nations Population Fund (UNFPA) deputy executive director, during the raising of the conference’s flag last Saturday.

In Kenya, as in many other African countries, sustainable and prosperous families, such as the one Zubedah had dreamt of, has been the target of a strong family planning drive, grounded on the constitutional right of access to health services, including reproductive health care.

Kenya has the lowest fertility rate per woman in the East African Community, 3.7, according to The Power of Choice: Reproductive Rights and Demographic Transition, a report by the UNFPA. This is a drop from 4.45 in 2012. Preliminary results from the Census 2019 show that the average annual population growth rate dropped to 2.2 percent from 2.9 percent a decade ago and the average household size too dropped to 3.9 from 4.2 in the same period. With respect to family planning promotion in the country, the conference’s theme “Accelerating the promise” appears to speak to the need to scale up all investments that have borne fruit and fill the gaps.

More than a third of sexually active young women age 15-24 report pressure from a partner to not use birth control or that a partner agreed to use a condom then removed it during sex, according to a study done in June-August this year by PMA 2020 in Nairobi. A third of the young women also relied on the men to procure contraceptives.

To try and promote access and equity in family planning, ICRHK, with funds from the UNFPA, runs a youth-friendly facility for first-time young mothers designed to provide comprehensive age-appropriate sexual and reproductive health support. Such initiatives promote contraceptives uptake among young poor women who want to either space birth or limit the number of children.

Age of marriage

Half of women in Kenya age 18-24 had their first sexual encounter by age 18, of which only one in 10 used contraception, leading to many unplanned pregnancies. One in six of the young women had their first birth by age 18. The average age of marriage and first birth is 22 years.

The country’s adolescents (age 15-19) birth prevalence rate stands at 82 births for every 1,000 deliveries, the third-highest in the East African Community. Generally, girls start sex early but use contraceptives for the first time four years later.

Family planning information is generally available, with 87 percent of respondents in the PMA2020 study reporting having accessed birth control information in the last few months to the study. However, the Nairobi study brought into doubt young people’s level of knowledge on contraception. Only two in five could identify the more efficient method of preventing a pregnancy between condoms and an IUD (coil) and two-thirds failed to indicate the more effective method between injectable and standard days/cycle beads.

According to PMA2020, two in five last births to mothers of reproductive age last year were either intended for later or not intended at all.


Turquie: mort à Istanbul du principal soutien des Casques blancs syriens

Publié le 11.11.2019 à 22h50 par AFP

Le directeur de la principale organisation qui soutient les Casques blancs, les secouristes de la défense civile opérant dans les zones rebelles en Syrie, a été retrouvé mort lundi à Istanbul, a-t-on appris auprès de son bureau.

Les causes exactes de la mort de James Le Mesurier, de nationalité britannique, n’étaient pas connues dans l’immédiat et son bureau s’est refusé à tout commentaire.

« Nous sommes profondément attristés par la mort de James Le Mesurier », a réagi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères britannique dans un communiqué transmettant ses « condoléances à sa famille et à ses amis en cette période difficile ».

Selon des informations de presse, il a été retrouvé mort, avec des fractures aux deux jambes et à la tête, tôt lundi au pied de l’immeuble dans lequel se trouve son appartement.

Le bureau du gouverneur d’Istanbul a confirmé la mort de Le Mesurier dans un communiqué, affirmant qu’une enquête était en cours pour en déterminer les causes.

Citant sa femme, des sources policières turques ont affirmé que Le Mesurier « s’est mis récemment à prendre des antidépresseurs et des somnifères car il était dans un état de stress ».

La police s’est présentée dans l’appartement du couple vers 02H30 GMT après avoir été alertée sur la présence d’un corps sans vie dans la rue, selon la même source.

Sur leur compte Twitter, les Casques blancs ont exprimé leur « choc et tristesse » après la mort de Le Mesurier, affirmant que « ses efforts humanitaires auprès des Syriens resteront dans notre mémoire ».

Le Mesurier, un ancien officier de l’armée britannique, dirigeait l’organisation à but non-lucratif Mayday Rescue qui coordonne les dons destinés aux Casques blancs syriens et qui dispose de bureaux à Istanbul et aux Pays-Bas.

Mayday Rescue a confirmé la mort de James Le Mesurier sur Twitter et appelé les médias à « s’abstenir de spéculer sur les raisons » de sa mort.

Le 22 octobre, le président américain Donald Trump avait validé une aide de 4,5 millions de dollars pour les Casques blancs.

Les Casques blancs, secouristes bénévoles connus pour intervenir sur les lieux bombardés afin d’en extraire les survivants, sont accusés par le régime syrien et son allié russe de soutenir les rebelles des zones dans lesquelles ils interviennent.

Le ministère russe des Affaires étrangères a ainsi affirmé le 8 novembre sur son compte Twitter que Le Mesurier « un ancien agent du MI6 (les services britanniques) » avait « des connexions avec des groupes terroristes ».

Un film consacré aux Casques blancs a obtenu l’Oscar du meilleur court métrage documentaire en 2017.


Séisme: des habitants « un peu perdus » passent la nuit dans un gymnase

Publié le 11.11.2019 à 22h50 par AFP

« On est un peu perdus », déclare d’un air dépité une habitante du Teil (Ardèche), s’apprêtant à passer la nuit avec sa famille dans un gymnase après le séisme exceptionnel qui a secoué cette ville proche de Montélimar.

« Demain je dois travailler et je ne sais pas comment faire », ajoute Asma Dous, 34 ans, dont la maison, achetée et rénovée récemment, présente des fissures après le tremblement de terre.

Ce lundi étant férié, son mari appellera leur assureur le lendemain. « J’espère qu’on sera mieux logés avec l’assurance », souffle cette mère de famille assise sur un lit de camp avec ses jeunes enfants dans le gymnase Pierre de Coubertin du Teil.

Quatre personnes ont été blessées, dont l’une grièvement, dans ce séisme. S’il n’a duré que quelques secondes lundi peu avant midi, il a provoqué de nombreux dégâts principalement au Teil, ville limitrophe de Montélimar (Drôme).

Celia Gonzalez, 25 ans, a dû quitter précipitamment avec ses enfants son appartement après la secousse. « Je n’ai eu le temps de rien prendre pour les enfants, tous les papiers sont dans l’appartement ».

Quant à leur assurance, « personne n’a répondu » à son appel, ajoute la jeune femme blonde, mère de quatre enfants.

« On ne peut plus rentrer chez nous, il y a une différence de sol d’une dizaine de centimètres. Les enfants ont eu très peur et on avait peur en sortant du bâtiment que le toit tombe », raconte Mme Gonzalez.

– « Heureux qu’on n’ait rien » –

Au Teil, trois gymnases ont été ouverts pour accueillir les personnes contraintes de quitter leur logement après cette secousse de 5,4 de magnitude, la plus forte constatée en France continentale depuis 2003 selon les données du Bureau central sismologique Français (BCSF) de Strasbourg.

Selon la préfète, entre 200 et 250 habitations ont été endommagées, mais au gymnase Pierre de Coubertin, seules une trentaine de personnes restaient sans solution d’hébergement pour la nuit. Les autres sont rentrés chez eux ou dorment chez des proches.

Des personnels de la Sécurité civile, de la Croix-Rouge, ainsi que des pompiers sont présents à leur côté et leur proposent des boissons chaudes et des sandwiches.

A une centaine de mètres, dans leur pavillon, Marie et Jean-Pierre Vettoretti constatent les dégâts. Le sol du séjour est jonché de vaisselle cassée.

Les assiettes décoratives sont « irrécupérables » tout comme la lampe offerte par sa fille, brisée en plusieurs morceaux, se lamente la sexagénaire. Elle s’extasie quelques minutes plus tard en ramassant un autre bibelot en céramique, qui miraculeusement ne s’est pas cassé.

« On peut s’estimer heureux qu’on n’ait rien mais ce qui est perdu, c’est affectif », confie Mme Vettoretti.

Le couple a pris des photos et une vidéo des dégâts, sur les conseils de leur assureur qui doit les recevoir demain.

La secousse, d’une intensité rare dans la région, a été ressentie jusqu’à Saint-Etienne, Grenoble, Lyon, distante de quelque 150 kilomètres de l’épicentre du séisme, et même dans le sud de la France.

Au Teil, les établissement scolaires seront fermés mardi.


La ZLECAF, une opportunité pour les pays du Maghreb d’accélérer leur transformation structurelle (ministre mauritanien)

La Zone de libre échange continentale africaine (ZLECAF) est une opportunité à saisir par les pays du Maghreb pour diversifier leurs économies, accélérer leur transformation structurelle et générer des emplois, a estimé, lundi à Rabat, le ministre mauritanien du Commerce et du tourisme, Sid’Ahmed Mahmoud.Le ministre mauritanien, qui s’exprimait à l’ouverture d’un séminaire régional sur l’impact potentiel de la ZLECAF sur les économies maghrébines, a mis en avant le rôle clé que joue les Communautés Économiques Régionales (CER) dans la mise en œuvre de la zone de libre échange continentale, soulignant l’importance de ratifier cet accord et en faire un pilier de la stratégie nationale de développement économique.

Il a, à cet égard, affirmé que l’Afrique du Nord jouit d’une position géostratégique clé qui lui impose de jouer le rôle de passerelle au sein des chaînes de valeurs industrielles mondiales.

L’Union du Maghreb Arabe (UMA) est plus que jamais appelée à mener les différentes phases de négociations nécessaires pour valoriser et catalyser les opportunités qui s’offrent aujourd’hui à l’Afrique du Nord, a relevé le ministre, notant que parmi les secteurs porteurs d’opportunités de synergies au Maghreb figurent l’agriculture, l’automobile, le textile, le matériel électrique, l’aéronautique, l’électrique, les services du marketing et de la vente, du transport et de la distribution.

Pour sa part, le Commissaire au commerce et à l’industrie de la Commission de l’Union Africaine, Albert Muchanga, a indiqué qu l’Afrique prend ses responsabilités pour son développement, faisant remarquer que l’UMA est bien positionnée pour devenir un hub commercial solide entre l’Afrique et le reste du monde.

De son côté, la directrice du Bureau pour l’Afrique du Nord de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Lilia Hachem Naas, a relevé que l’intégration maghrébine constitue un jalon essentiel du processus d’intégration continentale qui présente d’énormes opportunités en termes de croissance et d’emploi.

Elle a estimé que l’intégration maghrébine offre la possibilité de mieux tirer profit des atouts économiques et géostratégiques dont dispose la sous-région, au carrefour entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient.

« L’étude de la CEA (2017) portant sur l’industrialisation grâce au commerce en Afrique du Nord montre que la mise en place de mesures de facilitation des échanges, en plus de la ZLECAF, aurait un impact particulièrement positif sur le commerce intra-régional », a t-elle souligné, notant que l’augmentation des échanges commerciaux intra-nord-africains de produits industriels manufacturés, est évaluée autour de 70%.

Elle a affirmé à ce propos qu’une intégration maghrébine renforcée dans ses différentes dimensions (mobilité des facteurs, coordination des politiques sectorielles, harmonisation des cadres normatifs, programmes et projets conjoints), renforcerait les pouvoirs de négociation des Etats de la région, et permettrait le développement du commerce et des investissements, la réalisation d’économies d’échelle par l’accroissement de la taille des marchés.

La ZLECAF, a t-elle dit, constitue un processus central pour réaliser les sept aspirations de l’Agenda 2063 et la vision africaine de développement pour les cinq prochaines décennies, soulignant que ce séminaire se propose donc de donner un large écho à l’ensemble des efforts qui visent une accélération de l’intégration et augmenter le commerce entre les pays d’Afrique du Nord d’une part mais aussi et surtout entre l’Afrique du Nord et le reste du continent.

Quant au secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), Taïeb Baccouche, il a mis en avant l’impact positif majeur de la ZLECAF sur les économiques maghrébines, notant que celle-ci permettra de générer des emplois et contribuera ainsi à la croissance économique en Afrique.

Il a, dans ce sens, estimé que les avantages de la mise en application de l’accord portant création de la ZLECA sont très nombreux, faisant observer que celui-ci constituera « une source de richesse » pour l’ensemble des pays africains notamment aux niveaux économique et social.

Initiée conjointement par la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et l’Union du Maghreb Arabe (UMA), cette rencontre vise à promouvoir l’intégration économique africaine au niveau régional et continental par une meilleure implication des acteurs clés d’Afrique du Nord, et à encourager les économies maghrébines à renforcer leur positionnement dans le processus de construction du marché unique africain.

Ce séminaire régional de deux jours offre l’occasion aux représentants des pays membres de l’UMA (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie), négociateurs en chef de la ZLECAF, représentants du secteur financier et du secteur privé, experts et observateurs de partager leurs analyses sur la ZLECA, leur compréhension des défis et des opportunités qu’elle renferme et ses implications pour le développement économique et la croissance. Ils procéderont par ailleurs à un examen approfondi de leurs politiques d’intégration régionale et continentale en vue de faciliter la formulation de nouvelles stratégies plus intégrées et mieux coordonnées.

Entrée formellement en vigueur le 30 mai 2019, la ZLECA vise à réduire les barrières tarifaires et non-tarifaires au commerce, à encourager l’ouverture des marchés et la facilitation du commerce, et à harmoniser les règles de commerce à travers le continent africain.

Selon les économistes, la ZLECAF constitue la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), couvrant un marché potentiel de 1,2 milliard de consommateurs pour un produit intérieur brut (PIB) cumulé de plus de 2.500 milliards de dollars.


Equip Kenyan youth, women for opportunities in expanded Africa

While attending the 23rd Intergovernmental Committee of Senior Officials and Experts (ICSOE) meeting as a private sector and youth participant, one topic that inspired me was “Faster implementation of AfCFTA (African Continental Free Trade Area) for job creation for the youth”.

The theme of the meeting organised by the United Nations Economic Commission for Africa (Uneca) in Asmara, Eritrea, was “Leveraging new opportunities for regional integration in East Africa”.

There are many ways African youth and women can benefit from the African Continental Free Trade Area.

Besides market linkages and increased intra-African exports, crucially, it is estimated that the bloc will create almost two million jobs.

Africa has a very high youth unemployment rate and countries should equip their young people for the jobs.

In the white-collar segment, for instance, mismatch between education and the labour market is a leading causes of unemployment.

FOOD SECURITY

Credentials from African universities should be acceptable all over and outdated education curricula banned.

Improved demand for products means increased supply, hence the need to expand the workforce to deliver orders on time and with quality goods and/or services.

Africa imports more than $500 billion food annually yet it is favoured in both geographical and demographic factors to be the world’s food basket.

Sadly, the average age of an African farmer is 60 years yet the youth can feed the world by ensuring food security and value addition of agricultural produce.

Agriculture is the backbone of most African countries. Therefore, agriculture/agribusiness should be the largest employment and entrepreneurship sector.

JOB AVENUES

The youth can also use their talents to benefit from the free movement of goods and services.

They can also expose themselves to information and opportunities that will build them.

One of the biggest sectors in AfCFTA is services, where the youth can be employed or create jobs for themselves through technology.

Kenyan youth can partner with their peers from other African countries to register companies and win tenders from the government, NGOs and the private sector.

They can take advantage of 30 per cent Access to Government Procurement Opportunities (Agpo) programme and leverage on opportunities in tourism.

For AfCFTA to be successful, we need to bring the private sector, women and youth on board in all conversations and discussions as well as in policy formulation and advocacy.

The information on AfCFTA should also be simplified so that the youth and women in private sector can understand what it means to them and their businesses, and that will help them to take full advantage of it.

Linda Chepkwony is a youth and women trade consultant, 254 YEAMP Awards 2019 (Exports category) and Zuri Awards 2019 (Business) winner.


Le commerce intra africain évoluera de 15 à 25% d’ici 2045, selon Cyril Ramaphosa

Publié le 11.11.2019 à 21h18 par APA

Le commerce intra africain évoluera de 15 à 25% d’ici 2045 avec la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), a annoncé, lundi à Johannesburg, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, estimant que l’économie africaine est devenue « mature ».M. Ramaphosa s’exprimait à l’ouverture de la deuxième édition du Forum Investir en Afrique ou African investment forum (AIF) en présence de ses homologues rwandais, Paul Kagamé et ghanéen, Nana Akufo-Addo.

 « African Investment Forum devient la plateforme, la plus importante pour les investissements en Afrique. L’économie de notre continent est devenue mature. Le commerce intra africain va évoluer de 15 à 25% d’ici 2045.», a-t-il expliqué, soulignant que «la stabilité dans la plus part des pays (africains) nous a permis de nous industrialiser ».

La zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) est devenue la zone la plus importante depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce, a poursuivi le président sud-africain.

A ce propos, M. Ramaphosa a soutenu que « les investisseurs vont tirer profit dans la suppression des barrières » dans le cadre de la mise en œuvre de cette zone de libre-échange.

Pour lui, « nous devrons pouvoir produire sur place tout ce dont nous avons besoin sur notre beau continent ». Pour y arriver, il faut passer selon le président sud-africain par les investissements qui « sont les fondamentaux d’une économie durable ».

Poursuivant, il a invité ses pairs à adopter des « politiques novatrices pour attirer les investisseurs ». « Nous allons œuvrer pour que la ZLECA soit fonctionnelle. Notre continent est prêt pour des investissements et nous disposons d’opportunités », a-t-il insisté. 

Au cours de cette deuxième édition du forum, « nous devrons partir avec des investissements qui vont devenir des projets », a ajouté M. Ramaphosa, voyant en l’Afrique un « continent résilient avec des hommes et des femmes courageux ». 

Durant trois jours (11, 12 et 13 novembre 2019), des investisseurs, des fonds souverains, des banquiers, des hommes d’affaires proposeront des financements pour des projets sur le continent avec en ligne de mire l’autonomisation des femmes.

Plus de 2000 délégués issus de 109 pays dont 49 pays africains prennent part à cette deuxième édition au cours de laquelle des projets d’un montant de près 67 milliards de dollars seront négociés.

Organisé par la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement sud-africain,  African Investment Forum vise à mobiliser des capitaux pour le financement de projets en direction des pays africains.

Ce forum a notamment  pour partenaires la Société financière africaine, la Banque d’exportation et d’importation pour l’Afrique, Africa 50, la Banque de commerce et de développement (TDB), la Banque islamique de développement (BID), la Banque de développement de l’Afrique australe et la Banque européenne d’investissement (BEI).


Côte d’Ivoire: des agents de la santé en grève pour revendiquer des primes (syndicat)

Publié le 11.11.2019 à 21h18 par APA

La Plateforme des syndicats de la santé de Côte d’Ivoire a entamé lundi une grève de trois jours pour revendiquer des primes liées aux salaires et profils de ses syndiqués, selon Narcisse Koffi, secrétaire général national du Syndicat des agents administratifs de la santé, dont l’organisation est membre de cette faîtière.Cette grève, lancée aujourd’hui se termine jusqu’au 13 novembre 2019, mais est reconductible, a fait savoir M. Narcisse Kofii, chargé de la communication de la Plateforme des syndicats de la santé, indiquant que les agents grévistes observent cependant un service minimum médical.     

« On a entamé effectivement et nous sommes satisfaits dans un premier temps de cette première journée qui enregistre plus de 50% » comme taux en termes de suivi, a-t-il dit, évoquant des endroits où « la couverture est totale » tels à Arrah, Bouaké, Zouan Hounien, Dimbokro et le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody.

Les revendications à caractère financier sont entre autre la prime de risque sanitaire, exigée pour tous les agents de santé. La Plateforme note que certains bénéficient de 30 000 Fcfa, mais cette prime devrait être établie à 75 000 Fcfa et octroyée à tous y compris les agents administratifs et d’hygiène.

Selon M. Narcisse Koffi, la plateforme syndicale réclame aussi une indemnité de logement, seulement attribuée aux médecins à hauteur de 70 000 Fcfa. Les syndicats affiliés souhaitent que cela soit étendu aux infirmiers, sages-femmes, au personnel administratif et aux administrateurs.  

La Plateforme des syndicats de la santé revendique en outre une indemnité pour les acteurs des corps particuliers qui devrait être de 50 000 Fcfa selon les résolutions de l’atelier de Jacqueville (sud), organisé avec le ministère de la Santé et de l’hygiène publique.

L’organisation syndicale revendique par ailleurs « une prime d’incitation qu’on a institué ensemble avec le ministère de la Santé et de l’hygiène publique », a ajouté le secrétaire général national du Syndicat des agents administratifs de la santé.

Avec la Couverture maladie universelle (CMU), un programme social du gouvernement ivoirien, « ces primes seront encore dévaluées », estime-t-il parce que « si on a des primes trop élevées dans les CHU c’est 100 000 Fcfa annuellement » et ce en raison des consultations payantes.

Concernant les revendications à caractère académiques et professionnels, la faîtière veut une reconnaissance du Certificat d’étude spécialisée (CES) qui devrait permettre de rémunérer le médecin qui en dehors du diplôme d’Etat, acquiert une spécialisation à des frais très élevés.   

Au niveau de l’Institut de formation des agents de santé (INFAS), creuset de formation des  infirmiers et sages-femmes, la Plateforme plaide pour qu’après le système LMD, ces praticiens de la santé aillent au doctorat parce que le diplôme d’Etat décerné est reconnu localement.    

Mercredi, la Plateforme des syndicats de la santé, faîtière qui regroupe cinq membres et soutenue par deux organisations syndicales, prévoit une Assemblée générale pour décider de la suite à donner à cette grève. Les syndicats déplorent qu’il n’y ait « pas d’avancée notoire ».


Seulement 2% des entreprises africaines dirigées par des femmes sont financées

Publié le 11.11.2019 à 21h18 par APA

Seulement 2% des entreprises africaines dirigées par des femmes sont financées, a révélé lundi à Johannesburg, Mme Tokounboh Ishmael, directrice associée d’Alitheia IDF, un fonds de capital-investissement ciblant spécifiquement les entreprises dirigées par des femmes.Elle s’exprimait dans le premier panel de la deuxième édition du Forum Investir en Afrique ou African Investment Forum (AIF) en présence du président sud-africain Cyril Ramaphosa et de ses homologues rwandais  (Paul Kagamé) et ghanéen (Nana Akufo-Addo).

«En Afrique, 40% des entreprises sont dirigées par les femmes, mais c’est seulement 2% de ces entreprises qui sont financées », a déploré Tokounboh Ishmael, soulignant que « si tous les atouts des femmes sont utilisés en Afrique, cela fera augmenter le Produit intérieur brut (PIB) de 26% ».  

« Nous pouvons financer les femmes pour leur autonomie. Elles veulent un meilleur système de santé (…) », a ajouté la directrice associée de d’Alitheia IDF, relevant l’importance de cette édition de African Investment Forum consacrée notamment à l’autonomisation des femmes.

Alitheia investit dans des secteurs qui engagent un pourcentage important de femmes, qu’elles soient entrepreneures, productrices, distributrices ou consommatrices. Certains de ces secteurs comprennent l’agroalimentaire, les biens de consommation, la santé, l’éducation et les services financiers.

Avec des bureaux à Lagos et à Johannesburg, Alitheia investit dans six pays du continent que sont le Ghana, le Lesotho, le Nigeria, l’Afrique du Sud, la Zambie et le Zimbabwe.

Plus de 2000 délégués issus de 109 pays dont 49 pays africains prennent part à cette deuxième édition de African Investment Forum prévue les 11, 12 et 13 novembre 2019 et au cours de laquelle des projets d’un montant de près 67 milliards de dollars seront négociés.

Organisé par la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement sud-africain,  African Investment Forum vise à mobiliser des capitaux pour le financement de projets en direction des pays africains.

Ce forum a notamment  pour partenaires la Société financière africaine, la Banque d’exportation et d’importation pour l’Afrique, Africa 50, la Banque de commerce et de développement (TDB), la Banque islamique de développement (BID), la Banque de développement de l’Afrique australe et la Banque européenne d’investissement (BEI).


Guinée : la procureure de la CPI met en garde contre l’escalade de la violence

Publié le 11.11.2019 à 20h50 par AFP

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a mis en garde lundi les responsables de l’escalade de la violence en Guinée, exhortant le gouvernement et l’opposition à renouer le dialogue après des manifestations sanglantes dans ce pays.

Les tensions sont fortes en Guinée après des semaines de manifestations organisées par l’opposition qui soupçonne le président Alpha Condé de vouloir briguer un troisième mandat.

« Suite aux informations faisant état de nombreux épisodes de violence en Guinée au cours des dernières semaines, j’appelle tous les responsables et leurs sympathisants à s’abstenir de la violence et à reprendre le dialogue pour éviter de nouvelles victimes », a déclaré la procureure de la CPI, Mme Fatou Bensouda.

« Toute personne qui commet, ordonne, incite, encourage ou contribue de toute autre manière à commettre des crimes atroces (…) est passible de poursuites par les tribunaux guinéens ou par la CPI », a-t-elle mis en garde dans un communiqué.

Au total, au moins 16 civils et un gendarme ont trouvé la mort au cours de l’intense mouvement de contestation auquel la Guinée – un petit pays pauvre de 13 millions d’habitants – est en proie depuis le 14 octobre à l’instigation du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC). Des dizaines d’autres personnes ont été blessées, des dizaines arrêtées et jugées.

Le FNDC veut faire barrage au projet prêté au président Condé de briguer sa propre succession en 2020 et de réviser pour cela la Constitution qui limite actuellement à deux le nombre des mandats présidentiels.

A 81 ans, M. Condé entretient le flou sur ses intentions, mais a entamé en septembre des consultations sur la Constitution. L’opposition accuse de dérive « dictatoriale » l’ancien opposant historique qui fut le premier président démocratiquement élu en 2010, réélu en 2015, après des décennies de régimes autoritaires et militaires.

La communauté internationale s’inquiète d’une escalade dans un pays coutumier des manifestations et des répressions brutales.

En outre, Mme Bensouda a ajouté que son bureau s’était rendu en Guinée fin octobre pour faire le point sur l’enquête liée au massacre de plus de 150 partisans de l’opposition, il y a dix ans.

Etablie à La Haye, la CPI a ouvert une enquête préliminaire sur le massacre perpétré le 28 septembre 2009 dans l’enceinte du plus grand stade de Conakry lorsque les forces de sécurité ont tiré sur une foule qui manifestait contre le chef de la junte Moussa Dadis Camara. Plus de 100 femmes ont en outre été violées.

Mme Bensouda s’est déclarée encouragée par des déclarations du ministre guinéen de la Justice, Mohamed Lamine Fofana, au cours de la visite de son équipe, annonçant que le procès des responsables du massacre de 2009 devrait commencer au plus tard en juin 2020.

« Cela fait maintenant plus de dix ans que ces crimes horribles ont eu lieu au stade de Conakry », a déclaré Mme Bensouda. « Les victimes et les communautés qui ont été touchées méritent que justice soit faite », a-t-elle dit.